COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Frank London
(musicien)

Biographie

Frank

Trompettiste et compositeur américain, Frank London est l’un des pionniers du renouveau des musiques juives de ces trente dernières années. Formé initialement au jazz, Frank London découvre le répertoire des musiques yiddish au New England Conservatory de Boston alors qu’il est encore étudiant au milieu des années 1970. Il intègre rapidement le Klezmer Conservatory Band du saxophoniste Hankus Netsky (où joue également le clarinettiste Don Byron) et apprend à l’oreille les airs de klezmer. En 1986, il forme avec l’accordéoniste et chanteur Lorin Sklamberg et la violoniste Alicia Svigals le groupe The Klezmatics, dont le nom est une référence au groupe de punk The Plasmatics. Le clarinettiste David Krakauer, remplacé plus tard par Matt Darriau, fait partie de ce groupe qui défraie la chronique en tournant résolument le dos à l’interprétation traditionnelle du klezmer pour chercher à le faire fusionner avec d’autres styles musicaux empruntés au funk, au rock, au jazz et à d’autres musiques du monde. Dès la fin des années 1980, il tourne en Europe, notamment en Allemagne avec ce groupe-clé de la Klezmer Renaissance qui milite également fièrement pour la reconnaissance des droits des minorités sexuelles (deux des piliers du groupe, Alicia Svigals et Lorin Sklamberg sont gays). Avec son groupe Nigunim (en trio avec Lorin Sklamberg et le pianiste Uri Caine), Frank London propose une exploration d’un répertoire qui lui est familier, celui des mélodies hassidiques (niggunim) composés au XVIIIe siècle et qui visent à établir une communion intense avec le divin.