Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Combats de femmes juives aujourd'hui

Entre revendications et acquis (117 min)

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a, Léah Shakdiel - sociologue, Liliane Vana - docteur en sciences des religions
  • Présentation de la table-ronde

    par Delphine Horvilleur, MJLF (7min)

  • Rôle des conseils municipaux religieux

    par Léa Shadkiel, enseignante (9min)

  • La spécificité française

    par Liliane Vana, docteur en sciences des religions (8min)

  • L'accès à l'étude pour les filles

    Point de vue des conférencières (8min)

  • Que disent les textes ?

    La question de l'égalité (9min)

  • La Tora et son interprétation

    Le mythe de l'impureté (10min)

  • La montée à la Tora

    Dvar Tora et minyan mixte (11min)

  • Le minyan féminin

    Influence des libéraux et des Massortis (11min)

  • Des signes avant-coureurs

    Les valeurs essentielles du judaïsme (10min)

  • Débat avec la salle

    MJLF et problèmes actuels (13min)

  • Les difficultés du dialogue

    Les avancées dans le monde orthodoxe (14min)

Les documents (3)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Léah Shakdiel - sociologue

Née à Jérusalem dans une famille de pionniers modernes orthodoxes, Léah Shakdiel décide avec son mari de vivre dès 1978 dans la ville de développement Yeruham dans le désert du Neguev. Elle y deviendra en 1988, la première femme à pouvoir siéger au sein d'un Conseil local religieux soutenue par le conseil municipal de cette citée à majorité juive marocaine, et après une lutte ardue et une décision historique de la Cour Suprême. Son combat est relaté dans "Mon combat pour être la première femme au sein d’un conseil municipal religieux en Israël" dans Femmes et Judaïsmes aujourd’hui, In Press, 2008. Diplômée en littérature anglaise et française ainsi qu’en études bibliques, pensée, histoire et éducation juives de l’Université de Bar Ilan, Léah Shakdiel enseigne actuellement au Collège Sapir près de Sederot ainsi que dans d’autres programmes de formation. Elle a été aussi membre de l’Ecole pour le leadership et l’éducation dans le monde juif. Figure charismatique du féminisme juif orthodoxe, Léah Shadiel est active pour la Paix et les droits de la personne.

Liliane Vana - docteur en sciences des religions

Liliane Vana est docteur en sciences des religions,Talmudiste, Philologue et Professeure associée à l’université Libre de Bruxelles.  Spécialiste de droit hébraïque, elle défend l'accès des femmes à "l'espace sacré" et organise des lectures de la Torah par les femmes dans des synagogues consistoriales.  (MAJ 2014)

Bibliographies des conférenciers

Les peaux lebubine ou la robe du myste dans les mystères dionysiaques, (, 1997)   Emprunter

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

Liliane Vana

"Les lois relatives au mariage dans le judaïsme du Ier et IIe siècles", , (Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes n°105,p. 237-247, 19961997)  

"À quoi bon tant de monde ? – Mais pour parachever la création divine", (La sœur de l’Ange n°10 (éd. Herman) p. 25-35. , 2011)   Acheter

À quoi bon tant de monde ? – Mais pour parachever la création divine !, (, 2011)   Emprunter

"Le get et les formulaires du get (lettre de divorce) en droit rabbinique", (Trois millénaires de formulaires juridiques, (éd. Droz) p. 357-389, 2010)   Acheter | Emprunter

L'annee sabbatique et la remission des dettes, (, 2010)   Emprunter

"Le prêtre et la prostituée: un mariage licite ? Lv 21:7.14 dans la Loi rabbinique (halakhah)", (Pardès n° 47-48, p. 205-234, 2010)   Emprunter

"Sexualité, mariage et divorce", (Femmes et judaïsme dans la Société aujourd'hui, p. 147-157, 2008)   Acheter | Emprunter

L’absence des femmes des fonctions religieuses : un réexamen de la loi juive, (In Press, 2008)   Emprunter

Epitropos ou administrateur de biens : une fonction féminine méconnue aux premiers siècles de notre ère, (Brepols, 2006)   Emprunter

Les Femmes dans l’espace public: regard sur la société juive à l’époque hellénistique et romaine, (Herder, 2006)   Emprunter

La Birkat Ha-Minim est-elle une prière contre les Judéo-Chrétiens ?, (Brepols, 2003)   Emprunter

"Fiançailles et Mariage à l'époque hellénistique et romaine: halakhah (lois) et coutumes", (La construction de la famille juive: entre héritage et devenir, Publications de la Sorbonne, p. 51-95., 2003)   Acheter

Les relations entre juifs et paiens à l’époque de la Mishna, la question du banquet privé, (, 1997)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaire ( 1 )

Réponse à Liliane Vana petites remarques sur un feu qui couve sous les braises hassidiques française

13 janvier 2013, 23h04, yentl@live.fr

Il y a dans le monde ultra orthodoxe haredi français rue pavée une demande variée et ponctuelle non organisée, des femmes, qui expriment une ambivalence vis à vis du machisme sans vouloir ni savoir comment changer çà par exemple en disant c'est pratique je peux dire n'importe quoi on ne m'entend pas ou moi aussi je préfère quand c'est moi qui fait le kiddouch, qui réfléchissent sur leur statut... Chez les hassidim loubavitch on arrive à une lutte discrète mais organisée Par exemple au 17 rue des rosiers, une femme puis deux puis trois se sont imposées sous la souccah et aujourd'hui c'est mixte (alors qu'à pavée les femmes restent dehors), au 17 aussi les femmes ont refusé de venir pendant la prière dans la cuisine pour cuisiner pour le kiddouch ce qui a engendré que les hommes ont occupé la cuisine et commencé à servir uniquement les hommes en oubliant les femmes pour le kiddouch du shabbat actuellement on arrive grâce au combat de certaines femmes soutenues par leurs maris a avoir un plat de gâteaux cotes femmes quand il y en a dix coté hommes et les petits garçons viennent encore piquer la moitié du plat... Sur le plan intellectuel dans le hassidisme loubavitch coexistent deux options contradictoires sur l'étude des femmes certains rabbins choisissent d'envoyer leurs filles en Israël pour qu'elles étudient le talmud alors que l’étude du talmud est encore interdite aux femmes en France Les femmes loubavitch croient que l'étude du talmud leur est interdite mais prennent souvent plaisir a discuter de points de lois appréciant les citations de raisonnements talmudiques. elles arrivent aussi à des créations intéressantes comme les lunettes en boucle de ceinture le shabbat par exemple Personnellement je prie rue pavée et au 17 et je suis féministe je ne dis pas que c'est facile mais ce n'est pas parce que je suis féministe que je cesse d'aimer le hassidisme. Je vous souhaite une très bonne journée Myriam Goldwasser yentl@live. Fr

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Entre revendications et acquis

117 min

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a, Léah Shakdiel - sociologue, Liliane Vana - docteur en sciences des religions

Commentaire ( 1 )

Réponse à Liliane Vana petites remarques sur un feu qui couve sous les braises hassidiques française

13 janvier 2013, 23h04, yentl@live.fr

Il y a dans le monde ultra orthodoxe haredi français rue pavée une demande variée et ponctuelle non organisée, des femmes, qui expriment une ambivalence vis à vis du machisme sans vouloir ni savoir comment changer çà par exemple en disant c'est pratique je peux dire n'importe quoi on ne m'entend pas ou moi aussi je préfère quand c'est moi qui fait le kiddouch, qui réfléchissent sur leur statut... Chez les hassidim loubavitch on arrive à une lutte discrète mais organisée Par exemple au 17 rue des rosiers, une femme puis deux puis trois se sont imposées sous la souccah et aujourd'hui c'est mixte (alors qu'à pavée les femmes restent dehors), au 17 aussi les femmes ont refusé de venir pendant la prière dans la cuisine pour cuisiner pour le kiddouch ce qui a engendré que les hommes ont occupé la cuisine et commencé à servir uniquement les hommes en oubliant les femmes pour le kiddouch du shabbat actuellement on arrive grâce au combat de certaines femmes soutenues par leurs maris a avoir un plat de gâteaux cotes femmes quand il y en a dix coté hommes et les petits garçons viennent encore piquer la moitié du plat... Sur le plan intellectuel dans le hassidisme loubavitch coexistent deux options contradictoires sur l'étude des femmes certains rabbins choisissent d'envoyer leurs filles en Israël pour qu'elles étudient le talmud alors que l’étude du talmud est encore interdite aux femmes en France Les femmes loubavitch croient que l'étude du talmud leur est interdite mais prennent souvent plaisir a discuter de points de lois appréciant les citations de raisonnements talmudiques. elles arrivent aussi à des créations intéressantes comme les lunettes en boucle de ceinture le shabbat par exemple Personnellement je prie rue pavée et au 17 et je suis féministe je ne dis pas que c'est facile mais ce n'est pas parce que je suis féministe que je cesse d'aimer le hassidisme. Je vous souhaite une très bonne journée Myriam Goldwasser yentl@live. Fr

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Présentation de la table-ronde

    par Delphine Horvilleur, MJLF (7min)

  • Rôle des conseils municipaux religieux

    par Léa Shadkiel, enseignante (9min)

  • La spécificité française

    par Liliane Vana, docteur en sciences des religions (8min)

  • L'accès à l'étude pour les filles

    Point de vue des conférencières (8min)

  • Que disent les textes ?

    La question de l'égalité (9min)

  • La Tora et son interprétation

    Le mythe de l'impureté (10min)

  • La montée à la Tora

    Dvar Tora et minyan mixte (11min)

  • Le minyan féminin

    Influence des libéraux et des Massortis (11min)

  • Des signes avant-coureurs

    Les valeurs essentielles du judaïsme (10min)

  • Débat avec la salle

    MJLF et problèmes actuels (13min)

  • Les difficultés du dialogue

    Les avancées dans le monde orthodoxe (14min)

L'organisateur

Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Léah Shakdiel - sociologue

Née à Jérusalem dans une famille de pionniers modernes orthodoxes, Léah Shakdiel décide avec son mari de vivre dès 1978 dans la ville de développement Yeruham dans le désert du Neguev. Elle y deviendra en 1988, la première femme à pouvoir siéger au sein d'un Conseil local religieux soutenue par le conseil municipal de cette citée à majorité juive marocaine, et après une lutte ardue et une décision historique de la Cour Suprême. Son combat est relaté dans "Mon combat pour être la première femme au sein d’un conseil municipal religieux en Israël" dans Femmes et Judaïsmes aujourd’hui, In Press, 2008. Diplômée en littérature anglaise et française ainsi qu’en études bibliques, pensée, histoire et éducation juives de l’Université de Bar Ilan, Léah Shakdiel enseigne actuellement au Collège Sapir près de Sederot ainsi que dans d’autres programmes de formation. Elle a été aussi membre de l’Ecole pour le leadership et l’éducation dans le monde juif. Figure charismatique du féminisme juif orthodoxe, Léah Shadiel est active pour la Paix et les droits de la personne.

Liliane Vana - docteur en sciences des religions

Liliane Vana est docteur en sciences des religions,Talmudiste, Philologue et Professeure associée à l’université Libre de Bruxelles.  Spécialiste de droit hébraïque, elle défend l'accès des femmes à "l'espace sacré" et organise des lectures de la Torah par les femmes dans des synagogues consistoriales.  (MAJ 2014)

Bibliographies des conférenciers

Les peaux lebubine ou la robe du myste dans les mystères dionysiaques, (, 1997)   Emprunter

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

Liliane Vana

"Les lois relatives au mariage dans le judaïsme du Ier et IIe siècles", , (Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes n°105,p. 237-247, 19961997)  

"À quoi bon tant de monde ? – Mais pour parachever la création divine", (La sœur de l’Ange n°10 (éd. Herman) p. 25-35. , 2011)   Acheter

À quoi bon tant de monde ? – Mais pour parachever la création divine !, (, 2011)   Emprunter

"Le get et les formulaires du get (lettre de divorce) en droit rabbinique", (Trois millénaires de formulaires juridiques, (éd. Droz) p. 357-389, 2010)   Acheter | Emprunter

L'annee sabbatique et la remission des dettes, (, 2010)   Emprunter

"Le prêtre et la prostituée: un mariage licite ? Lv 21:7.14 dans la Loi rabbinique (halakhah)", (Pardès n° 47-48, p. 205-234, 2010)   Emprunter

"Sexualité, mariage et divorce", (Femmes et judaïsme dans la Société aujourd'hui, p. 147-157, 2008)   Acheter | Emprunter

L’absence des femmes des fonctions religieuses : un réexamen de la loi juive, (In Press, 2008)   Emprunter

Epitropos ou administrateur de biens : une fonction féminine méconnue aux premiers siècles de notre ère, (Brepols, 2006)   Emprunter

Les Femmes dans l’espace public: regard sur la société juive à l’époque hellénistique et romaine, (Herder, 2006)   Emprunter

La Birkat Ha-Minim est-elle une prière contre les Judéo-Chrétiens ?, (Brepols, 2003)   Emprunter

"Fiançailles et Mariage à l'époque hellénistique et romaine: halakhah (lois) et coutumes", (La construction de la famille juive: entre héritage et devenir, Publications de la Sorbonne, p. 51-95., 2003)   Acheter

Les relations entre juifs et paiens à l’époque de la Mishna, la question du banquet privé, (, 1997)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers