Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Histoire d'un malentendu

Jésus, un fidèle de la Tora - en Français (49 min)

Daniel Boyarin - Historien des religions à l'Université de Berkeley
  • Tora et Nomos

    La Loi chez Flavius Josephe (22min)

  • Paul ne sait pas l'hébreu

    Jésus veut-il abolir la cacherout ? (19min)

  • Jésus contre les rabbins

    ...mais fidèle à la Tora (8min)

Les documents (2)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Daniel Boyarin - Historien des religions à l'Université de Berkeley

Daniel Boyarin enseigne l'Histoire des religions, et la culture talmudique à l'Université de Berkeley. Né en 1946 dans le New-Jersey, il a la double nationalité, américaine et israélienne et se définit lui-même comme un juif orthodoxe. Ses travaux ne cessent d'interroger le point de jonction entre tradition et modernité ; comme par exemple dans Carnal Israel : Reading Sex in Talmudic Culture publié en 1993 ; ou encore dans son livre consacré à Saint-Paul : A Radical Jew - Paul and the Politics of Identity (1994) ou plus récemment encore dans son ouvrage consacré à la théorie du Queer (Queer Theory and the Jewish Question, Columbia University Press, 2003. Parmi ses nombreux écrits, certains sont traduits et publiés en France, notamment ses ouvrages consacrés à la lecture et la compréhension du Talmud. 

Bibliographie du conférencier

Daniel Boyarin

Une patrie portative , (Cerf , 2016)   Acheter

Le Christ juif , (Cerf , 2013)   Acheter

La partition du judaïsme et du christianisme , (Cerf , 2011)   Acheter

Daniel Boyarin ; Clémence Boulouque

Une vie dans le Talmud , (Bayard , 2016)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaires ( 14 )

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi "

3 octobre 2014, 02h02, Aït-France @googlemail.com

Je suis convaincu que Paul avait une bonne maîtrise de la langue « l'Hébreu » et quand il parlait de la loi, de la nourriture, de la foi... Il savait ce qu'il disait car étant lui-même un juif très pratiquant. Ses paroles étaient inspirées par D. Ieu quand il parlait et qu'il écrivait. Monsieur le Rabbin, Je me permets de vous dire que je ne suis pas de votre avis au sujet du jugement à l'encontre de Paul (de la bible) Vous pensez que Paul est perfide, qu'il cherche à tromper à nuire dans ces explication dans sa doctrine venant de Dieu. Votre jugement me choque. Pas du tout. Paul aime profondément son peuple, à de la compassion pour les païens, pour tous les hommes. Pour son peuple, avez-vous lu se qu'il dit  : « Paul avait vraiment un amour immense pour son peuple  ? Voici ce qu'il dit  : dans Romains 9  : 1 à... Je dis la vérité en Christ, je ne mens point, ma conscience m'en rend témoignage par le Saint-Esprit :  J'éprouve une grande tristesse, et j'ai dans le cœur un chagrin continuel. Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair,  qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses,  et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen ! C'est ce que vous appelez être fallacieux avec les siens, son peuple  ?, Vous voyait qu'il n'ait pas contre son peuple. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même la même expérience accepter le salut gratuit en JC. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même expérience, la même découverte  ; accepter le salut gratuit en JC. Et sans forcer ceux qui ne sont pas juifs à suivre certaines pratiques que JC a accomplies dans la Loi. Il ne demandait pas de changer de religion mais de suivre Jésus qui est venu accomplir la loi. Il n'est pas le fondateur d'une nouvelle religion. Car Jésus était Juif, pratiquait la loi et n'était pas chrétien. C'est après que les Catholiques se sont détournés des écritures et ont ajouté le culte de Marie, des saints, le salut par les oeuvres et qu'is disaient qu'en dehors de L'Eglise catholique point de Salut, que l'Eglise avait remplacé Israël, la prière pour les morts et j'en passe. Jésus aussi désirait mettre l’ Écriture avant la tradition et que celle-ci ne vienne pas ajouter autre chose que ce qui est marqué dans la bible. Il me semble que j'ai compris aussi cela dans votre conférence. Paul a compris le Salut par la grâce moyennant la foi, venant de Dieu et non pas des hommes, ni des œuvres, Ephésiens 2 : 6 Il écrit dans Colossiens 2 : 16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats :  c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ... Paul est un homme d’une grande éducation. Il a fait ses premières études à Tarse, sa ville natale, et ensuite il a étudié à Jérusalem, avec le professeur juif le plus connu de son temps : Gamaliel. Ceux qui le rencontraient se rendaient compte très rapidement qu’il était une personne éduquée. Lors de son arrestation à Césarée, le Procureur romain Porcius Festus dira à Paul : «Tu es fou, Paul ; ton grand savoir te fait perdre la tête». (Actes 26, 24) Paul parlait quatre langues : l’Araméen, l’Hébreu, le Grec et probablement le Latin. L’araméen était sa langue maternelle et le grec celle de Tarse et de l’Empire. Il connaissait bien l’hébreu, la langue des Saintes Écritures. Citoyen romain, il parlait sans doute la langue des maîtres de l’Empire. Il avait étudié la philosophie et la littérature de la Grèce, il excellait en géographie, en navigation et en sport. Ce n'était pas n'importe qui. Paul (Saül) avait un zèle excessif pour la tradition de ses pères : Il dit dans NT. Galates 1. 14 :  … dans le judaïsme, je surpassais beaucoup de ceux de mon âge et de ma race, car j'avais un zèle excessif pour les traditions de mes pères. IL a étudié à Jérusalem avec le docteur de la Loi Gamaliel : Il témoigne ainsi  ; Actes 22. 3 :  Moi, je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et éduqué aux pieds de Gamaliel pour suivre exactement la loi de nos pères. J'étais plein de zèle pour Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui. Saul a persécuté l'Eglise : Voici son témoignage  : Actes 22. 20 :  … et lorsqu'on répandit le sang d'Etienne,  ton témoin,  j'étais moi-même présent,  je les approuvais et je gardais les vêtements de ceux qui le faisaient mourir. Actes 26. 10 :  C'est ce que j'ai fait à Jérusalem :  J'ai moi-même enfermé dans les prison beaucoup de saints,  après avoir reçu le pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on voulait les faire mourir, j'apportais mon suffrage. Hébreu de la race d'Israël - de la tribu de Benjamin - circoncis le 8ème jour : Philippiens 3. 5 :  … moi,  circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d'Hébreux ;  quant à la loi, Pharisien ; … Actes 21. 39 :  Moi, dit Paul, je suis Juif,  de Tarse en Cilicie,  citoyen d'une ville qui n'est pas sans importance. Permets-moi, je te prie, de parler au peuple... Citoyen romain : Saül change de conduite radicalement, Car il a entendu Jésus lui parler, il est devenu aveugle quelques jours à cause de cette vision et reconnaît en Jésus le Messie et devient à son tour un de ses Apôtre zélé. Jusqu'à accepter la faim, la prison, la persécution, ... La mort. Je ne pense pas que Paul était contre la loi, Comme Pharisien éduqué religieusement, défenseur de sa religion, persécuteur des chrétiens. Avant de devenir lui-même porteur de la bonne nouvelle de Jésus. Mais la loi évolue elle n'est pas restée figée Jésus dit qu'il est maître du shabbat, il dit aussi  : « Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, dent pour dent  : Mais moi je vous dit... ,  lire Dans Matthieu 5/ 38 Dans Romains 14 Paul écrit. Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.  Tel croit pouvoir manger de tout : tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes.  Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l'a accueilli.  Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui ? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir. Tel fait une distinction entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.  Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c'est pour le Seigneur qu'il mange, car il rend grâces à Dieu ; celui qui ne mange pas, c'est pour le Seigneur qu'il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu. En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même.  Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.  Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants. Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu. Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, Tout genou fléchira devant moi, Et toute langue donnera gloire à Dieu Pour son peuple. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même expérience accepter le salut gratuit en JC. Sans forcer ceux qui ne sont pas juifs de suivre leur Loi au sujet de la circoncision et de la nourriture. De plus le salut n'est pas que pour le peuple juif. Faire partie de l'olivier franc (Israël)(Romain 11) les païens aussi peuvent être greffés et qu'à eux aussi l'Esprit Saint peut être donné. Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi,  tandis qu'Israël, qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à cette loi.  Pourquoi ? Parce qu'Israël l'a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des œuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d'achoppement, selon qu'il est écrit : Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus. Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu Sur la Pierre vivante Voir http : //www. Bible-et-histoire. Com/la-pierre-angulaire. Html ... Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ.   Car il est dit dans l’Écriture : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle, Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale ; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés.   Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde.  Nous devons observer les commandements non pour être sauvé mais parce que nous sommes pardonnés et que notre foi en Dieu en Jésus nous sauve  et faire des bonnes œuvres non pour mériter le ciel mais par reconnaissance pour ce cadeau offert par Dieu en JC. (1 Pierre 2 : 1-10 Et moi, je vous dis (Jésus) de ne pas tenir tête au méchant ; mais si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et à celui qui veut t'appeler en justice pour avoir ta tunique, abandonne encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour un mille, fais-en deux avec lui. Donne à qui te demande, et ne te détourne pas de qui veut te faire un emprunt. Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton proche, et tu haïras ton ennemi. Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, Ainsi nous comprenant mieux pourquoi Il ni a plus de temple, plus de sacrifice... Jésus a donné sa vie, son sang a coulé pour nous racheté de la malédiction à cause de nos fautes. Voir Isaïe 53 Il est donc venu accomplir (et non abolir la loi) ce qui n'était qu'une ombre des choses à venir. L'épître aux Hébreux il est écrit  : Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-à-dire, qui n'est pas de cette création ;  et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.  Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair,  combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis.  Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée.  Un testament, en effet, n'est valable qu'en cas de mort, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c'est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée.  Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope ; et il fit l'aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple,  en disant : Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous.  l fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte.  Et presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là.  Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.  Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger ;  autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.  Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,  de même Christ, qui s'est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. Ma question est que pensez-vous de cette longue réfection. Et n'est-ce pas pour ces paroles et à cause d'elles, que Paul n'est pas aimé parmi son peuple. Bien à vous et Shalom  ! Françoise Ps  : Le texte et long pardonnez-moi je vous prie. Je n'ai pas l'esprit de synthèse  !

Passionnant

3 octobre 2014, 15h27, Nina

Exposé très clair et très riche. Génial !

Paul connaissait l'hébreu !

4 octobre 2014, 23h46, Gershon

Très intéressant, mais Paul de Tarse connaissait l'hébreu, c'était un pharisien "instruit aux pieds de Gamaliel" (Ac 22, 3). Cette expression montre la dévotion de Paul pour son maître qui lui a enseigné la Torah. Paul a des mots durs envers la Torah après son illumination au chemin de Damas. En faisant l'expérience de la divinité, il découvre que "la lettre tue, mais l'esprit vivifie" car les écritures peuvent être mal interprétées, c'est pour cela que D. Ieu a envoyé ses prophètes. Malgré toute l'érudition de cet exposé, il oublie l'essentiel, l'important est-il de respecter la torah et la cacherout ou d'aimer D. Ieu et son prochain comme soi-même ? Or c'est dans cette mitzva que Jésus considère que la Loi et les Prophètes sont résumés.

Pasteur

5 octobre 2014, 23h16, Reese

Merci de votre exposé que nous avons écouté avec beaucoup d’intérêt et plaisir. Nous ne sommes pas en accord avec votre conclusion que Paul ne connaissait pas bien l'hébreu car il était 'talmid shel Gamaliel', donc logiquement il étudiait les textes en hébreu. Avec notre shalom fraternel et shana tova.

Bravo

7 novembre 2014, 12h49, Bourhis

Bravo ! C'est Paul qui a eu tord. Les chrétiens seraient juifs sans lui !

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi " du 03 octobre 02 : 02

15 novembre 2014, 20h13, Aït-France

Fautes dans le texte toutes mes excuses ! Ses explications, Vous voyait qu'il n'est pas contre son peuple... Merci Monsieur Daniel Boyarin pour votre intéressant exposé et aussi merci à Monsieur Gershon pour son commentaire. Françoise.

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi " du 03 octobre 02 : 02

15 novembre 2014, 21h20, Aït-France

Paul et la loi. Jésus dit : Matthieu 5. 17. Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 En vérité je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota, pas un seul trait de lettre de la loi ne passera, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Les écrits de Paul sur la loi viennent renforcer ce que Jésus a déjà enseigné dans les évangiles. Dans la lettre aux Romains, Paul donne 3 qualificatifs à la loi. Il dit que la loi est sainte (Romains 7. 12). La loi est spirituelle (Romains 7. 14). Et la loi est bonne (Romains 7. 16). Voilà donc trois adjectifs que Paul utilise pour qualifier la loi. La loi est sainte, spirituelle, et bonne. Comment peut-on penser abolir ce que la Bible déclare être sainte, spirituelle, et bonne ? Après avoir lu cela penser que Paul était contre la loi et ne connaissait pas la signification de la "Loi" est une erreur ! Lorsque Paul affirme que le chrétien n’est plus sous la loi, il faut comprendre qu’il fait allusion à la dispensation de la loi. La dispensation de la loi correspond à l’ancienne alliance. Nous ne sommes plus dans l’ancienne alliance, mais plutôt dans la nouvelle alliance, la dispensation de la grâce. En Romains 6. 14, on peut lire, Le péché ne dominera pas sur vous, car vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce. On a ici le contraste de deux dispensations, celle de la loi et celle de la grâce. Donc le fait que le croyant ne soit pas sous la loi ne doit pas nous amener à conclure qu’il ne doit plus tenir compte de la loi. C’est encore Paul qui dit en 1Corinthiens 9. 21, …et pourtant je ne suis pas moi-même sans la loi de Dieu, mais sous la loi de Christ… Vous voyez la nuance ? Nous ne vivons pas dans la dispensation de la loi, mais nous ne sommes pas non plus sans la loi de Dieu. Par ailleurs, Paul parle de l’accomplissement de la loi à plusieurs endroits dans ses lettres. Prenons par exemple Romains 13. 10 où il écrit (et je cite), …l’amour est donc l’accomplissement de la loi. Il répète la même chose en des termes presque similaires en Galates 5. 14. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Toute la loi trouve son accomplissement dans cette seule parole : aimer. Vous voyez que Paul ne fait que reprendre ce que Jésus a déjà enseigné, à savoir que la loi doit être comprise selon ce qui constitue son essence. Et l’essence de la loi est contenue dans un seul commandement, celui d’aimer. Aimer Dieu et aimer son prochain. Paul nous demande d’aimer car en obéissant à ce commandement, nous accomplissons la loi. Il n’a jamais dit que la loi n’existait plus. Certes, il affirme que nous ne sommes pas justifiés par les œuvres de la loi. Mais c’est une toute autre question. Bien que notre justification ne provienne pas des œuvres de la loi, nous ne sommes pas sans la loi de Dieu. La loi nous aide à aimer selon la volonté de Dieu. Françoise.

Paul et l'hébreux

23 décembre 2014, 09h25, Pierre Astier

Je me permet juste de dire que l'affirmation que Paul avait étudié avec Gamaliel vient uniquement de son propre récit et que rien d'autre ne vient le confirmer. Qu'en outre et c'est ce que le conférencier veut faire comprendre, c'est que confondre Nomos et Thora ne peut provenir que de quelqu'un ignorant la tradition juive et son enseignement. Une herméneutique de ces écrits démontrerait que les mots grecs utilisés concernant la vie juive sont ceux de la septante et dont le sens originel hébraïque est volontairement dévoyé au profit de sa nouvelle vision religieuse. Shalom.

The access to the virtue : a fight in essence innovative

24 décembre 2015, 09h56, Alex

Jesus, a stimulating Jew of altruistic thought. He opposed skillfully the incomplete interpretations, subjected to an inertia practised by a pious and authoritarian elite, by a tradition. In a time when mixed the political, religious powers and the scientific analysis. My question : had Jesus received an exceptionally raised legal, scientific and theological training, to be able to propose new ideas, without breaking Nomos ? Who was him really ?

Tout titres confondus

24 décembre 2015, 21h41, Yehoshoua

Toutes vos discussions sont vaines et vides de sens, à quoi bon ces blabla... Blablabla... Regardez le résultat aujourd'hui du christianisme sur notre civilisation l'islam rigide et inflexible avec la charriât, le christianisme la tête dans le ciel avec l'amour (leurs fêtes synonyme de bouffe)! Seul le judaïsme n'est pas une religion, il est l'identité du peuple d'Israël qui est le seul réceptacle de la Torah donné par Dieu au mont Sinaï à plus de 1. 500. 000 personnes lors de la sortie d'Egypte ! L'humanité devrait plutôt dénoncer tout les mensonges que les "palestiniens "font croire au monde entier par l'intermédiaire des médias hypocrites qui cherche toujours le scoop, ces arabes qui ne sont rien d'autre que des migrants fuyant les guerres et la misère des pays voisins, Irak, Syrie, Liban, Egypte, Arabie etc. Etc. Donc Jésus, Paul Pierre et toute la clique qui fabules dans les évangiles nous en avons rien à faire rétablissons d'abord la " JUSTICE ET LA VERITE " pour le peuple Juif et pour Israël.

Sur Paul, Marc et les autres evangelistes

28 mars 2016, 19h38, Esthero

Dans le livre l'ultime secret du christ de dos Santos qui s'appuie sur des faits historiques même si l'intrigue est une pure création, il apparaît (preuves historiques et références à l'appui) que beaucoup de phrases attribués aux evangelistes sont des "accommodations" du pouvoir, pour créer une religion... Il apparaît meme que yehoshua ne s'adressait qu'à des juifs peu lettres et etait pour le moins plus orthodoxe que jamais... Autrement dit s'il nous revenait, il serait plutôt un loubavitch... Marié (tombeaux de talpiot)...

Clair

16 avril 2017, 17h23, Francoise Michaelis Hyafil

Parfaitement clair, passionnant.

Les évangiles

11 mai 2018, 00h33, St Po

Les évangiles parlent de la vie de Jésus qui est Dieu incarné homme. C'est pourquoi, Il a été crucifié, Il est mort et Il est ressuscité pour sauver les pécheurs voir psaume 49 (48), 16. Il est auprès de Dieu le Père. Concernant la croix qui a vaincu le démon et qui glorifié Jésus Christ, il faut lire Nombre 21, 9. Si vous avez la crainte de Dieu, ne critiquez pas les évangiles car ils sont habités par l'Esprit Saint. St Paul n'a pas menti en disant qu'il est Pharisien et disciple de Gamaliel. Concernant le serviteur souffrant, lisez Isaïe, 52, 14 et Isaïe, 53.

Provocation !

23 décembre 2018, 11h54, Itzhack

Un malentendu ? Un fidele de la tora ?! vous cherchez a provoquer ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Jésus, un fidèle de la Tora - en Français

49 min

Daniel Boyarin - Historien des religions à l'Université de Berkeley

Commentaires ( 14 )

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi "

3 octobre 2014, 02h02, Aït-France @googlemail.com

Je suis convaincu que Paul avait une bonne maîtrise de la langue « l'Hébreu » et quand il parlait de la loi, de la nourriture, de la foi... Il savait ce qu'il disait car étant lui-même un juif très pratiquant. Ses paroles étaient inspirées par D. Ieu quand il parlait et qu'il écrivait. Monsieur le Rabbin, Je me permets de vous dire que je ne suis pas de votre avis au sujet du jugement à l'encontre de Paul (de la bible) Vous pensez que Paul est perfide, qu'il cherche à tromper à nuire dans ces explication dans sa doctrine venant de Dieu. Votre jugement me choque. Pas du tout. Paul aime profondément son peuple, à de la compassion pour les païens, pour tous les hommes. Pour son peuple, avez-vous lu se qu'il dit  : « Paul avait vraiment un amour immense pour son peuple  ? Voici ce qu'il dit  : dans Romains 9  : 1 à... Je dis la vérité en Christ, je ne mens point, ma conscience m'en rend témoignage par le Saint-Esprit :  J'éprouve une grande tristesse, et j'ai dans le cœur un chagrin continuel. Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair,  qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses,  et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen ! C'est ce que vous appelez être fallacieux avec les siens, son peuple  ?, Vous voyait qu'il n'ait pas contre son peuple. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même la même expérience accepter le salut gratuit en JC. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même expérience, la même découverte  ; accepter le salut gratuit en JC. Et sans forcer ceux qui ne sont pas juifs à suivre certaines pratiques que JC a accomplies dans la Loi. Il ne demandait pas de changer de religion mais de suivre Jésus qui est venu accomplir la loi. Il n'est pas le fondateur d'une nouvelle religion. Car Jésus était Juif, pratiquait la loi et n'était pas chrétien. C'est après que les Catholiques se sont détournés des écritures et ont ajouté le culte de Marie, des saints, le salut par les oeuvres et qu'is disaient qu'en dehors de L'Eglise catholique point de Salut, que l'Eglise avait remplacé Israël, la prière pour les morts et j'en passe. Jésus aussi désirait mettre l’ Écriture avant la tradition et que celle-ci ne vienne pas ajouter autre chose que ce qui est marqué dans la bible. Il me semble que j'ai compris aussi cela dans votre conférence. Paul a compris le Salut par la grâce moyennant la foi, venant de Dieu et non pas des hommes, ni des œuvres, Ephésiens 2 : 6 Il écrit dans Colossiens 2 : 16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats :  c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ... Paul est un homme d’une grande éducation. Il a fait ses premières études à Tarse, sa ville natale, et ensuite il a étudié à Jérusalem, avec le professeur juif le plus connu de son temps : Gamaliel. Ceux qui le rencontraient se rendaient compte très rapidement qu’il était une personne éduquée. Lors de son arrestation à Césarée, le Procureur romain Porcius Festus dira à Paul : «Tu es fou, Paul ; ton grand savoir te fait perdre la tête». (Actes 26, 24) Paul parlait quatre langues : l’Araméen, l’Hébreu, le Grec et probablement le Latin. L’araméen était sa langue maternelle et le grec celle de Tarse et de l’Empire. Il connaissait bien l’hébreu, la langue des Saintes Écritures. Citoyen romain, il parlait sans doute la langue des maîtres de l’Empire. Il avait étudié la philosophie et la littérature de la Grèce, il excellait en géographie, en navigation et en sport. Ce n'était pas n'importe qui. Paul (Saül) avait un zèle excessif pour la tradition de ses pères : Il dit dans NT. Galates 1. 14 :  … dans le judaïsme, je surpassais beaucoup de ceux de mon âge et de ma race, car j'avais un zèle excessif pour les traditions de mes pères. IL a étudié à Jérusalem avec le docteur de la Loi Gamaliel : Il témoigne ainsi  ; Actes 22. 3 :  Moi, je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et éduqué aux pieds de Gamaliel pour suivre exactement la loi de nos pères. J'étais plein de zèle pour Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui. Saul a persécuté l'Eglise : Voici son témoignage  : Actes 22. 20 :  … et lorsqu'on répandit le sang d'Etienne,  ton témoin,  j'étais moi-même présent,  je les approuvais et je gardais les vêtements de ceux qui le faisaient mourir. Actes 26. 10 :  C'est ce que j'ai fait à Jérusalem :  J'ai moi-même enfermé dans les prison beaucoup de saints,  après avoir reçu le pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on voulait les faire mourir, j'apportais mon suffrage. Hébreu de la race d'Israël - de la tribu de Benjamin - circoncis le 8ème jour : Philippiens 3. 5 :  … moi,  circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d'Hébreux ;  quant à la loi, Pharisien ; … Actes 21. 39 :  Moi, dit Paul, je suis Juif,  de Tarse en Cilicie,  citoyen d'une ville qui n'est pas sans importance. Permets-moi, je te prie, de parler au peuple... Citoyen romain : Saül change de conduite radicalement, Car il a entendu Jésus lui parler, il est devenu aveugle quelques jours à cause de cette vision et reconnaît en Jésus le Messie et devient à son tour un de ses Apôtre zélé. Jusqu'à accepter la faim, la prison, la persécution, ... La mort. Je ne pense pas que Paul était contre la loi, Comme Pharisien éduqué religieusement, défenseur de sa religion, persécuteur des chrétiens. Avant de devenir lui-même porteur de la bonne nouvelle de Jésus. Mais la loi évolue elle n'est pas restée figée Jésus dit qu'il est maître du shabbat, il dit aussi  : « Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, dent pour dent  : Mais moi je vous dit... ,  lire Dans Matthieu 5/ 38 Dans Romains 14 Paul écrit. Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.  Tel croit pouvoir manger de tout : tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes.  Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l'a accueilli.  Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui ? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir. Tel fait une distinction entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.  Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c'est pour le Seigneur qu'il mange, car il rend grâces à Dieu ; celui qui ne mange pas, c'est pour le Seigneur qu'il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu. En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même.  Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.  Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants. Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu. Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, Tout genou fléchira devant moi, Et toute langue donnera gloire à Dieu Pour son peuple. Il désire de tout son cœur qu'il fassent tout simplement la même expérience accepter le salut gratuit en JC. Sans forcer ceux qui ne sont pas juifs de suivre leur Loi au sujet de la circoncision et de la nourriture. De plus le salut n'est pas que pour le peuple juif. Faire partie de l'olivier franc (Israël)(Romain 11) les païens aussi peuvent être greffés et qu'à eux aussi l'Esprit Saint peut être donné. Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi,  tandis qu'Israël, qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à cette loi.  Pourquoi ? Parce qu'Israël l'a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des œuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d'achoppement, selon qu'il est écrit : Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus. Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu Sur la Pierre vivante Voir http : //www. Bible-et-histoire. Com/la-pierre-angulaire. Html ... Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ.   Car il est dit dans l’Écriture : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle, Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale ; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés.   Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde.  Nous devons observer les commandements non pour être sauvé mais parce que nous sommes pardonnés et que notre foi en Dieu en Jésus nous sauve  et faire des bonnes œuvres non pour mériter le ciel mais par reconnaissance pour ce cadeau offert par Dieu en JC. (1 Pierre 2 : 1-10 Et moi, je vous dis (Jésus) de ne pas tenir tête au méchant ; mais si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et à celui qui veut t'appeler en justice pour avoir ta tunique, abandonne encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour un mille, fais-en deux avec lui. Donne à qui te demande, et ne te détourne pas de qui veut te faire un emprunt. Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton proche, et tu haïras ton ennemi. Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, Ainsi nous comprenant mieux pourquoi Il ni a plus de temple, plus de sacrifice... Jésus a donné sa vie, son sang a coulé pour nous racheté de la malédiction à cause de nos fautes. Voir Isaïe 53 Il est donc venu accomplir (et non abolir la loi) ce qui n'était qu'une ombre des choses à venir. L'épître aux Hébreux il est écrit  : Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-à-dire, qui n'est pas de cette création ;  et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.  Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair,  combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis.  Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée.  Un testament, en effet, n'est valable qu'en cas de mort, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c'est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée.  Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope ; et il fit l'aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple,  en disant : Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous.  l fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte.  Et presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là.  Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.  Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger ;  autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.  Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,  de même Christ, qui s'est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. Ma question est que pensez-vous de cette longue réfection. Et n'est-ce pas pour ces paroles et à cause d'elles, que Paul n'est pas aimé parmi son peuple. Bien à vous et Shalom  ! Françoise Ps  : Le texte et long pardonnez-moi je vous prie. Je n'ai pas l'esprit de synthèse  !

Passionnant

3 octobre 2014, 15h27, Nina

Exposé très clair et très riche. Génial !

Paul connaissait l'hébreu !

4 octobre 2014, 23h46, Gershon

Très intéressant, mais Paul de Tarse connaissait l'hébreu, c'était un pharisien "instruit aux pieds de Gamaliel" (Ac 22, 3). Cette expression montre la dévotion de Paul pour son maître qui lui a enseigné la Torah. Paul a des mots durs envers la Torah après son illumination au chemin de Damas. En faisant l'expérience de la divinité, il découvre que "la lettre tue, mais l'esprit vivifie" car les écritures peuvent être mal interprétées, c'est pour cela que D. Ieu a envoyé ses prophètes. Malgré toute l'érudition de cet exposé, il oublie l'essentiel, l'important est-il de respecter la torah et la cacherout ou d'aimer D. Ieu et son prochain comme soi-même ? Or c'est dans cette mitzva que Jésus considère que la Loi et les Prophètes sont résumés.

Pasteur

5 octobre 2014, 23h16, Reese

Merci de votre exposé que nous avons écouté avec beaucoup d’intérêt et plaisir. Nous ne sommes pas en accord avec votre conclusion que Paul ne connaissait pas bien l'hébreu car il était 'talmid shel Gamaliel', donc logiquement il étudiait les textes en hébreu. Avec notre shalom fraternel et shana tova.

Bravo

7 novembre 2014, 12h49, Bourhis

Bravo ! C'est Paul qui a eu tord. Les chrétiens seraient juifs sans lui !

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi " du 03 octobre 02 : 02

15 novembre 2014, 20h13, Aït-France

Fautes dans le texte toutes mes excuses ! Ses explications, Vous voyait qu'il n'est pas contre son peuple... Merci Monsieur Daniel Boyarin pour votre intéressant exposé et aussi merci à Monsieur Gershon pour son commentaire. Françoise.

Jésus un fidèle de la Thora. "Paul, la loi " du 03 octobre 02 : 02

15 novembre 2014, 21h20, Aït-France

Paul et la loi. Jésus dit : Matthieu 5. 17. Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 En vérité je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota, pas un seul trait de lettre de la loi ne passera, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Les écrits de Paul sur la loi viennent renforcer ce que Jésus a déjà enseigné dans les évangiles. Dans la lettre aux Romains, Paul donne 3 qualificatifs à la loi. Il dit que la loi est sainte (Romains 7. 12). La loi est spirituelle (Romains 7. 14). Et la loi est bonne (Romains 7. 16). Voilà donc trois adjectifs que Paul utilise pour qualifier la loi. La loi est sainte, spirituelle, et bonne. Comment peut-on penser abolir ce que la Bible déclare être sainte, spirituelle, et bonne ? Après avoir lu cela penser que Paul était contre la loi et ne connaissait pas la signification de la "Loi" est une erreur ! Lorsque Paul affirme que le chrétien n’est plus sous la loi, il faut comprendre qu’il fait allusion à la dispensation de la loi. La dispensation de la loi correspond à l’ancienne alliance. Nous ne sommes plus dans l’ancienne alliance, mais plutôt dans la nouvelle alliance, la dispensation de la grâce. En Romains 6. 14, on peut lire, Le péché ne dominera pas sur vous, car vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce. On a ici le contraste de deux dispensations, celle de la loi et celle de la grâce. Donc le fait que le croyant ne soit pas sous la loi ne doit pas nous amener à conclure qu’il ne doit plus tenir compte de la loi. C’est encore Paul qui dit en 1Corinthiens 9. 21, …et pourtant je ne suis pas moi-même sans la loi de Dieu, mais sous la loi de Christ… Vous voyez la nuance ? Nous ne vivons pas dans la dispensation de la loi, mais nous ne sommes pas non plus sans la loi de Dieu. Par ailleurs, Paul parle de l’accomplissement de la loi à plusieurs endroits dans ses lettres. Prenons par exemple Romains 13. 10 où il écrit (et je cite), …l’amour est donc l’accomplissement de la loi. Il répète la même chose en des termes presque similaires en Galates 5. 14. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Toute la loi trouve son accomplissement dans cette seule parole : aimer. Vous voyez que Paul ne fait que reprendre ce que Jésus a déjà enseigné, à savoir que la loi doit être comprise selon ce qui constitue son essence. Et l’essence de la loi est contenue dans un seul commandement, celui d’aimer. Aimer Dieu et aimer son prochain. Paul nous demande d’aimer car en obéissant à ce commandement, nous accomplissons la loi. Il n’a jamais dit que la loi n’existait plus. Certes, il affirme que nous ne sommes pas justifiés par les œuvres de la loi. Mais c’est une toute autre question. Bien que notre justification ne provienne pas des œuvres de la loi, nous ne sommes pas sans la loi de Dieu. La loi nous aide à aimer selon la volonté de Dieu. Françoise.

Paul et l'hébreux

23 décembre 2014, 09h25, Pierre Astier

Je me permet juste de dire que l'affirmation que Paul avait étudié avec Gamaliel vient uniquement de son propre récit et que rien d'autre ne vient le confirmer. Qu'en outre et c'est ce que le conférencier veut faire comprendre, c'est que confondre Nomos et Thora ne peut provenir que de quelqu'un ignorant la tradition juive et son enseignement. Une herméneutique de ces écrits démontrerait que les mots grecs utilisés concernant la vie juive sont ceux de la septante et dont le sens originel hébraïque est volontairement dévoyé au profit de sa nouvelle vision religieuse. Shalom.

The access to the virtue : a fight in essence innovative

24 décembre 2015, 09h56, Alex

Jesus, a stimulating Jew of altruistic thought. He opposed skillfully the incomplete interpretations, subjected to an inertia practised by a pious and authoritarian elite, by a tradition. In a time when mixed the political, religious powers and the scientific analysis. My question : had Jesus received an exceptionally raised legal, scientific and theological training, to be able to propose new ideas, without breaking Nomos ? Who was him really ?

Tout titres confondus

24 décembre 2015, 21h41, Yehoshoua

Toutes vos discussions sont vaines et vides de sens, à quoi bon ces blabla... Blablabla... Regardez le résultat aujourd'hui du christianisme sur notre civilisation l'islam rigide et inflexible avec la charriât, le christianisme la tête dans le ciel avec l'amour (leurs fêtes synonyme de bouffe)! Seul le judaïsme n'est pas une religion, il est l'identité du peuple d'Israël qui est le seul réceptacle de la Torah donné par Dieu au mont Sinaï à plus de 1. 500. 000 personnes lors de la sortie d'Egypte ! L'humanité devrait plutôt dénoncer tout les mensonges que les "palestiniens "font croire au monde entier par l'intermédiaire des médias hypocrites qui cherche toujours le scoop, ces arabes qui ne sont rien d'autre que des migrants fuyant les guerres et la misère des pays voisins, Irak, Syrie, Liban, Egypte, Arabie etc. Etc. Donc Jésus, Paul Pierre et toute la clique qui fabules dans les évangiles nous en avons rien à faire rétablissons d'abord la " JUSTICE ET LA VERITE " pour le peuple Juif et pour Israël.

Sur Paul, Marc et les autres evangelistes

28 mars 2016, 19h38, Esthero

Dans le livre l'ultime secret du christ de dos Santos qui s'appuie sur des faits historiques même si l'intrigue est une pure création, il apparaît (preuves historiques et références à l'appui) que beaucoup de phrases attribués aux evangelistes sont des "accommodations" du pouvoir, pour créer une religion... Il apparaît meme que yehoshua ne s'adressait qu'à des juifs peu lettres et etait pour le moins plus orthodoxe que jamais... Autrement dit s'il nous revenait, il serait plutôt un loubavitch... Marié (tombeaux de talpiot)...

Clair

16 avril 2017, 17h23, Francoise Michaelis Hyafil

Parfaitement clair, passionnant.

Les évangiles

11 mai 2018, 00h33, St Po

Les évangiles parlent de la vie de Jésus qui est Dieu incarné homme. C'est pourquoi, Il a été crucifié, Il est mort et Il est ressuscité pour sauver les pécheurs voir psaume 49 (48), 16. Il est auprès de Dieu le Père. Concernant la croix qui a vaincu le démon et qui glorifié Jésus Christ, il faut lire Nombre 21, 9. Si vous avez la crainte de Dieu, ne critiquez pas les évangiles car ils sont habités par l'Esprit Saint. St Paul n'a pas menti en disant qu'il est Pharisien et disciple de Gamaliel. Concernant le serviteur souffrant, lisez Isaïe, 52, 14 et Isaïe, 53.

Provocation !

23 décembre 2018, 11h54, Itzhack

Un malentendu ? Un fidele de la tora ?! vous cherchez a provoquer ?

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Tora et Nomos

    La Loi chez Flavius Josephe (22min)

  • Paul ne sait pas l'hébreu

    Jésus veut-il abolir la cacherout ? (19min)

  • Jésus contre les rabbins

    ...mais fidèle à la Tora (8min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Daniel Boyarin - Historien des religions à l'Université de Berkeley

Daniel Boyarin enseigne l'Histoire des religions, et la culture talmudique à l'Université de Berkeley. Né en 1946 dans le New-Jersey, il a la double nationalité, américaine et israélienne et se définit lui-même comme un juif orthodoxe. Ses travaux ne cessent d'interroger le point de jonction entre tradition et modernité ; comme par exemple dans Carnal Israel : Reading Sex in Talmudic Culture publié en 1993 ; ou encore dans son livre consacré à Saint-Paul : A Radical Jew - Paul and the Politics of Identity (1994) ou plus récemment encore dans son ouvrage consacré à la théorie du Queer (Queer Theory and the Jewish Question, Columbia University Press, 2003. Parmi ses nombreux écrits, certains sont traduits et publiés en France, notamment ses ouvrages consacrés à la lecture et la compréhension du Talmud. 

Bibliographie du conférencier

Daniel Boyarin

Une patrie portative , (Cerf , 2016)   Acheter

Le Christ juif , (Cerf , 2013)   Acheter

La partition du judaïsme et du christianisme , (Cerf , 2011)   Acheter

Daniel Boyarin ; Clémence Boulouque

Une vie dans le Talmud , (Bayard , 2016)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier