Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Campus

''Légendes de sang''

Un mythe antisémite intemporel (23 min)

Sylvie-Anne Goldberg - directrice d'études à l'EHESS, Michel Zlotowski - interprète, journaliste
  • Les juifs dans l'imaginaire collectif

    Décrypter le présent, à la lumière du passé (6min)

  • Des légendes "made in Europe"

    exportées dans le monde musulman (6min)

  • L'antisémitisme en Pologne aujourd'hui

    Survivance d'un "trauma" collectif (4min)

  • Antijudaïsme et antisémitisme

    Des mécanismes similaires (7min)

Les documents (3)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Sylvie-Anne Goldberg - directrice d'études à l'EHESS

Sylvie-Anne Goldberg est directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), au Centre d'Etudes Juives (CEJ). Elle est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire du judaïsme, dont La Clepsydre, essai sur la pluralité des temps.

Michel Zlotowski - interprète, journaliste

Michel Zlotowski est interprète, conférencier et a été enseignant à l'Institut Français de Presse (Paris II) et l'Ecole Supérieur de Journalisme.

Bibliographies des conférenciers

Collectif

L’histoire sans enchantement, (Editions de Minuit, 2011)   Acheter

Slvie-Anne Goldberg

Comment s'écrit l'histoire juive, (Albin Michel , 2019)   Acheter

Sylvie-Anne Goldberg

Transmettre l'histoire juive, (Albin Michel, 2012)   Acheter

L'histoire et la mémoire de l'histoire, (Albin Michel, 2012)   Acheter

La Clepsydre, (Albin Michel, 2000)   Acheter

Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, (Robert Laffont, 1997)   Acheter

Une communauté pieuse et le doute: mourir pour la Sanctification du Nom (Qiddouch ha-Chem) en Achkenaz (Europe du Nord) et l'histoire de Rabbi Amnon de Mayence, (Armand Colin, 1994)   Emprunter

Antisémitisme ou savoir social ? Sur la genèse du procès moderne pour meurtre rituel, (Armand Colin, 1994)   Emprunter

Les contes persans de Menasseh ben Israël. Polémique, apologétique et dissimulation à Amsterdam au XVIIe siècle, (Armand Colin, 1994)   Emprunter

Les Etudes juives, héritage scientifique ou legs mémorial ?, (Centre de Recherche Français de Jérusalem, 1993)   Emprunter

Les Deux Rives du Yabbok: La Maladie et la Mort dans le judaïsme ashkénaze - Prague XVIe-XIXe siècle, (Cerf, 1989)   Acheter

Les institutions de la mort: perceptions, visions et gestion de l'au-dela de la vie quotidienne des juifs avant leur émancipation: (Prague jusqu'a la fin du XVIIIe siecle), (Thèse, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1986)   Emprunter

La Bible dans les attitudes juives face à la mort, (Périodique, 0)   Emprunter

La Bible gravée; du marranisme à la rejudaïsation, (Périodique, 0)   Emprunter

De l'origine de la hèvrah qadichah; Rachi au service de la Wissenschaft des Judentums, (Périodique, 0)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Edgar Morin

La rumeur d'Orléans, (Seuil, 1982)   Acheter

Pierre-André Taguieff

La Judéophobie des Modernes, des Lumières au jihad mondial, (Odile Jacob, 2008)   Acheter

Anna Bikont

Le crime et le silence ; Jedwabne 1941, la mémoire d'un pogrom dans la Pologne d'aujourd'hui, (Denoel, 2011)   Acheter

Joanna Tokarska-Bakir

Légendes du sang, Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien, (Albin Michel, 2015)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement

Le mythe du meurtre rituel: fiche de cours

L'organisateur
Commentaires ( 2 )

Antijudaisme et antisémitisme

16 avril 2015, 17h40, Barneaud

Un discours purement intellectuel et analytique des imaginaires médiévaux européens, si justes soient-ils, permettent à leurs auteurs de confirmer leurs présupposés qui englobent indistinctement l'antijudaisme chrétien et l'antisémitisme moderne, dont la principale figure, Hitler, prouve justement le contraire, tant sa haine du christianisme (religion des faibles) était grande. l'amour du peuple juif et ses plaies cruelles, n'interdit pas l'analyse historique pragmatique ; c'est ainsi que le peuple français antijudaique donc et antisémite, selon cette analyse, a pendant la guerre été le peuple d'europe qui a sauvé le plus de juifs français, alors même que les juifs, dits étrangers, étaient cruellement déportés ; ce qui prouve bien qu'il est contraire à la vérité d'englober indistinctement l'attitude antijudaique chrétienne traditionnelle, mais que le sentiment national, propre à chaque pays, explique des attitudes bien différentes (voir les travaux de l'historien Alain Michel) ; Hannah Arendt dans "les origines du totalitarisme" et dans ses chapitres consacrés à l'antisémitisme, fait elle même remarqué les dangers à vouloir avoir une vision "unifiante" sur tous les siècles, alors qu'il y a eu de grandes différences ; Hitler a rompu avec l'ancien antijudaisme chrétien, car celui-ci n'aurait jamais permis intellectuellemnt le génocide qui reposait sur le mythe de la race pure, scientifiquement "prouvée", et non sur le judaisme comme religion ayant abandonné "la vraie voie", celle du christianisme ; Churchill était un grand admirateur du peuple juif et cependant, lui aussi, devait faire preuve d'antijudaisme ; bien sûr il est difficile pour ceux qui ont tant souffert de parvenir à dissicier les crimes du nazisme, radicalement différents, des crimes passés. cordial shalom.

Une même famille humaine

26 avril 2019, 18h50, Lea S.

Merci à Mme Goldberg et M. Zlotowki pour cet échange. L’ouvrage cité apparait comme le fruit d’un travail de recherche important, d’un auteur polonais, sur les « légendes du sang », et les racines profondes de l’antisémitisme polonais, toujours actuel. L’idée d’un déni de culpabilité et de l’absence d’un travail collectif là-bas sur ce sujet semble en effet être une piste intéressante pour mieux comprendre cette prégnance. A propos des mythes de crimes rituels au Moyen âge, de leur impact sur l’imaginaire collectif chrétien, et de leurs conséquences tragiques sur les juifs, Léon Poliakov avait déjà lui-même très bien décrit et analysé ce phénomène dans son ouvrage hautement remarquable, intitulé « L’Histoire de l’antisémitisme ». Il me semble juste de le rappeler. Néanmoins, à regard nouveau perspectives nouvelles, sans doute … Au sujet de la différence entre « antijudaïsme » et « antisémitisme » moderne, l’antijudaïsme du moyen-âge était en effet essentiellement lié à des raisons théologiques. Concernant l’antisémitisme moderne et ses raisons prétendument « rationnelles », rappelons qu’il s’agissait de raisons pseudo-rationnelles liées à des théories raciales totalement infondées du point de vue scientifique, mais répandues à l’époque où ce terme apparut. Cette pseudo différence raciale servit à justifier les pires crimes, des nazis (à l’encontre des juifs), mais aussi des puissances européennes dans leurs colonies (esclavage). Fort heureusement, de grands hommes, ethnologues et anthropologues tels Levi-Strauss, en démontrèrent l’inanité, puis par la suite la biologie et la génétique … Ainsi, quelles que soient les différences de cultures, d’histoires, de traditions, de religions, nous appartenons tous à la même famille humaine….

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *
''Légendes de sang''

Un mythe antisémite intemporel

2 avril 2015
(23 min)
Sylvie-Anne Goldberg - directrice d'études à l'EHESS
Michel Zlotowski - interprète, journaliste
  • 1/4
    Les juifs dans l'imaginaire collectif
    (6min)

    Décrypter le présent, à la lumière du passé

  • 2/4
    Des légendes "made in Europe"
    (6min)

    exportées dans le monde musulman

  • 3/4
    L'antisémitisme en Pologne aujourd'hui
    (4min)

    Survivance d'un "trauma" collectif

  • 4/4
    Antijudaïsme et antisémitisme
    (7min)

    Des mécanismes similaires

Dialoguer

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question
L'organisateur
Les documents
n°1 - Focus
Le pogrom de Kielce
Un massacre contemporain
Les pogroms ne s'arrêtent pas avec la Seconde Guerre mondiale. En 1946, un pogrom éclate à Kielce en Pologne. Les habitants attaquent les juifs après que de fausses rumeurs se... Lire la suite
n°2 - Focus
Les accusations de crimes rituels en 1840
Le Pourim de Rhodes et l’affaire de Damas
1840: Deux accusations de crimes rituels sont proférées contre des juifs de l’Empire Ottoman. Un commerçant est accusé à Rhodes d’avoir enlevé un enfant, des notables de ... Lire la suite
n°3 - Focus
Un terme récent pour un préjugé ancestral
De l’antijudaïsme à l’antisémitisme
Un mot de conception récente pour un phénomène ancien: le terme "antisémitisme" n’est né qu’à la fin du XIXe siècle. Auparavant, on parlait d’antijudaïsme, terme d... Lire la suite
Les Conférenciers
Sylvie-Anne Goldberg - directrice d'études à l'EHESS
Sylvie-Anne Goldberg est directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales . . . Voir la bio complète
Michel Zlotowski - interprète, journaliste
Michel Zlotowski est interprète, conférencier et a été enseignant à l'Institut Français de . . . Voir la bio complète
Bibliographie sur le sujet
Edgar Morin
La rumeur d'Orléans, (Seuil, 1982)   Acheter
Pierre-André Taguieff
La Judéophobie des Modernes, des Lumières au jihad mondial, (Odile Jacob, 2008)   Acheter
Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement

Le mythe du meurtre rituel: fiche de cours

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

2 Commentaires
Antijudaisme et antisémitisme
le 16/04/2015, 17:40
Un discours purement intellectuel et analytique des imaginaires médiévaux européens, si justes soient-ils, permettent à leurs auteurs de confirmer leurs présupposés qui englobent indistinctement l'antijudaisme chrétien et l'antisémitisme moderne, dont la principale figure, Hitler, prouve justement le contraire, tant sa haine du christianisme (religion des faibles) était grande. l'amour du peuple juif et ses plaies cruelles, n'interdit pas l'analyse historique pragmatique ; c'est ainsi que le peuple français antijudaique donc et antisémite, selon cette analyse, a pendant la guerre été le peuple d'europe qui a sauvé le plus de juifs français, alors même que les juifs, dits étrangers, étaient cruellement déportés ; ce qui prouve bien qu'il est contraire à la vérité d'englober indistinctement l'attitude antijudaique chrétienne traditionnelle, mais que le sentiment national, propre à chaque pays, explique des attitudes bien différentes (voir les travaux de l'historien Alain Michel) ; Hannah Arendt dans "les origines du totalitarisme" et dans ses chapitres consacrés à l'antisémitisme, fait elle même remarqué les dangers à vouloir avoir une vision "unifiante" sur tous les siècles, alors qu'il y a eu de grandes différences ; Hitler a rompu avec l'ancien antijudaisme chrétien, car celui-ci n'aurait jamais permis intellectuellemnt le génocide qui reposait sur le mythe de la race pure, scientifiquement "prouvée", et non sur le judaisme comme religion ayant abandonné "la vraie voie", celle du christianisme ; Churchill était un grand admirateur du peuple juif et cependant, lui aussi, devait faire preuve d'antijudaisme ; bien sûr il est difficile pour ceux qui ont tant souffert de parvenir à dissicier les crimes du nazisme, radicalement différents, des crimes passés. cordial shalom.
Une même famille humaine
le 26/04/2019, 18:50
Merci à Mme Goldberg et M. Zlotowki pour cet échange. L’ouvrage cité apparait comme le fruit d’un travail de recherche important, d’un auteur polonais, sur les « légendes du sang », et les racines profondes de l’antisémitisme polonais, toujours actuel. L’idée d’un déni de culpabilité et de l’absence d’un travail collectif là-bas sur ce sujet semble en effet être une piste intéressante pour mieux comprendre cette prégnance. A propos des mythes de crimes rituels au Moyen âge, de leur impact sur l’imaginaire collectif chrétien, et de leurs conséquences tragiques sur les juifs, Léon Poliakov avait déjà lui-même très bien décrit et analysé ce phénomène dans son ouvrage hautement remarquable, intitulé « L’Histoire de l’antisémitisme ». Il me semble juste de le rappeler. Néanmoins, à regard nouveau perspectives nouvelles, sans doute … Au sujet de la différence entre « antijudaïsme » et « antisémitisme » moderne, l’antijudaïsme du moyen-âge était en effet essentiellement lié à des raisons théologiques. Concernant l’antisémitisme moderne et ses raisons prétendument « rationnelles », rappelons qu’il s’agissait de raisons pseudo-rationnelles liées à des théories raciales totalement infondées du point de vue scientifique, mais répandues à l’époque où ce terme apparut. Cette pseudo différence raciale servit à justifier les pires crimes, des nazis (à l’encontre des juifs), mais aussi des puissances européennes dans leurs colonies (esclavage). Fort heureusement, de grands hommes, ethnologues et anthropologues tels Levi-Strauss, en démontrèrent l’inanité, puis par la suite la biologie et la génétique … Ainsi, quelles que soient les différences de cultures, d’histoires, de traditions, de religions, nous appartenons tous à la même famille humaine….