Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

La Loi et les récits - n° 18

Michpatim: Une Tora à double tranchant (28 min)

Marcus Elhadad - inspecteur d'Académie
  • Nécessaire interprétation

    La tradition orale au secours de la Tora (8min)

  • Une Loi pour être libre

    L'esclave est privé de son temps (12min)

  • Une Tora de vie et de mort

    Les deux sages martyres (8min)

Les documents (2)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Marcus Elhadad - inspecteur d'Académie

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
Autres conférences sur le sujet
Lire le texte sur Sefarim
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 11 janvier 2018
Commentaires ( 5 )

Tres Brillant

4 février 2018, 13h06, Haddad Gerard

Une érudition agréable à écouter.

Interrogation

5 février 2018, 12h16, morgenstern

Nous sommes condamnés car nous avons fait attendre ceux qui frappaient à notre porte. Sans doute, mais la métaphore échappe entièrement à mon entendement. J'ai aussi là le sentiment de frapper à une porte qui ne s'ouvre pas ?

Une loi qui n'est pas d'un lieu terrestre.

5 février 2018, 18h51, Steve

Bonjour et merci pour ce commentaire subtil et précieux Dans le désert, les hébreux sont en "transition de phase", la loi leur est donnée à ce moment, dans cet entre deux, et non à l'entrée en Canaan pour qu'elle ne soit pas assimilée aux autres types de lois nées d'un pouvoir en un lieu, car alors, le souvenir de l'esclavage réduirait la Tora à un système imposé, comme les autres, par le pouvoir local. Comme l'a précisé Bergson à propos de la durée : " il faut que le sucre fonde", il faut que la Tora percole jusque dans les profondeurs de chacun pour qu'elle puisse entrer en application en pleine acception ; comme l'a dit Confucius : " à 70 ans, j'agis en toute liberté sans pour autant transgresser aucune règle" Ainsi, c'est parce que la loi a été donnée au désert, entre deux états, que bien plus tard les deux rabbis peuvent trouver un sens à leur mort qui n'efface pas la justice du monde.

Les commentaries conjugués

9 février 2018, 10h15, Alexandra

Les remarques de Steve sur les propos de monsieur Elhadad, forment un écho particulièrement élocant merci pour la générosité de chacun. שבת שלום.

Une Tora à double tranchant.

27 janvier 2019, 13h27, andrée-geneviève verne

Merci de nous inspirer. Dans ma lecture, Egypte et Canaan représenteraient -l’un auprès de l’autre- pour l’entre deux, l’écart entre les choses, les lettres et les nombres, la discrétion au sens mathématique aussi. Leibniz l’écrit « delta de x », l’infinitésimal vers l’infini du manque à la différence entre l’un et l’autre : (Ein sof) ? ; Lacan l’écrit « petit a » dans son versant anobjectal objet du désir. Manquer à cette « discrétion » serait la quintessence de l’idolâtrie, soit « objectaliser » ce qui n’en n’a pas vocation. En faisant attendre l’autre, je ne respecte pas ce manque à la différence, ce manque au même, à la vérité et à quelque concept que ce soit. Et ce faisant je suis comme une usine à faire du même, j’obstrue la faille qui permettrait l’alliance. Interrompre l’alliance au fondement, serait la condamnation à interrompre cette vie là. Ne serait-ce pas ce que les hamamin auraient entendu ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Michpatim: Une Tora à double tranchant

28 min

Marcus Elhadad - inspecteur d'Académie

Commentaires ( 5 )

Tres Brillant

4 février 2018, 13h06, Haddad Gerard

Une érudition agréable à écouter.

Interrogation

5 février 2018, 12h16, morgenstern

Nous sommes condamnés car nous avons fait attendre ceux qui frappaient à notre porte. Sans doute, mais la métaphore échappe entièrement à mon entendement. J'ai aussi là le sentiment de frapper à une porte qui ne s'ouvre pas ?

Une loi qui n'est pas d'un lieu terrestre.

5 février 2018, 18h51, Steve

Bonjour et merci pour ce commentaire subtil et précieux Dans le désert, les hébreux sont en "transition de phase", la loi leur est donnée à ce moment, dans cet entre deux, et non à l'entrée en Canaan pour qu'elle ne soit pas assimilée aux autres types de lois nées d'un pouvoir en un lieu, car alors, le souvenir de l'esclavage réduirait la Tora à un système imposé, comme les autres, par le pouvoir local. Comme l'a précisé Bergson à propos de la durée : " il faut que le sucre fonde", il faut que la Tora percole jusque dans les profondeurs de chacun pour qu'elle puisse entrer en application en pleine acception ; comme l'a dit Confucius : " à 70 ans, j'agis en toute liberté sans pour autant transgresser aucune règle" Ainsi, c'est parce que la loi a été donnée au désert, entre deux états, que bien plus tard les deux rabbis peuvent trouver un sens à leur mort qui n'efface pas la justice du monde.

Les commentaries conjugués

9 février 2018, 10h15, Alexandra

Les remarques de Steve sur les propos de monsieur Elhadad, forment un écho particulièrement élocant merci pour la générosité de chacun. שבת שלום.

Une Tora à double tranchant.

27 janvier 2019, 13h27, andrée-geneviève verne

Merci de nous inspirer. Dans ma lecture, Egypte et Canaan représenteraient -l’un auprès de l’autre- pour l’entre deux, l’écart entre les choses, les lettres et les nombres, la discrétion au sens mathématique aussi. Leibniz l’écrit « delta de x », l’infinitésimal vers l’infini du manque à la différence entre l’un et l’autre : (Ein sof) ? ; Lacan l’écrit « petit a » dans son versant anobjectal objet du désir. Manquer à cette « discrétion » serait la quintessence de l’idolâtrie, soit « objectaliser » ce qui n’en n’a pas vocation. En faisant attendre l’autre, je ne respecte pas ce manque à la différence, ce manque au même, à la vérité et à quelque concept que ce soit. Et ce faisant je suis comme une usine à faire du même, j’obstrue la faille qui permettrait l’alliance. Interrompre l’alliance au fondement, serait la condamnation à interrompre cette vie là. Ne serait-ce pas ce que les hamamin auraient entendu ?

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Nécessaire interprétation

    La tradition orale au secours de la Tora (8min)

  • Une Loi pour être libre

    L'esclave est privé de son temps (12min)

  • Une Tora de vie et de mort

    Les deux sages martyres (8min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 11 janvier 2018
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Marcus Elhadad - inspecteur d'Académie

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Autres conférences sur le sujet
Lire le texte sur Sefarim