Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Prévenir avant de guérir

Mariage, divorce: vers l'égalité hala'hique (89 min)

Gabriel Abensour - enseignant, Valérie Halimi - comédienne, Gad Ibgui - Directeur général de l'ECUJE, Maya Ter-Minassian -
  • Une institution évolutive

    De la répudiation au divorce consenti (23min)

  • L'œuvre des rabbins

    S'adapter sans se trahir (22min)

  • Revisiter la cérémonie

    Pour des unions plus mutuelles (23min)

  • Questions du public

    Divorce civil et religieux (21min)

Les documents (1)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Gabriel Abensour - enseignant

Gabriel Abensour est originaire de Strasbourg. Il émigre en Israël à 18 ans et rejoint la Yeshivat Hakotel pour cinq années d’études religieuses, suite auxquelles il entame ses études universitaires à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Après un B.A. de philosophie, économie et sciences politiques, Gabriel rejoint le département d’études juives, où il se focalise depuis sur la pensée rabbinique nord-africaine. Doctorant, sa thèse porte sur la littérature rabbinique algérienne à l'epoque coloniale.  Gabriel étudie aujourd'hui à l’institut Shalom Hartman (Jérusalem) et enseigne et écrit sur différentes plateformes juives, en hébreu et en français. Il a cofondé le centre d'étude Ta Shma à Jérusalem, qu'il dirige aux côtés de R. Bitya Rozen-Goldberg. Pour plus d'informations sur Ta Shma: https://www.pardes.org.il/summer-francais/  

Page personnelle

Valérie Halimi - comédienne

Gad Ibgui - Directeur général de l'ECUJE

Maya Ter-Minassian -

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
L'organisateur
Commentaires ( 2 )

Le consentement de la mariée

21 mai 2020, 16h47, pat

Je fais ce commentaire avec retard ; j'espère que Mr Abensour me répondra. Les premières bénédictions correspondant aux Kidouchime me semblent exlusivement dites en faveur du marié ne laissant pas de place à la future épouse qui est complètement passive, comme vous l'avez bien dit. Cette idée est renforcée par la déclaration faite par le fiancé : " tu m'es sanctifiée par cet anneau (que je te remets) selon la règle de Moché et d'Israël". Il y a toujours présente l'idée que l'homme acquiert une épouse qui n'a rien à dire... Comment concilier ces paroles avec la nécessité mise en avant de son consentement ? Ne faudrait il pas employer une autre formule ? Cela se fait il en Israël déjà ? Merci de votre réponse.

Consentement - réponse

8 juin 2020, 16h45, Gabriel Abensour

Bonjour et merci pour votre question. Il faut différencier consentement et réciprocité. La halakha exige le consentement de la mariée, mais n'établit par contre aucune réciprocité dans la cérémonie du mariage. Le "kinyan" (aquisition) ne se fait que dans un seul sens et seule la femme consent à laisser son mari acquérir certains de ses droits. C'est cette non-réciprocité lors du mariage qui provoque les problèmes du refus de guet lors du divorce. Si seul l'homme acquière, seul celui-ci peut divorcer, ou plutôt répudier. La deuxième partie de la vidéo est consacrée aux solutions possibles pour sortir de cette impasse dans un cadre halakhique. Bien cordialement, Gabriel.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Mariage, divorce: vers l'égalité hala'hique

89 min

Gabriel Abensour - enseignant, Valérie Halimi - comédienne, Gad Ibgui - Directeur général de l'ECUJE, Maya Ter-Minassian -

Commentaires ( 2 )

Le consentement de la mariée

21 mai 2020, 16h47, pat

Je fais ce commentaire avec retard ; j'espère que Mr Abensour me répondra. Les premières bénédictions correspondant aux Kidouchime me semblent exlusivement dites en faveur du marié ne laissant pas de place à la future épouse qui est complètement passive, comme vous l'avez bien dit. Cette idée est renforcée par la déclaration faite par le fiancé : " tu m'es sanctifiée par cet anneau (que je te remets) selon la règle de Moché et d'Israël". Il y a toujours présente l'idée que l'homme acquiert une épouse qui n'a rien à dire... Comment concilier ces paroles avec la nécessité mise en avant de son consentement ? Ne faudrait il pas employer une autre formule ? Cela se fait il en Israël déjà ? Merci de votre réponse.

Consentement - réponse

8 juin 2020, 16h45, Gabriel Abensour

Bonjour et merci pour votre question. Il faut différencier consentement et réciprocité. La halakha exige le consentement de la mariée, mais n'établit par contre aucune réciprocité dans la cérémonie du mariage. Le "kinyan" (aquisition) ne se fait que dans un seul sens et seule la femme consent à laisser son mari acquérir certains de ses droits. C'est cette non-réciprocité lors du mariage qui provoque les problèmes du refus de guet lors du divorce. Si seul l'homme acquière, seul celui-ci peut divorcer, ou plutôt répudier. La deuxième partie de la vidéo est consacrée aux solutions possibles pour sortir de cette impasse dans un cadre halakhique. Bien cordialement, Gabriel.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Une institution évolutive

    De la répudiation au divorce consenti (23min)

  • L'œuvre des rabbins

    S'adapter sans se trahir (22min)

  • Revisiter la cérémonie

    Pour des unions plus mutuelles (23min)

  • Questions du public

    Divorce civil et religieux (21min)

L'organisateur

Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Gabriel Abensour - enseignant

Gabriel Abensour est originaire de Strasbourg. Il émigre en Israël à 18 ans et rejoint la Yeshivat Hakotel pour cinq années d’études religieuses, suite auxquelles il entame ses études universitaires à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Après un B.A. de philosophie, économie et sciences politiques, Gabriel rejoint le département d’études juives, où il se focalise depuis sur la pensée rabbinique nord-africaine. Doctorant, sa thèse porte sur la littérature rabbinique algérienne à l'epoque coloniale.  Gabriel étudie aujourd'hui à l’institut Shalom Hartman (Jérusalem) et enseigne et écrit sur différentes plateformes juives, en hébreu et en français. Il a cofondé le centre d'étude Ta Shma à Jérusalem, qu'il dirige aux côtés de R. Bitya Rozen-Goldberg. Pour plus d'informations sur Ta Shma: https://www.pardes.org.il/summer-francais/  

Page personnelle

Valérie Halimi - comédienne

Gad Ibgui - Directeur général de l'ECUJE

Maya Ter-Minassian -

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers