Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

De la laïcité à l'islamophobie

Ces musulmans dont la France ne veut pas (53 min)

Claude Askolovitch - journaliste
  • L'identité française selon Finkielkraut

    Les terme de "français de souche" (9min)

  • La crise identitaire de la France

    L'émergence d'un phénomène d'othodoxie religieuse (11min)

  • L'hostilité n'est pas limitée

    et permet au FN d'intégrer le rejet de l'Islam (8min)

  • Rejet et détestation des musulmans

    et dénégation de toute individualité des musulmans (9min)

  • La réalité de l'affaire Baby Lou

    Le port du voile instrumentalisé (16min)

Les documents (3)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Claude Askolovitch - journaliste

Claude Askolovitch est un journaliste français, il est le fils de Roger Ascot, l'ancien directeur de la revue L'Arche. Il suit des études d'économie à l'université Paris-Dauphine avant d'entrer au Centre de formation des journalistes, dont il sort diplômé en 1985. Après des piges à Sciences et vie Économie et Mondial, il travaille à RFO avant d'être engagé au Matin de Paris. Il rejoint en 1987 le quotidien Le Sport qui vient de se créer. À la disparition de ce titre, fin 1987, il travaille à Europe 1. Puis il devient reporter à l'Evénement du jeudi puis à Marianne. Il a été grand reporter au Nouvel Observateur pendant 7 ans de 2001 à juillet 2008, avant de devenir rédacteur en chef, puis éditorialiste au Journal du dimanche. Il rejoint Le Point en août 2011. De 2008 à 2011, il a été également chroniqueur sur Europe 1, dans les tranches d'information du matin, puis du soir, et sur i-Télé en 2010-2011. Depuis janvier 2011, il est chroniqueur dans "Avant-Premières" les jeudis soir sur France 2. Journaliste sportif à l'origine, il a écrit avec Basile Boli son autobiographie Black Boli, et traite aujourd'hui surtout de sujets sociétaux et politiques, avec une inclination particulière pour les controverses d'opinions et les sujets polémiques. Il a couvert pour le Nouvel Observateur le mouvement altermondialiste, et a lancé la controverse autour des déclarations jugées antisémites de Tariq Ramadan en 2003. Il a suivi le Front national, qui constitue le thème de son deuxième livre, écrit une biographie de Lionel Jospin, et a interrogé Éric Besson pour son pamphlet contre Ségolène Royal, Qui connaît Madame Royal ?. Il a réalisé deux autres livres d'entretiens, le premier avec Rachida Dati, sur son parcours, le second avec le député et maire socialiste d'Évry, Manuel Valls, sur la refondation de la gauche. Il a été chroniqueur dans des émissions de radio et télévision comme On refait le monde (RTL), On refait le match (RTL et LCI), Entre les lignes (La Chaîne Parlementaire). Il est à l'origine de « l'affaire Siné » : le 8 juillet 2008, lors d'une émission sur RTL, il qualifie d'antisémite une chronique du dessinateur Siné publiée dans Charlie Hebdo, qui suggérait, selon lui, que l'éventuelle conversion au judaïsme du fils du président de la République Française, Jean Sarkozy, serait profitable à sa carrière. Cette affaire a suscité des polémiques. Daniel Schneidermann a sévèrement critiqué l'attitude de Claude Askolovitch en l'accusant d'avoir agi en faveur des Sarkozy et d'avoir été remercié de ses services par sa nouvelle nomination au sein du groupe Lagardère. Le 2 mars 2009, le tribunal a relaxé Claude Askolovitch et débouté Siné d'une plainte en diffamation qu'il avait déposée.

Bibliographie du conférencier

Claude Askolovitch

Comment se dire adieu ?, (JC Lattès, 2017)   Acheter

Les grands garçons, (Plon, 2015)   Acheter

Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, (Grasset, 2013)   Acheter

Voyage au bout de la France - Le Front national tel qu'il est , (Grasset, 1999)   Acheter

Black Boli, (Grasset, 1994)   Acheter

La France du Piston, (Robert Laffont, 1992)  

Patrick Bruel, Claude Askolovitch

Patrick Bruel ; conversation avec Claude Askolovitch , (Plon, 2011)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaires ( 13 )

Assumez-vous

21 novembre 2013, 16h01, Isaac

Bien sur, il y a des bons et des mauvais partout, sauf que parmi les mauvais il y a une énorme proportion de musulmans, et a tout les niveaux, de individuel à l'international. Je me demande ce qui vous bouche la vue. Assumez-vous, vous n'êtes pas un anti-raciste mais un juif qui ne s'assume pas !

Il n'est pire sourd que

21 novembre 2013, 16h04, julien

Est ce que le conférencier qui est juif, ou son père qui était juif, a revendiqué ou entendu un seul juif de France revendique une France juive avec comme seule loi respectable la halaka ? Il a par contre surement comme monsieur Finkelkraut et bien d autres, entendu parler de djihad et de charia pour la France Il est vrai qu on dit qu il n y a pas plus sourd que celui qui ne veut entendre.

Amalgame

21 novembre 2013, 19h13, Liliane

Ce conférencier pratique à merveille l'art de l'amalgame. Le voile islamique n'est pas un "simple" voile posé sur les cheveux. Le voile islamique est un voile intégrale qui ne peut laisser aucun doute sur sa signification religieuse. La France n'est pas un pays laïc, ça ne veut rien dire ; notre République est une république laïque. Nuance ! Une république laïque, inscrite dans la Constitution, clairement énoncée sur laquelle il n'est pas à tergiverser pour satisfaire ceux qui la contestent. La laïcité, oui monsieur Askolovitch, est menacée dans ce pays, par tous les intégrismes religieux, dont l'Islam a largement sa part. Vous me faites penser à ces racistes qui se justifient en rappelant qu'ils ont des amis de couleur… Ouvrez les yeux, allez plus souvent dans les quartiers populaires, ouvrez vos oreilles, entendez ce qui est hurlé régulièrement contre tout ce qui n'est pas islamique…dont pas plus tard qu'hier ceux du guide de l'Iran pour qui la disparition d'Israël va de soi.

LE GRAND ALAIN et le PETIT CLAUDE !

21 novembre 2013, 19h18, Marc Guedj

En 53 minutes, Claude Askolovitch tente de nous expliquer les raisons de son désaccord avec un autre homme de gauche, Alain Finkelkraut Il insiste sur les qualités intellectuelles de Finkelkraut et il a bien raison... Le plus surprenant est la naïveté de ASKOLOVITCH, un vieux briscard des plateaux de télévision, ^lorsqu'il dit " je ne comprends pas, alors que nous venons du même endroit, nous racontons l'histoire de France, aujourd'hui, de manière très différentes " . Bien heureusement, il ne suffit pas d'avoir les mêmes origines pour voir le monde de la même façon. S'il en était ainsi, la vie politique en Israël ou en France et on le voit bien, avec les prochaines élections du consistoire, . Serait bien simplifiée... L'impardonnable positionnement de Finkelkraut, aux yeux du vertueux Askolovitch, est " la légitimité plus forte qu'accorde Finkelkraut aux Français de souche et que la question musulmane l'obsède ! "Il n'est pas le seul et on pourrait voir, ainsi, sur la même ligne de défiance, à l'égard de la population musulman de France Finkelkraut et son contraire, comme le Président de France-Israël, Goldnadel... Finkelkraut sait de quoi il parle, même si selon Askolovitch " il n'a jamais rencontré un immigré de sa vie". En revanche, l'intellectuel de gauche, le vrai, a subi les foudres d'une communauté, sous le simple prétexte qu'il se hasardait à défendre Israël, publiquement. Et sur ce point, Askolovitch est beaucoup plus prudent... Sans oublier de citer, deux fois, plutôt qu'une FranCe cultuRe, la radio qui tend ses micros, en priorité, à ceux qui réfléchissent, et qui font la promo de leurs livres, Askolovitch tente de déstabiliser, de frapper Finkelkraut où çà fait mal, l'injustice, déjà affaibli il me semble, par la maladie et pas vraiment à son aise pour convaincre, autement que par l'écrit... . On savait que l'Islam pouvait déchirer la communauté juiveV. Finkelkraut et Askolovitch ne font pas exception à la règle... Marc Guedj.

C. ASKOLOVITCH égal à lui même.

22 novembre 2013, 00h31, Jacques BENITAH (jacques.benitah@libertysurf.fr)

J'ai écouté avec attention. Je ne regrette pas de ne pas m'être déplacé. Entendre pendant 9 minutes cet habile conférencier démolir A. FINKELKRAUT en préambule à la présentation de son livre est une épreuve que j'ai supporté jusqu'au bout. C. A est lui juif de gauche progressiste (JCP). Les autres sont donc plutôt anti-progrès-en particulier A. F. Oui M.A.I.S : "Alain" est non seulement mieux éduqué, mieux instruit, plus intelligent, ... Mais en plus il possède en sens critique et un courage pour exposer ses analyses et ses positions qui ne sont en rien fltrées par le dogmatisme marxo-lénino-trotskiste que les aléas de la vie vous ont collés. Ouvrez vous, témoignez de l'amour pour votre prochain, faites jouer votre sens critique plus que vos références propres aux intellectuels de gauche conformistes et inconditionnels, écoutez même le plus le plus humble, soyez bienveillant, vous serez moins aigri. Faites preuve d'humilité excusez vous aupurès d'A. F. Vous sortirez grandi.

Trente minutes

22 novembre 2013, 17h01, Liliane

Pour compléter mon premier commentaire : je ne suis pas toujours d'accord avec les propos de Mr Alain finkielkraut, mais je lui reconnais la sincérité d'un coeur déchiré devant la menace de déshérence qui pèse sur une humanité en pleine mutation, dont le passé n'éclaire plus le présent et encore moins le futur. Habituellement patiente et ouverte à toute opinion, je n'ai pas pu supporter au-delà de 30 minutes cette démonstration donneuse de leçons d'humanisme au service de la promotion de son livre, en écrasant de sa suffisance faussement contrite (c'est un paradoxe) plus grand que lui en ce domaine. Oui, en effet : la France compte beaucoup de musulmans, pour la majorité sans problèmes majeurs. Oui, en effet : il est des musulmans dont la France ne veut pas. On en reparlera lorsque le monde islamique aura fait cet aggiornamento que font régulièrement les maîtres du Judaïsme dont "l'ouvrage est sans cesse remis sur le métier"...

Claude Askolovitch voit clair

22 novembre 2013, 21h49, Colette

Claude Askolovitch a raison : Alain Finkielkraut se situe désormais dans ce courant que Zeev Sternhell qualifie d'"anti-lumières" et qui a fait le lit du fascisme et à terme du nazisme. C'était déjà évident lorsqu'il a défendu passionnément Renaud Camus qui, souvenons-nous, avait expliqué que les Juifs ne pouvaient comprendre vraiment la culture française. Ouvrons les yeux : ce qu'on dit aujourd'hui des musulmans, à savoir qu'ils seraient inassimilables, est exactement ce qu'on a dit autrefois de nous et qui a inspiré notamment les lois antijuives de Vichy. (C'est d'ailleurs ce que pas mal de gens pensent encore et qu'ils ne taisent que parce que ce discours n'est pas politiquement correct actuellement. ) Que nous le voulions ou non, les musulmans et nous avons partie liée. En hurlant avec les loups contre eux, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis.

Merci Monsieur Ascolovitch,

25 novembre 2013, 22h43, Cécile

De rappeler les ravages des catégories préalables dans lesquelles on force ceux que l'on ne veut pas considérer comme des humains traversés comme nous tous de contradictions, d'historicité, de contraintes. Peut-être, oui, que le ton eût pu être un peu moins prétentieux : il n'en reste pas moins que l'arrogance réelle est de l'autre côté, et qu'il faut, aujourd'hui, un courage certain pour continuer d'affirmer, contre la peur de la précarité identitaire, contre les orfraies millénaristes et les prophètes catastrophistes, que le réel est infiniment plus divers - et moins univoque - que la chape de bonne conscience, évidemment sur le dos du voisin, portée par quasiment tous les médias, cherche à nous imposer : l'entre-nous qui n'a, de toutes manières, jamais existé que dans l'imaginaire rétrospectif : un peu d'histoire de France, que diable, avant le "danger islamiste" : un pardès ? Franchement... Créons du vivable minimal au lieu de créer des ghettos, des pestiférés et autres sorcières, de la guerre civile, des kapparoth humains.

Musulmans

1 décembre 2013, 21h39, MAC

Un grand merci à Mr Bensoussan, Historien pour nous avoir illuminé sur la condition du Juif en Terre Arabe. Quoi que je savais la plupart de ce qui est arrivé, il est bon de nous rappeler les détails du Grand Calvaire. Le pire qu'il peut arriver à un être humain c'est de vivre au milieu de sauvages.

Religion et democratie

14 décembre 2013, 17h06, Paulette Lubelski

J'ai écouté avec beaucoup d'attention cette conférence. Là ou je pense que ce journaliste se trompe c'est' lorsqu'il parle de la religion et du foulard. Je me permets de lui faire remarquer qu'il a de la chance de vivre dans un pays laïque et qu'il n'a aucune notion de ce qu'est la religion quelqu'elle soit chrétienne, juive ou musulmane lorsqu'elle est missionnaire ou fondamentaliste. AUCUNE RELIGION N'EST TOLERANTE. Naturellement en tant que juive libérale et tolérante, rescapée du 16 juillet 1942, je suis contre le Front national à tous les points de vue, mais je crois que la discussion sur les religions et la musulmane en particulier est tout à fait légitime et même indispensable lorsqu'il s'agit du fondamentalisme auquel nous assistons actuellement. Naturellement loin de moi de classer tous les musulmans comme fondamentalistes mais les discussions sur les religions ne doivent pas être mêlées à la politique de droite ou de gauche. C'est un sujet trop grave en lui-même et qui ne doit pas être entache de politique. Je suis entièrement contre le voile ainsi que contre la kippa en public La religion ronge insidieusement toutes les sociétés qui ne se méfient pas. La lute pour la laïcite n'a rien a voir avec la gauche ou la droite. Elle doit être le centre de tout pays qui veut rester démocratique. J'ajoute ce mail que j'ai reçu et auquel je vous demande de réflechir ; la démocratie n'a pu s'implanter dans le monde arabo-musulman tout d'abord par ce que celui-ci n'a pu accomplir le stade historique de la laïcisation qui SEULE permet la démocratie.

Honteux

16 décembre 2013, 23h06, Honteux

Honteux.

Débat.

22 décembre 2013, 12h27, Yllerg.

Mr Ascolovitch à raison de dire l'importance de l'individu et d'apporter les éclaircissements concernant les cas dont il a parlés, et qui ont fait, ou font débat, à la suite des articles écrits dans différents journaux. Neanmoins, il oublie de se pencher sur le fait, que ces individus ne font pas grand- chose pour affirmer leur desolidarisation des milieux extrémistes, qui eux, évidemment leur volent la vedette. Ceux sont ces derniers, qui provoquent ces réactions de peur, qui se traduisent par des discours racistes et des réactions extrémistes aussi... Et c'est le cercle infernal... Comment expliquez-vous, Mr Ascolovitch, que de la population musulmane nombreuse, en France, ne s'élèvent pas des voix pour dénoncer publiquement certaines actions violentes, ainsi que des discours violents, profères par des groupes, des gouvernements, envers tout ce qui n'est pas musulman ? Il est évident, que cela est aussi une arme politique, mais peu importe... Où sont les protestations de ces individus qui ne demandent qu'à vivre en paix et en bon voisinage, en France ou ailleurs... Vous faites un amalgame qui dénote un manque de bonne foi. Je ne crois pas qu'Alain Finkelkaut, sous prétexte qu'il ne connaisse pas cette population de près, se trompe dans son analyse, même si certains détails peuvent encore être sujets à réflexion... Votre comparaison avec les juifs ayant trouvé refuge en France est légère... Ceux-ci étaient loin d'avoir le choix entre quantité de pays comme les musulmans, pays, ou ils pourraient pratiquer leur foi sans être montrés du doigt, et vivre leur tradition sans avoir de comptes à rendre... L'histoire du front national, les ragots colportes sur la viande halal etc. Sont un débat, à mon sens. Je serais ravie d'écouter un débat entre vous et Alain Finkelkraut. M.

A Monsieur Ascolovitch,

9 mai 2014, 23h16, SLIMANE Algerie

Les juifs, les Chrétiens et les Musulmans sont frères devant Dieu Unique. Tous simplement l'un complète l"autre, ils sont les gents du livre. Les trois Religions n'accepte pas la laïcité. dans leurs doctrines la religion n'est point séparé de la politique. A titre inductif les Algériens considères les juifs comme leurs cousins germains.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Ces musulmans dont la France ne veut pas

53 min

Claude Askolovitch - journaliste

Commentaires ( 13 )

Assumez-vous

21 novembre 2013, 16h01, Isaac

Bien sur, il y a des bons et des mauvais partout, sauf que parmi les mauvais il y a une énorme proportion de musulmans, et a tout les niveaux, de individuel à l'international. Je me demande ce qui vous bouche la vue. Assumez-vous, vous n'êtes pas un anti-raciste mais un juif qui ne s'assume pas !

Il n'est pire sourd que

21 novembre 2013, 16h04, julien

Est ce que le conférencier qui est juif, ou son père qui était juif, a revendiqué ou entendu un seul juif de France revendique une France juive avec comme seule loi respectable la halaka ? Il a par contre surement comme monsieur Finkelkraut et bien d autres, entendu parler de djihad et de charia pour la France Il est vrai qu on dit qu il n y a pas plus sourd que celui qui ne veut entendre.

Amalgame

21 novembre 2013, 19h13, Liliane

Ce conférencier pratique à merveille l'art de l'amalgame. Le voile islamique n'est pas un "simple" voile posé sur les cheveux. Le voile islamique est un voile intégrale qui ne peut laisser aucun doute sur sa signification religieuse. La France n'est pas un pays laïc, ça ne veut rien dire ; notre République est une république laïque. Nuance ! Une république laïque, inscrite dans la Constitution, clairement énoncée sur laquelle il n'est pas à tergiverser pour satisfaire ceux qui la contestent. La laïcité, oui monsieur Askolovitch, est menacée dans ce pays, par tous les intégrismes religieux, dont l'Islam a largement sa part. Vous me faites penser à ces racistes qui se justifient en rappelant qu'ils ont des amis de couleur… Ouvrez les yeux, allez plus souvent dans les quartiers populaires, ouvrez vos oreilles, entendez ce qui est hurlé régulièrement contre tout ce qui n'est pas islamique…dont pas plus tard qu'hier ceux du guide de l'Iran pour qui la disparition d'Israël va de soi.

LE GRAND ALAIN et le PETIT CLAUDE !

21 novembre 2013, 19h18, Marc Guedj

En 53 minutes, Claude Askolovitch tente de nous expliquer les raisons de son désaccord avec un autre homme de gauche, Alain Finkelkraut Il insiste sur les qualités intellectuelles de Finkelkraut et il a bien raison... Le plus surprenant est la naïveté de ASKOLOVITCH, un vieux briscard des plateaux de télévision, ^lorsqu'il dit " je ne comprends pas, alors que nous venons du même endroit, nous racontons l'histoire de France, aujourd'hui, de manière très différentes " . Bien heureusement, il ne suffit pas d'avoir les mêmes origines pour voir le monde de la même façon. S'il en était ainsi, la vie politique en Israël ou en France et on le voit bien, avec les prochaines élections du consistoire, . Serait bien simplifiée... L'impardonnable positionnement de Finkelkraut, aux yeux du vertueux Askolovitch, est " la légitimité plus forte qu'accorde Finkelkraut aux Français de souche et que la question musulmane l'obsède ! "Il n'est pas le seul et on pourrait voir, ainsi, sur la même ligne de défiance, à l'égard de la population musulman de France Finkelkraut et son contraire, comme le Président de France-Israël, Goldnadel... Finkelkraut sait de quoi il parle, même si selon Askolovitch " il n'a jamais rencontré un immigré de sa vie". En revanche, l'intellectuel de gauche, le vrai, a subi les foudres d'une communauté, sous le simple prétexte qu'il se hasardait à défendre Israël, publiquement. Et sur ce point, Askolovitch est beaucoup plus prudent... Sans oublier de citer, deux fois, plutôt qu'une FranCe cultuRe, la radio qui tend ses micros, en priorité, à ceux qui réfléchissent, et qui font la promo de leurs livres, Askolovitch tente de déstabiliser, de frapper Finkelkraut où çà fait mal, l'injustice, déjà affaibli il me semble, par la maladie et pas vraiment à son aise pour convaincre, autement que par l'écrit... . On savait que l'Islam pouvait déchirer la communauté juiveV. Finkelkraut et Askolovitch ne font pas exception à la règle... Marc Guedj.

C. ASKOLOVITCH égal à lui même.

22 novembre 2013, 00h31, Jacques BENITAH (jacques.benitah@libertysurf.fr)

J'ai écouté avec attention. Je ne regrette pas de ne pas m'être déplacé. Entendre pendant 9 minutes cet habile conférencier démolir A. FINKELKRAUT en préambule à la présentation de son livre est une épreuve que j'ai supporté jusqu'au bout. C. A est lui juif de gauche progressiste (JCP). Les autres sont donc plutôt anti-progrès-en particulier A. F. Oui M.A.I.S : "Alain" est non seulement mieux éduqué, mieux instruit, plus intelligent, ... Mais en plus il possède en sens critique et un courage pour exposer ses analyses et ses positions qui ne sont en rien fltrées par le dogmatisme marxo-lénino-trotskiste que les aléas de la vie vous ont collés. Ouvrez vous, témoignez de l'amour pour votre prochain, faites jouer votre sens critique plus que vos références propres aux intellectuels de gauche conformistes et inconditionnels, écoutez même le plus le plus humble, soyez bienveillant, vous serez moins aigri. Faites preuve d'humilité excusez vous aupurès d'A. F. Vous sortirez grandi.

Trente minutes

22 novembre 2013, 17h01, Liliane

Pour compléter mon premier commentaire : je ne suis pas toujours d'accord avec les propos de Mr Alain finkielkraut, mais je lui reconnais la sincérité d'un coeur déchiré devant la menace de déshérence qui pèse sur une humanité en pleine mutation, dont le passé n'éclaire plus le présent et encore moins le futur. Habituellement patiente et ouverte à toute opinion, je n'ai pas pu supporter au-delà de 30 minutes cette démonstration donneuse de leçons d'humanisme au service de la promotion de son livre, en écrasant de sa suffisance faussement contrite (c'est un paradoxe) plus grand que lui en ce domaine. Oui, en effet : la France compte beaucoup de musulmans, pour la majorité sans problèmes majeurs. Oui, en effet : il est des musulmans dont la France ne veut pas. On en reparlera lorsque le monde islamique aura fait cet aggiornamento que font régulièrement les maîtres du Judaïsme dont "l'ouvrage est sans cesse remis sur le métier"...

Claude Askolovitch voit clair

22 novembre 2013, 21h49, Colette

Claude Askolovitch a raison : Alain Finkielkraut se situe désormais dans ce courant que Zeev Sternhell qualifie d'"anti-lumières" et qui a fait le lit du fascisme et à terme du nazisme. C'était déjà évident lorsqu'il a défendu passionnément Renaud Camus qui, souvenons-nous, avait expliqué que les Juifs ne pouvaient comprendre vraiment la culture française. Ouvrons les yeux : ce qu'on dit aujourd'hui des musulmans, à savoir qu'ils seraient inassimilables, est exactement ce qu'on a dit autrefois de nous et qui a inspiré notamment les lois antijuives de Vichy. (C'est d'ailleurs ce que pas mal de gens pensent encore et qu'ils ne taisent que parce que ce discours n'est pas politiquement correct actuellement. ) Que nous le voulions ou non, les musulmans et nous avons partie liée. En hurlant avec les loups contre eux, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis.

Merci Monsieur Ascolovitch,

25 novembre 2013, 22h43, Cécile

De rappeler les ravages des catégories préalables dans lesquelles on force ceux que l'on ne veut pas considérer comme des humains traversés comme nous tous de contradictions, d'historicité, de contraintes. Peut-être, oui, que le ton eût pu être un peu moins prétentieux : il n'en reste pas moins que l'arrogance réelle est de l'autre côté, et qu'il faut, aujourd'hui, un courage certain pour continuer d'affirmer, contre la peur de la précarité identitaire, contre les orfraies millénaristes et les prophètes catastrophistes, que le réel est infiniment plus divers - et moins univoque - que la chape de bonne conscience, évidemment sur le dos du voisin, portée par quasiment tous les médias, cherche à nous imposer : l'entre-nous qui n'a, de toutes manières, jamais existé que dans l'imaginaire rétrospectif : un peu d'histoire de France, que diable, avant le "danger islamiste" : un pardès ? Franchement... Créons du vivable minimal au lieu de créer des ghettos, des pestiférés et autres sorcières, de la guerre civile, des kapparoth humains.

Musulmans

1 décembre 2013, 21h39, MAC

Un grand merci à Mr Bensoussan, Historien pour nous avoir illuminé sur la condition du Juif en Terre Arabe. Quoi que je savais la plupart de ce qui est arrivé, il est bon de nous rappeler les détails du Grand Calvaire. Le pire qu'il peut arriver à un être humain c'est de vivre au milieu de sauvages.

Religion et democratie

14 décembre 2013, 17h06, Paulette Lubelski

J'ai écouté avec beaucoup d'attention cette conférence. Là ou je pense que ce journaliste se trompe c'est' lorsqu'il parle de la religion et du foulard. Je me permets de lui faire remarquer qu'il a de la chance de vivre dans un pays laïque et qu'il n'a aucune notion de ce qu'est la religion quelqu'elle soit chrétienne, juive ou musulmane lorsqu'elle est missionnaire ou fondamentaliste. AUCUNE RELIGION N'EST TOLERANTE. Naturellement en tant que juive libérale et tolérante, rescapée du 16 juillet 1942, je suis contre le Front national à tous les points de vue, mais je crois que la discussion sur les religions et la musulmane en particulier est tout à fait légitime et même indispensable lorsqu'il s'agit du fondamentalisme auquel nous assistons actuellement. Naturellement loin de moi de classer tous les musulmans comme fondamentalistes mais les discussions sur les religions ne doivent pas être mêlées à la politique de droite ou de gauche. C'est un sujet trop grave en lui-même et qui ne doit pas être entache de politique. Je suis entièrement contre le voile ainsi que contre la kippa en public La religion ronge insidieusement toutes les sociétés qui ne se méfient pas. La lute pour la laïcite n'a rien a voir avec la gauche ou la droite. Elle doit être le centre de tout pays qui veut rester démocratique. J'ajoute ce mail que j'ai reçu et auquel je vous demande de réflechir ; la démocratie n'a pu s'implanter dans le monde arabo-musulman tout d'abord par ce que celui-ci n'a pu accomplir le stade historique de la laïcisation qui SEULE permet la démocratie.

Honteux

16 décembre 2013, 23h06, Honteux

Honteux.

Débat.

22 décembre 2013, 12h27, Yllerg.

Mr Ascolovitch à raison de dire l'importance de l'individu et d'apporter les éclaircissements concernant les cas dont il a parlés, et qui ont fait, ou font débat, à la suite des articles écrits dans différents journaux. Neanmoins, il oublie de se pencher sur le fait, que ces individus ne font pas grand- chose pour affirmer leur desolidarisation des milieux extrémistes, qui eux, évidemment leur volent la vedette. Ceux sont ces derniers, qui provoquent ces réactions de peur, qui se traduisent par des discours racistes et des réactions extrémistes aussi... Et c'est le cercle infernal... Comment expliquez-vous, Mr Ascolovitch, que de la population musulmane nombreuse, en France, ne s'élèvent pas des voix pour dénoncer publiquement certaines actions violentes, ainsi que des discours violents, profères par des groupes, des gouvernements, envers tout ce qui n'est pas musulman ? Il est évident, que cela est aussi une arme politique, mais peu importe... Où sont les protestations de ces individus qui ne demandent qu'à vivre en paix et en bon voisinage, en France ou ailleurs... Vous faites un amalgame qui dénote un manque de bonne foi. Je ne crois pas qu'Alain Finkelkaut, sous prétexte qu'il ne connaisse pas cette population de près, se trompe dans son analyse, même si certains détails peuvent encore être sujets à réflexion... Votre comparaison avec les juifs ayant trouvé refuge en France est légère... Ceux-ci étaient loin d'avoir le choix entre quantité de pays comme les musulmans, pays, ou ils pourraient pratiquer leur foi sans être montrés du doigt, et vivre leur tradition sans avoir de comptes à rendre... L'histoire du front national, les ragots colportes sur la viande halal etc. Sont un débat, à mon sens. Je serais ravie d'écouter un débat entre vous et Alain Finkelkraut. M.

A Monsieur Ascolovitch,

9 mai 2014, 23h16, SLIMANE Algerie

Les juifs, les Chrétiens et les Musulmans sont frères devant Dieu Unique. Tous simplement l'un complète l"autre, ils sont les gents du livre. Les trois Religions n'accepte pas la laïcité. dans leurs doctrines la religion n'est point séparé de la politique. A titre inductif les Algériens considères les juifs comme leurs cousins germains.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • L'identité française selon Finkielkraut

    Les terme de "français de souche" (9min)

  • La crise identitaire de la France

    L'émergence d'un phénomène d'othodoxie religieuse (11min)

  • L'hostilité n'est pas limitée

    et permet au FN d'intégrer le rejet de l'Islam (8min)

  • Rejet et détestation des musulmans

    et dénégation de toute individualité des musulmans (9min)

  • La réalité de l'affaire Baby Lou

    Le port du voile instrumentalisé (16min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Claude Askolovitch - journaliste

Claude Askolovitch est un journaliste français, il est le fils de Roger Ascot, l'ancien directeur de la revue L'Arche. Il suit des études d'économie à l'université Paris-Dauphine avant d'entrer au Centre de formation des journalistes, dont il sort diplômé en 1985. Après des piges à Sciences et vie Économie et Mondial, il travaille à RFO avant d'être engagé au Matin de Paris. Il rejoint en 1987 le quotidien Le Sport qui vient de se créer. À la disparition de ce titre, fin 1987, il travaille à Europe 1. Puis il devient reporter à l'Evénement du jeudi puis à Marianne. Il a été grand reporter au Nouvel Observateur pendant 7 ans de 2001 à juillet 2008, avant de devenir rédacteur en chef, puis éditorialiste au Journal du dimanche. Il rejoint Le Point en août 2011. De 2008 à 2011, il a été également chroniqueur sur Europe 1, dans les tranches d'information du matin, puis du soir, et sur i-Télé en 2010-2011. Depuis janvier 2011, il est chroniqueur dans "Avant-Premières" les jeudis soir sur France 2. Journaliste sportif à l'origine, il a écrit avec Basile Boli son autobiographie Black Boli, et traite aujourd'hui surtout de sujets sociétaux et politiques, avec une inclination particulière pour les controverses d'opinions et les sujets polémiques. Il a couvert pour le Nouvel Observateur le mouvement altermondialiste, et a lancé la controverse autour des déclarations jugées antisémites de Tariq Ramadan en 2003. Il a suivi le Front national, qui constitue le thème de son deuxième livre, écrit une biographie de Lionel Jospin, et a interrogé Éric Besson pour son pamphlet contre Ségolène Royal, Qui connaît Madame Royal ?. Il a réalisé deux autres livres d'entretiens, le premier avec Rachida Dati, sur son parcours, le second avec le député et maire socialiste d'Évry, Manuel Valls, sur la refondation de la gauche. Il a été chroniqueur dans des émissions de radio et télévision comme On refait le monde (RTL), On refait le match (RTL et LCI), Entre les lignes (La Chaîne Parlementaire). Il est à l'origine de « l'affaire Siné » : le 8 juillet 2008, lors d'une émission sur RTL, il qualifie d'antisémite une chronique du dessinateur Siné publiée dans Charlie Hebdo, qui suggérait, selon lui, que l'éventuelle conversion au judaïsme du fils du président de la République Française, Jean Sarkozy, serait profitable à sa carrière. Cette affaire a suscité des polémiques. Daniel Schneidermann a sévèrement critiqué l'attitude de Claude Askolovitch en l'accusant d'avoir agi en faveur des Sarkozy et d'avoir été remercié de ses services par sa nouvelle nomination au sein du groupe Lagardère. Le 2 mars 2009, le tribunal a relaxé Claude Askolovitch et débouté Siné d'une plainte en diffamation qu'il avait déposée.

Bibliographie du conférencier

Claude Askolovitch

Comment se dire adieu ?, (JC Lattès, 2017)   Acheter

Les grands garçons, (Plon, 2015)   Acheter

Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, (Grasset, 2013)   Acheter

Voyage au bout de la France - Le Front national tel qu'il est , (Grasset, 1999)   Acheter

Black Boli, (Grasset, 1994)   Acheter

La France du Piston, (Robert Laffont, 1992)  

Patrick Bruel, Claude Askolovitch

Patrick Bruel ; conversation avec Claude Askolovitch , (Plon, 2011)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier