COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Barbara Lefebvre
(professeur d’histoire-géographie)

Biographie

Barbara

Barbara Lefebvre est une enseignante française (histoire-géographie) née à Paris en 1972. De décembre 2008 à août 2011, elle est chargée de mission au Haut conseil à l’intégration dont elle membre de la mission laïcité. En 2002, elle contribue à l'ouvrage collectif "Les territoires perdus de la République". Elle y livre un témoignage personnel sur la montée de l’antisémitisme et du sexisme dans les établissements scolaires des zones urbaines sensibles. Elle dénonce avec ses coauteurs l'inertie des autorités devant la montée de la haine antijuive et antioccidentale provenant de jeunes se revendiquant de leur identité musulmane.  En 2004, elle intègre la LICRA où elle co-préside la Commission Education. Elle restera un membre actif du bureau en janvier 2010. Entre 2006 et 2009 elle est membre du comité éditorial du mensuel "Le meilleur des mondes». Entre 2006 et 2010 elle est membre du comité éditorial de la revue "Controverses" dirigée par Shmuel Trigano. Elle publie de nombreuses tribunes dans la presse française sur la question scolaire et éducative, l'antisémitisme, la défense de la laïcité républicaine Depuis juin 2017, elle est présidente de l'association "Voir et Dire ce que l'on voit"  qui dénonce la judiciarisation du débat d'idées en France. L’association est née suite au procès intenté par le CCIF contre l'historien Georges Bensoussan. Le 6 juin 2017 elle est signataire L'appel de 17 intellectuels: «Que la vérité soit dite sur le meurtre de Sarah Halimi» publié dans Le Figaro.