Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Les fractures du judaïsme contemporain (4/5)

Les couples mixtes et la synagogue (59 min)

Joëlle Allouche-Benayoun - psychosociologue, Rivon Krygier - rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, Yves Marciano - rabbin
  • Enjeu politique pour Israël

    Une bénédiction (9min)

  • Un vieux débat

    Savoir accueillir (11min)

  • Constat sociologique

    Quand l'enfant arrive (9min)

  • Vingt ans après

    Le choix identitaire (11min)

  • Que dit le Choul'han Arou'h

    L'approche mystique (11min)

  • Les couples mixtes

    L'assistanat (4min)

Les documents (5)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Joëlle Allouche-Benayoun - psychosociologue

Joëlle Allouche-Benayoun est psychosociologue et chercheuse au CNRS. Elle a enseigné à l'Université de Picardie (Amiens), à l'Université de Lille, à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et à l'Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne. Spécialiste du monde juif, Joëlle Allouche a publié de nombreux travaux sur la famille (mariages mixtes, enfants issus de couples mixtes), sur la place de la femme dans le judaïsme, sur les conversions au judaïsme, sur les rabbins en France, sur l'antisémitisme et sur les Juifs d'Algérie. Elle a été présidente du Cercle de Généalogie Juive de France de mars 2004 à mars 2010, dont elle dirige depuis la revue, Généalo-J.

Page personnelle

Rivon Krygier - rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris

Rivon Krygier a été membre du mouvement de jeunesse Ha-Shomer ha-Za’ir, jusqu’à son installation en Israël en 1977. Il fut étudiant à l’Université Hébraïque de Jérusalem et au Ma’ayanot Institute of Jewish Studies, dirigé par le rabbin français Léon Ashkenazi (Manitou). Il fut le premier rabbin de langue française diplômé du Schechter Institute of Jewish Studies, filiale du Jewish Theological Seminary of America. En 1991, il devient le rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, première communauté Massorti (conservative) de France. Titulaire d’un doctorat de la Sorbonne en sciences des religions, il est une figure marquante du débat intellectuel au sein du judaïsme français. Ses travaux sont pour l’essentiel consacrés aux questions d’éthique et de théologie, ainsi qu’au dialogue interreligieux. Il publie des articles dans diverses revues (Revue des études juives, Pardès, Conservative Judaism, Recherches de science religieuse). Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont l’essai L’Homme face à la Révélation publié en complément de l’ouvrage de Louis Jacobs La Religion sans déraison (Albin Michel, 2011).

Page personnelle

Yves Marciano - rabbin

Yves Marciano est rabbin, chef du Département des conversions.

Bibliographies des conférenciers

Joëlle Allouche

Les Juifs d'Algérie, une Histoire de ruptures, (Presses universitaires de Provence, 2015)   Acheter

Joëlle Allouche-Benayoun

Guide de l'insertion professionnelle et sociale, (Dunod, 1998)   Acheter

Ni Eve, ni Marie. Lutte et incertitudes des héritières de la Bible, (Labor et Fidès, 1998)   Acheter

Minorité et racisme - Une condition minoritaire : la condition juive, son vécu par de jeunes juifs de 17 à 30 ans., (EHESS, 1976)   Emprunter

Rivon Krygier

“L’Homme face à la Révélation”, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Guerre et paix dans le judaïsme, (In Press, 2004)   Emprunter

Yael Hollenberg-Azoulay, Tefilati Ma prière : Une initiation à la prière pour les enfants, (Biblieurope, 2004)   Emprunter

Épître de la vie: guide des coutumes traditionnelle juives en situation de maladie grave et de deuil, (In Press, 2003)   Acheter

Être juif dans un monde en crise. Actes des Assises européennes du judaïsme progressif, 2001, Paris, (Cercle Bernard Lazare, 2002)   Emprunter

Epître de l'amour. , (Nadir, 2000)   Acheter

La Loi juive à l'aube du XXIe siècle, (Biblioeurope, 1999)   Acheter | Emprunter

A la limite de Dieu : l'énigme de l'omniscience divine et du libre arbitre humain , (Publisud, 1998)   Acheter | Emprunter

Charte des principes du mouvement massorti , (Adat Chalom, 1993)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Joelle Allouche-Benayoun

Minorité et racisme , (E.H.E.S. S., 1976)   | Emprunter

Rivon Krygier

La Loi juive à l'aube du XXIe siècle, (Biblioeurope, 1999)   Acheter | Emprunter

Rivon Krygier

La religion sans déraison & L'homme face à la révélation, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Autres textes utiles
L'organisateur
Commentaires ( 3 )

Toda

26 août 2012, 15h27, Déborah Lévy

Je souhaitais vous adresser mes sincères remerciements quant aux analyses portées sur les descendants des couples mixtes... Il est trop douloureux d'etre rejetée sans arrêt de part et d autre, comme si aucune appartenance ouverte et tolérante n'était pas envisageable au sein de la communauté humaine... Ou devrais je dire des communautés humaines ! La diaspora a un sens : l'avenir des Nations et la venue du Machiah ne sont pas compris par beaucoup trop de croyants... L'intolérance et le rejet ne riment pas avec le judaïsme que je connais ! Toda rabah Rabbi Déborah Lévy.

Tuer le poussin dans l'oeuf et faire périr la poule...

12 février 2014, 06h31, Malka BarNeron ecoute-juive.com

De la réflexion hala'hique, et comme dans toute reflexion, et parce que nous ne réfléchissons jamais sans que notre personnalité, notre histoire et les épreuves de notre vie influencent notre jugement, il faut bien se demander quels sont les bénéfices secondaires pour les décisionnaires de ne rien modifier. Il n'est pas certain que les intentions soient pures, et si elle le sont, elle ne sont pour autant pas forcément justes et adéquates. Qui décide ? Des rabins certes, mais qui sont aussi des hommes ayant un certain statut, et pouvoir au sein des communautés. Placez des femmes dans un groupe de réflexion sur les grands sujets de la société juive, donnez leurs le pouvoir de décision, et observons les choix qu'elles vont faire. A ceux qui crierons au scandale de donner ce rôle honnis par l'orthodoxie juive, je réponds : "Comment ! Dieu dirait à Avraham "'chma kol ichte'ha (ecoute la voix de ta femme)" et cela ne s'appliquerait que dans la sphère privée?! Autre réflexion : permettre à un sang neuf d'entrer dans la communautés c'est aussi devoir assimiler son influence ! Pour ceux qui se couvrent de givre en lisant ces mots, je rappelle qu'il existe une opinion selon laquelle les ashkenazim (pardon grand père ;) sont tous des convertis... C'est donc bien que nous avons su les intégrer. Autre réflexion sur la peur d'intégrer des convertis : et si, au lieu de nous renfermer sur nous même, mettant à distance si systématiquement les candidats à la conversion, nous apprenions à nos enfants, dans nos ecoles juives, encore plus à être forts et aimer vraiment la Thora de façon, avec le coeur et non comme une science apprenant par coeur des textes incroyablement longs et indigestes (et oui, vayikra à des enfants de 7 ans, c'est pas évident) à savoir transmettre cet amour aux convertis ? Si au lieu de nous évertuer à couper ce membre neuf nous apprenions a marcher avec ? Il en est du sujet des guerim comme celui de la place de la femme dans la société juive, des divorces et de la rigueur dans les affaires (et nous ne sommes vraiment pas au top en la matière) : c'est bien en ne réglant pas ces problèmes là que nous pourrions dépérir (h"v), et non en assimilant des personnes chaleureuses et bien disposées envers le peuple juif. enfin, a ceux qui diront que les conversions sont parfois (souvent ?) ratées, je demanderai si il faut arreter de se marier au vue du nombre des divorces, s'il faut cesser de vivre en Israël au vu des attentats, et s'il faut cesser de croire en D. Ieu au vu de la shoa... Impossible de faire des omelettes sans casser des oeufs, au risque de faire mourir la poule :).

Penser à la fois tradition et modernité : voilà l'authentique orthodoxie

2 janvier 2018, 14h48, orot

Une réponse dans les 24 heures après un courrier... Faut pas pousser au Consistoire c'est plutôt après plusieurs relances, par expérience compter au moins plusieurs mois la conversion n'est de plus pas aménagée sous forme de régularisation pour les zerah israel mais est limitée à ce public sous une forme davantage religieuse (Choulkhan Aroukh à haute dose), l'accent sur l'apect historico-national de la naturalisation quasiment absent contrairement à d'autres courants Pour reprendre Manitou z'l nous avons un exemple d'intégrisme qui ne vit pas selon un judaïsme de son temps mais celui d'une reproduction à une époque archaïque, la référence étant pour le peuple juif la Torah d'Israel et non la codification faite par le C. A au XVI e s (qui bien qu'importante n'est qu'une tentative de codification de la loi juive à une époque comme le Mishné Torah du Rambam et d'autres) ! D'ailleurs Manitou voyait dans ce phénomène d’archaïsme légalisant une approche sadducéenne (la morale et l'éthique étant évacuées au prix du légal) Toutefois, il peut aussi avoir le risque inverse d'évacuer toute sensibilité halakhique en vivant une pseudo-torah moderne du 25e s !

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Les couples mixtes et la synagogue

59 min

Joëlle Allouche-Benayoun - psychosociologue, Rivon Krygier - rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, Yves Marciano - rabbin

Commentaires ( 3 )

Toda

26 août 2012, 15h27, Déborah Lévy

Je souhaitais vous adresser mes sincères remerciements quant aux analyses portées sur les descendants des couples mixtes... Il est trop douloureux d'etre rejetée sans arrêt de part et d autre, comme si aucune appartenance ouverte et tolérante n'était pas envisageable au sein de la communauté humaine... Ou devrais je dire des communautés humaines ! La diaspora a un sens : l'avenir des Nations et la venue du Machiah ne sont pas compris par beaucoup trop de croyants... L'intolérance et le rejet ne riment pas avec le judaïsme que je connais ! Toda rabah Rabbi Déborah Lévy.

Tuer le poussin dans l'oeuf et faire périr la poule...

12 février 2014, 06h31, Malka BarNeron ecoute-juive.com

De la réflexion hala'hique, et comme dans toute reflexion, et parce que nous ne réfléchissons jamais sans que notre personnalité, notre histoire et les épreuves de notre vie influencent notre jugement, il faut bien se demander quels sont les bénéfices secondaires pour les décisionnaires de ne rien modifier. Il n'est pas certain que les intentions soient pures, et si elle le sont, elle ne sont pour autant pas forcément justes et adéquates. Qui décide ? Des rabins certes, mais qui sont aussi des hommes ayant un certain statut, et pouvoir au sein des communautés. Placez des femmes dans un groupe de réflexion sur les grands sujets de la société juive, donnez leurs le pouvoir de décision, et observons les choix qu'elles vont faire. A ceux qui crierons au scandale de donner ce rôle honnis par l'orthodoxie juive, je réponds : "Comment ! Dieu dirait à Avraham "'chma kol ichte'ha (ecoute la voix de ta femme)" et cela ne s'appliquerait que dans la sphère privée?! Autre réflexion : permettre à un sang neuf d'entrer dans la communautés c'est aussi devoir assimiler son influence ! Pour ceux qui se couvrent de givre en lisant ces mots, je rappelle qu'il existe une opinion selon laquelle les ashkenazim (pardon grand père ;) sont tous des convertis... C'est donc bien que nous avons su les intégrer. Autre réflexion sur la peur d'intégrer des convertis : et si, au lieu de nous renfermer sur nous même, mettant à distance si systématiquement les candidats à la conversion, nous apprenions à nos enfants, dans nos ecoles juives, encore plus à être forts et aimer vraiment la Thora de façon, avec le coeur et non comme une science apprenant par coeur des textes incroyablement longs et indigestes (et oui, vayikra à des enfants de 7 ans, c'est pas évident) à savoir transmettre cet amour aux convertis ? Si au lieu de nous évertuer à couper ce membre neuf nous apprenions a marcher avec ? Il en est du sujet des guerim comme celui de la place de la femme dans la société juive, des divorces et de la rigueur dans les affaires (et nous ne sommes vraiment pas au top en la matière) : c'est bien en ne réglant pas ces problèmes là que nous pourrions dépérir (h"v), et non en assimilant des personnes chaleureuses et bien disposées envers le peuple juif. enfin, a ceux qui diront que les conversions sont parfois (souvent ?) ratées, je demanderai si il faut arreter de se marier au vue du nombre des divorces, s'il faut cesser de vivre en Israël au vu des attentats, et s'il faut cesser de croire en D. Ieu au vu de la shoa... Impossible de faire des omelettes sans casser des oeufs, au risque de faire mourir la poule :).

Penser à la fois tradition et modernité : voilà l'authentique orthodoxie

2 janvier 2018, 14h48, orot

Une réponse dans les 24 heures après un courrier... Faut pas pousser au Consistoire c'est plutôt après plusieurs relances, par expérience compter au moins plusieurs mois la conversion n'est de plus pas aménagée sous forme de régularisation pour les zerah israel mais est limitée à ce public sous une forme davantage religieuse (Choulkhan Aroukh à haute dose), l'accent sur l'apect historico-national de la naturalisation quasiment absent contrairement à d'autres courants Pour reprendre Manitou z'l nous avons un exemple d'intégrisme qui ne vit pas selon un judaïsme de son temps mais celui d'une reproduction à une époque archaïque, la référence étant pour le peuple juif la Torah d'Israel et non la codification faite par le C. A au XVI e s (qui bien qu'importante n'est qu'une tentative de codification de la loi juive à une époque comme le Mishné Torah du Rambam et d'autres) ! D'ailleurs Manitou voyait dans ce phénomène d’archaïsme légalisant une approche sadducéenne (la morale et l'éthique étant évacuées au prix du légal) Toutefois, il peut aussi avoir le risque inverse d'évacuer toute sensibilité halakhique en vivant une pseudo-torah moderne du 25e s !

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Enjeu politique pour Israël

    Une bénédiction (9min)

  • Un vieux débat

    Savoir accueillir (11min)

  • Constat sociologique

    Quand l'enfant arrive (9min)

  • Vingt ans après

    Le choix identitaire (11min)

  • Que dit le Choul'han Arou'h

    L'approche mystique (11min)

  • Les couples mixtes

    L'assistanat (4min)

L'organisateur

Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Joëlle Allouche-Benayoun - psychosociologue

Joëlle Allouche-Benayoun est psychosociologue et chercheuse au CNRS. Elle a enseigné à l'Université de Picardie (Amiens), à l'Université de Lille, à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et à l'Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne. Spécialiste du monde juif, Joëlle Allouche a publié de nombreux travaux sur la famille (mariages mixtes, enfants issus de couples mixtes), sur la place de la femme dans le judaïsme, sur les conversions au judaïsme, sur les rabbins en France, sur l'antisémitisme et sur les Juifs d'Algérie. Elle a été présidente du Cercle de Généalogie Juive de France de mars 2004 à mars 2010, dont elle dirige depuis la revue, Généalo-J.

Page personnelle

Rivon Krygier - rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris

Rivon Krygier a été membre du mouvement de jeunesse Ha-Shomer ha-Za’ir, jusqu’à son installation en Israël en 1977. Il fut étudiant à l’Université Hébraïque de Jérusalem et au Ma’ayanot Institute of Jewish Studies, dirigé par le rabbin français Léon Ashkenazi (Manitou). Il fut le premier rabbin de langue française diplômé du Schechter Institute of Jewish Studies, filiale du Jewish Theological Seminary of America. En 1991, il devient le rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, première communauté Massorti (conservative) de France. Titulaire d’un doctorat de la Sorbonne en sciences des religions, il est une figure marquante du débat intellectuel au sein du judaïsme français. Ses travaux sont pour l’essentiel consacrés aux questions d’éthique et de théologie, ainsi qu’au dialogue interreligieux. Il publie des articles dans diverses revues (Revue des études juives, Pardès, Conservative Judaism, Recherches de science religieuse). Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont l’essai L’Homme face à la Révélation publié en complément de l’ouvrage de Louis Jacobs La Religion sans déraison (Albin Michel, 2011).

Page personnelle

Yves Marciano - rabbin

Yves Marciano est rabbin, chef du Département des conversions.

Bibliographies des conférenciers

Joëlle Allouche

Les Juifs d'Algérie, une Histoire de ruptures, (Presses universitaires de Provence, 2015)   Acheter

Joëlle Allouche-Benayoun

Guide de l'insertion professionnelle et sociale, (Dunod, 1998)   Acheter

Ni Eve, ni Marie. Lutte et incertitudes des héritières de la Bible, (Labor et Fidès, 1998)   Acheter

Minorité et racisme - Une condition minoritaire : la condition juive, son vécu par de jeunes juifs de 17 à 30 ans., (EHESS, 1976)   Emprunter

Rivon Krygier

“L’Homme face à la Révélation”, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Guerre et paix dans le judaïsme, (In Press, 2004)   Emprunter

Yael Hollenberg-Azoulay, Tefilati Ma prière : Une initiation à la prière pour les enfants, (Biblieurope, 2004)   Emprunter

Épître de la vie: guide des coutumes traditionnelle juives en situation de maladie grave et de deuil, (In Press, 2003)   Acheter

Être juif dans un monde en crise. Actes des Assises européennes du judaïsme progressif, 2001, Paris, (Cercle Bernard Lazare, 2002)   Emprunter

Epître de l'amour. , (Nadir, 2000)   Acheter

La Loi juive à l'aube du XXIe siècle, (Biblioeurope, 1999)   Acheter | Emprunter

A la limite de Dieu : l'énigme de l'omniscience divine et du libre arbitre humain , (Publisud, 1998)   Acheter | Emprunter

Charte des principes du mouvement massorti , (Adat Chalom, 1993)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Bibliographie sur le sujet

Joelle Allouche-Benayoun

Minorité et racisme , (E.H.E.S. S., 1976)   | Emprunter

Rivon Krygier

La Loi juive à l'aube du XXIe siècle, (Biblioeurope, 1999)   Acheter | Emprunter

Rivon Krygier

La religion sans déraison & L'homme face à la révélation, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Autres textes utiles