Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Saveur et savoir - n° 41

Eikev: le goût de la cacherout (33 min)

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux
  • Alliance et alimentation

    "Je t'aime donc je te nourris" (12min)

  • Maitriser l'oralité

    Le sens de la cacherout (8min)

  • La manne, un goût inconnu

    Une anti-madeleine de Proust (8min)

  • Nourrir l'étranger

    Surabondance et sous-alimentation (5min)

Les documents (3)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Valérie  Stessin est née en 1964 à Paris et a grandi à Périgueux (Dordogne). Elle a fait son Alyah et obtenu une licence de l'Université Hébraïque à Jérusalem. Elle poursuit ses études à l'Institut Schechter pour les Etudes Juives et obtient  un double master en Sciences du Judaïsme. En 1993, elle reçoit son ordination rabbinique (smi'ha) de l'Institut Schechter. Valérie Stessin a travaillé comme éducatrice en ex-U.R.S.S, puis a été directrice de projets pendant quinze ans à la Fondation Educative Tali, ensuite coordinatrice de la communauté Shira Hadasha. Elle est la présidente de Kehilat Maayanot - Communauté Massorati à Jérusalem et active dans l'association Women of the Wall – les Femmes du Mur. Depuis 2011, elle codirige l'association Kashouvot pour le développement du Soutien Spirituel en Israel. Valerie Stessin est aussi est aumônière à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à l'Hôpital Français à Jérusalem et enseigne dans différents cadres.  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 20 juillet 2015
Commentaires ( 6 )

Kacherout et manque de nourriture

26 juillet 2015, 16h41, Christiane (Paris)

Bonjour Valérie, D'abord merci pour ces commentaires que j'ai écoutés avec un plaisir immense. C'est clair, bien expliqué et je crois avoir tout compris. Mais, comment appliquer les règles de kacherout lorsque l'on manque de tout ? Exemple : Si tu pêches un poisson non casher et que tu n'as rien d'autre à manger, que faire ? Comment appliquer les règles ? Tu dis que la nourriture "unit" le peuple juif. Oui, je suis d'accord mais quelquefois, il le désunit. J'ai ouïe dire que certaines tables "n'étaient pas assez casher" et bien des familles se trouvent désunies. Comment remédier à cela ? J'ai hâte de recevoir tes réponses.

Table

2 août 2015, 09h19, maryse

Le rituel du repas familial s'estompe... Mac - Donald c'est la manne du siècle... Inutile d'attendre l'heure du repas, la faim calmée reste l'appétit... La cacheroute répond à la nécessité de satisfaire l'appétit... or comme le dessine cette intervention l'appétit se distingue de la faim... Pour calmer la faim il suffit d'une boulette comestible... Pour calmer l'appétit il faut du lien... Alors pas de sujet qui fâche pendant le repas...

Dracha sur Ekev = plagiat sur textes

3 août 2015, 23h27, Mordehai

Je suis trés surpris par la platitude du discours. La conférencière n'a fait que lire le texte en hébreu et en français. Puis elle a cherché sur Google... Ce que la thora écrit en toute lettre. Ensuite elle a repris ce qu'écrit Rav gugenheim, puis un psy... Ensuite Proust en les lisant etc. Puis les recettes juives Je m'arrête là car entendre que la cacheroute divise le peuple s'en est trop. J'aurai aimé voir cité le Rambam, Rachi, Ramban, le or hahaim... Tous nos grands penseurs et hahamim juifs qui ont tellement écrit sur ce sujet. Vraiment tres faible et simplice. Je suis désolé d'écrire cela mais quand on a rien à dire... Madame.

À propos de l'Expo à Milan

8 août 2015, 07h39, Dominique

Bonjour Valérie, J'ai trouvé votre shiur super intéressant ! Je vous écris à propos de l'Expo à Milan, dont j'ai visité cet an. À mon avis, ils on perdu une opportunité à nous faire reflechir et a donner plus des idées et des solutions. Les pavilions et les honoraires des professionels on couté des millons. Ces des pays ou les gens n'ont pas un salaire digne pour la récolte du café, cacao, etc. semblait des petits kiosks du tourisme, avec de belles photos et quelques produits tipiques. On nous montraient des différents produits animaux ou végetaux que on mange, comme si c'était quelque chose étrange à nous (je me souviens d'une anecdote, ou les enfants aux EEUU doivent faire un dessin d'un poulet et ils en montrent un coupé et emballé. Les pays et compagnies qui présentent à l'Expo n'ont pas aucun intéret à changer ce cours des affaires. J'ai trouvé l'Expo abominable ! Bien cordialement.

Le zéle des mitsvoths

9 août 2015, 09h10, gerardelie

Merci Madame pour avoir bien mis en relief cette compétition débile de la comptabilité des mitvoths. Je pense que c'est un défaut majeur de la transmission actuelle du judaisme, et le reflet d'une pédagogie désastreuse. Et ceci entraine hélas, un défaut concernant le comportement et le moussar : sans doute par un mécanisme inconscient, les partisans de l'idolatrie des mitsvoths se croit quitte, quant à leur attitude vis à vis d'autrui. l'exemple de l'intervention de Mr Mordekhai (1er des commentaires de cette page) en est un exemple flagrant : il se permet un jugement négatif et dédaigneux à votre égard, en balayant d'un revers de mains un commandement élémentaire -'ne pas faire blémir son prochain en public, ce qui est considéré par le judaisme comme un crime ! Mais ceci n'est que le fruit de l'enseignement actuel : on a son lot de mitsvoths, peu importe le reste ! une exemple flagrant de cet enseignement : on passera des heures, des jours, à discuter et commenter sur les miettes du khamets pour pessah, et on élude l'étude du tikoun des midoths qui nous méne à shavouot, alors que là est l'essentiel. Faut-il s'étonner aprés cela, de voir l'état des relations humaines au sein de notre peuple ? Triste !

Le zèle des mistvots (suite)

9 août 2015, 16h44, gerardelie

Pardonnez moi, j'ai oublié une maxime importante qui devait terminer mon intervention précédente : 'DEREKH ERETS KADMA LA_TORA' qui devrait être inscrite sur une grande banderole a l'entrée de toutes les synagogues. traduction : 'le bon comportement (à l'égard d'autrui) précède la tora'.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Eikev: le goût de la cacherout

33 min

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Commentaires ( 6 )

Kacherout et manque de nourriture

26 juillet 2015, 16h41, Christiane (Paris)

Bonjour Valérie, D'abord merci pour ces commentaires que j'ai écoutés avec un plaisir immense. C'est clair, bien expliqué et je crois avoir tout compris. Mais, comment appliquer les règles de kacherout lorsque l'on manque de tout ? Exemple : Si tu pêches un poisson non casher et que tu n'as rien d'autre à manger, que faire ? Comment appliquer les règles ? Tu dis que la nourriture "unit" le peuple juif. Oui, je suis d'accord mais quelquefois, il le désunit. J'ai ouïe dire que certaines tables "n'étaient pas assez casher" et bien des familles se trouvent désunies. Comment remédier à cela ? J'ai hâte de recevoir tes réponses.

Table

2 août 2015, 09h19, maryse

Le rituel du repas familial s'estompe... Mac - Donald c'est la manne du siècle... Inutile d'attendre l'heure du repas, la faim calmée reste l'appétit... La cacheroute répond à la nécessité de satisfaire l'appétit... or comme le dessine cette intervention l'appétit se distingue de la faim... Pour calmer la faim il suffit d'une boulette comestible... Pour calmer l'appétit il faut du lien... Alors pas de sujet qui fâche pendant le repas...

Dracha sur Ekev = plagiat sur textes

3 août 2015, 23h27, Mordehai

Je suis trés surpris par la platitude du discours. La conférencière n'a fait que lire le texte en hébreu et en français. Puis elle a cherché sur Google... Ce que la thora écrit en toute lettre. Ensuite elle a repris ce qu'écrit Rav gugenheim, puis un psy... Ensuite Proust en les lisant etc. Puis les recettes juives Je m'arrête là car entendre que la cacheroute divise le peuple s'en est trop. J'aurai aimé voir cité le Rambam, Rachi, Ramban, le or hahaim... Tous nos grands penseurs et hahamim juifs qui ont tellement écrit sur ce sujet. Vraiment tres faible et simplice. Je suis désolé d'écrire cela mais quand on a rien à dire... Madame.

À propos de l'Expo à Milan

8 août 2015, 07h39, Dominique

Bonjour Valérie, J'ai trouvé votre shiur super intéressant ! Je vous écris à propos de l'Expo à Milan, dont j'ai visité cet an. À mon avis, ils on perdu une opportunité à nous faire reflechir et a donner plus des idées et des solutions. Les pavilions et les honoraires des professionels on couté des millons. Ces des pays ou les gens n'ont pas un salaire digne pour la récolte du café, cacao, etc. semblait des petits kiosks du tourisme, avec de belles photos et quelques produits tipiques. On nous montraient des différents produits animaux ou végetaux que on mange, comme si c'était quelque chose étrange à nous (je me souviens d'une anecdote, ou les enfants aux EEUU doivent faire un dessin d'un poulet et ils en montrent un coupé et emballé. Les pays et compagnies qui présentent à l'Expo n'ont pas aucun intéret à changer ce cours des affaires. J'ai trouvé l'Expo abominable ! Bien cordialement.

Le zéle des mitsvoths

9 août 2015, 09h10, gerardelie

Merci Madame pour avoir bien mis en relief cette compétition débile de la comptabilité des mitvoths. Je pense que c'est un défaut majeur de la transmission actuelle du judaisme, et le reflet d'une pédagogie désastreuse. Et ceci entraine hélas, un défaut concernant le comportement et le moussar : sans doute par un mécanisme inconscient, les partisans de l'idolatrie des mitsvoths se croit quitte, quant à leur attitude vis à vis d'autrui. l'exemple de l'intervention de Mr Mordekhai (1er des commentaires de cette page) en est un exemple flagrant : il se permet un jugement négatif et dédaigneux à votre égard, en balayant d'un revers de mains un commandement élémentaire -'ne pas faire blémir son prochain en public, ce qui est considéré par le judaisme comme un crime ! Mais ceci n'est que le fruit de l'enseignement actuel : on a son lot de mitsvoths, peu importe le reste ! une exemple flagrant de cet enseignement : on passera des heures, des jours, à discuter et commenter sur les miettes du khamets pour pessah, et on élude l'étude du tikoun des midoths qui nous méne à shavouot, alors que là est l'essentiel. Faut-il s'étonner aprés cela, de voir l'état des relations humaines au sein de notre peuple ? Triste !

Le zèle des mistvots (suite)

9 août 2015, 16h44, gerardelie

Pardonnez moi, j'ai oublié une maxime importante qui devait terminer mon intervention précédente : 'DEREKH ERETS KADMA LA_TORA' qui devrait être inscrite sur une grande banderole a l'entrée de toutes les synagogues. traduction : 'le bon comportement (à l'égard d'autrui) précède la tora'.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Alliance et alimentation

    "Je t'aime donc je te nourris" (12min)

  • Maitriser l'oralité

    Le sens de la cacherout (8min)

  • La manne, un goût inconnu

    Une anti-madeleine de Proust (8min)

  • Nourrir l'étranger

    Surabondance et sous-alimentation (5min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 20 juillet 2015
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Valérie  Stessin est née en 1964 à Paris et a grandi à Périgueux (Dordogne). Elle a fait son Alyah et obtenu une licence de l'Université Hébraïque à Jérusalem. Elle poursuit ses études à l'Institut Schechter pour les Etudes Juives et obtient  un double master en Sciences du Judaïsme. En 1993, elle reçoit son ordination rabbinique (smi'ha) de l'Institut Schechter. Valérie Stessin a travaillé comme éducatrice en ex-U.R.S.S, puis a été directrice de projets pendant quinze ans à la Fondation Educative Tali, ensuite coordinatrice de la communauté Shira Hadasha. Elle est la présidente de Kehilat Maayanot - Communauté Massorati à Jérusalem et active dans l'association Women of the Wall – les Femmes du Mur. Depuis 2011, elle codirige l'association Kashouvot pour le développement du Soutien Spirituel en Israel. Valerie Stessin est aussi est aumônière à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à l'Hôpital Français à Jérusalem et enseigne dans différents cadres.  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier