Akadem
3 min de lecture
Chronique - Akadem
Tsedek - Neturei Karta : les Juifs préférés des antisémites
Par Elishéva Gottfarstein | 06 mars 2024
Partager
Depuis le 7 octobre, les collectifs de Juifs antisionistes saturent l’espace médiatique. Ils sont invités dans les émissions populaires, sont cités par les journalistes aux heures de grande écoute et leurs interventions circulent de manière virale sur les réseaux sociaux. Certains sont laïques et se revendiquent du progressisme social et politique, d’autres sont des Juifs intégristes dont la vie est régie par une réglementation religieuse stricte. Pourtant, bien que tout semble les opposer, leurs ressorts idéologiques sont très similaires.

Les Nétourei Karta ou le messianisme intégriste

Tout d’abord, les Neturei Karta : en araméen « Les Gardiens de la Cité ».  Ils constituent un groupe de Juifs ultra-orthodoxes vivant dans une enclave du quartier extrêmement religieux de Jérusalem, Méa Sharim. Si la plupart de ces mouvements ultra-orthodoxes revendiquent un séparatisme social et sont hostiles à l’Etat laïque, la minorité des Neturei Karta articule son mode de vie autour d’un objectif précis : la destruction de l’Etat d’Israël. Selon eux, l’existence actuelle d’un Etat juif constitue une hérésie, une offense à Dieu car Lui seul doit sonner l’heure de la fin de l’Exil en envoyant le Messie libérer les Juifs qui respectent sa Loi. Les Neturei Karta se distinguent de leurs homologues ultra-orthodoxes - qui attendent eux aussi la venue du Libérateur annoncé dans les Textes – en ce qu’ils considèrent que la présence de l’Etat juif retarde l’avènement du Messie. Dès lors, leur communauté se donne pour mission fondamentale : l’annihilation du sionisme c’est-à-dire du mouvement de libération nationale juif. Les rabbins de cette communauté engagent donc des liens très serrés avec l’ensemble des ennemis déclarés de l’Etat d’Israël.
preview
Cette fraternité, fondée sur une volonté commune d’anéantissement de l’Etat hébreu, a également pour but de demander l’hospitalité aux Nations qu’ils souhaitent voir sortir victorieuses de cet affrontement. En effet, les Neturei Karta projettent de vivre sous le joug des futurs souverains qui voudront bien tolérer leur présence - et les opprimer le moins possible. Car pour cette communauté, les persécutions antisémites sont consubstantielles de l’Exil et constituent le juste châtiment de Dieu face aux infidélités de son peuple. Lutter pour une égalité des droits revient à s’opposer à la volonté divine, et faire valoir son droit à une Nation constitue le sacrilège suprême. Par conséquent, pour les Neturei Karta, l’éradication des Juifs sionistes atténuera le courroux divin et leur permettra d’apparaître aux yeux de Dieu comme les « bons Juifs », ceux qui acceptent leur destin et méritent la Libération future.
Dans cette perspective messianique, le sionisme représente donc le Mal absolu. De ce fait, les Neturei Karta assimilent les Juifs sionistes aux nazis. Ces derniers ont souhaité l’anéantissement de l’ensemble du peuple juif, les sionistes, eux, orchestrent sa destruction spirituelle en revendiquant un droit national contraire au projet divin. 
Alors qu’ils ne constituent qu’une minorité composée de quelques milliers d’individus, les Neturei Karta organisent de manière très élaborée leur plan de communication. Toutes les accolades avec des dirigeants hostiles à l’Etat hébreu, tous leurs happenings sur les sols européens, sont systématiquement médiatisés et leur diffusion massive se déploie sur les réseaux sociaux. Cette surmédiatisation est d’ailleurs renforcée par le fait qu’ils incarnent visuellement le prototype du Juif pieux tout droit venu de son shtetl d’Europe de l’Est. Une redingote et un chapeau noirs, des papillotes, une longue barbe, un accoutrement vestimentaire qui correspond en tous points aux représentations caricaturales des Juifs, encore souvent perçus comme un groupe supposément religieux, archaïque et homogène.
Au fondement de l’idéologie des Neturei Karta réside la croyance en une distinction radicale opérée entre les « bons Juifs » d’un côté - une minorité qui observe la Loi de manière stricte et accepte la condition exilique comme châtiment divin - et les « mauvais Juifs » de l’autre - l’écrasante majorité, observants ou pas, qui adhèrent au mouvement laïque de libération nationale considéré dans son essence comme hérétique.

Paradoxalement, ce mouvement ultra-minoritaire intégriste dans lequel les hommes n’adressent pas la parole publiquement aux femmes qui ne peuvent circuler que vêtues de tenues rigoristes, a son pendant laïque en France. Sans qu’il ne soit question de fanatisme religieux, un surprenant continuum idéologique relie les Neturei Karta au collectif Tsedek.

Le Collectif Tsedek ou le messianisme décolonial

Fondé en juin 2023, ce collectif s’inscrit dans une filiation directe avec le mouvement de l’Union Juive Française pour la Paix dont la création remonte aux années 90. Les jeunes fondateurs de Tsedek sont en effet tous membres de l’UJFP. Si ce nouveau collectif prétend accueillir en son sein une pluralité de judéités[2], son ossature idéologique repose sur un élément fondamental : la désignation du sionisme comme Mal absolu. Ici, cette caractérisation ne recouvre rien de théologique, toutefois, le sionisme est assimilé à un mouvement colonial dans ses racines, il se trouve donc immédiatement disqualifié et voué aux gémonies.
Pourtant, le sionisme nait dans le contexte de la dislocation des empires coloniaux et procède d’un mouvement d’autodétermination qui entend accorder au peuple juif un Etat-nation, au même titre qu’à tous les autres peuples revendiquant une indépendance nationale. Cet Etat est conçu en outre comme un Etat-refuge pour tous les Juifs fuyant les pogroms et les persécutions. Dans ce même contexte, nait également une conscience nationale palestinienne qui revendique, elle aussi, son droit à l’autodétermination. C’est pourquoi le plan de partage de 1947 prévoit un territoire pour chacun des deux peuples. Cette répartition territoriale n’est cependant acceptée que par les Juifs auxquels les Arabes déclarent la guerre dès la proclamation de leur indépendance, refusant l’existence de l’Etat hébreu à leur côté, dans les frontières dessinées par la communauté internationale.
preview
Manifestation de Tsedek © compte X - Tsedek ! @TSDKcollectif
En faisant du sionisme un impérialisme colonial dès ses origines, l’UJFP et Tsedek oblitèrent consciemment la dimension émancipatrice à l’œuvre dans ce projet national et jettent l’opprobre sur tous les Juifs acceptant la création de cet Etat. De nouveau, une distinction s’opère entre les « bons Juifs » d’un côté, une minorité qui refuse l’indépendance nationale et les « mauvais », l’écrasante majorité qui l’accepte, sans pour autant vivre dans cet Etat. Pour ces collectifs, l’adhésion des Juifs au sionisme à travers la simple approbation de l’existence d’Israël constitue la source première de l’antisémitisme qui s’abat sur eux. Etant coupables d’être sionistes, l’hostilité antijuive s’en trouve légitimée. Dans ce logiciel, les Juifs deviennent ainsi responsables de l’antisémitisme qu’ils subissent et méritent donc cette aversion à leur égard. Dès lors, les seuls qui échappent à cette haine globale justifiée sont les Juifs appelant à la destruction de l’Etat d’Israël.
Or, faire d’un attribut juif, en l’occurrence ici de sa modalité nationale, la cause unique et absolue du Mal contemporain, d’une part, et rendre les Juifs responsables de la haine dont ils sont la cible, d’autre part, constituent deux tropes antisémites régulièrement recyclés au cours de l’histoire.
Par ailleurs, tout comme les Neturei Karta, l’UJFP et Tsedek usent volontairement de l’identification du sionisme au nazisme pour mieux criminaliser dans son essence le mouvement d’indépendance juif. Pierre Stamboul, une des figures majeures de l’UJFP, n’hésite pas à faire de Ben-Gourion un partenaire des nazis qui rompt le blocus économique établi par les Juifs américains. Il est vrai que le futur premier ministre d’Israël traite avec le régime hitlérien au début des années 30. Mais cette négociation a pour but de sauver plus de 50 000 Juifs in extremis en les extrayant d’Allemagne pour les faire émigrer en Palestine mandataire. Autre marqueur de Collaboration selon Pierre Stamboul : l’opposition sioniste à l’impérialisme britannique qui certes, se trouve du côté des Alliés mais qui entend bloquer l’émigration des Juifs, en 1942, au moment même où ceux-là sont la cible d’une politique d’extermination. Le militant de l’UJFP invente donc une nouvelle sorte de Collaboration, propre au sionisme, qui consiste à soustraire des vies juives aux griffes nazies[3]…
Derrière cette criminalisation du projet sioniste dans son essence - au prix de la réalité historique - se loge la récusation du droit aux Juifs de se doter d’un Etat-nation. En effet, cette entité politique est comprise uniquement comme moyen d’oppression raciale à visée impériale. Dès lors, vouloir adopter une structure étatique, capable de se protéger des autres nations, constituerait un crime en soi. Les collectifs Tsedek et UJFP partagent cette logique avec la polémiste Houria Bouteldja, théoricienne de la notion de « philosémitisme d’Etat ». Pour elle, la protection gouvernementale dont bénéficient les Juifs face aux menaces récurrentes d’attentat constituerait un « privilège » répréhensible. En d’autres termes, les Juifs ne devraient ni être protégés ni garantir eux-mêmes leur sécurité en se dotant d’un Etat. Ces conclusions politiques qui ne relèvent aucunement d’un intégrisme religieux rejoignent pourtant, une fois encore, celles des Neturei Karta : tous prônent un retour à la vulnérabilité juive antérieure à la Shoah.
Que ce soit Tsedek, l’UJFP, les Gardiens de la Cité ou bien d’autres encore, tous ces collectifs ont pour particularité d’être des organisations juives et de se revendiquer comme telles. S’ils désignent l’autonomie juive comme leur ennemi principal, ils sont loin d’être animés d’une quelconque « haine de soi ». Au contraire, le motif juif est central dans leur identité. Ce qui compte c’est de criminaliser l’ensemble de la population juive, coupable d’accepter un projet d’émancipation nationale et de s’en distinguer radicalement en apparaissant comme le « bon Juif ». Dans un cas aux yeux de Dieu, dans l’autre, à ceux des courants décoloniaux. Ainsi, une partie de l’espace médiatique peut accueillir avec chaleur ces collectifs juifs antisionistes qui agitent haut et fort leur judéité du moment qu’ils jettent l’anathème sur le reste de la population juive.
preview
Hannah Arendt, ©Creative Commons
  C’est pourquoi ils incarnent la figure du « Juif d’exception » théorisée par la philosophe Hannah Arendt. Celle-ci explique que durant les débats publics concernant l’octroi de la citoyenneté aux Juifs, au 19e siècle, enAllemagne, les arguments qui leur étaient favorables reposaient systématiquement sur un principe : récompenser parmi les Juifs ceux qui s’en distingueraient de manière notable. Seuls les Juifs « vertueux », « de talent » mériteraient d’obtenir des droits civiques tandis que tous les autres conserveraient leur statut de paria. La philosophe montre que, depuis cette époque, ce qui les caractérise c’est d’être « devenus incapables de distinguer leurs amis de leurs ennemis, ou de faire la différence entre un compliment et une insulte, et de se sentir flattés lorsqu’un antisémite leur affirme qu’il ne les englobe pas dans son antisémitisme, qu’ils sont des Juifs exceptionnels ».    
preview
Jean-Claude Milner, ©Akadem
Cette exceptionnalité repose aujourd’hui sur le refus univoque de la modalité nationale juive charriant une culpabilité intrinsèque. Pour le philosophe Jean-Claude Milner, ce refus contemporain n’est qu’une énième déclinaison de ce qu’il nomme : le « Juif de négation ». « Chaque juif de négation, explique-t-il, se rêve lui-même comme le seul Juif sur la terre ; et le dernier. Le seul et le dernier qui puisse dire de lui-même « je suis juif » en demeurant innocent. Tant il est convaincu que le nom juif, sauf dans son cas personnel, rend coupable celui qui le porte. »
Cette exceptionnalité repose aujourd’hui sur le refus univoque de la modalité nationale juive charriant une culpabilité intrinsèque. Pour le philosophe Jean-Claude Milner, ce refus contemporain n’est qu’une énième déclinaison de ce qu’il nomme : le « Juif de négation ». « Chaque juif de négation, explique-t-il, se rêve lui-même comme le seul Juif sur la terre ; et le dernier. Le seul et le dernier qui puisse dire de lui-même « je suis juif » en demeurant innocent. Tant il est convaincu que le nom juif, sauf dans son cas personnel, rend coupable celui qui le porte. »
En outre, ces « Juifs d’exception » ou de « négation », c’est-à-dire débarrassés de la culpabilité d’être sionistes, confisquent le vocabulaire de la conciliation et de la fraternité. A commencer par Tsedek, qui signifie "Justice" en hébreu, ou l’UJFP qui s’accapare la notion de pacifisme. Cette mainmise lexicale leur permet d’apparaître comme les « Juifs idéaux » : promouvant une paix qui passe par la destruction de l’Etat d’Israël. Ce faisant, ils invisibilisent tous les mouvements juifs qui œuvrent véritablement au désamorçage du conflit en rapprochant les deux peuples et en insistant sur le droit de chacun à l’autodétermination. Ces collectifs juifs sionistes se font d’ailleurs l’écho des mouvements de contestation très forts qui agitent la société israélienne ces dernières années. Ceux-là même dont une grande partie fut assassinée le 7 octobre. Car au sein du sionisme résident la lutte pour l’égalité des droits de tous et l’opposition à la politique menée par Nétanyahou. C’est précisément ce que nient les Juifs d’exception en ravissant le vocabulaire pacifiste dénaturé en bellicisme envers Israël.
Derrière cette hostilité suprême de Juifs intégristes ou laïques-décoloniaux à l’encontre de l’Etat hébreu se tapit le refus sourd de l’Histoire. Celle qui a donné naissance à une nouvelle modalité de la condition juive, le sionisme, sans pour autant accomplir le rêve messianique de l’annihilation du Mal. Israël s’est bâti, les guerres perdurent, les hommes se déchirent et la Libération n’a pas eu lieu. Se sentant trahis, les Juifs antisionistes exigent une réversibilité du Temps. Ils veulent retourner à l’antériorité de 1948, y rester figés pour que les promesses messianiques demeurent toujours réalisables. Cet anachronisme juif qui rêve de pureté religieuse ou politique embrasse pourtant un nihilisme funeste en espérant la fin de l’Etat hébreu.
Le 9 octobre dernier, soit deux jours après l’effroyable massacre du 7, et alors que la sidération juive était maximale, l’UJFP publiait un communiqué pour affirmer officiellement son soutien au Hamas[4].
Si le monde juif se caractérise par une fantastique diversité : observants, laïques, orthodoxes, anti-religieux, de gauche, de droite, israéliens, achkénazes, sépharades, yéménites, hassidiques, les Juifs d’exception, eux, proclament et maintiennent une distinction radicale. Leur judéité brandie en étendard s’arrime au rejet de toutes les autres, devenues coupables d’exister. Et face à la tragédie juive, éclate intempestivement leur refus résolu de l’affliction, du deuil et du recueillement..

Notes

[2] Présentation de Tsedek : https://blogs.mediapart.fr/tsedek
Abonnez-vous à nos newsletters
Pour connaître et exercer vos droits, notamment le retrait de votre
consentement à l'utilisation des données collectées par
ce formulaire, veuillez consulter notre charte de confidentialité


FSJU
FJF
FMS
Akadem est une réalisation du Fonds Social Juif Unifié, avec le soutien de la Fondation du Judaïsme Français,
et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
Akadem garantie la protection de vos données et le respect de votre vie privée. Pour plus d’information, vous pouvez consulter la page Mentions légales.

Dans un souci d’amélioration continue de nos programmes et services, nous analysons nos audiences afin de vous proposer une expérience utilisateur et des programmes de qualité. La pertinence de cette analyse nécessite la plus grande adhésion de nos utilisateurs afin de nous permettre de disposer de résultats représentatifs. Par principe, les cookies de mesure d’audience sont soumis à votre consentement. Cependant, certains bénéficient d’une exemption de consentement sous réserve de satisfaire aux conditions posées par la CNIL. Les partenaires avec lesquels nous travaillons, Matomo Analytics, proposent des cookies remplissant ces conditions. Ce qui signifie que, même si vous ne nous accordez pas votre consentement, des éléments statistiques pourront être traités au travers des cookies exemptés. En donnant votre consentement au dépôt des cookies Matomo Analytics vous nous permettez de disposer d’information plus pertinentes qui nous seront très utiles pour mieux tenir compte de votre expérience utilisateur.
Activer

Dans un souci d’amélioration continue de votre expérience utilisateur, ces cookies nous permettent d’identifier rapidement d’éventuels dysfonctionnement que vous pourriez rencontrer en naviguant sur notre site internet et d’y remédier.
Activer