Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Campus

Les juifs de Tunisie sous l'Occupation - Cours N°6/8

La Libération de Tunis (35 min)

Claude Nataf - historien
  • Crimes de sang contre les juifs

    L'utilisation de la population musulmane (7min)

  • L'attitude de la population

    Les ennemis de la France sont mes amis (10min)

  • Tunis libérée

    L'abrogation des lois raciales (6min)

  • Quel bilan du statut des juifs

    Être solidaire dans le malheur (12min)

Le conférencier
Biographie du conférencier

Claude Nataf - historien

Claude Nataf‌, historien, a fondé en 1997 la Société d'histoire des Juifs de Tunisie dont il a été le président pendant près de 20 ans. Il est diplômé de l'Institut politique de Paris, où il a enseigné. Cet historien du judaïsme s'est bâti une solide réputation dans le domaine des études coloniales sur le Maghreb, auxquelles il a contribué à redonner vie. En tant que vice-président de la commission française des archives juives, Claude Nataf s'intéresse également à l'histoire des Juifs de France et de l'ensemble des pays du Maghreb.

Bibliographie du conférencier

Claude Nataf

De Tunis à Paris. Mélanges à la mémoire de Paul Sebag, (Editions de l'Eclat, 2008)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 28 octobre 2019
Commentaires ( 2 )

Les juifs de Tunisie sous l'occupation

26 avril 2020, 11h39, Zakkor

Bonjour Bravo pour vos cours synthétiques, pédagogiques et très intéressants. Nous ne disposons de peu d'information sur cette période concernant l'Afrique du Nord et maintenant nous sommes un peu moins ignorant. En espérant que peut être vous continuerez jusqu'à l'indépendance de la Tunisie.

Références, livres ou articles sur l'histoire des prisonniers de guerre français de confession juive, d'origine d'Algérie, comme mon père, prisionniers en combat et qui n'ont pas été rappatriés en France, après la défaite de 1940.

21 mars 2021, 16h47, gilegal48@hotmail.com

Cher Mr Claude Nataf Mes compléments pour vos cours excellents sur la situation des Juifs d'Afrique du Nord pendant la guerre. J'ai recu l'indication de votre courriel sur le Réseau de recherche sur le racisme et l'antisémitisme de l 'UPJV. J'aimerai trouver des livres, des links ou des articles sur l'histoire des prisonniers de guerre français de confession juive, d'origine d'Afrique du Nord, comme mon père, prisionniers en combat et qui n'ont pas été rappatriés en France, après la défaite de 1940, En ce qui concerne mon père, qui a été capturé en combat, il a été envoyé, avec l'accord du Gouvernement de Vichy, à Kaliningrad- Russie (ex Königsberg en Prusse orientale) où il a été interné avec des prisonniers de guerre soviétiques (l'ennemi judeo-bolchévique, à ce qu'il me semble) dans des circonstances très difficiles. Près de 3,5 millions de guerre sovietiques allaient mourrir de faim, de froid et de travail forcé. Mon père se devait d'enterrer les prisonniers de guerre soviétiques dans des fosses communes. De son camp de détention, il a été l'un des seuls survivants. Libéré para les Americains, en 1945, il continuera la guerre dans les rangs de l'armée américaine. Je peux vous envoyer des photos de mon père prisonnier au stalag avec les tampons des autorités allemandes au verso des photos, comme documents de guerre. Retraité de l'enseignement à São Paulo - Brésil, depuis 2015, je participe d'un groupe de recherche sur le totalitarisme de droite, thème d'un doctorat conclus à la PCU-SP. Je vous serai très reconnaissant pour votre aide, si cela est possible. Bien cordialement, Gilbert Isidore Lévy

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *
Les juifs de Tunisie sous l'Occupation - Cours N°6/8

La Libération de Tunis

28 octobre 2019
(35 min)
Claude Nataf - historien
  • 1/4
    Crimes de sang contre les juifs
    (7min)

    L'utilisation de la population musulmane

  • 2/4
    L'attitude de la population
    (10min)

    Les ennemis de la France sont mes amis

  • 3/4
    Tunis libérée
    (6min)

    L'abrogation des lois raciales

  • 4/4
    Quel bilan du statut des juifs
    (12min)

    Être solidaire dans le malheur

Dialoguer

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question
L'organisateur
Le Conférencier
Claude Nataf - historien
Claude Nataf‌, historien, a fondé en 1997 la Société d'histoire des Juifs de Tunisie dont il . . . Voir la bio complète

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

2 Commentaires
Les juifs de Tunisie sous l'occupation
le 26/04/2020, 11:39
Bonjour Bravo pour vos cours synthétiques, pédagogiques et très intéressants. Nous ne disposons de peu d'information sur cette période concernant l'Afrique du Nord et maintenant nous sommes un peu moins ignorant. En espérant que peut être vous continuerez jusqu'à l'indépendance de la Tunisie.
Références, livres ou articles sur l'histoire des prisonniers de guerre français de confession juive, d'origine d'Algérie, comme mon père, prisionniers en combat et qui n'ont pas été rappatriés en France, après la défaite de 1940.
le 21/03/2021, 16:47
Cher Mr Claude Nataf Mes compléments pour vos cours excellents sur la situation des Juifs d'Afrique du Nord pendant la guerre. J'ai recu l'indication de votre courriel sur le Réseau de recherche sur le racisme et l'antisémitisme de l 'UPJV. J'aimerai trouver des livres, des links ou des articles sur l'histoire des prisonniers de guerre français de confession juive, d'origine d'Afrique du Nord, comme mon père, prisionniers en combat et qui n'ont pas été rappatriés en France, après la défaite de 1940, En ce qui concerne mon père, qui a été capturé en combat, il a été envoyé, avec l'accord du Gouvernement de Vichy, à Kaliningrad- Russie (ex Königsberg en Prusse orientale) où il a été interné avec des prisonniers de guerre soviétiques (l'ennemi judeo-bolchévique, à ce qu'il me semble) dans des circonstances très difficiles. Près de 3,5 millions de guerre sovietiques allaient mourrir de faim, de froid et de travail forcé. Mon père se devait d'enterrer les prisonniers de guerre soviétiques dans des fosses communes. De son camp de détention, il a été l'un des seuls survivants. Libéré para les Americains, en 1945, il continuera la guerre dans les rangs de l'armée américaine. Je peux vous envoyer des photos de mon père prisonnier au stalag avec les tampons des autorités allemandes au verso des photos, comme documents de guerre. Retraité de l'enseignement à São Paulo - Brésil, depuis 2015, je participe d'un groupe de recherche sur le totalitarisme de droite, thème d'un doctorat conclus à la PCU-SP. Je vous serai très reconnaissant pour votre aide, si cela est possible. Bien cordialement, Gilbert Isidore Lévy