COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Léon Askénazi-(Manitou)
rabbin

Biographie

Léon
Léon Ashkenazi (1922-1996), connu en France sous le totem de Manitou, est l'une des figures importantes de la renaissance du judaïsme français d'après-guerre. Rabbin et philosophe, il a revitalisé la pensée juive moderne.Il est né à Oran dans une famille de huit enfants, fils du dernier grand rabbin de la ville.Il entre aux Éclaireurs israélites de France en 1940, au moment où ce mouvement entre dans la résistance contre l'Allemagne nazie, et est mobilisé dans la Légion étrangère en 1943 en tant qu'aumônier militaire. Il retourne en France après la guerre et répond à l'appel de Robert Gamzon (Castor), et fondent l'école des cadres Gilbert Bloch d'Orsay. Celle-ci a pour mission de reconstituer la communauté juive, et de former des nouveaux cadres.Après le départ de Castor en Israël en 1949, il prend la direction de l'école, devient commissaire général des EEIF (de 1954 à 1955), et président de l'UEJF.Licencié en philosophie et diplômé de l'École d'ethnologie et d'anthropologie du Musée de l'Homme, il entreprend de raviver le judaïsme des jeunes générations.Il est activement engagé dans la restauration du dialogue judéo-chrétien.En 1957, il présente au Séminaire de l'Union mondiale des Étudiants juifs un rapport intitulé “l'héritage du judaïsme et l'université”. Il dénonce l'inadéquation et l'inaptitude tant des universités que des yeshivot à assurer un enseignement à la fois moderne et enraciné dans le judaïsme. Il n'aura donc de cesse d'y remédier, en donnant de nombreuses conférences aux quatre coins de la francophonie, en fondant de nombreux centres d'étude, dont le Centre universitaire d'études juives.Il s'installe en Israël en 1968, peu après la guerre des Six Jours, et étudie auprès du Rav Zvi Yehouda Kook et du Rav Shlomo Binyamin Ashlag. Là aussi, il fonde un réseau d'enseignement du judaïsme, l'Institut Maayanot et le Centre Yaïr, centre d'études juives, principalement fréquenté par les francophones d'Israël.Il participe également à de nombreux comités, gouvernementaux ou autres, pour l'éducation et les relations à la Diaspora juive. (Mise à jour: mars 1996)