Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Les juifs au grè des idéologies dominantes

Antisémitisme à la française (17 min)

Simon Epstein - Economiste et historien
  • La vague antisémite actuelle

    Le cas Dieudonné-Soral (5min)

  • L'antisémitisme a ses propres voies de développement

    Un phénomène indépendant de la Shoah (6min)

  • Le désarroi des juifs français

    La solution du sionisme (6min)

Les documents (7)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Simon Epstein - Economiste et historien

Simon Epstein (né en 1947 à Paris) est économiste et historien à l'Université hébraïque de Jérusalem. Apres un doctorat en sciences politiques à la Sorbonne, il part s'installer à Jérusalem et travaille comme économiste pour le ministère des Finances israélien. Simon Epstein dirige le Centre international de recherche sur l'antisémitisme. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs au racisme, à l'antiracisme et à l'antisémitisme, notamment en France durant les périodes de l'affaire Dreyfus et de l'occupation allemande.      

Bibliographie du conférencier

Simon Epstein

Histoire du peuple juif au XXe siècle, (Fayard, 2014)   Acheter

1930, une année dans l'histoire du peuple juif, (Stock, 2011)   Acheter

Un paradoxe français: antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, (Albin Michel, 2008)   Acheter | Emprunter

Fifty years of French intellectual bias against Israel, (Entretien de Manfred Gerstenfeld, Jerusalem Center for Public Affairs, 2003)   Emprunter

Les Dreyfusards sous l'Occupation, (Albin Michel., 2001)   Acheter

Les chemises jaunes: chronique d'une extrême droite raciste en Israël, (Calmann-Lévy, 1990)   Acheter | Emprunter

Les Institutions israélites françaises de 1929 à 1939: solidarité juive et lutte contre l'antisémitisme, ([S. l.] : [s. n.], 1990)   Emprunter

Les Juifs de France, le sionisme et l'Etat d'Israël, (Publications Langues'O, 1987)   Emprunter

L'Antisémitisme français aujourd'hui et demain, (Belfond, 1984)   Acheter | Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Paul Giniewski

Antisionisme : le nouvel antisémitisme, (Cheminements., 2005)   Acheter

Pierre-André Taguieff

La judéophobie des Modernes: Des Lumières au Jihad mondial, (Odile Jacob, 2008)   Acheter

Frédéric Haziza

Vol au-dessus d'un nid de fachos ; Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres, (Fayard, 2014)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 12 février 2014
Commentaires ( 6 )

Conférence de Simon Epstein sur l'antisémitisme en France

20 février 2014, 00h19, Martine Cohen (sociologue)

Juste quelques remarques : 1) Il y a d'autres grandes différences entre notre époque et les années 1920 : à l'époque, l'antisémitisme était porté par des populations nombreuses et aussi par des gouvernements (pas seulement l'Allemagne nazie), alors qu'aujourd'hui les gouvernements européens (je ne parle pas de la Hongrie) sont mobilisés contre l'antisémitisme et plusieurs d'entre eux ont fait de la mémoire de la Shoah un vrai devoir (de même pour l'Union européenne collectivement). 2) Les Juifs d'Europe seraient "dépendants" des majorités politiques en place, nous dit Simon Epstein. Et Israël, n'est-il pas collectivement dépendant de la politique et de l'argent américains ? Pourquoi ne penser la situation des Juifs d'Europe que comme "en exil", sans envisager en outre leurs alliances avec les démocrates et les défenseurs des droits de l'homme ? Il me semblait que cette vision "sioniste classique" était passée de mode, qu'Israël avait "normalisé" sa vision des Juifs de la diaspora, en les voyant comme des citoyens à part entière d'autres pays, qu'il faut savoir "attirer". J'espère que d'autres types d'analyses sur l'antisémitisme en France seront (ou sont peut-être déjà) exposés sur Akadem.

Simon Epstein

20 février 2014, 08h29, david

Pour nous à Jérusalem il est facile d'écouter Simon Epstein que nous connaissons et d'adhérer totalement à l'analyse qu'il développe sur la situation des juifs de France. Mais il ne s'agit pas de nous, il s'agit d'eux. Jusqu'à quel point cette analyse est entendue et écoutée et débattue par ceux "en charge" les officiels comme les religieux ? Vu d'ici, ils en sont loin...

ITW de Simon Epstein.

20 février 2014, 13h00, Abner Assoun. Co-auteur de Bugsy Pinsky contre le complot Juif

Bonjour, Simon Epstein nous dit que la réponse du Ministre de l'Intérieur est parfaite. Permettez-moi d'en douter. Nous sommes en Europe dans une montée, par sauts successifs, du nationalisme, d'une perte de repères, la disparition d'un monde"qui paraissait stable", et de l'absence tangible, pour l'écrasante majorité des habitants de cet espace, de repères nouveaux et rassurants. Dans ce contexte, la montée aux extrêmes est quasi mécanique, la vision binaire s'installe, la pensée magique domine, donc, la recherche permanente et effrayante d'un bouc émissaire s'empare des sociétés européennes. Qui dit bouc émissaire, dit théorie du complot, l'un ne va pas sans l'autre. Des forces, non homogènes, contradictoires, militent dans ce sens. Elles ont engagé depuis une grosse décennie une bataille culturelle dans ce sens. Les uns proposent telle cible, d'autres, telle autre. Ce qui explique des convergences ponctuelles. De ce point de vue, c'est la tentative du binôme de la haine, Soral-Dieudonné. Pas les enfants des cités, pas les enfants des damnés de la terre, donc pas les musulmans, nous avons tous un ennemi commun, an-historique, fédérons nous autour de son cadavre, le "sioniste" en fait le juif. C'est la réponse à la fois magique et celle qui provient du fin fond des sociétés humaines, donc montée de la violence, en partie, sacrificielle. Dans ce contexte, la réponse des autorités françaises est improductive. Pourquoi ? On ne combat pas ces phénomènes, nouveaux dans leurs formes d'expression, comme si nous étions au temps de l'ORTF etc. On ne combat pas Dieudonné à coup de déclarations tonitruantes, on ne commet pas cette "gaffe", " à savoir, "je suis par ma femme indéfectiblement lié à Israël", (si tant est que ce soit vrai) on n'oblige pas à prendre en charge un enfant français mort au cours de la Shoah. Les juifs de France ne délivrent pas de diplôme, ne donnent pas de médailles. Ils ne cherchent pas à être épatés. Valls, dans sa bataille au sommet, a surfé sur cette affaire comme un opportuniste qu'il est. On s'auto-proclame anti fasciste, anti raciste, anti antisémite à bon compte. Car à trop vouloir démontrer, à trop vouloir défendre telle ou telle communauté, ou telle ou telle personne, on participe d'autant plus à la désigner comme victime expiatoire. Le bouc émissaire est aussi chargée de sacré, de sainteté ou encore de divin, puisqu'il sera le cadavre fédérateur. Il aurait fallu être plus discret et frapper, comme c'est fait, avec les moyens de l'Etat. les contrôles fiscaux, inspection du travail etc. S'ils sont des VRP de l'antisémitisme, s'ils squattent la toile, ils n'en demeurent pas moins, que le binôme de la haine n'est qu'une PME. PME à la recherche de fric, (payez moi mes amendes), recherche de reconnaissance, (on nous invite nulle part donc on dérange les puissants, =) squattons la Toile). Mais à la différence de la Toile et de salles de spectacles, fort est de constater qu'ils leur a été impossible de rassembler plus de 200 à 300 personnes devant le théâtre dit le Main d'Or, (plutôt celle du Diable). Des gens à combattre sans relâche, mais ni les sous estimer, ni les surestimer. Or, Valls, par sa réaction de type "j'ai du grain à moudre", n'a ni rassuré les Juifs de France, ni fait reculer cette ambiance délétère. Il a au contraire donner des arguments à tous les amoureux du deux poids deux mesures. L'isolement ressenti des Juifs de France, la manifestation pour Ilan Halimi, en comparaison à celles citées par Simon Epstein, illustre parfaitement cet état de fait. Les "responsables" de la communauté juive sont à cet égard, d'une médiocrité sans nom. Il y a bien longtemps que la Shoah n'est plus un rempart, si un jour, ceci a existé ! Et les responsables, qui au moindre fait, veulent faire étalage de leur non-racisme ou non-antisémitisme, sont aussi troublants que les plus virulents racistes ou antisémites. Ni racisme négatif, ni racisme positif. Ni préjugés, ni condescendance. A trop vouloir faire l'ange, on fait souvent le Diable. Léhaïm.

Oui mais...

21 février 2014, 10h20, albert Levy

Les deux analyses sont plus que pertinentes ; Il s'agit aujourd"hui, non pas de triturer àl'infini les concepts, l'histoire, l'ideologie ou encore la sociologie, mais encore de savoir "que veulent les juifs de France"(certains diront les Juifs français, pas moi). Ils sont de moins en moins vaillants... (lointain souvenir de la manif"carpentras)Ils se cachent, ils rasent les murs, ils bredoullent... Ils ne decident pas, ils tournent en rond comme en 33. A chacun son destin ou pas... Israel vous attend.

Que s'est-il passé en 2000 ?

5 mars 2014, 18h33, Giora Hod

Cher Simon, je me permets de vous appeler ainsi car nous nous sommes un peu connus en 1968-69 (UEJF-Cercle Bernard Lazare) et nous nous sommes revus brièvement à l’Hôpital Shaarei Tzedek où je travaillais à l’époque (entre 83 et 86). J’ai vous ai écouté attentivement et je suis d’accord avec vous sur CE QUE VOUS AVEZ DIT. J’avais déjà tout compris en 68-69 grâce aux Comites Palestine et à leurs très nombreux amis…Je suis donc arrivé en Israël avant la Guerre de Kippour... Vous parlez du "désarroi" des Juifs depuis 2000 sans en citer la cause. Pourquoi ? Il est difficile de passer sous silence le reportage de la télévision PUBLIQUE française qui a présenté les Juifs comme des assassins d’enfants de sang froid. Le correspondant à Jérusalem a, depuis, été décoré de la Légion d’Honneur par les autorités qui font soi-disant "leur possible" pour combattre l’antisémitisme... A mon humble avis lorsqu’on parle de l’antisémitisme en France au 21 siècle, au 3e millénaire il est impensable de ne pas commencer par là. Voici mon commentaire à un article remarquable de P. A. Taguieff qui a été publié en 2008 dans "Le meilleurs des mondes" disparu depuis mais qu’on peut retrouver par exemple ici ; http : //www. Debriefing. Org/27104. Html J’avais été on ne peut plus clair et c’est pour cela qu’il a été publiée ! Aujourd’hui, TOUT LE MONDE sait, en plus, que Charles Enderlin est un menteur et que France 2 a fait UN FAUX. Le nouveau Drumont porte un nom ! Shalom et bonne continuation.

Shabat Shalom.

7 mars 2014, 13h18, Giora Hod

Bonjour Akadem, Merci d'avoir publié mon commentaire. Je serais intéressé d'avoir une réponse de Simon Epstein. Je vous signale que le lien que j'ai donné à l'article du Meilleur des Mondes est inutilisable en raison des espaces et des majuscules. Je suppose qu'il s'agit d'un problème de typographie. Le bon lien est http://www.debriefing.org/27104.html (sans espaces et sans majuscules). Shabat Shalom. Giora Hod.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Antisémitisme à la française

17 min

Simon Epstein - Economiste et historien

Commentaires ( 6 )

Conférence de Simon Epstein sur l'antisémitisme en France

20 février 2014, 00h19, Martine Cohen (sociologue)

Juste quelques remarques : 1) Il y a d'autres grandes différences entre notre époque et les années 1920 : à l'époque, l'antisémitisme était porté par des populations nombreuses et aussi par des gouvernements (pas seulement l'Allemagne nazie), alors qu'aujourd'hui les gouvernements européens (je ne parle pas de la Hongrie) sont mobilisés contre l'antisémitisme et plusieurs d'entre eux ont fait de la mémoire de la Shoah un vrai devoir (de même pour l'Union européenne collectivement). 2) Les Juifs d'Europe seraient "dépendants" des majorités politiques en place, nous dit Simon Epstein. Et Israël, n'est-il pas collectivement dépendant de la politique et de l'argent américains ? Pourquoi ne penser la situation des Juifs d'Europe que comme "en exil", sans envisager en outre leurs alliances avec les démocrates et les défenseurs des droits de l'homme ? Il me semblait que cette vision "sioniste classique" était passée de mode, qu'Israël avait "normalisé" sa vision des Juifs de la diaspora, en les voyant comme des citoyens à part entière d'autres pays, qu'il faut savoir "attirer". J'espère que d'autres types d'analyses sur l'antisémitisme en France seront (ou sont peut-être déjà) exposés sur Akadem.

Simon Epstein

20 février 2014, 08h29, david

Pour nous à Jérusalem il est facile d'écouter Simon Epstein que nous connaissons et d'adhérer totalement à l'analyse qu'il développe sur la situation des juifs de France. Mais il ne s'agit pas de nous, il s'agit d'eux. Jusqu'à quel point cette analyse est entendue et écoutée et débattue par ceux "en charge" les officiels comme les religieux ? Vu d'ici, ils en sont loin...

ITW de Simon Epstein.

20 février 2014, 13h00, Abner Assoun. Co-auteur de Bugsy Pinsky contre le complot Juif

Bonjour, Simon Epstein nous dit que la réponse du Ministre de l'Intérieur est parfaite. Permettez-moi d'en douter. Nous sommes en Europe dans une montée, par sauts successifs, du nationalisme, d'une perte de repères, la disparition d'un monde"qui paraissait stable", et de l'absence tangible, pour l'écrasante majorité des habitants de cet espace, de repères nouveaux et rassurants. Dans ce contexte, la montée aux extrêmes est quasi mécanique, la vision binaire s'installe, la pensée magique domine, donc, la recherche permanente et effrayante d'un bouc émissaire s'empare des sociétés européennes. Qui dit bouc émissaire, dit théorie du complot, l'un ne va pas sans l'autre. Des forces, non homogènes, contradictoires, militent dans ce sens. Elles ont engagé depuis une grosse décennie une bataille culturelle dans ce sens. Les uns proposent telle cible, d'autres, telle autre. Ce qui explique des convergences ponctuelles. De ce point de vue, c'est la tentative du binôme de la haine, Soral-Dieudonné. Pas les enfants des cités, pas les enfants des damnés de la terre, donc pas les musulmans, nous avons tous un ennemi commun, an-historique, fédérons nous autour de son cadavre, le "sioniste" en fait le juif. C'est la réponse à la fois magique et celle qui provient du fin fond des sociétés humaines, donc montée de la violence, en partie, sacrificielle. Dans ce contexte, la réponse des autorités françaises est improductive. Pourquoi ? On ne combat pas ces phénomènes, nouveaux dans leurs formes d'expression, comme si nous étions au temps de l'ORTF etc. On ne combat pas Dieudonné à coup de déclarations tonitruantes, on ne commet pas cette "gaffe", " à savoir, "je suis par ma femme indéfectiblement lié à Israël", (si tant est que ce soit vrai) on n'oblige pas à prendre en charge un enfant français mort au cours de la Shoah. Les juifs de France ne délivrent pas de diplôme, ne donnent pas de médailles. Ils ne cherchent pas à être épatés. Valls, dans sa bataille au sommet, a surfé sur cette affaire comme un opportuniste qu'il est. On s'auto-proclame anti fasciste, anti raciste, anti antisémite à bon compte. Car à trop vouloir démontrer, à trop vouloir défendre telle ou telle communauté, ou telle ou telle personne, on participe d'autant plus à la désigner comme victime expiatoire. Le bouc émissaire est aussi chargée de sacré, de sainteté ou encore de divin, puisqu'il sera le cadavre fédérateur. Il aurait fallu être plus discret et frapper, comme c'est fait, avec les moyens de l'Etat. les contrôles fiscaux, inspection du travail etc. S'ils sont des VRP de l'antisémitisme, s'ils squattent la toile, ils n'en demeurent pas moins, que le binôme de la haine n'est qu'une PME. PME à la recherche de fric, (payez moi mes amendes), recherche de reconnaissance, (on nous invite nulle part donc on dérange les puissants, =) squattons la Toile). Mais à la différence de la Toile et de salles de spectacles, fort est de constater qu'ils leur a été impossible de rassembler plus de 200 à 300 personnes devant le théâtre dit le Main d'Or, (plutôt celle du Diable). Des gens à combattre sans relâche, mais ni les sous estimer, ni les surestimer. Or, Valls, par sa réaction de type "j'ai du grain à moudre", n'a ni rassuré les Juifs de France, ni fait reculer cette ambiance délétère. Il a au contraire donner des arguments à tous les amoureux du deux poids deux mesures. L'isolement ressenti des Juifs de France, la manifestation pour Ilan Halimi, en comparaison à celles citées par Simon Epstein, illustre parfaitement cet état de fait. Les "responsables" de la communauté juive sont à cet égard, d'une médiocrité sans nom. Il y a bien longtemps que la Shoah n'est plus un rempart, si un jour, ceci a existé ! Et les responsables, qui au moindre fait, veulent faire étalage de leur non-racisme ou non-antisémitisme, sont aussi troublants que les plus virulents racistes ou antisémites. Ni racisme négatif, ni racisme positif. Ni préjugés, ni condescendance. A trop vouloir faire l'ange, on fait souvent le Diable. Léhaïm.

Oui mais...

21 février 2014, 10h20, albert Levy

Les deux analyses sont plus que pertinentes ; Il s'agit aujourd"hui, non pas de triturer àl'infini les concepts, l'histoire, l'ideologie ou encore la sociologie, mais encore de savoir "que veulent les juifs de France"(certains diront les Juifs français, pas moi). Ils sont de moins en moins vaillants... (lointain souvenir de la manif"carpentras)Ils se cachent, ils rasent les murs, ils bredoullent... Ils ne decident pas, ils tournent en rond comme en 33. A chacun son destin ou pas... Israel vous attend.

Que s'est-il passé en 2000 ?

5 mars 2014, 18h33, Giora Hod

Cher Simon, je me permets de vous appeler ainsi car nous nous sommes un peu connus en 1968-69 (UEJF-Cercle Bernard Lazare) et nous nous sommes revus brièvement à l’Hôpital Shaarei Tzedek où je travaillais à l’époque (entre 83 et 86). J’ai vous ai écouté attentivement et je suis d’accord avec vous sur CE QUE VOUS AVEZ DIT. J’avais déjà tout compris en 68-69 grâce aux Comites Palestine et à leurs très nombreux amis…Je suis donc arrivé en Israël avant la Guerre de Kippour... Vous parlez du "désarroi" des Juifs depuis 2000 sans en citer la cause. Pourquoi ? Il est difficile de passer sous silence le reportage de la télévision PUBLIQUE française qui a présenté les Juifs comme des assassins d’enfants de sang froid. Le correspondant à Jérusalem a, depuis, été décoré de la Légion d’Honneur par les autorités qui font soi-disant "leur possible" pour combattre l’antisémitisme... A mon humble avis lorsqu’on parle de l’antisémitisme en France au 21 siècle, au 3e millénaire il est impensable de ne pas commencer par là. Voici mon commentaire à un article remarquable de P. A. Taguieff qui a été publié en 2008 dans "Le meilleurs des mondes" disparu depuis mais qu’on peut retrouver par exemple ici ; http : //www. Debriefing. Org/27104. Html J’avais été on ne peut plus clair et c’est pour cela qu’il a été publiée ! Aujourd’hui, TOUT LE MONDE sait, en plus, que Charles Enderlin est un menteur et que France 2 a fait UN FAUX. Le nouveau Drumont porte un nom ! Shalom et bonne continuation.

Shabat Shalom.

7 mars 2014, 13h18, Giora Hod

Bonjour Akadem, Merci d'avoir publié mon commentaire. Je serais intéressé d'avoir une réponse de Simon Epstein. Je vous signale que le lien que j'ai donné à l'article du Meilleur des Mondes est inutilisable en raison des espaces et des majuscules. Je suppose qu'il s'agit d'un problème de typographie. Le bon lien est http://www.debriefing.org/27104.html (sans espaces et sans majuscules). Shabat Shalom. Giora Hod.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La vague antisémite actuelle

    Le cas Dieudonné-Soral (5min)

  • L'antisémitisme a ses propres voies de développement

    Un phénomène indépendant de la Shoah (6min)

  • Le désarroi des juifs français

    La solution du sionisme (6min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 12 février 2014
Les documents
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Simon Epstein - Economiste et historien

Simon Epstein (né en 1947 à Paris) est économiste et historien à l'Université hébraïque de Jérusalem. Apres un doctorat en sciences politiques à la Sorbonne, il part s'installer à Jérusalem et travaille comme économiste pour le ministère des Finances israélien. Simon Epstein dirige le Centre international de recherche sur l'antisémitisme. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs au racisme, à l'antiracisme et à l'antisémitisme, notamment en France durant les périodes de l'affaire Dreyfus et de l'occupation allemande.      

Bibliographie du conférencier

Simon Epstein

Histoire du peuple juif au XXe siècle, (Fayard, 2014)   Acheter

1930, une année dans l'histoire du peuple juif, (Stock, 2011)   Acheter

Un paradoxe français: antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, (Albin Michel, 2008)   Acheter | Emprunter

Fifty years of French intellectual bias against Israel, (Entretien de Manfred Gerstenfeld, Jerusalem Center for Public Affairs, 2003)   Emprunter

Les Dreyfusards sous l'Occupation, (Albin Michel., 2001)   Acheter

Les chemises jaunes: chronique d'une extrême droite raciste en Israël, (Calmann-Lévy, 1990)   Acheter | Emprunter

Les Institutions israélites françaises de 1929 à 1939: solidarité juive et lutte contre l'antisémitisme, ([S. l.] : [s. n.], 1990)   Emprunter

Les Juifs de France, le sionisme et l'Etat d'Israël, (Publications Langues'O, 1987)   Emprunter

L'Antisémitisme français aujourd'hui et demain, (Belfond, 1984)   Acheter | Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Bibliographie sur le sujet

Paul Giniewski

Antisionisme : le nouvel antisémitisme, (Cheminements., 2005)   Acheter

Pierre-André Taguieff

La judéophobie des Modernes: Des Lumières au Jihad mondial, (Odile Jacob, 2008)   Acheter

Frédéric Haziza

Vol au-dessus d'un nid de fachos ; Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres, (Fayard, 2014)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile