Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Le prochain et le lointain - n° 30

Kedochim: la sainteté pour tous (29 min)

Claude Sultan - rabbin
  • "Soyez saints"

    Injonction ou promesse ? (3min)

  • Etre saint parmi les hommes

    Garder les pieds sur terre (11min)

  • "Aimer son prochain"

    Les conflits de proximité (12min)

  • La terre sainte

    Une terre qui vomit ses habitants (3min)

Les documents (4)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Claude Sultan - rabbin

Claude Sultan est né en 1934 au Maroc. Il passe son doctorat ès lettres hébraïques à Strasbourg en 1990, puis son agrégation d'hébreu moderne à Paris. Claude Sultan occupe différentes fonctions dans l'enseignement supérieur du judaïsme, notamment : rabbin et titulaire de la chaire de pensée Juive au séminaire Israélite de France, professeur d'Exégèse biblique et de pensée juive médiévale à l'Ecole des hautes études du Judaïsme, directeur du Centre européen d'études et de recherches hébraïques de l’Institut Universitaire Rachi de Troyes, directeur de recherches à l'Institut de connaissance des religions du Livre. En 2003, il reçoit le prix Edmond Tenoudji en récompense de son travail communautaire et éducatif entrepris depuis de plusieurs années. (Mise à jour: septembre 2005)

Bibliographie du conférencier

David Banon

Héritages de Rachi, (Editions de l'éclat, 2006)   Emprunter

Gilbert Dahan

Le Brûlement du Talmud à Paris, 1242-1244, (Cerf, 1999)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaires ( 6 )

Proximité avec son prochain

16 avril 2014, 03h15, D. Azoulay de Beer-Sheva

Cher Monsieur le Rabbin, Merci pour cette belle conférence, instructive, comme d'habitude. Plus particulièrement, je retiens le mot "prochain". Un amour de son prochain ne serait-il possible qu'en gardant ses distances sans pour autant se couper de sa communauté ou de son prochain ? Bonnes Fêtes, .

Belle réflexion

20 avril 2014, 16h49, Anne-Marie

Monsieur le Rabbin, Je suis catholique mais je me suis lancé le défi d'étudier chaque semaine la Torah avec Akadem. Votre exposé enrichit ma réflexion et m'oblige à revenir sur ce qu'on m'a appris dans mon éducation religieuse. Merci pour cet exposé extrêmement instructif.

“Judéo-quelque-chose”

20 avril 2014, 19h47, Bug

“nous qui vivons dans un environnement judéo-quelque-chose... ” (répété une seconde fois) Sympa, en cette période “co-pascale”... Quant à “si tu fais quelque-chose de mal-saint (!), sache que cette Terre-là te vomira” : n'est-ce donc que l'expérience du passé (l'exil diasporique) ou bien aussi, hélas, une prophétie, du fait du sort fait, depuis un “bon” siècle, aux (pourtant) très Prochains de Palestine ? Shalom quand même...

“Difficile confrontation à autrui”...

22 avril 2014, 09h49, Bug

“La sainteté ne se vit pas dans l'ascétisme solitaire. On l'atteint par la difficile confrontation à autrui. ” Alors, pourquoi le censurer, cet “autrui” (avoir censuré mon commentaire) ?! En Palestine, le “je-tu” buberien est devenu un “je tue”, au quotidien ; et, qui plus est sur cette terre-là, c'est à vomir.

Prochain lointain

22 avril 2014, 18h00, amar edmond

Le grand historien protestant Pierre Chaunun, ami du Grand Rabbin Jacob Kaplan, faisait la même remarque que Manitou : tu aimeras ton prochain car c'est avec lui que le problème des bonnes relations se pose et non avec le lointain. Merci pour ce commentaire conforme à la belle tradition du Moussar "bien de chez nous", loin d'un intellectualisme abscons qui apparaît parfois ici.

Se séparer de quoi de qui quand comment pourquoi ? ?

24 avril 2014, 19h42, L'incrédule idiot du village

Il est vrai que sur le sujet on pourrait parler longtemps ! Se séparer pour se relier ! La Kédouchah ne descend pas ! Elle est ! C'est à nous de faire tout le boulot ! Ici bas la séparation signifie se séparer du profane ! On peut exagérer avec waw sans waw ! Le haut le bas ! Malkhout Binah et le waw qui les relie ! Et alors ? Les vraies questions se posent en Israël ! UNIQUEMENT aux plans politiques et moraux ! Pour se séparer du profane il y a des bases fondamentales ! Comment faire pour ne pas garder de haine dans son cœur ? Comment aider mon ennemi à décharger son âne ? Qu'est ce que ça change dans ma vie si je maudis un sourd ? Ou si je mets un obstacle devant un aveugle ? En quoi est ce que je faute si je ne paie pas mon employé à bonne date ? Et alors... Comment aimer mon prochain comme moi même ! Comment comprendre une fois pour toute que l'argent gagné sur les mitswot de la Torah est profane ? Donc que nous somme dirigés par des profanes qui veulent nous expliquer que nous devons saints ! Alors qu'ils ne le sont pas eux même ! CAR LE SERVICE DIVIN NE PEUT SE FAIRE QUE PAR AMOUR LECHEMCHAMAYIM ! Avez vous entendu une seule fois prononcer le mot profane, le mot chohad qui aveugle les tsadikim (paracha choftim) !

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Kedochim: la sainteté pour tous

29 min

Claude Sultan - rabbin

Commentaires ( 6 )

Proximité avec son prochain

16 avril 2014, 03h15, D. Azoulay de Beer-Sheva

Cher Monsieur le Rabbin, Merci pour cette belle conférence, instructive, comme d'habitude. Plus particulièrement, je retiens le mot "prochain". Un amour de son prochain ne serait-il possible qu'en gardant ses distances sans pour autant se couper de sa communauté ou de son prochain ? Bonnes Fêtes, .

Belle réflexion

20 avril 2014, 16h49, Anne-Marie

Monsieur le Rabbin, Je suis catholique mais je me suis lancé le défi d'étudier chaque semaine la Torah avec Akadem. Votre exposé enrichit ma réflexion et m'oblige à revenir sur ce qu'on m'a appris dans mon éducation religieuse. Merci pour cet exposé extrêmement instructif.

“Judéo-quelque-chose”

20 avril 2014, 19h47, Bug

“nous qui vivons dans un environnement judéo-quelque-chose... ” (répété une seconde fois) Sympa, en cette période “co-pascale”... Quant à “si tu fais quelque-chose de mal-saint (!), sache que cette Terre-là te vomira” : n'est-ce donc que l'expérience du passé (l'exil diasporique) ou bien aussi, hélas, une prophétie, du fait du sort fait, depuis un “bon” siècle, aux (pourtant) très Prochains de Palestine ? Shalom quand même...

“Difficile confrontation à autrui”...

22 avril 2014, 09h49, Bug

“La sainteté ne se vit pas dans l'ascétisme solitaire. On l'atteint par la difficile confrontation à autrui. ” Alors, pourquoi le censurer, cet “autrui” (avoir censuré mon commentaire) ?! En Palestine, le “je-tu” buberien est devenu un “je tue”, au quotidien ; et, qui plus est sur cette terre-là, c'est à vomir.

Prochain lointain

22 avril 2014, 18h00, amar edmond

Le grand historien protestant Pierre Chaunun, ami du Grand Rabbin Jacob Kaplan, faisait la même remarque que Manitou : tu aimeras ton prochain car c'est avec lui que le problème des bonnes relations se pose et non avec le lointain. Merci pour ce commentaire conforme à la belle tradition du Moussar "bien de chez nous", loin d'un intellectualisme abscons qui apparaît parfois ici.

Se séparer de quoi de qui quand comment pourquoi ? ?

24 avril 2014, 19h42, L'incrédule idiot du village

Il est vrai que sur le sujet on pourrait parler longtemps ! Se séparer pour se relier ! La Kédouchah ne descend pas ! Elle est ! C'est à nous de faire tout le boulot ! Ici bas la séparation signifie se séparer du profane ! On peut exagérer avec waw sans waw ! Le haut le bas ! Malkhout Binah et le waw qui les relie ! Et alors ? Les vraies questions se posent en Israël ! UNIQUEMENT aux plans politiques et moraux ! Pour se séparer du profane il y a des bases fondamentales ! Comment faire pour ne pas garder de haine dans son cœur ? Comment aider mon ennemi à décharger son âne ? Qu'est ce que ça change dans ma vie si je maudis un sourd ? Ou si je mets un obstacle devant un aveugle ? En quoi est ce que je faute si je ne paie pas mon employé à bonne date ? Et alors... Comment aimer mon prochain comme moi même ! Comment comprendre une fois pour toute que l'argent gagné sur les mitswot de la Torah est profane ? Donc que nous somme dirigés par des profanes qui veulent nous expliquer que nous devons saints ! Alors qu'ils ne le sont pas eux même ! CAR LE SERVICE DIVIN NE PEUT SE FAIRE QUE PAR AMOUR LECHEMCHAMAYIM ! Avez vous entendu une seule fois prononcer le mot profane, le mot chohad qui aveugle les tsadikim (paracha choftim) !

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • "Soyez saints"

    Injonction ou promesse ? (3min)

  • Etre saint parmi les hommes

    Garder les pieds sur terre (11min)

  • "Aimer son prochain"

    Les conflits de proximité (12min)

  • La terre sainte

    Une terre qui vomit ses habitants (3min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Claude Sultan - rabbin

Claude Sultan est né en 1934 au Maroc. Il passe son doctorat ès lettres hébraïques à Strasbourg en 1990, puis son agrégation d'hébreu moderne à Paris. Claude Sultan occupe différentes fonctions dans l'enseignement supérieur du judaïsme, notamment : rabbin et titulaire de la chaire de pensée Juive au séminaire Israélite de France, professeur d'Exégèse biblique et de pensée juive médiévale à l'Ecole des hautes études du Judaïsme, directeur du Centre européen d'études et de recherches hébraïques de l’Institut Universitaire Rachi de Troyes, directeur de recherches à l'Institut de connaissance des religions du Livre. En 2003, il reçoit le prix Edmond Tenoudji en récompense de son travail communautaire et éducatif entrepris depuis de plusieurs années. (Mise à jour: septembre 2005)

Bibliographie du conférencier

David Banon

Héritages de Rachi, (Editions de l'éclat, 2006)   Emprunter

Gilbert Dahan

Le Brûlement du Talmud à Paris, 1242-1244, (Cerf, 1999)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier