Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Les séquelles de la sortie d'Egypte - n° 15

Bo: l'anarchisme juif (26 min)

Mikhaël Benadmon - professeur de philosophie juive
  • A quoi servent les dix plaies?

    Un combat contre l'autorité (9min)

  • Les séquelles de la sortie d'Egypte

    Une méfiance du politique (9min)

  • Les rabbins sont-ils infaillibles ?

    L'autonomie religieuse (8min)

Le conférencier
Biographie du conférencier

Mikhaël Benadmon - professeur de philosophie juive

Mikhaël Benadmon (Benhamron), docteur en philosophie générale et spécialisé en philosophie de la Halakha, a enseigné la philosophie juive et générale dans différentes institutions scolaires, académiques et rabbiniques. Il a étudié dans les yechivoth d’Aix-les-Bains et Ets Haïm en France, puis à Merkaz Harav en Israël, ainsi qu'au Makhon Amiel et au Makhon Gavoa LaTora de Bar-Ilan. Chef du départemement du développement professionnel et maître de conférence au collège académique Herzog de Jérusalem, directeur du programme Maarava-Amiel pour la formation de cadres rabbiniques pour les communautés sépharades de diaspora, il a piloté et rédigé les programmes Zayit pour les écoles juives de France.

Bibliographie du conférencier

Pourquoi Israel? Les tentations territoriales, (Lichma, 2016)   Acheter

Rébellion et Créativité dans la pensée du sionisme religieux (en hébreu), (Presses Universitaires de Bar-Ilan, 2013)  

Le corps du non-juif dans la tradition halakhique: le rapport à l'autre (en hébreu), , (Université Bar-Ilan , 2003)  

Le statut de celui qui ne fait pas Chabbat dans la littérature halakhique (en hébreu), (Editions de l'Institut Rabbinique Amiel, 1999)  

avec D. Atzmon, Y. Alon, Z. Maor

La morale et la tolérance dans la Torah (en hébreu), (Editions Yessodot, 2009)  

dans S. Trigano (Ed.) "La fin de l'étranger? Mondialisation et pensée juive", p. 115-143

Les figures de l'étranger dans la Bible, le Talmud et la Halakha, (Revue Pardes, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 22 décembre 2013
Commentaires ( 11 )

Rabbin mentionné

30 décembre 2013, 23h13, Serge K.

Bonjour, Merci pour cette analyse éclairante. Le nom d'un rabbin important du 20èm siècle est mentionné. Pourriez-vous eppeuler son nom ou poster un lien le concernant. Merci à vous.

Réponse à Serge K.

31 décembre 2013, 14h55, Webmaster Akadem

Bonjour, deux rabbins importants du XXe siècle sont mentionnés par le conférencier. -Rav Avigdor Amiel, figure du sionisme-religieux et ancien grand rabbin de Tel-Aviv Vous trouverez quelques éléments biographiques en anglais à son sujet à l'adresse suivante : www-personal.umich.edu/~szwetch/Stamps.Of.Israel/6.html -Le'Hazon Ish (Avraham Yeshaya Karelitz), leader et décisionnaire orthodoxe. Une page wikipedia lui est consacrée. Une bonne partie du cours d'Emmanuel Bloch sur l'orthodoxie (dans la série"3000 ans de pensée juive") lui est aussi consacrée : www.akadem.org/sommaire/cours/3000-ans-de-pensee-juive/une-breve-histoire-de-l-orthodoxie-08-07-2013-53613_4421.php. Bien cordialement, .

Connaître l'orateur

31 décembre 2013, 19h52, cozer

Pouvez-vous nous présenter M. MIKHAEL BENADMON ?

Réponse à Cozer

1 janvier 2014, 12h41, Webmaster d'Akadem

Bonjour, Vous trouverez une présentation de Mikhael Benadmon en cliquant sur l'onglet "Pour en savoir plus", situé juste au-dessus de la vidéo. Chaque conférencier possède par ailleurs sa propre fiche sur Akadem présentant sa biographie, bibliographie et autres conférences disponibles sur le site --> http://www.akadem.org/conferencier/index-conferenciers-a-e.php Bien cordialement, .

Rassuré

2 janvier 2014, 00h32, David D

Bonjour, Merci pour ce travail, les valeurs exposées me parlent et me rassurent J'attends la suite avec impatience.

Rigueur et legitimité

3 janvier 2014, 07h10, Yvel

Bonjour, 1) Pharaon aurait pu libérer le peuple aux cinq premières plaies et non aux aux sept. 2) traiter les paroles du Hazon Ich avec autant de désinvolture me parait inquiétant Est ce que la Rubrique Paracha de la Semaine ne risque t elle pas de se transformer en lieu de pugilat au gré des intervenants ?

Infaillibilite du rabbin - hors du debat ? - Yvel

3 janvier 2014, 12h10, Mikhael Benadmon

1. Merci de la remarque 2. Dans le cadre d'un commentaire, on ne traite jamais de tous les revers d'une question ; pour autant, il n'est pas impossible d'en parler et d'en aborder certains points fondamentaux. 3. Résumer la doctrine de l’infaillibilité du rabbin tel que le Hazon Ish l'exprime très clairement et s'y opposer ne relève pas de la désinvolture mais d'une prise de position différente, opposée. Cette prise de position est a mes yeux légitime en termes de droit de dialogue avec n'importe quelle opinion et de plus elle est largement fondée dans les textes. La doctrine du'Daat Torah'que le Hazon Ish reprend a une histoire et bien sur un fondement très clair dans certains textes de la tradition. Cependant, elle releve d'un positionnement idéologique très clair lie a une époque et un contexte politique (en Pologne - élections au parlement polonais), une opposition a la modernité (voir les textes de R'Haim Ozer). Croyez-moi que si javais plus de temps, et pas dans le cadre d'un commentaire de la paracha, je me serai attache a montrer en quoi cette doctrine a engendre des non-sens et des catastrophes (cf Les propos du rav Dessler tome 1 pp. 75-77), fait taire des opinions différentes, entraine des malheureux a faire des mauvais choix (imaginez les conséquences durant la Shoa). En bref, c'est un outil de pouvoir que de revendiquer le daat torah et l’infaillibilité du hakham et sans penser une seconde que le Hazon Ish et d'autres géants de la Torah aient été des manipulateurs d'opinion publique, ils se sont trouves malgré eux investis dans un système qui condamne les avis divergents, même s'ils ont des bases dans la tradition. 4. Le devoir d’obéissance aux Sages et ses limites est traite très longuement dans la littérature hakakhique et vous saurez sans doute que des traditions talmudiques deja (Yeroushalmi Horayot - et jusqu’à Netoure Karta aujourd'hui !) proposent des visions bien loin du daat torah compris dans sa version moderne (qui n'a quasiment rien a voir avec ce qui apparait dans le Talmud). 5. De ce que je sache, le Daat Torah et infaillibilité du rabbin est quasi-absent des textes halakhiques des sages Sefarades ; monde qui n'a pas eu besoin de développer des antidotes idéologiques contre la modernité. Mais elle est également suspecte aux yeux de grands sages ashkenazes (voir introduction aux Igrot Moche et celle du Ktsot hahoshen entre bien d'autres. ) 6. Une vaste littérature existe en hébreu et en anglais sur cette question. Je vous renvoie a l'excellent ouvrage édité par A. Sagui et Z. Safrai, Between Authority and Autonimy in Jewish Tradition, (en hébreu), Tel-Aviv 1997 ainsi qu'a la brochure de Beni Braun sur les différentes tournures du daat torah dans le monde haredi (en hébreu), disponible sur le site du Machon Israeli ledemocratia.

Persiste et signe mais avec nuance

4 janvier 2014, 19h30, Yvel

A M. M. Benadmon, Je tiens avant tout à vous remercier pour le temps consacré à répondre à mon intervention. Votre éridution sur le sujet de Daat Thora m'impose de retirer le terme de désinvolture. Et je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Mais c'est aussi une preuve que cette rubrique n'est à mon sens pas du tout adaptée. Imaginez l'usage que je ferai au repas de chabat à la maison d'un tel sujet que je ne maitrise pas ! Le bien que vous semblez souhaitez faire risque de se transformer en rien moins que du lachon hara' C'est a mon sens à cette preoccupation que doivent veiller les intervenants. Par contre d'autres formules bien plus adaptées existent sur Akadem et vous le soulignez vous même. Un débat avec les érudits sur ce thème aurait autrement plus de portée sans donner ce sentiment premier d'une aigreur (désolé c'est ainsi que je l'ai reçu). Chavoua Tov.

Autonomie et autorité - D. Azoulay de Beer-Sheva

5 janvier 2014, 04h13, D. Azoulay de Beer-Sheva

SHALOM, j'ai eu plaisir à écouter votre conférence. Un homme ne peut être infaillible... La Torah est là pour aider l'homme à se parfaire et ce travail s'opère jusqu'au dernier jour... Les débats sur la parasha chaque semaine laisse place à chacun pour apporter son opinion et d'année en année, chacun peut constater une compréhension différente du même texte qui reflète sa progression intellectuelle... "Sept fois le sage tombe et se relève" cette citation montre bien que se tromper est la source même de la prise de conscience pour s'améliorer... Socrate a dit : "ce que je sais c'est que je ne sais pas"... Etant'hozeret be tchouva" je suis rassurée de voir exposée la possibilité de contester l'autorité du rabbin et de la discuter et en fait, sur mon chemin, j'ai rencontré des rabbins très ouverts qui encourageaient les questions et les points de vue différents... C'est ce qui fait la richesse des commentaires et de l'esprit juif... Etre juif ne veut pas dire être esclave mais adopter les règles de conduites de la Torah après réflexions et accepter l'autorité rabbinique lorsqu'elle est de bon sens pour apporter à l'homme les éléments qui le construisent... Réflexions ne veut pas dire anarchie et rejet mais interaction qui permet aux rabbins aussi de continuer à se parfaire... "mi kol melamdai hiskalti"... "chaque être peut nous apprendre quelque chose de nouveau... Et surtout nos élèves... Par l'essence même du débat... Shavouah Tov, .

Liberté

14 mai 2014, 14h40, maryse azoulay

J'ai entendu un commentaire psychanalytique qui laissait entendre que les dix plaies avaient aussi pour objectif d'abattre l’ambivalence, la résistance des juifs eux même... Leur désir d'être libre n'est pas donné d'avance... Vouloir etre libre n'est pas simple... Peut-être que la philosophie juive a quelque chose de libérateur parce que cette philosophie donne la joie de l'étude J'ai souri en pensant au syndrome de Stockholm... Vous écouter communique cette joie et c'est en soi libérateur...

Temps réduit

18 janvier 2018, 16h15, Papy Shlomo

Je pense qu’il est très difficile à l’une demi-heure seulement de résoudre le problème de la responsabilité de l’homme, du rabbin ou du dirigeant politique il faudrait des heures et encore parce que l’homme n’est pas toujours un anarchiste mais c’est Un être qui pense et qui a son libre arbitre. Le christianisme À donné l’infaillibilité à un homme est le résultat n’est pas toujours été brillant c’est le moins qu’on puisse dire puisque c’était toujours un ben Adam. Donc il faudrait un livre pour vous répondre je n’en ai pas le talent. Juste un petit point. Les 10 plaies ont un effet didactique et au niveau du Pharaon et au niveau des hébreux il fallait faire d’une famille Un Peuple. Ceci dit j aime toujours vos exposés etVous en remercie.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Bo: l'anarchisme juif

26 min

Mikhaël Benadmon - professeur de philosophie juive

Commentaires ( 11 )

Rabbin mentionné

30 décembre 2013, 23h13, Serge K.

Bonjour, Merci pour cette analyse éclairante. Le nom d'un rabbin important du 20èm siècle est mentionné. Pourriez-vous eppeuler son nom ou poster un lien le concernant. Merci à vous.

Réponse à Serge K.

31 décembre 2013, 14h55, Webmaster Akadem

Bonjour, deux rabbins importants du XXe siècle sont mentionnés par le conférencier. -Rav Avigdor Amiel, figure du sionisme-religieux et ancien grand rabbin de Tel-Aviv Vous trouverez quelques éléments biographiques en anglais à son sujet à l'adresse suivante : www-personal.umich.edu/~szwetch/Stamps.Of.Israel/6.html -Le'Hazon Ish (Avraham Yeshaya Karelitz), leader et décisionnaire orthodoxe. Une page wikipedia lui est consacrée. Une bonne partie du cours d'Emmanuel Bloch sur l'orthodoxie (dans la série"3000 ans de pensée juive") lui est aussi consacrée : www.akadem.org/sommaire/cours/3000-ans-de-pensee-juive/une-breve-histoire-de-l-orthodoxie-08-07-2013-53613_4421.php. Bien cordialement, .

Connaître l'orateur

31 décembre 2013, 19h52, cozer

Pouvez-vous nous présenter M. MIKHAEL BENADMON ?

Réponse à Cozer

1 janvier 2014, 12h41, Webmaster d'Akadem

Bonjour, Vous trouverez une présentation de Mikhael Benadmon en cliquant sur l'onglet "Pour en savoir plus", situé juste au-dessus de la vidéo. Chaque conférencier possède par ailleurs sa propre fiche sur Akadem présentant sa biographie, bibliographie et autres conférences disponibles sur le site --> http://www.akadem.org/conferencier/index-conferenciers-a-e.php Bien cordialement, .

Rassuré

2 janvier 2014, 00h32, David D

Bonjour, Merci pour ce travail, les valeurs exposées me parlent et me rassurent J'attends la suite avec impatience.

Rigueur et legitimité

3 janvier 2014, 07h10, Yvel

Bonjour, 1) Pharaon aurait pu libérer le peuple aux cinq premières plaies et non aux aux sept. 2) traiter les paroles du Hazon Ich avec autant de désinvolture me parait inquiétant Est ce que la Rubrique Paracha de la Semaine ne risque t elle pas de se transformer en lieu de pugilat au gré des intervenants ?

Infaillibilite du rabbin - hors du debat ? - Yvel

3 janvier 2014, 12h10, Mikhael Benadmon

1. Merci de la remarque 2. Dans le cadre d'un commentaire, on ne traite jamais de tous les revers d'une question ; pour autant, il n'est pas impossible d'en parler et d'en aborder certains points fondamentaux. 3. Résumer la doctrine de l’infaillibilité du rabbin tel que le Hazon Ish l'exprime très clairement et s'y opposer ne relève pas de la désinvolture mais d'une prise de position différente, opposée. Cette prise de position est a mes yeux légitime en termes de droit de dialogue avec n'importe quelle opinion et de plus elle est largement fondée dans les textes. La doctrine du'Daat Torah'que le Hazon Ish reprend a une histoire et bien sur un fondement très clair dans certains textes de la tradition. Cependant, elle releve d'un positionnement idéologique très clair lie a une époque et un contexte politique (en Pologne - élections au parlement polonais), une opposition a la modernité (voir les textes de R'Haim Ozer). Croyez-moi que si javais plus de temps, et pas dans le cadre d'un commentaire de la paracha, je me serai attache a montrer en quoi cette doctrine a engendre des non-sens et des catastrophes (cf Les propos du rav Dessler tome 1 pp. 75-77), fait taire des opinions différentes, entraine des malheureux a faire des mauvais choix (imaginez les conséquences durant la Shoa). En bref, c'est un outil de pouvoir que de revendiquer le daat torah et l’infaillibilité du hakham et sans penser une seconde que le Hazon Ish et d'autres géants de la Torah aient été des manipulateurs d'opinion publique, ils se sont trouves malgré eux investis dans un système qui condamne les avis divergents, même s'ils ont des bases dans la tradition. 4. Le devoir d’obéissance aux Sages et ses limites est traite très longuement dans la littérature hakakhique et vous saurez sans doute que des traditions talmudiques deja (Yeroushalmi Horayot - et jusqu’à Netoure Karta aujourd'hui !) proposent des visions bien loin du daat torah compris dans sa version moderne (qui n'a quasiment rien a voir avec ce qui apparait dans le Talmud). 5. De ce que je sache, le Daat Torah et infaillibilité du rabbin est quasi-absent des textes halakhiques des sages Sefarades ; monde qui n'a pas eu besoin de développer des antidotes idéologiques contre la modernité. Mais elle est également suspecte aux yeux de grands sages ashkenazes (voir introduction aux Igrot Moche et celle du Ktsot hahoshen entre bien d'autres. ) 6. Une vaste littérature existe en hébreu et en anglais sur cette question. Je vous renvoie a l'excellent ouvrage édité par A. Sagui et Z. Safrai, Between Authority and Autonimy in Jewish Tradition, (en hébreu), Tel-Aviv 1997 ainsi qu'a la brochure de Beni Braun sur les différentes tournures du daat torah dans le monde haredi (en hébreu), disponible sur le site du Machon Israeli ledemocratia.

Persiste et signe mais avec nuance

4 janvier 2014, 19h30, Yvel

A M. M. Benadmon, Je tiens avant tout à vous remercier pour le temps consacré à répondre à mon intervention. Votre éridution sur le sujet de Daat Thora m'impose de retirer le terme de désinvolture. Et je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Mais c'est aussi une preuve que cette rubrique n'est à mon sens pas du tout adaptée. Imaginez l'usage que je ferai au repas de chabat à la maison d'un tel sujet que je ne maitrise pas ! Le bien que vous semblez souhaitez faire risque de se transformer en rien moins que du lachon hara' C'est a mon sens à cette preoccupation que doivent veiller les intervenants. Par contre d'autres formules bien plus adaptées existent sur Akadem et vous le soulignez vous même. Un débat avec les érudits sur ce thème aurait autrement plus de portée sans donner ce sentiment premier d'une aigreur (désolé c'est ainsi que je l'ai reçu). Chavoua Tov.

Autonomie et autorité - D. Azoulay de Beer-Sheva

5 janvier 2014, 04h13, D. Azoulay de Beer-Sheva

SHALOM, j'ai eu plaisir à écouter votre conférence. Un homme ne peut être infaillible... La Torah est là pour aider l'homme à se parfaire et ce travail s'opère jusqu'au dernier jour... Les débats sur la parasha chaque semaine laisse place à chacun pour apporter son opinion et d'année en année, chacun peut constater une compréhension différente du même texte qui reflète sa progression intellectuelle... "Sept fois le sage tombe et se relève" cette citation montre bien que se tromper est la source même de la prise de conscience pour s'améliorer... Socrate a dit : "ce que je sais c'est que je ne sais pas"... Etant'hozeret be tchouva" je suis rassurée de voir exposée la possibilité de contester l'autorité du rabbin et de la discuter et en fait, sur mon chemin, j'ai rencontré des rabbins très ouverts qui encourageaient les questions et les points de vue différents... C'est ce qui fait la richesse des commentaires et de l'esprit juif... Etre juif ne veut pas dire être esclave mais adopter les règles de conduites de la Torah après réflexions et accepter l'autorité rabbinique lorsqu'elle est de bon sens pour apporter à l'homme les éléments qui le construisent... Réflexions ne veut pas dire anarchie et rejet mais interaction qui permet aux rabbins aussi de continuer à se parfaire... "mi kol melamdai hiskalti"... "chaque être peut nous apprendre quelque chose de nouveau... Et surtout nos élèves... Par l'essence même du débat... Shavouah Tov, .

Liberté

14 mai 2014, 14h40, maryse azoulay

J'ai entendu un commentaire psychanalytique qui laissait entendre que les dix plaies avaient aussi pour objectif d'abattre l’ambivalence, la résistance des juifs eux même... Leur désir d'être libre n'est pas donné d'avance... Vouloir etre libre n'est pas simple... Peut-être que la philosophie juive a quelque chose de libérateur parce que cette philosophie donne la joie de l'étude J'ai souri en pensant au syndrome de Stockholm... Vous écouter communique cette joie et c'est en soi libérateur...

Temps réduit

18 janvier 2018, 16h15, Papy Shlomo

Je pense qu’il est très difficile à l’une demi-heure seulement de résoudre le problème de la responsabilité de l’homme, du rabbin ou du dirigeant politique il faudrait des heures et encore parce que l’homme n’est pas toujours un anarchiste mais c’est Un être qui pense et qui a son libre arbitre. Le christianisme À donné l’infaillibilité à un homme est le résultat n’est pas toujours été brillant c’est le moins qu’on puisse dire puisque c’était toujours un ben Adam. Donc il faudrait un livre pour vous répondre je n’en ai pas le talent. Juste un petit point. Les 10 plaies ont un effet didactique et au niveau du Pharaon et au niveau des hébreux il fallait faire d’une famille Un Peuple. Ceci dit j aime toujours vos exposés etVous en remercie.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • A quoi servent les dix plaies?

    Un combat contre l'autorité (9min)

  • Les séquelles de la sortie d'Egypte

    Une méfiance du politique (9min)

  • Les rabbins sont-ils infaillibles ?

    L'autonomie religieuse (8min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 22 décembre 2013
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Mikhaël Benadmon - professeur de philosophie juive

Mikhaël Benadmon (Benhamron), docteur en philosophie générale et spécialisé en philosophie de la Halakha, a enseigné la philosophie juive et générale dans différentes institutions scolaires, académiques et rabbiniques. Il a étudié dans les yechivoth d’Aix-les-Bains et Ets Haïm en France, puis à Merkaz Harav en Israël, ainsi qu'au Makhon Amiel et au Makhon Gavoa LaTora de Bar-Ilan. Chef du départemement du développement professionnel et maître de conférence au collège académique Herzog de Jérusalem, directeur du programme Maarava-Amiel pour la formation de cadres rabbiniques pour les communautés sépharades de diaspora, il a piloté et rédigé les programmes Zayit pour les écoles juives de France.

Bibliographie du conférencier

Pourquoi Israel? Les tentations territoriales, (Lichma, 2016)   Acheter

Rébellion et Créativité dans la pensée du sionisme religieux (en hébreu), (Presses Universitaires de Bar-Ilan, 2013)  

Le corps du non-juif dans la tradition halakhique: le rapport à l'autre (en hébreu), , (Université Bar-Ilan , 2003)  

Le statut de celui qui ne fait pas Chabbat dans la littérature halakhique (en hébreu), (Editions de l'Institut Rabbinique Amiel, 1999)  

avec D. Atzmon, Y. Alon, Z. Maor

La morale et la tolérance dans la Torah (en hébreu), (Editions Yessodot, 2009)  

dans S. Trigano (Ed.) "La fin de l'étranger? Mondialisation et pensée juive", p. 115-143

Les figures de l'étranger dans la Bible, le Talmud et la Halakha, (Revue Pardes, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier