Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Israël, Etats-Unis, Europe...

Qui peut encore faire la paix ? (107 min)

Elie Barnavi - historien, Rémi Féraud - Maire du 10è arrondissement de Paris, Alain Finkielkraut - philosophe, Hubert Vedrine - diplomate
  • Introduction

    par Rémy Féraud, maire du 10e arrondissement (7min)

  • La paix sera imposée ou ne sera pas

    par Elie Barnavi (16min)

  • Les Etats-Unis doivent faire pression sur Israël

    par Hubert Védrine (18min)

  • Le mot "sionisme" est devenu malfamé

    par Alain Finkielkraut (13min)

  • Questions du public

    Le côté palestinien, le parlement israélien et la politique de Netanyahou (54min)

Les documents (7)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Elie Barnavi - historien

Elie Barnavi est né en 1946 à Bucarest (Roumanie) et émigre avec ses parents en Israël. Après des études d'histoire et de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem, à l'Université de Tel-Aviv et à la Sorbonne, il est nommé professeur d'histoire de l'Occident moderne à l'Université de Tel-Aviv, où il dirige le Centre d'études internationales. Il a aussi été directeur d'études à l'Institut de défense nationale et membre du mouvement La Paix Maintenant. Ambassadeur d'Israël en France de 2000 à 2002, il reprend ensuite son enseignement d'histoire à l'Université de Tel Aviv. Il dirige le comité scientifique du Musée de l'Europe à Bruxelles. Il a notamment publié Une Histoire moderne d'Israël et une Histoire universelle des Juifs.

Rémi Féraud - Maire du 10è arrondissement de Paris

Rémi Féraud, né le 24 août 1971 à Versailles, est un homme politique français, maire du 10e arrondissement de Paris depuis 2008.

Alain Finkielkraut - philosophe

Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949, il est le fils unique d'un maroquinier juif polonais rescapé d'Auschwitz. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, il est agrégé de Lettres modernes. Co-fondateur avec Benny Lévy et Bernard-Henri Lévy de l'Institut d'études lévinassiennes, il est professeur à l'Ecole polytechnique. Admirateur revendiqué d'Emmanuel Lévinas, d'Hannah Arendt, de Milan Kundera et de Charles Péguy, il choisi l'inconfort intellectuel par une critique constante de la société moderne : individualisme narcissique, pensée de Mai-68, imposture de la gauche révolutionnaire. Engagé donc, Alain Finkielkraut s'interroge également sur la place de la mémoire, le rôle de l'intellectuel dans un monde en crise comme ses prises de position à contre-courant l'ont montrées lors du conflit en ex-Yougoslavie (1992).

Hubert Vedrine - diplomate

Hubert Védrine, né le 31 juillet 1947 à Saint-Silvain-Bellegarde (Creuse), est un diplomate et homme politique français membre du Parti socialiste (PS). Après avoir travaillé avec le président François Mitterrand, il a été nommé au Conseil d'État. Hubert Védrine est ensuite devenu ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement Jospin. Il est le fils de Jean Védrine, ami et collaborateur de François Mitterrand.

Bibliographies des conférenciers

Alain Finkielkraut

La seule exactitude, (Stock, 2015)   Acheter

L'identité malheureuse, (Stock, 2013)   Acheter

L'Interminable écriture de l'Extermination, (Stock, 2010)   Acheter

Un Coeur intelligent, (Stock/Flammarion, 2009)   Acheter

Nous autres, modernes: quatre leçons, (Gallimard, 2008)   Acheter

Philosophie et modernité, (Ecole Polytechnique, 2008)   Acheter

Ce que peut la littérature, (Gallimard, 2008)   Acheter

Qu'est-ce que la France?, (Stock, 2007)   Acheter

La discorde: Israël-Palestine, les Juifs, la France, (Mille et nuits, 2006)   Acheter

Le Livre et les livres: entretiens sur la laïcité, (Verdier, 2006)   Acheter

Les battements du monde: dialogue, (Hachette Littératures, 2005)   Acheter

Au nom de l'autre: réflexions sur l'antisémitisme qui vient, (Gallimard, 2003)   Acheter | Emprunter

L'étrangèreté, (Editions du tricorne, 2003)   Acheter

Une voix vient de l'autre rive, (Gallimard, 2002)   Acheter

Internet, l'inquiétante extase, (Mille et une nuits, 2001)   Acheter

Penser le XXème siècle, (Ecole Polytechnique, 2001)   Acheter

L'ingratitude: conversation sur notre temps, (Gallimard., 2000)   Acheter

La Nation à l'épreuve, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Pierre Brossolette ou le destin d'un héros, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Des hommes et des bêtes, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Du bon usage de la mémoire, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Judaïsme et Christianisme, (Editions du Tricorne, 2000)   Emprunter

L'humanité perdue: essai sur le XXe siècle, (Seuil, 1998)   Acheter | Emprunter

La Mémoire vaine: du crime contre l'humanité, (Gallimard, 1989)   Acheter

La Défaite de la pensée, (Gallimard, 1987)   Acheter

La Réprobation d'Israël, (Denoël, 1983)   Acheter | Emprunter

Le Juif imaginaire: essai, (Seuil, 1983)   Acheter | Emprunter

L'avenir d'une négation: réflexion sur la question du génocide, (Seuil, 1982)   Acheter | Emprunter

Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay

En terrain miné, (Stock, 2017)   Acheter

Eli Barnavi

Dix thèses sur la guerre , (Flammarion , 2015)   Acheter

Elie Barnavi

Dix thèses sur la guerre, (Flammarion, 2014)   Acheter

Aujourd'hui, ou peut-être jamais, (André Versaille éditeur, 2009)   Acheter

Jean Frydman, tableaux d'une vie: Pour servir à l'histoire de notre temps, (Seuil, 2008)   Acheter | Emprunter

C'est notre Histoire, (Perrin, 2007)   Acheter

Israël-Palestine: une guerre de religion ?, (Bayard Centurion, 2006)   Acheter

Les Religions meurtrières, (Flammarion, 2006)   Acheter

Tuez-les tous ! La guerre de religion à travers l'histoire VIIe-XXIe siècle, (Perrin, 2006)   Acheter

L'Avenir d'Israël, (Gallimard, 2004)   Acheter

Histoire universelle des Juifs, (nouvelle édition mise à jour par Denis Charbit, Hachette Littératures., 2002)   Acheter

La France et Israël: une affaire passionnelle, (Perrin, 2002)   Acheter | Emprunter

Lettre ouverte aux Juifs de France, (Stock., 2002)   Acheter

Les Frontières de l'Europe, (De Boeck Université, 2001)   Acheter

Une Histoire moderne d'Israël, (Flammarion, 1998)   Acheter | Emprunter

Fin du Peuple Juif ?, (Le Monde, 1993)   Emprunter

Lettre d'un ami israélien à l'ami palestinien, (Flammarion, 1992)   Acheter | Emprunter

Israël au XXème siècle, (PUF, 1982)   Emprunter

Le Parti de Dieu : étude sociale et politique des chefs de la ligue parisienne, 1585-1594, (Presses de la Sorbonne, 1980)   Acheter

Hubert Védrine

La France au défi, (Fayard, 2014)   Acheter

Un partenariat pour l'avenir ; 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l'Afrique et la France, (Pluriel, 2014)   Acheter

Francois Mitterrand ; un dessein, un destin, (Gallimard, 2006)   Acheter

Le monde au défi , (Fayard 2016, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Shimon Peres

Un temps pour la guerre, un temps pour la paix, (Robert Laffont, 2003)   | Emprunter

David Chemla (dir.)

Bâtisseurs de paix, (Liana Levi, 2005)   Acheter

David Chemla (coordinateur)

JCall : les raisons d'un appel, (Liana Levi, 2011)   Acheter

Frederic Encel

Atlas géopolitique d'Israël , (Autrement, 2012)   Acheter

Alexandre Adler

Le peuple-monde, destins d'Israël, (Lgf, 2013)   Acheter

Yakov Rabkin

Comprendre l'Etat d'Israël ; idéologie, religion et société, (Ecosociété, 2014)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Autres textes utiles

Autres textes du conférencier ou sur le sujet

Israel: The Alternative par Tony Judt

Sur la toile
L'organisateur
Commentaires ( 16 )

Barnavi =danger.

10 juillet 2014, 11h31, R.S.

M. Eli Barnavi je veux vous dire que vous vous trompez. Vous voulez faire de la politique, mais vous n'êtes qu'un utopiste dangereux. Dangereux à la survie d'Israël. Vous dites que vous croyez que la paix dépend des israëliens : ce n'est pas vrai. Ils ne sont pas les seuls à détenir les clefs de la paix. Après la paix avec les palestiniens il faudra faire la paix avec les pays arabes, puis avec le Coran etc. Vous avez cité Sheldon A. , il n'est pas impossible que ce faisant vous l'ayez condamné à mort, par méconnaissance de vos ennemis et de Védrine Vous croyez que les menaces palestiniennes et islamiques s'arrêteront si l'on cède. C'est totalement faux et erroné. Vous parlez d'occupation. C'est que vous ne VOULEZ pas voir la réalité : GAZA a été évacué, est ce que la frontière sud c'est calmée ? Vous supposez que si vous cédez il y aura garantie de survie pour Israël, mais vous n'avez pas le moindre début de preuve. Vous pensez qu'une signature suffira à modifier les esprits vérolés par la haine du juif depuis des années ? Une paix a pu tenir un certain nombre d'années, c'est celle qui a été obtenue en échange du Sinaï avec l'Egypte. Sans l'occupation du Sinaï, l'Egypte n'aurait jamais signé. Pourquoi l'aurait elle fait ? Sadate savait qu'il risquait sa vie, mais il aimait plus son pays que vous même qui l'envoie au précipice. Au fond là est la solution, récupérer plus de territoires. Quand a Védrine, comme toujours, il a un sacré culot de reporter le refroidissement des relations avec la Turquie au gouvernement de Netanyahou : Il a oublié et passe sous silence, les insultes gratuites d'Erdogan qui indiquaient son changement de politique, bien avant l'affaire du Mavi Marmara.

Coupe faim !

10 juillet 2014, 16h31, Anne de jerusalem

Merci, si j'avais besoin d'un coupe faim vous y étés arrivé. Le modérateur : "le camp de la paix" vous oser prétendre que il y a des israéliens qui ne veulent pas la paix ? Est-ce qu'on est content des missiles, des alertes, de la peur, des trois ans d’armée pour nos jeunes, des périodes de réserve régulièrement de tout les endroits que l'on doit éviter car dangereux ? en tant que mère de 2 futurs soldats je ne rêverais pas de la paix ? Et pourtant je fais parti du camp de la droite : "les extrémistes". Ceux qui refusent la paix sont les palestiniens qui ont refuse tout les accords ou alors ne les respectent pas depuis 1948. "Quelle hystérie" monsieur le modérateur pour ces 3 jeunes : oui, ici la vie de chacun est considérée comme un monde entier, elle vaut plus que n'importe quoi, elle vaut plus que vos beaux discours, elle est si importante que avant de bombarder a Gaza l’armée prend soin de prévenir avant pour épargner les vies, je ne crois pas que il existe une autre armée morale comme celle ci dans le monde Monsieur Vedrine"vos amis tunisiens et autre vous ont bien conseille de ne rien céder aux islamistes et vous êtes d'accord, mais nous devrions céder des territoires entiers et avoir a nos portes et de tous les cotes des ennemis extrêmement dangereux, sans compter un peu plus loin nos"amis" : la Syrie, le Liban, l’Iran, l’Irak etc. monsieur Barnavi : la palme vous revient : j'ai eu vraiment mal en vous entendant et je me retient de vous traiter de traitre : demander aux américains et autres de nous fouetter, d’être plus dur avec nous! monsieur Finkelkraut : je suis déçu mais vous garde encore mon estime, vous avez été moins dur que les autres mais vous auriez du dénoncer cela. A tous : comme a dit Bennet hier au congres"de la paix" on est sorti de Gaza et on reçoit des attaques de partout on a pas donne les autre territoires et de ce cote on est tranquilles ; aussi bien les israéliens que les palestiniens qui ont du travail et dont beaucoup aurait peur d’être gouverné pas le Hamas ou autre. On va être dépassé démographiquement pas les arabes ? Contes et légendes, notre natalité est supérieure a la leur et on a de la réserve dans le monde entier. Il y aurait encore énormément a dire mais en résumé : intellect et beaux discours ne veut pas dire automatiquement honnêteté.

Qui peut encore faire la paix

11 juillet 2014, 17h41, sotto

Pour faire la paix, il faut... Un perdant ! L'Histoire nous montre qu'après une guerre, la paix s'obtient par la signature du perdant Après la guerre des six jours, les Jordaniens et les Palestiniens auraient dus signer un accord de paix commun aux 2 peuples pour recouvrer leurs territoires mais ils ont remis ça avec la guerre de Kippour... Pourquoi faut-il que ce soit au peuple agressé de prendre le rôle du perdant des 2 conflits ? Les agresseurs doivent assumer leurs responsabilités en signant un accord de paix sans poser la moindre condition, ensuite la générosité de chacun peut faire des miracles et émerveiller le reste du monde.

La paix la paix quelle toutfaise

16 juillet 2014, 17h50, OSIRIS PENSEUR

La paix la paix la paix quelle utopie, certes si on ne fait rien on aura encore et toujours la guerre. Que dire des opposants aux Hamas, Djihadistes, bombes humaines qui se sacrifie seulement en voulant tuer quelques civiles ou enfants juifs -car le Coran leur demande en quelque sorte (voir la sourate de la Vache, la Bagra en arabe) et on ne comprend que ces palestiniens qui ont un pays a conquérir: la Jordanie création tout a fait artificielle des Anglo- français entre les deux guerres, mais non on préférè vendre des armes et organiser par ricochet la guerre, alors la paix la paix quelle illusion royale. Seule la lutte face aux ennemis soit la manigance de faire une petite paix.

Merci

17 juillet 2014, 16h24, AC

Merci pour ces mots et ces discours d'une trop rare intelligence.

Les dialogues nourrissent l'entêtement

17 juillet 2014, 17h47, Militant sioniste

On en parle de la libération des terres "occupées". Mais de quelles terres s'agit-il ? Personne le ne dit. Les arabes et les Palestiniens exigent la reconnaissance de leur Etat, mais pas n'importe quel. Ils revendiquent un Etat avec comme capitale la Jérusalem. Cher Monsieur Barnavi, vous avez confirmé que vous êtes profondément sioniste, donc pour un Etat juif en Palestine. Mais quelle ville proposez-vous comme capitale pour Israël ? Est-ce que vous comprenez le fond de problème ? Êtes-vous d'accord de céder Jérusalem aux Palestiniens ? Avec tous mes respects.

Védrine : antisémite viscéral notoire (fait partie des guignols qui, dès qu'ils évoquent Israël ou l

22 juillet 2014, 22h42, Le Goan

Quelle idée d'inviter Védrine, ce serpent viscéralement judéophobe et antisioniste. Voyez le masque de la haine plaqué sur son visage. Filkenkraut me déçoit beaucoup : je le pensais authentique, il s'est laissé bercer par les violons de la gloire depuis qu'il est entré à l'Académie et son discours a déjà changé. Eli Barnavi m'avait déjà déçue à la lecture de ses articles. Encore un qui a des problèmes à accepter sa judaïté et qui se sert d'un antisionisme (affiché) de bon aloi qui sert de tremplin en Europe pour entamer une bonne carrière.

Voici un " beau discours politiquement correct " en général et que je déplore...

29 juillet 2014, 22h20, BONTE marie-rose

Monsieur BARNAVI devrait dire son " beau discours " au moment où moment où le hamas prouve son " amour" pour sa propre population mais aussi pour sa volonté de vivre surtout en bonne entente avec les israéliens, et les colonies, Monsieur SHARON a fait justement démanteler les colonies à GAZA comme elles le furent au moment où le Sinaï fut rendu avec un respect de la paix et de la cohabitation avec l'Egypte car ce pays a constaté sur le long terme, les bienfaits de cette situation pour de multiples motifs positifs mais qui sont différents de ce qui a amené à la " Révolution égyptienne " due aux aux conditions de la vie quotidienne de la population due à ses dirigeants. Autant la conférence de Monsieur YAALON est peut-être dure à écouter autant elle me parait juste et réaliste ISRAEL commet aussi des erreurs mais le passé donc l'histoire devrait amener ces intellectuels à réfléchir et à constater des réalités pénibles. Individuellement, j'ai rencontré des israéliennes et des palestiniennes qui discutaient en toute cordialité mais hélas, il y a des " personnages plus que négatifs " qui refusent ses liens ? ALORS ? Un jour, hélas, les " beaux discours " justement sont caduques ? MERCI.

A qui profite la guerre ?

31 juillet 2014, 14h50, Alegria

Ce colloque politique est formidable. Les analyses sont pertinentes et le débat, hautement et sincèrement intellectuel. D'une lucidité et d'une honnêteté rares, comme toujours lorsque des participants tels que Alain Finkelkraut et Élie Barnavi en font partie... Je ne mets pas en doute la bonne volonté exprimée ici, à tous les niveaux... Pourtant, je trouve qu'un sujet très important, et grave a été oublié... Et c'est celui des intérêts économiques, qui sont, une autre religion... Qui, elle, n'a aucune frontière au contraire... Et n'en a aucunement besoin. L'universalisme, ou la mondialisation, dont on a voulu faire croire que cela permettrait aux plus pauvres, de partager les possibilités économiques, à l'heure où la communication est devenue un outil... Qui relie tout à tous... Bref, la prise en compte, Dans ce débat, de cet élément, a été complètement occultée. Et c'est là, ou je rejoints complètement Mr Barnavi, lorsqu'il en appelle, à une action drastique des U. S. A Qui imposerait la paix aux deux camps... Malheureusement, ici aussi, vous semblez penser que les États Unis sont LA super - puissance, qui peut tout. Elle est, elle aussi, (et peut-être, elle d'abord) dépendante des fluctuations économiques, donc, des marchés financiers et pétroliers, donc, de beaucoup de pays Arabes, musulmans, et même islamistes. Il m'arrive d'ailleurs de me demander, si Israël et les juifs, ne servent pas, qu'à jouer, l'idiot utile... Tant il est vrai, que ce sujet arrive à mettre en accord les extrémistes de toutbord et sert d'exutoire à la terre entière, ou presque. Les opinions publiques mondiales, ou presque, arrivent à s'accorder, si ce n'est, sur une condamnation d'Israel, du moins sur des discussions, quant à ses droits, sur cette terre, Israël, mais aussi sur cette terre, tout court. S'est - on déjà octroyé le droit de débattre publiquement de la possible disparition d'un pays, autre que celui- ci ? J'ai amplement dévié de ma question portant sur le côté économique du conflit... Je m'en excuse. Je vis en Israël depuis 18 ans, et je souffre de ce qui se passe ici, comme je souffre de ce qui se passe en France... J'aime mes deux pays... En venant en Israël, je ne désirais pas " quitter la France", mais, plutôt faire mon devoir de juive, en permettant de grossir le nombre des citoyens de ce pays, pour que son existence ne soit plus dépendante d'une population trop petite... Et semble plus difficile à contourner... Pour que les juifs aient un pays, même petit... Lorsque je regarde une carte de la région, où sont signales par une couleur, les pays musulmans alentour, et Israël au milieu, qui tranche, comme une petite tête d'épingle, au milieu de cette immensité moyen orientale, j'en ai, chaque fois, le souffle coupé... Et je ne comprends pas comment les anti-sémites - anti- sionistes... Ne voient pas le ridicule de leurs propos... Mais, ce serait, leur attribuer une pensée... Or, chez ces gens- là, on ne pense pas... , on ne pense pas.

Quand les paons font la roue

11 août 2014, 15h20, Jacquot

Ces discours vides de sens et plein d'auto satisfaction ne sont que l'expression évidente de la perte de toute les valeurs du bien et du mal dans le chaos de l'eurabia qui s'installe, qui est déjà installée en Europe et particulièrement en France. C'est lamentable et très triste surtout de voir la veulerie de certains participants juifs qui ont perdu leur boussole morale et judaïque. Israël n'est pas a vendre. Il appartient au peuple Juif. Quiconque, qu'il soit juif ou goy, qui veut atteindre a son intégrité ou sa sécurité sera puni tôt ou tard par Dieu. C'est le destin de tous ceux qui ont essaye tout au long de l'histoire. Donc messieurs les beaux parleurs, vous auriez mieux fait de vous taire !

You Fantasy World

16 août 2014, 05h15, M Cohen P. Eng. Canada

One question for you uber liberals who think that all you have to do is express good feeling for automatically change the world. You never conduct a proper situation analysis and evaluate the What, Where, When, How, Why, the extent of it and what is and what is not. From the next day of Israel's rebirth when the Armies of Lebanon, Syria, Jordan, Iraq and Egypt try to throw the Jews to the sea. Have you ever considered why the invented 1980 Palestinians never accepted a deal of any kind ? Did you ever stopped and thought about the why the Palestinians never came up with a counter offer on anything ? I have the answer for all of you : Because they want all of Israel with zero Jews on it, that's why ! Take the situation in Gaza : Israel gave Gaza to the Palestinians. Instead of building some sort of economy, they used funds from Qatar to build a Terror State underground and destroy Israel. You folks have more than my Chemical and Mecchanical Engineering Degrees with a huge career behind me with 40 Industry Patents, yet when it comes to conduct a proper Situation Analysis, all of you fail miserably. At the end of the First World War when the Ottoman Empire was disbanded, we had a period when the Muslim World was evaluating how they were going to retake their empires. While we in the west were busy dealing with the Soviet Danger, the Arabs went on the application of their plans. This came about first with the Islamic Revolution in Iran by the theocracy of the Mullahs in Shia Islam, then the advent of jihad and terror outside of the monarchies and dictatorships of the Arab world. This started by the attacks on 9/11 in New York by Al-Qaeda up to this day with ISIS and crimes like behadings, killings, forced conversion, etc. This is primarily killings of Muslims on Muslims while overflowing into Western societies. Here are the bad news : has France ever conducted a cost benefit evaluation of havin 10 Million Muslims on it's soil ? Today, August 15, 2014 Fance has announced that they were dropping earlier plans to reduce the deficit. When it was announced some months ago, I thought that the plan was quite mild. Therefore quite easy to implement. Today, this announcement means that France is sinking into insolvency. As a child after WW II, I went to France and continue to do so ver 60 years every couple of years. Over the decades I saw France sinking. We were guests at the George V, the Plaza Athenee, the Ritz and the Managers of these establishments would give us points on how not to be mugged and robbed by North Africans. You folks are just dreaming which is how Liberals operate : In their own fantasy world. Piece of advice : WAKE UP !

Je comprends le découragement de monsieur Finkielkraut

24 août 2014, 19h09, georges Benarous

La difficulté des intellectuels juifs en Europe et dans une certaine mesure en Israël se situe amon humble avis dans un questionnement sur leur propre identité. Le philosophe Alain Finkielkraut est, semble-t-il, conscient d’un dilemme de double appartenance, une identité juive avec une sensibilité vis-à-vis de l’état d’Israël et d’autre part une appartenance à une culture et un pays la France qu’il a choisi et accepté comme destinée… Monsieur Finkielkraut estime possible et naturel de voguer en cette double appartenance Il est important de s’interroger sur la raison de cette volonté de double appartenance, est-elle le résultat d’une part de l’après Shoa où les enfants des rescapés sentent une obligation de garder et conserver ce que les allemands, avec le silence d’une grande partie du monde, ont voulu effacer de la surface de la terre et d’autre part une obligation de reconnaissance, voire même d’un amour d’une culture reçue en France…. Bien sur il serait stupide de simplifier les motivations d’intellectuels honnêtes, car nombres de paramètres qui sont affectifs personnels ont certainement une part dans leur vision et leurs décisions. Cette situation de double appartenance oblige monsieur Finkielkraut à réagir face au mondialisme multiculturel politiquement correct des idées de l’intelligentsia en vigueur, généralement situé à gauche de l’hémicycle. Cette nouvelle idéologie, même si elle n’est pas explicitement citée comme telle, le multiculturalisme actuel, réfute systématiquement toutes idées qui ne correspondent pas à une unité de pensée au point même de jeter un anathème sur des idées qui ont en d’autres temps furent reconnues comme valeur. Le ‘sionisme’ est devenu pour une grosse partie de ce mondialisme multiculturalisme un ‘anachronisme’ terme publié dans un article de Tony Jett et cité par monsieur Finkielkraut. L’affirmation de Tony Jett, qui a fortement dérangé monsieur Finkielkraut se base en fait sur la contradiction évidente que l’état d’Israël affiche. Tout en se voulant être une démocratie ouverte et ressemblant aux idées démocrates de l’occident, Israël se dit un état juif avec majorité juive, ceci est une contradiction en soi et ouvrent toutes les portes au racisme qui a tant fait souffrir les juifs à travers l’histoire. Sans entrer dans les tentatives d’explications de penseurs historiens ou philosophes qui essaient d’expliquer la possibilité d’un état juif comme refuge pour les juifs tout en étant un état parmi la famille des nations démocratiques, il faut malgré tout reconnaitre qu’en restant dans la pensée d’un mondialisme multiculturel il sera toujours difficile de justifier les lois en vigueur en Israël qui tiennent leurs fondements plus dans le talmud que dans le code Napoléon ou dans un code Anglo-saxon. Cette difficulté évidente exprimée aussi par des écrivains israéliens comme Amos Oz pose plusieurs questions : • Etre juif est ce la résultante d’une croyance religieuse ou est-ce l’hérédité d’un patrimoine ? • L’état d’Israël est-il un état religieux ? • Démocratie et religion peuvent ils vivre en cohabitation ? Le sionisme d’état fut créé apparemment en réaction à l’antisémitisme et aux persécutions bien que le retour vers la terre d’Israël et non en Ouganda (solution proposée et réfutée par le mouvement sioniste avant la création de l’état juif) fut de tout temps l’espoir des juifs en diaspora. L’exacerbation que provoque le conflit armé vieux déjà de 70 ans se veut de trouver des solutions, et c’est en cet instant si difficile que se trouve confronté la difficulté des intellectuels juifs de France ou d’Israël cités précédemment. A juste titre monsieur Finkielkraut signale l’impatience contenu dans le pseudo du mouvement la ‘paix maintenant’ comme une volonté quelques peu usitée si ce n’est démodée. La conviction de donner la responsabilité du conflit à l’occupation des terres de Judée Samarie est terriblement ébranlée depuis le repli de Gaza par Ariel Sharon qui a déjà vu trois guerres exploser de ces mêmes territoires libérée avec expulsion de plusieurs milliers de juifs qui s’y étaient installés. Remarquons que monsieur Finkielkraut n’a pas répondu quant à son opinion à ce sujet, d’ailleurs à la question qui lui était personnellement adressée il a préféré transmettre le micro à monsieur Barnabi. Il semble de plus en plus évident que le conflit n’a pas pour cause la présence de colons en terres occupées mais met plutôt en question l’existence même du juif en terre d’Israël, d’où la focalisation à travers le monde d’invectiver le ‘SIONISME’. Il faut avoir le courage de reconnaitre que le problème n’est pas à sa base un problème de territoires bien que des historiens comme monsieur Barnabi s’y accrochent, mais c’est essentiellement un problème religieux qui bien sur entraine en son flux la sainteté d’une terre avec ses tabous… La notion de religion exclue inévitablement toutes discussions rationnelles et là se trouve le point d’achoppement de tout intellectuel face aux croyants. Ce n’est pas seulement un problème religieux de l’Islam mais aussi un problème religieux du Judaisme... Pour le religieux de l’Islam un étranger reste un DIMI qui ne peut séjourner en terre dites arabes (même en Arabie saoudite présentée comme modérée il fallut aux forces américaines des autorisations religieuses spéciales pour y séjourner durant la guerre du golf) Bien que l’Islam a différentes écoles il y a néanmoins des points communs a toutes ses tendances et la terre dites arabes est certainement un élément sacré. Sans oublier que la très grosse majorité des peuples arabes est foncièrement très religieuse. Le judaïsme diffère tant soit peu car la diaspora a laissé des traces et des sensibilités différentes chez les juifs qui ont choisi de vivre en Israël, les religieux pratiquants voient Israël comme la Terre Promise et leur retour en Israël est souvent conçu comme un pas dans un sens messianique... La terre est sainte autant que le peuple juif est saint à l’instar de la Thora qui est sacré. Les non religieux se divisent plus ou moins en deux parties, d’une part ceux qui veulent voir Israël ressemblant à un pays démocratique d’Europe et défend Israël comme pays de refuge, leur vision d’Israël est essentiellement sécuritaire… La terre d’Israël en soi n’a pas une importance à leurs yeux. D’autre part une autre tendance non religieuse se dit attachée au grand Israël comme fierté et patrimoine à défendre, un genre de nationalisme historique qui semble démodé en Europe (bien qu’existant de facto en de nombreuses manifestation)... Cette division n’est pas toujours claire car les sensibilités sont grandes et diffèrent selon les origines culturelles très variées, un juif venant de Russie n’aura pas la même réaction qu’un émigrant venant du Yemen. Le refus de croire qu’une optique religieuse est la racine du problème mettra les intellectuels de l’occident toujours à faux dans leurs recherches de solutions, car cela dénote une volonté de croire que la pensée philosophique et rationnelle de l’Europe détient la seule la vérité. Nous comprenons le découragement de monsieur Finkielkraut de voir l’antisémitisme prendre souvent l’habit d’un antisionisme pour justifier son comportement actuel ressemblant de plus en plus à des comportements de l’Europe des années 1935-39. Les intellectuels Français ainsi que la gauche Israélienne, monsieur Shimon Peres en tète, ont regardé Israël comme un pays Européen et les palestiniens comme de pauvres habitants auxquels on aurait confisqué leurs terres se sont en fait fourvoyés…. J’ai eu l’occasion lors d’un colloque à Bruxelles de raconter une histoire pour contredire la croyance optimiste de monsieur Barnabi qui affirmait possible de trouver des partenaires pour la paix…. Un ours désire tuer un chasseur pour le manger et un chasseur désire tuer l’ours pour se vêtir de sa fourrure… Soudainement ils se retrouvent nez à nez… une discussion commence … Pourquoi nous faire la guerre discutons, nous trouverons bien un accord pour vivre en paix… d’accord… le chasseur dépose son arme et l’ours invite avec un sourire accueillant le chasseur a discuter dans sa grotte…. Et une demi-heure plus tard l’ours sortit seul de la grotte…. Le chasseur avec une fourrure sur lui et l’ours le ventre plein…. L’optimisme de monsieur Barnabi a moins de chance de persévérer que le découragement de monsieur Finkielkraut. Voilà un avenir peu encourageant direz vous, certes mais il est nécessaire me semble-t-il de faire un diagnostique exacte même si on ne connait encore l’antibiotique de la maladie… Je comprends monsieur Finkielkraut sur sa volonté d’un accommodement, c’est une vision dans une immédiateté qui prend des risques très grands, je ne voudrais pas faire allusion à des passages historiques comme celui de Chamberlain mais de nos jours où tout va si vite peut-on se permettre d’avoir le temps de laisser des fondamentalistes développés des bombes atomiques… Ceux même dont la motivation religieuse fera fi de toutes considérations comme accord donnés ou autres contrats…. Croyez vous monsieur Finkielkraut qu’il est possible de trouver des accommodements en France en Israël ou en n’importe quel pays où les racines de l’Islam se développent ?

Qui peut encore faire la paix ?

18 septembre 2014, 22h27, Aït-France

Merci Monsieur Finkielkraut pour votre exposé. Je désire tout de même faire une toute petite remarque si vous le permettez. La démarche du Pape François vise à montrer que les trois religions monothéistes ont des racines communes et doivent s'entendre pour la paix sur une terre sacrée pour elles trois. Et comme les racines sont juives, vous le savez très bien Monsieur  ! On ne peut pas (que l'on veut ou pas) dissocier Israël et Dieu. L'Histoire nous apprend dans la Bible que D. Ieu a choisi un peuple « des juifs et Israël », et que la paix du monde dépend de la paix d'Israël. Le religieux et le politique ont été et seront toujours liés et sont intimement liés ensemble pour le peuple juif. On ne peut pas aller à l'encontre de Dieu. Le malheur c'est que des personnes comme vous (et c'est tout à fait de votre droit) de donner votre avis et de penser que l’événement de l'invitation du Pape François avec les présidents Mahmoud Abbas et Shimon Peres est déchirant, douloureux, pathétique et grotesque. Que selon vos dires il n'y a aucun sens que des chefs d états prient. Les hommes politiques agissent, les hommes de foi prient  ! Pourquoi des chefs d'états ne peuvent-ils pas avoir ses deux qualités, « la foi et l'action » , (prier et agir) ? Telle est ma question. Je pense à ce verset de la bible «  2 Chroniques 7 : 14 si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. Première condition, l'humilité, reconnaître ses erreurs et comme dans le monde juifs c'est la nouvelle année qui, et son peuple et la paix tant voulue sera. Car Dieu dit par la bouche du prophète Zacharie, ce célèbre verset de Zacharie (ch. 4 v. 6) : (La Bible) "ceci est la parole de l’éternel à Zorobabel ; ni par la puissance (armée) ni par la force, mais bien par mon Esprit ! ". En effet, ce verset est lu à la synagogue lors du premier Shabath de Hanouka. On constate que ces textes sont d'une brûlante actualité en ce temps de troubles et de remises en question . Pierson a dit que là où l’Esprit fait défaut : « Il y a la sagesse des paroles mais pas la sagesse de Dieu. Il y a la puissance oratoire, mais non pas la puissance de Dieu. Il y a des arguments et de la logique mais pas la démonstration efficace du Saint-Esprit Avec mon très cordial Shilom  ! Aït-France 1.

Initiative/Accord/Plan de Geneve

6 novembre 2014, 00h24, denis

Vous avez appelez votre document 6 "Accord de Genève" Or la personne qui a posé la question a à juste titre employé l'expression "Initiative de Genève".

Quand les paons font la roue

4 décembre 2014, 00h32, popi soudure

E Barnavi a un drôle d'humour quand il dit ne pas faire de politique ! Et qu'il n'est ni de gauche ni de droite ! Qu'il veut il convaincre ? Son MILITANTISME distingué peut troubler par ses affirmations intempestives digne de la ligne d'H Vedrine et de leur petit club subversif anti israelien qu'est J CALL !

Qui peut encore faire la paix ?

29 septembre 2016, 14h57, Soliloque

J Call m'apparaît comme un ensemble de personnalités remarquables à bien des égards mais qui a un parti pris : vouloir tout ignorer des aspirations de l'islam et des musulmans ; il n'est pas de paix si une seule des deux parties montre son désir de paix car c'est le seul moyen pour l'autre partie de s'engoufrer dans son non -désir de paix et de faire monter les enchères, et Gaza, c'est avant tout cela. C'est une loi humaine qu'on ne peut ignorer, très psychanalytique que bien des politiciens se doivent de méditer avant d'entreprendre toute initiative, au risque de la voir de retourner contre eux et contre leurs "bonnes intentions". Et le seul intervenant clairvoyant m'a paru être Alain Finkielkraut qui a du moins évoqué le fait que le mot "sionisme " devenait "malfamé" ainsi que le projet du même nom.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Qui peut encore faire la paix ?

107 min

Elie Barnavi - historien, Rémi Féraud - Maire du 10è arrondissement de Paris, Alain Finkielkraut - philosophe, Hubert Vedrine - diplomate

Commentaires ( 16 )

Barnavi =danger.

10 juillet 2014, 11h31, R.S.

M. Eli Barnavi je veux vous dire que vous vous trompez. Vous voulez faire de la politique, mais vous n'êtes qu'un utopiste dangereux. Dangereux à la survie d'Israël. Vous dites que vous croyez que la paix dépend des israëliens : ce n'est pas vrai. Ils ne sont pas les seuls à détenir les clefs de la paix. Après la paix avec les palestiniens il faudra faire la paix avec les pays arabes, puis avec le Coran etc. Vous avez cité Sheldon A. , il n'est pas impossible que ce faisant vous l'ayez condamné à mort, par méconnaissance de vos ennemis et de Védrine Vous croyez que les menaces palestiniennes et islamiques s'arrêteront si l'on cède. C'est totalement faux et erroné. Vous parlez d'occupation. C'est que vous ne VOULEZ pas voir la réalité : GAZA a été évacué, est ce que la frontière sud c'est calmée ? Vous supposez que si vous cédez il y aura garantie de survie pour Israël, mais vous n'avez pas le moindre début de preuve. Vous pensez qu'une signature suffira à modifier les esprits vérolés par la haine du juif depuis des années ? Une paix a pu tenir un certain nombre d'années, c'est celle qui a été obtenue en échange du Sinaï avec l'Egypte. Sans l'occupation du Sinaï, l'Egypte n'aurait jamais signé. Pourquoi l'aurait elle fait ? Sadate savait qu'il risquait sa vie, mais il aimait plus son pays que vous même qui l'envoie au précipice. Au fond là est la solution, récupérer plus de territoires. Quand a Védrine, comme toujours, il a un sacré culot de reporter le refroidissement des relations avec la Turquie au gouvernement de Netanyahou : Il a oublié et passe sous silence, les insultes gratuites d'Erdogan qui indiquaient son changement de politique, bien avant l'affaire du Mavi Marmara.

Coupe faim !

10 juillet 2014, 16h31, Anne de jerusalem

Merci, si j'avais besoin d'un coupe faim vous y étés arrivé. Le modérateur : "le camp de la paix" vous oser prétendre que il y a des israéliens qui ne veulent pas la paix ? Est-ce qu'on est content des missiles, des alertes, de la peur, des trois ans d’armée pour nos jeunes, des périodes de réserve régulièrement de tout les endroits que l'on doit éviter car dangereux ? en tant que mère de 2 futurs soldats je ne rêverais pas de la paix ? Et pourtant je fais parti du camp de la droite : "les extrémistes". Ceux qui refusent la paix sont les palestiniens qui ont refuse tout les accords ou alors ne les respectent pas depuis 1948. "Quelle hystérie" monsieur le modérateur pour ces 3 jeunes : oui, ici la vie de chacun est considérée comme un monde entier, elle vaut plus que n'importe quoi, elle vaut plus que vos beaux discours, elle est si importante que avant de bombarder a Gaza l’armée prend soin de prévenir avant pour épargner les vies, je ne crois pas que il existe une autre armée morale comme celle ci dans le monde Monsieur Vedrine"vos amis tunisiens et autre vous ont bien conseille de ne rien céder aux islamistes et vous êtes d'accord, mais nous devrions céder des territoires entiers et avoir a nos portes et de tous les cotes des ennemis extrêmement dangereux, sans compter un peu plus loin nos"amis" : la Syrie, le Liban, l’Iran, l’Irak etc. monsieur Barnavi : la palme vous revient : j'ai eu vraiment mal en vous entendant et je me retient de vous traiter de traitre : demander aux américains et autres de nous fouetter, d’être plus dur avec nous! monsieur Finkelkraut : je suis déçu mais vous garde encore mon estime, vous avez été moins dur que les autres mais vous auriez du dénoncer cela. A tous : comme a dit Bennet hier au congres"de la paix" on est sorti de Gaza et on reçoit des attaques de partout on a pas donne les autre territoires et de ce cote on est tranquilles ; aussi bien les israéliens que les palestiniens qui ont du travail et dont beaucoup aurait peur d’être gouverné pas le Hamas ou autre. On va être dépassé démographiquement pas les arabes ? Contes et légendes, notre natalité est supérieure a la leur et on a de la réserve dans le monde entier. Il y aurait encore énormément a dire mais en résumé : intellect et beaux discours ne veut pas dire automatiquement honnêteté.

Qui peut encore faire la paix

11 juillet 2014, 17h41, sotto

Pour faire la paix, il faut... Un perdant ! L'Histoire nous montre qu'après une guerre, la paix s'obtient par la signature du perdant Après la guerre des six jours, les Jordaniens et les Palestiniens auraient dus signer un accord de paix commun aux 2 peuples pour recouvrer leurs territoires mais ils ont remis ça avec la guerre de Kippour... Pourquoi faut-il que ce soit au peuple agressé de prendre le rôle du perdant des 2 conflits ? Les agresseurs doivent assumer leurs responsabilités en signant un accord de paix sans poser la moindre condition, ensuite la générosité de chacun peut faire des miracles et émerveiller le reste du monde.

La paix la paix quelle toutfaise

16 juillet 2014, 17h50, OSIRIS PENSEUR

La paix la paix la paix quelle utopie, certes si on ne fait rien on aura encore et toujours la guerre. Que dire des opposants aux Hamas, Djihadistes, bombes humaines qui se sacrifie seulement en voulant tuer quelques civiles ou enfants juifs -car le Coran leur demande en quelque sorte (voir la sourate de la Vache, la Bagra en arabe) et on ne comprend que ces palestiniens qui ont un pays a conquérir: la Jordanie création tout a fait artificielle des Anglo- français entre les deux guerres, mais non on préférè vendre des armes et organiser par ricochet la guerre, alors la paix la paix quelle illusion royale. Seule la lutte face aux ennemis soit la manigance de faire une petite paix.

Merci

17 juillet 2014, 16h24, AC

Merci pour ces mots et ces discours d'une trop rare intelligence.

Les dialogues nourrissent l'entêtement

17 juillet 2014, 17h47, Militant sioniste

On en parle de la libération des terres "occupées". Mais de quelles terres s'agit-il ? Personne le ne dit. Les arabes et les Palestiniens exigent la reconnaissance de leur Etat, mais pas n'importe quel. Ils revendiquent un Etat avec comme capitale la Jérusalem. Cher Monsieur Barnavi, vous avez confirmé que vous êtes profondément sioniste, donc pour un Etat juif en Palestine. Mais quelle ville proposez-vous comme capitale pour Israël ? Est-ce que vous comprenez le fond de problème ? Êtes-vous d'accord de céder Jérusalem aux Palestiniens ? Avec tous mes respects.

Védrine : antisémite viscéral notoire (fait partie des guignols qui, dès qu'ils évoquent Israël ou l

22 juillet 2014, 22h42, Le Goan

Quelle idée d'inviter Védrine, ce serpent viscéralement judéophobe et antisioniste. Voyez le masque de la haine plaqué sur son visage. Filkenkraut me déçoit beaucoup : je le pensais authentique, il s'est laissé bercer par les violons de la gloire depuis qu'il est entré à l'Académie et son discours a déjà changé. Eli Barnavi m'avait déjà déçue à la lecture de ses articles. Encore un qui a des problèmes à accepter sa judaïté et qui se sert d'un antisionisme (affiché) de bon aloi qui sert de tremplin en Europe pour entamer une bonne carrière.

Voici un " beau discours politiquement correct " en général et que je déplore...

29 juillet 2014, 22h20, BONTE marie-rose

Monsieur BARNAVI devrait dire son " beau discours " au moment où moment où le hamas prouve son " amour" pour sa propre population mais aussi pour sa volonté de vivre surtout en bonne entente avec les israéliens, et les colonies, Monsieur SHARON a fait justement démanteler les colonies à GAZA comme elles le furent au moment où le Sinaï fut rendu avec un respect de la paix et de la cohabitation avec l'Egypte car ce pays a constaté sur le long terme, les bienfaits de cette situation pour de multiples motifs positifs mais qui sont différents de ce qui a amené à la " Révolution égyptienne " due aux aux conditions de la vie quotidienne de la population due à ses dirigeants. Autant la conférence de Monsieur YAALON est peut-être dure à écouter autant elle me parait juste et réaliste ISRAEL commet aussi des erreurs mais le passé donc l'histoire devrait amener ces intellectuels à réfléchir et à constater des réalités pénibles. Individuellement, j'ai rencontré des israéliennes et des palestiniennes qui discutaient en toute cordialité mais hélas, il y a des " personnages plus que négatifs " qui refusent ses liens ? ALORS ? Un jour, hélas, les " beaux discours " justement sont caduques ? MERCI.

A qui profite la guerre ?

31 juillet 2014, 14h50, Alegria

Ce colloque politique est formidable. Les analyses sont pertinentes et le débat, hautement et sincèrement intellectuel. D'une lucidité et d'une honnêteté rares, comme toujours lorsque des participants tels que Alain Finkelkraut et Élie Barnavi en font partie... Je ne mets pas en doute la bonne volonté exprimée ici, à tous les niveaux... Pourtant, je trouve qu'un sujet très important, et grave a été oublié... Et c'est celui des intérêts économiques, qui sont, une autre religion... Qui, elle, n'a aucune frontière au contraire... Et n'en a aucunement besoin. L'universalisme, ou la mondialisation, dont on a voulu faire croire que cela permettrait aux plus pauvres, de partager les possibilités économiques, à l'heure où la communication est devenue un outil... Qui relie tout à tous... Bref, la prise en compte, Dans ce débat, de cet élément, a été complètement occultée. Et c'est là, ou je rejoints complètement Mr Barnavi, lorsqu'il en appelle, à une action drastique des U. S. A Qui imposerait la paix aux deux camps... Malheureusement, ici aussi, vous semblez penser que les États Unis sont LA super - puissance, qui peut tout. Elle est, elle aussi, (et peut-être, elle d'abord) dépendante des fluctuations économiques, donc, des marchés financiers et pétroliers, donc, de beaucoup de pays Arabes, musulmans, et même islamistes. Il m'arrive d'ailleurs de me demander, si Israël et les juifs, ne servent pas, qu'à jouer, l'idiot utile... Tant il est vrai, que ce sujet arrive à mettre en accord les extrémistes de toutbord et sert d'exutoire à la terre entière, ou presque. Les opinions publiques mondiales, ou presque, arrivent à s'accorder, si ce n'est, sur une condamnation d'Israel, du moins sur des discussions, quant à ses droits, sur cette terre, Israël, mais aussi sur cette terre, tout court. S'est - on déjà octroyé le droit de débattre publiquement de la possible disparition d'un pays, autre que celui- ci ? J'ai amplement dévié de ma question portant sur le côté économique du conflit... Je m'en excuse. Je vis en Israël depuis 18 ans, et je souffre de ce qui se passe ici, comme je souffre de ce qui se passe en France... J'aime mes deux pays... En venant en Israël, je ne désirais pas " quitter la France", mais, plutôt faire mon devoir de juive, en permettant de grossir le nombre des citoyens de ce pays, pour que son existence ne soit plus dépendante d'une population trop petite... Et semble plus difficile à contourner... Pour que les juifs aient un pays, même petit... Lorsque je regarde une carte de la région, où sont signales par une couleur, les pays musulmans alentour, et Israël au milieu, qui tranche, comme une petite tête d'épingle, au milieu de cette immensité moyen orientale, j'en ai, chaque fois, le souffle coupé... Et je ne comprends pas comment les anti-sémites - anti- sionistes... Ne voient pas le ridicule de leurs propos... Mais, ce serait, leur attribuer une pensée... Or, chez ces gens- là, on ne pense pas... , on ne pense pas.

Quand les paons font la roue

11 août 2014, 15h20, Jacquot

Ces discours vides de sens et plein d'auto satisfaction ne sont que l'expression évidente de la perte de toute les valeurs du bien et du mal dans le chaos de l'eurabia qui s'installe, qui est déjà installée en Europe et particulièrement en France. C'est lamentable et très triste surtout de voir la veulerie de certains participants juifs qui ont perdu leur boussole morale et judaïque. Israël n'est pas a vendre. Il appartient au peuple Juif. Quiconque, qu'il soit juif ou goy, qui veut atteindre a son intégrité ou sa sécurité sera puni tôt ou tard par Dieu. C'est le destin de tous ceux qui ont essaye tout au long de l'histoire. Donc messieurs les beaux parleurs, vous auriez mieux fait de vous taire !

You Fantasy World

16 août 2014, 05h15, M Cohen P. Eng. Canada

One question for you uber liberals who think that all you have to do is express good feeling for automatically change the world. You never conduct a proper situation analysis and evaluate the What, Where, When, How, Why, the extent of it and what is and what is not. From the next day of Israel's rebirth when the Armies of Lebanon, Syria, Jordan, Iraq and Egypt try to throw the Jews to the sea. Have you ever considered why the invented 1980 Palestinians never accepted a deal of any kind ? Did you ever stopped and thought about the why the Palestinians never came up with a counter offer on anything ? I have the answer for all of you : Because they want all of Israel with zero Jews on it, that's why ! Take the situation in Gaza : Israel gave Gaza to the Palestinians. Instead of building some sort of economy, they used funds from Qatar to build a Terror State underground and destroy Israel. You folks have more than my Chemical and Mecchanical Engineering Degrees with a huge career behind me with 40 Industry Patents, yet when it comes to conduct a proper Situation Analysis, all of you fail miserably. At the end of the First World War when the Ottoman Empire was disbanded, we had a period when the Muslim World was evaluating how they were going to retake their empires. While we in the west were busy dealing with the Soviet Danger, the Arabs went on the application of their plans. This came about first with the Islamic Revolution in Iran by the theocracy of the Mullahs in Shia Islam, then the advent of jihad and terror outside of the monarchies and dictatorships of the Arab world. This started by the attacks on 9/11 in New York by Al-Qaeda up to this day with ISIS and crimes like behadings, killings, forced conversion, etc. This is primarily killings of Muslims on Muslims while overflowing into Western societies. Here are the bad news : has France ever conducted a cost benefit evaluation of havin 10 Million Muslims on it's soil ? Today, August 15, 2014 Fance has announced that they were dropping earlier plans to reduce the deficit. When it was announced some months ago, I thought that the plan was quite mild. Therefore quite easy to implement. Today, this announcement means that France is sinking into insolvency. As a child after WW II, I went to France and continue to do so ver 60 years every couple of years. Over the decades I saw France sinking. We were guests at the George V, the Plaza Athenee, the Ritz and the Managers of these establishments would give us points on how not to be mugged and robbed by North Africans. You folks are just dreaming which is how Liberals operate : In their own fantasy world. Piece of advice : WAKE UP !

Je comprends le découragement de monsieur Finkielkraut

24 août 2014, 19h09, georges Benarous

La difficulté des intellectuels juifs en Europe et dans une certaine mesure en Israël se situe amon humble avis dans un questionnement sur leur propre identité. Le philosophe Alain Finkielkraut est, semble-t-il, conscient d’un dilemme de double appartenance, une identité juive avec une sensibilité vis-à-vis de l’état d’Israël et d’autre part une appartenance à une culture et un pays la France qu’il a choisi et accepté comme destinée… Monsieur Finkielkraut estime possible et naturel de voguer en cette double appartenance Il est important de s’interroger sur la raison de cette volonté de double appartenance, est-elle le résultat d’une part de l’après Shoa où les enfants des rescapés sentent une obligation de garder et conserver ce que les allemands, avec le silence d’une grande partie du monde, ont voulu effacer de la surface de la terre et d’autre part une obligation de reconnaissance, voire même d’un amour d’une culture reçue en France…. Bien sur il serait stupide de simplifier les motivations d’intellectuels honnêtes, car nombres de paramètres qui sont affectifs personnels ont certainement une part dans leur vision et leurs décisions. Cette situation de double appartenance oblige monsieur Finkielkraut à réagir face au mondialisme multiculturel politiquement correct des idées de l’intelligentsia en vigueur, généralement situé à gauche de l’hémicycle. Cette nouvelle idéologie, même si elle n’est pas explicitement citée comme telle, le multiculturalisme actuel, réfute systématiquement toutes idées qui ne correspondent pas à une unité de pensée au point même de jeter un anathème sur des idées qui ont en d’autres temps furent reconnues comme valeur. Le ‘sionisme’ est devenu pour une grosse partie de ce mondialisme multiculturalisme un ‘anachronisme’ terme publié dans un article de Tony Jett et cité par monsieur Finkielkraut. L’affirmation de Tony Jett, qui a fortement dérangé monsieur Finkielkraut se base en fait sur la contradiction évidente que l’état d’Israël affiche. Tout en se voulant être une démocratie ouverte et ressemblant aux idées démocrates de l’occident, Israël se dit un état juif avec majorité juive, ceci est une contradiction en soi et ouvrent toutes les portes au racisme qui a tant fait souffrir les juifs à travers l’histoire. Sans entrer dans les tentatives d’explications de penseurs historiens ou philosophes qui essaient d’expliquer la possibilité d’un état juif comme refuge pour les juifs tout en étant un état parmi la famille des nations démocratiques, il faut malgré tout reconnaitre qu’en restant dans la pensée d’un mondialisme multiculturel il sera toujours difficile de justifier les lois en vigueur en Israël qui tiennent leurs fondements plus dans le talmud que dans le code Napoléon ou dans un code Anglo-saxon. Cette difficulté évidente exprimée aussi par des écrivains israéliens comme Amos Oz pose plusieurs questions : • Etre juif est ce la résultante d’une croyance religieuse ou est-ce l’hérédité d’un patrimoine ? • L’état d’Israël est-il un état religieux ? • Démocratie et religion peuvent ils vivre en cohabitation ? Le sionisme d’état fut créé apparemment en réaction à l’antisémitisme et aux persécutions bien que le retour vers la terre d’Israël et non en Ouganda (solution proposée et réfutée par le mouvement sioniste avant la création de l’état juif) fut de tout temps l’espoir des juifs en diaspora. L’exacerbation que provoque le conflit armé vieux déjà de 70 ans se veut de trouver des solutions, et c’est en cet instant si difficile que se trouve confronté la difficulté des intellectuels juifs de France ou d’Israël cités précédemment. A juste titre monsieur Finkielkraut signale l’impatience contenu dans le pseudo du mouvement la ‘paix maintenant’ comme une volonté quelques peu usitée si ce n’est démodée. La conviction de donner la responsabilité du conflit à l’occupation des terres de Judée Samarie est terriblement ébranlée depuis le repli de Gaza par Ariel Sharon qui a déjà vu trois guerres exploser de ces mêmes territoires libérée avec expulsion de plusieurs milliers de juifs qui s’y étaient installés. Remarquons que monsieur Finkielkraut n’a pas répondu quant à son opinion à ce sujet, d’ailleurs à la question qui lui était personnellement adressée il a préféré transmettre le micro à monsieur Barnabi. Il semble de plus en plus évident que le conflit n’a pas pour cause la présence de colons en terres occupées mais met plutôt en question l’existence même du juif en terre d’Israël, d’où la focalisation à travers le monde d’invectiver le ‘SIONISME’. Il faut avoir le courage de reconnaitre que le problème n’est pas à sa base un problème de territoires bien que des historiens comme monsieur Barnabi s’y accrochent, mais c’est essentiellement un problème religieux qui bien sur entraine en son flux la sainteté d’une terre avec ses tabous… La notion de religion exclue inévitablement toutes discussions rationnelles et là se trouve le point d’achoppement de tout intellectuel face aux croyants. Ce n’est pas seulement un problème religieux de l’Islam mais aussi un problème religieux du Judaisme... Pour le religieux de l’Islam un étranger reste un DIMI qui ne peut séjourner en terre dites arabes (même en Arabie saoudite présentée comme modérée il fallut aux forces américaines des autorisations religieuses spéciales pour y séjourner durant la guerre du golf) Bien que l’Islam a différentes écoles il y a néanmoins des points communs a toutes ses tendances et la terre dites arabes est certainement un élément sacré. Sans oublier que la très grosse majorité des peuples arabes est foncièrement très religieuse. Le judaïsme diffère tant soit peu car la diaspora a laissé des traces et des sensibilités différentes chez les juifs qui ont choisi de vivre en Israël, les religieux pratiquants voient Israël comme la Terre Promise et leur retour en Israël est souvent conçu comme un pas dans un sens messianique... La terre est sainte autant que le peuple juif est saint à l’instar de la Thora qui est sacré. Les non religieux se divisent plus ou moins en deux parties, d’une part ceux qui veulent voir Israël ressemblant à un pays démocratique d’Europe et défend Israël comme pays de refuge, leur vision d’Israël est essentiellement sécuritaire… La terre d’Israël en soi n’a pas une importance à leurs yeux. D’autre part une autre tendance non religieuse se dit attachée au grand Israël comme fierté et patrimoine à défendre, un genre de nationalisme historique qui semble démodé en Europe (bien qu’existant de facto en de nombreuses manifestation)... Cette division n’est pas toujours claire car les sensibilités sont grandes et diffèrent selon les origines culturelles très variées, un juif venant de Russie n’aura pas la même réaction qu’un émigrant venant du Yemen. Le refus de croire qu’une optique religieuse est la racine du problème mettra les intellectuels de l’occident toujours à faux dans leurs recherches de solutions, car cela dénote une volonté de croire que la pensée philosophique et rationnelle de l’Europe détient la seule la vérité. Nous comprenons le découragement de monsieur Finkielkraut de voir l’antisémitisme prendre souvent l’habit d’un antisionisme pour justifier son comportement actuel ressemblant de plus en plus à des comportements de l’Europe des années 1935-39. Les intellectuels Français ainsi que la gauche Israélienne, monsieur Shimon Peres en tète, ont regardé Israël comme un pays Européen et les palestiniens comme de pauvres habitants auxquels on aurait confisqué leurs terres se sont en fait fourvoyés…. J’ai eu l’occasion lors d’un colloque à Bruxelles de raconter une histoire pour contredire la croyance optimiste de monsieur Barnabi qui affirmait possible de trouver des partenaires pour la paix…. Un ours désire tuer un chasseur pour le manger et un chasseur désire tuer l’ours pour se vêtir de sa fourrure… Soudainement ils se retrouvent nez à nez… une discussion commence … Pourquoi nous faire la guerre discutons, nous trouverons bien un accord pour vivre en paix… d’accord… le chasseur dépose son arme et l’ours invite avec un sourire accueillant le chasseur a discuter dans sa grotte…. Et une demi-heure plus tard l’ours sortit seul de la grotte…. Le chasseur avec une fourrure sur lui et l’ours le ventre plein…. L’optimisme de monsieur Barnabi a moins de chance de persévérer que le découragement de monsieur Finkielkraut. Voilà un avenir peu encourageant direz vous, certes mais il est nécessaire me semble-t-il de faire un diagnostique exacte même si on ne connait encore l’antibiotique de la maladie… Je comprends monsieur Finkielkraut sur sa volonté d’un accommodement, c’est une vision dans une immédiateté qui prend des risques très grands, je ne voudrais pas faire allusion à des passages historiques comme celui de Chamberlain mais de nos jours où tout va si vite peut-on se permettre d’avoir le temps de laisser des fondamentalistes développés des bombes atomiques… Ceux même dont la motivation religieuse fera fi de toutes considérations comme accord donnés ou autres contrats…. Croyez vous monsieur Finkielkraut qu’il est possible de trouver des accommodements en France en Israël ou en n’importe quel pays où les racines de l’Islam se développent ?

Qui peut encore faire la paix ?

18 septembre 2014, 22h27, Aït-France

Merci Monsieur Finkielkraut pour votre exposé. Je désire tout de même faire une toute petite remarque si vous le permettez. La démarche du Pape François vise à montrer que les trois religions monothéistes ont des racines communes et doivent s'entendre pour la paix sur une terre sacrée pour elles trois. Et comme les racines sont juives, vous le savez très bien Monsieur  ! On ne peut pas (que l'on veut ou pas) dissocier Israël et Dieu. L'Histoire nous apprend dans la Bible que D. Ieu a choisi un peuple « des juifs et Israël », et que la paix du monde dépend de la paix d'Israël. Le religieux et le politique ont été et seront toujours liés et sont intimement liés ensemble pour le peuple juif. On ne peut pas aller à l'encontre de Dieu. Le malheur c'est que des personnes comme vous (et c'est tout à fait de votre droit) de donner votre avis et de penser que l’événement de l'invitation du Pape François avec les présidents Mahmoud Abbas et Shimon Peres est déchirant, douloureux, pathétique et grotesque. Que selon vos dires il n'y a aucun sens que des chefs d états prient. Les hommes politiques agissent, les hommes de foi prient  ! Pourquoi des chefs d'états ne peuvent-ils pas avoir ses deux qualités, « la foi et l'action » , (prier et agir) ? Telle est ma question. Je pense à ce verset de la bible «  2 Chroniques 7 : 14 si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. Première condition, l'humilité, reconnaître ses erreurs et comme dans le monde juifs c'est la nouvelle année qui, et son peuple et la paix tant voulue sera. Car Dieu dit par la bouche du prophète Zacharie, ce célèbre verset de Zacharie (ch. 4 v. 6) : (La Bible) "ceci est la parole de l’éternel à Zorobabel ; ni par la puissance (armée) ni par la force, mais bien par mon Esprit ! ". En effet, ce verset est lu à la synagogue lors du premier Shabath de Hanouka. On constate que ces textes sont d'une brûlante actualité en ce temps de troubles et de remises en question . Pierson a dit que là où l’Esprit fait défaut : « Il y a la sagesse des paroles mais pas la sagesse de Dieu. Il y a la puissance oratoire, mais non pas la puissance de Dieu. Il y a des arguments et de la logique mais pas la démonstration efficace du Saint-Esprit Avec mon très cordial Shilom  ! Aït-France 1.

Initiative/Accord/Plan de Geneve

6 novembre 2014, 00h24, denis

Vous avez appelez votre document 6 "Accord de Genève" Or la personne qui a posé la question a à juste titre employé l'expression "Initiative de Genève".

Quand les paons font la roue

4 décembre 2014, 00h32, popi soudure

E Barnavi a un drôle d'humour quand il dit ne pas faire de politique ! Et qu'il n'est ni de gauche ni de droite ! Qu'il veut il convaincre ? Son MILITANTISME distingué peut troubler par ses affirmations intempestives digne de la ligne d'H Vedrine et de leur petit club subversif anti israelien qu'est J CALL !

Qui peut encore faire la paix ?

29 septembre 2016, 14h57, Soliloque

J Call m'apparaît comme un ensemble de personnalités remarquables à bien des égards mais qui a un parti pris : vouloir tout ignorer des aspirations de l'islam et des musulmans ; il n'est pas de paix si une seule des deux parties montre son désir de paix car c'est le seul moyen pour l'autre partie de s'engoufrer dans son non -désir de paix et de faire monter les enchères, et Gaza, c'est avant tout cela. C'est une loi humaine qu'on ne peut ignorer, très psychanalytique que bien des politiciens se doivent de méditer avant d'entreprendre toute initiative, au risque de la voir de retourner contre eux et contre leurs "bonnes intentions". Et le seul intervenant clairvoyant m'a paru être Alain Finkielkraut qui a du moins évoqué le fait que le mot "sionisme " devenait "malfamé" ainsi que le projet du même nom.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Introduction

    par Rémy Féraud, maire du 10e arrondissement (7min)

  • La paix sera imposée ou ne sera pas

    par Elie Barnavi (16min)

  • Les Etats-Unis doivent faire pression sur Israël

    par Hubert Védrine (18min)

  • Le mot "sionisme" est devenu malfamé

    par Alain Finkielkraut (13min)

  • Questions du public

    Le côté palestinien, le parlement israélien et la politique de Netanyahou (54min)

L'organisateur

Les documents
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Elie Barnavi - historien

Elie Barnavi est né en 1946 à Bucarest (Roumanie) et émigre avec ses parents en Israël. Après des études d'histoire et de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem, à l'Université de Tel-Aviv et à la Sorbonne, il est nommé professeur d'histoire de l'Occident moderne à l'Université de Tel-Aviv, où il dirige le Centre d'études internationales. Il a aussi été directeur d'études à l'Institut de défense nationale et membre du mouvement La Paix Maintenant. Ambassadeur d'Israël en France de 2000 à 2002, il reprend ensuite son enseignement d'histoire à l'Université de Tel Aviv. Il dirige le comité scientifique du Musée de l'Europe à Bruxelles. Il a notamment publié Une Histoire moderne d'Israël et une Histoire universelle des Juifs.

Rémi Féraud - Maire du 10è arrondissement de Paris

Rémi Féraud, né le 24 août 1971 à Versailles, est un homme politique français, maire du 10e arrondissement de Paris depuis 2008.

Alain Finkielkraut - philosophe

Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949, il est le fils unique d'un maroquinier juif polonais rescapé d'Auschwitz. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, il est agrégé de Lettres modernes. Co-fondateur avec Benny Lévy et Bernard-Henri Lévy de l'Institut d'études lévinassiennes, il est professeur à l'Ecole polytechnique. Admirateur revendiqué d'Emmanuel Lévinas, d'Hannah Arendt, de Milan Kundera et de Charles Péguy, il choisi l'inconfort intellectuel par une critique constante de la société moderne : individualisme narcissique, pensée de Mai-68, imposture de la gauche révolutionnaire. Engagé donc, Alain Finkielkraut s'interroge également sur la place de la mémoire, le rôle de l'intellectuel dans un monde en crise comme ses prises de position à contre-courant l'ont montrées lors du conflit en ex-Yougoslavie (1992).

Hubert Vedrine - diplomate

Hubert Védrine, né le 31 juillet 1947 à Saint-Silvain-Bellegarde (Creuse), est un diplomate et homme politique français membre du Parti socialiste (PS). Après avoir travaillé avec le président François Mitterrand, il a été nommé au Conseil d'État. Hubert Védrine est ensuite devenu ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement Jospin. Il est le fils de Jean Védrine, ami et collaborateur de François Mitterrand.

Bibliographies des conférenciers

Alain Finkielkraut

La seule exactitude, (Stock, 2015)   Acheter

L'identité malheureuse, (Stock, 2013)   Acheter

L'Interminable écriture de l'Extermination, (Stock, 2010)   Acheter

Un Coeur intelligent, (Stock/Flammarion, 2009)   Acheter

Nous autres, modernes: quatre leçons, (Gallimard, 2008)   Acheter

Philosophie et modernité, (Ecole Polytechnique, 2008)   Acheter

Ce que peut la littérature, (Gallimard, 2008)   Acheter

Qu'est-ce que la France?, (Stock, 2007)   Acheter

La discorde: Israël-Palestine, les Juifs, la France, (Mille et nuits, 2006)   Acheter

Le Livre et les livres: entretiens sur la laïcité, (Verdier, 2006)   Acheter

Les battements du monde: dialogue, (Hachette Littératures, 2005)   Acheter

Au nom de l'autre: réflexions sur l'antisémitisme qui vient, (Gallimard, 2003)   Acheter | Emprunter

L'étrangèreté, (Editions du tricorne, 2003)   Acheter

Une voix vient de l'autre rive, (Gallimard, 2002)   Acheter

Internet, l'inquiétante extase, (Mille et une nuits, 2001)   Acheter

Penser le XXème siècle, (Ecole Polytechnique, 2001)   Acheter

L'ingratitude: conversation sur notre temps, (Gallimard., 2000)   Acheter

La Nation à l'épreuve, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Pierre Brossolette ou le destin d'un héros, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Des hommes et des bêtes, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Du bon usage de la mémoire, (Editions du Tricorne, 2000)   Acheter

Judaïsme et Christianisme, (Editions du Tricorne, 2000)   Emprunter

L'humanité perdue: essai sur le XXe siècle, (Seuil, 1998)   Acheter | Emprunter

La Mémoire vaine: du crime contre l'humanité, (Gallimard, 1989)   Acheter

La Défaite de la pensée, (Gallimard, 1987)   Acheter

La Réprobation d'Israël, (Denoël, 1983)   Acheter | Emprunter

Le Juif imaginaire: essai, (Seuil, 1983)   Acheter | Emprunter

L'avenir d'une négation: réflexion sur la question du génocide, (Seuil, 1982)   Acheter | Emprunter

Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay

En terrain miné, (Stock, 2017)   Acheter

Eli Barnavi

Dix thèses sur la guerre , (Flammarion , 2015)   Acheter

Elie Barnavi

Dix thèses sur la guerre, (Flammarion, 2014)   Acheter

Aujourd'hui, ou peut-être jamais, (André Versaille éditeur, 2009)   Acheter

Jean Frydman, tableaux d'une vie: Pour servir à l'histoire de notre temps, (Seuil, 2008)   Acheter | Emprunter

C'est notre Histoire, (Perrin, 2007)   Acheter

Israël-Palestine: une guerre de religion ?, (Bayard Centurion, 2006)   Acheter

Les Religions meurtrières, (Flammarion, 2006)   Acheter

Tuez-les tous ! La guerre de religion à travers l'histoire VIIe-XXIe siècle, (Perrin, 2006)   Acheter

L'Avenir d'Israël, (Gallimard, 2004)   Acheter

Histoire universelle des Juifs, (nouvelle édition mise à jour par Denis Charbit, Hachette Littératures., 2002)   Acheter

La France et Israël: une affaire passionnelle, (Perrin, 2002)   Acheter | Emprunter

Lettre ouverte aux Juifs de France, (Stock., 2002)   Acheter

Les Frontières de l'Europe, (De Boeck Université, 2001)   Acheter

Une Histoire moderne d'Israël, (Flammarion, 1998)   Acheter | Emprunter

Fin du Peuple Juif ?, (Le Monde, 1993)   Emprunter

Lettre d'un ami israélien à l'ami palestinien, (Flammarion, 1992)   Acheter | Emprunter

Israël au XXème siècle, (PUF, 1982)   Emprunter

Le Parti de Dieu : étude sociale et politique des chefs de la ligue parisienne, 1585-1594, (Presses de la Sorbonne, 1980)   Acheter

Hubert Védrine

La France au défi, (Fayard, 2014)   Acheter

Un partenariat pour l'avenir ; 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l'Afrique et la France, (Pluriel, 2014)   Acheter

Francois Mitterrand ; un dessein, un destin, (Gallimard, 2006)   Acheter

Le monde au défi , (Fayard 2016, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Bibliographie sur le sujet

Shimon Peres

Un temps pour la guerre, un temps pour la paix, (Robert Laffont, 2003)   | Emprunter

David Chemla (dir.)

Bâtisseurs de paix, (Liana Levi, 2005)   Acheter

David Chemla (coordinateur)

JCall : les raisons d'un appel, (Liana Levi, 2011)   Acheter

Frederic Encel

Atlas géopolitique d'Israël , (Autrement, 2012)   Acheter

Alexandre Adler

Le peuple-monde, destins d'Israël, (Lgf, 2013)   Acheter

Yakov Rabkin

Comprendre l'Etat d'Israël ; idéologie, religion et société, (Ecosociété, 2014)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Autres textes utiles

Autres textes du conférencier ou sur le sujet

Israel: The Alternative par Tony Judt

Sur la toile