Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

La figure du chef dans la Tora - Cours N°11/12

Trump, l'anti-chef biblique (13 min)

Ruben Honigmann - journaliste, Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a
  • La virilité biblique

    Accepter son incomplétude (4min)

  • Des voix juives étouffées

    Une particularité française (3min)

  • La peur du vide

    Transporter les Tables brisées (6min)

Les documents (2)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est responsable éditorial d'Akadem.

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 30 janvier 2017
Commentaires ( 23 )

Trumperie

1 février 2017, 17h20, Lara Bruhl

Merci de ces paroles qui engagent et soutiennent le chemin de la dimension relationnelle.

Les USA ne sont pas dans la tradition juive

2 février 2017, 10h05, Yoav Yehuda

Chère Rav Horvilleur, Là où je ne suis pas d'accord, c'est que : 1/ les USA ne sont pas dans la tradition juive… Il s'agit d'une nation, non juive, qu'ils aient un mode de fonctionnement non juif est donc normal 2/ Trump représente certes une certaine "virilité" (la figure du "mâle alpha" pour reprendre vos termes) politique, mais peut-être que certaines nations fonctionnent ainsi et ce n'est pas à nous de leur faire la leçon puisque ils sont hors du paradigme juif 3/ la question n'est pas vraiment de savoir si c'est bon pour Israël ou si c'est bon pour les juifs, car il ne s'agit ni du président des juifs ni du président d'Israël, mais bien du président des américains, des USA. Le POTUS. Il s'agit donc de savoir si ce président est bon pour les USA et pour les américains, et si, même s'il ne correspond pas à la vision traditionnelle juive du chef, peut-il être un ami d'Israël (peuple, terre et état), malgré ses différence, et en tant qu'ami, pourrait-il être d'une amitié bénéfique. Sommes nous, nous autres juifs, capables d'accepter la différence ? Les non-juifs n'ont pas à se comporter en juifs, et ça peut cependant être bon pour eux, et l'on peut cependant être leurs amis, ils peuvent cependant être nos alliés, et ces relations peuvent être bénéfiques. 4/ Trump n'est pas raciste ni machiste. Trump à dans son entourage des arabes, des juifs, des femmes, des noirs et des latinos (certes Républicains, généralement, quoi que pas uniquement). Il n'épouse pas des potiches, et il n'hésite pas à placer des femmes à des postes clefs dans ses entreprises (il a même révolutionné le monde de l'immobilier New-Yorkais en étant le premier à placer une femme à la tête d'un géant local). Le prétendu "muslim ban" n'est pas un muslim ban, mais un *ban temporaire* de *nationaux* de certains pays (certes à majorité musulmane), à risques (définis comme tels par l'administration Obama). 7 pour être précis, sur un total de 51 pays à majorité musulmane. Les juifs, chrétiens, athées et autres de ces 7 pays sont aussi *temporairement* privés d'entrée aux USA (sauf s'ils ont un autre passeport). Et les musulmans des autres pays sont toujours acceptés aux USA. Cela n'a rien de choquant… Obama a fait pareil en 2011 avec un certains nombre de pays en guerre à majorité musulmane, une suspension des visas pour *6 mois*. Personne n'a alors rien trouvé à y redire. 16 pays musulmans (parmis lesquels les 7 de la suspension temporaire) interdissent en permanence l'entrée des israéliens (voire des juifs, si c'est un renseignement qu'ils ont) sur leur territoire. Et encore une fois, personne ne trouve à y redire. Mme Horvilleur, je sais que vous êtes, en tant que rabbin femme, MJLF, par nature progressiste. Et rien en cela ne me gène, bien au contraire. Mais, ce n'est pas une raison pour suivre et relayer la propagande médiatique mensongère et quasi-unanime. Trump n'est certainement pas une mauvaise choses ni pour les femmes, ni pour les juifs, ni pour les arabes, ni même pour le monde en général. Il y a des moments ou la force virile, comme vous l'appelez, est nécessaire. Sans Tsahal, Israël ne serait certainement plus là depuis bien longtemps à l'heure qu'il est. D'ailleurs, certaines figures dans la tradition juive, ainsi que dans l'histoire juive contemporaine, sont des figures féminines qui pourraient, selon votre interprétation, être qualifiées de figures féminines "mâles alpha", parce qu'elle ne rejettent pas en bloc l'usage de la décision ni de la force. Il est évident que le monde à besoin d'ordre en ces temps, et il est évident qu'il ne viendra pas en tendant l'autre joue. Jesus (ou ses descendants) a cru que le monde des nations pouvait devenir un monde juif universalisé en réformant certaines parties de la loi juive, et ainsi, que l'on pourrait réfléchir le monde au prisme de la morale juive. Il est évident que cela n'a pas fonctionné et il semble évident que cela ne fonctionne toujours pas. Il est bien sûr nécessaire d'inclure la pensée juive dans notre pensée et dans nos actes en tant que juifs. Mais il est aussi nécessaire d'accepter la nature non juive du reste du monde et de tempérer notre idéalisme sans quoi le résultat pourrait être catastrophique. Je ne soutiens pas Trump sur bien des points mais, le fait est que s'il est là c'est très certainement pour remettre de l'équilibre dans un monde qui s'emballe par manque d'autorité. Il faut ouvrir les yeux et garder la foi, et surtout ne pas céder à la peur panique ni à l'hystérie idéaliste. Et, ne vous y trompez pas, je respecte beaucoup vos pensées et votre parcours, donc ne prenez pas mal mon opposition sur ce point précis. Kol touv YY.

Bravo !

2 février 2017, 10h19, Alain G. Daudier

Bravo pour votre analyse des dangers du communautarisme, de quelque confession qu'il soit.

Fermer un œil.

2 février 2017, 10h23, Laguil

Vous critiquez les propos et les actes de Trump sur l'interdiction aux Musulmans de 7 pays dans lesquels il y a du terrorisme et des attentats de rentrer aux USA pendant les 90 prochains jours (seulement). Mais vous ne critiquez pas le fait qu'une majorité de pays musulmans dont ceux qui sont nommés par le Président Trump refusent l'entrée des Juifs sur leur territoire et pas seulement pendant 90 jours.

Courage

2 février 2017, 10h55, lise

Merci pour votre courage : votre analyse va à l'encontre de certaines analyses, y compris dans la communauté juive. Votre analyse fine rappelle les valeurs du judaïsme. Vous rappellez les " pirkéavots" qui me tiennent particulièrement à cœur. Je partage votre inquiétude. Alors tout simplement merci.

Trump, l'anti-chef biblique

2 février 2017, 12h26, popi soudure

Arrêtez de prendre le juif moyen comme quelqu'un qui ne voit qu'a travers le communautarisme ! C'est faux, la preuve plus de 80 % des juifs US ont voté pour Obama, et Hillary Clinton ! Le militantisme gauchisant de la rabanite fausse ses propos sur sa vision du chef dans le monde juif et dans le monde profane... Dommage car sa position de femme rabbin peut apporter des angles de compréhensions autres que celles plus masculines usuellement employés...

Chef et Sous-Chef

2 février 2017, 15h29, Lucie Sainte-Croix Ferrand

Moi je ne vois pas en quoi Delphine Horvilleur a des problèmes avec Trump ou s'en inquiète. Si Trump interdisait l'entrée des Juifs aux USA (ce qui paraîtrait une aberration) alors là je comprendrais mieux les positions intellectuelles de Madame.

Masculin/féminin

2 février 2017, 16h41, Ruth

C'est curieux d'entendre une femme comme Delphine Horvilleur définir le féminin par "le manque, la faille, l'incomplétude"...

Merci

2 février 2017, 18h13, Monique

Toujours percutant et intelligent !

Merci !

2 février 2017, 19h19, Simone

Merci pour vos propos toujours aussi pertinents, votre analyse juste à mon avis et votre ton ferme. Comme vous je suis très inquiète de voir ce qui se passe aux USA et ne comprends toujours pas comment ce pays peut autant manquer de lucidité. Je souhaiterais entendre d'autres voix s'élever de la communauté catholique à laquelle j'appartiens, allant dans le sens de l'indignation. Peut-être n'ai-je pas encore assez tendu l'oreille...

When are Liberal Jews going to learn : what a mess you have done.

2 février 2017, 23h32, Dr.Cohen

Liberalism is going to kill you. Obummer was by far the worst President ever. I never heard a peep from Akadem about the disgraceful Paris Israel bashing meeting. Jews are leaving France in drove because the atmosphere stinks.

Plaire aux oppresseurs

3 février 2017, 00h55, simha

Dommage qu’une belle intelligence soit limitée par le dogmatisme et le sectarisme. Quel aveuglement sur la réalité et quel conformisme dans l’idée du bien commun qui n’a rien à voir avec l’audace de nos textes traditionnels et celle de nos chefs dans la Tora. Les hommes, comme les femmes bibliques -hébreux ou non- savent être anticonformistes ie « virils » au sens de « vertueux » dans les situations de danger qui sauvent une collectivité. Les chefs ne sont pas « tout- un », ils ont appris à être pasteur d’un troupeau avant d’avoir la direction d’une armée. Ils savent manier la harpe et l’épée. Il faut changer votre logiciel, et voir au-delà des clichés auxquels se prêtent, je vous l’accorde, les apparences de ceux que vous citez, où se trouvent les preuves, pas toujours évidentes, d’une moralité véritable qui dérange nos représentations. Le temps est révolu où sur les fleuves de Babylone, nous pleurions au souvenir de Sion en transportant des tables brisées et où pour plaire aux oppresseurs, nous entonnions en terre étrangère, les mains et la pensée enchaînées, les cantiques de Sion qui les réjouissaient et nous arrachaient des larmes. Le modèle du chef biblique qui entend la parole de D n’est pas nécessairement un homme de gauche !

La virilte pardonee d'obama

3 février 2017, 03h10, elie kling

S'il y a bien un dirigeant americain qui en 8 ans de pouvoir ne se soit jamais remis en question, n'a pas semble avoir les mains lourdes ou la parole begue, a en particulier vis a vis d'israel (mais pas seulement) toujours voulu donner l'impression, de maniere souvent peremptoire et arrogante, de savoir mieux que quiconque comment resoudre notre vieux conflit, qui a donc toujours agit comme un leader anti biblique au sens ou l'entend delphine, c'est barak obama. J'ai donc beaucoup mal a comprendre le rapport entre l'analyse du leader biblique que je partage largement et les consequences politiques de cette analyse qui condamnent volontiers poutine et trump mais pas obama. Connaissant (un peu) dephine horviller, je ne pense pas que ce distingo entre la "virilite" coupable de trump et celle curieusement pardonnee d'obama provienne d'un parti pris politique. Etrange, donc.

Reflexion.

3 février 2017, 06h26, Laurent V

Ce thème est intéressant : L'image d'un leader et les faits. Si l'on regarde bien, Bush représente une Amérique républicaine hyper militariste et guerrière, générant une inquiétude et un refus, de la part, par exemple, des pacifistes. Le photogénique Obama, capable de pousser l'exercice jusqu'à devenir un crooner sexy en nœud papillon, représente la victoire ultime des afro-américains, passant ainsi historiquement d'esclaves à, bien plus tard, 1er chef suprême, de plus, la réputation éternellement bonne des démocrates a un gout de doux nectar. Or si je parle de cela c'est évidement pour défendre la vie, la protéger de chefs de guerres hyper rudes et destructeurs. Or, si l'image est peu révéler des choses, elle peut aussi leurrer. Nous pensons tous que Obama représente bien plus la paix que Bush. Néanmoins, Obama, Prix Nobel de l'épée, a envoyé plus de 26 171 bombes en une année, en 2016 pour être précis, certaines bombes, des gros Tomawak, s'écrasant parfois sur des populations civiles et fait important, c'est beaucoup plus que Bush pendant son mandat. Ainsi, si l'image d'Obama est plus rassurante que celle de Bush, les faits démontrent le contraire, la conclusion étant alors que l'image peut révéler mais aussi berner.

S'inquiéter, oui, mais concrètement, pourquoi ?

3 février 2017, 09h22, Yehuda

Pourquoi tant d'inquiétudes… ? Une barrière renforcée entre le Mexique et les USA ? Bah, ça les regardes… si ça peut limiter l'imigration clandestine péruvienne, urugayenne, guatemalteque et cie… Le Mexique aurait du prendre ses responsabilités depuis bien longtemps déjà en luttant contre ses cartels et leurs filières de traffic humains entre sa frontière sud et sa frontière nord. La limitation du nombre de réfugiés ? Je peux le comprendre. Il y a 3 millions de réfugiés syriens en Turquie, et, jusqu'à preuve du contraire, ils sont en sécurité en Turquie, et ont vocation à rentrer chez eux à la fin du conflit. Pourquoi tenir tant que ça à les encourager à se déraciner pour de bon, avec le risque que cela entraine d'importer des terroristes en occident, et venir encore agraver la fragilité identitaire que traversent les pays de l'Ouest actuellement ? L'invalidation temporaire des visas de 7 pays qui sont, selon l'administration Obama, à risque (qui soit dit en passant, refusent tout israéliens sur leurs terres) ? Huh, ce type de mesure est classique. Rien d'exceptionnel. Même Obama l'a fait en 2011, pour 6 mois… Par ailleurs, en général, les réfugiés ou les clandesting économiques ne demandent pas de visa donc, où est le problème humanitaire ? La relaxation des relations avec la Russie… ? Ouh la la en effet, il y a de quoi s'inquiéter que deux grandes puissances appaisent leurs relations. Traiter les femmes et les hommes d'égal à égal ? Tiens, ben, ça devrait pourtant vous plaire ça mesdames. Un grand entrepreneur qui épouse des femmes intellectuellement brillantes, et qui donne à des femmes des rôles clefs dans ses affaires, qui adule sa fille, ce n'est pas un modèle de mysogine notre bonhomme. Rendre une souveraineté politique économique à l'état americain, face au pouvoir que se sont accaparé de façon indue les magistrats, les grands industriels, et certaines ONG extra-nationales  ? Renégocier certains accords et certains mécanismes qui ancrent le monde dans le passé ou qui le rendent incontrolable ? Chacun sa vision mais il est parfaitement dans son role. Le seul truc qui me chifonne avec Trump c'est qu'il veut relancer les usines à charbon mais, ça reste à faire, et, au final, c'est leur problème. Jusqu'à preuve du contraire, lisez le dernier The Economist, c'est Obama qui a fait reculer la démocratie aux USA, pas Trump. Certains soutiens de la gauche sont vraiment à côté de la plaque, ça fait vraiment peur. Ce n'est plus des œillères qu'ils ont devant les yeux mais un casque de réalité virtuelle.

USA image de l'Europe

3 février 2017, 11h26, Alain Kahen

Madame le Rabbin, Chaque nation, à "l'image" d'Israël, a droit à l'existence. De même que le respect mutuel doit s'imposer entre les humains, il doit s'imposer entre les nations. Alors pourquoi critiquer le choix d'un chef par une nation qui n'est pas la nôtre ? Au moins reconnaissons que la démocratie américaine fonctionne, même si cette nation s'est choisi un chef que l'on peut qualifier d'immature, à "son image". Cela prouve peut-être simplement la jeunesse de cette nation ; l'un de ses précédents chefs ne qualifiait-il pas l'Europe de vieille ? Cette Europe qui connait des problèmes similaires à ceux qui ont conduit les USA à se choisir un chef imprévisible, pourquoi ne pas la regarder en face ? Cessons de détourner notre regard ailleurs et affrontons nos problèmes ! AK.

Un homme et une femme

3 février 2017, 11h40, Lydia Lehr

Féminin se dit NEQUEVAH et NEQUEV signifie TROU Masculin se dit ZACHAR et ZECHER signifie MÉMOIRE Le produit des deux est un TROU DE MEMOIRE.

Chef biblique

8 février 2017, 16h36, gilbert F

Cette dame oublie que ces chefs bibliques ne nous ont pas evité les exils successifs et les exterminations. Faut-il desirer pour l'israel contemporain de tels chefs bibliques qui soient incapables de le sauver des menaces qui ne cessent pas. La peur irrationnelle de Trump qui est la marque des Juifs americains est un danger mortel pour eux.

L'immense erreur des rabbins

9 février 2017, 14h42, Garav.

L'immense erreur des rabbins est de n'avoir pas voulu aider D. à accomplir sa promesse à ce que les descendants d'Isaac soient aussi nombreux que les étoiles du ciel. Cette promesse sous entendait qu'il fallait convertir les païens au judaïsme. Ils n'ont pas voulu le faire et c'est la chrétienté, puis l'Islam ont enfourché cette décision. Le résultat?: c'est plus d'un milliard de chrétiens et encore plus pour l'Islam. Personne ne sait si le judaïsme pourra survivre à leurs antisémitismes passé et futur. Une deuxième Shoah sonnera le glas des juifs du monde entier. Rester minoritaire -pour nous démocrates, qui donnons le pouvoir à la majorité-, nous condamne à continuer à subir. Alors que faire ? Changer toutes les règles qui limitent l'expansion du judaïsme. Faciliter les conversions, si ce n'est déjà trop tard. Dans la nature il y a un stade ou quand on reste trop peu, on disparaît. Il ne s'est pas trouvé un seul rabbin pour remettre en cause l'obligation de rester minoritaire. (Sauf Saül de Tarse : Saint Paul qui a inventé le christianisme). Les sages juifs ont une responsabilité dans les malheurs juifs : Non par leurs actes et faits, mais pour n'avoir pas fait ce qu'il fallait pour modifier ces règles qui ont enfermés et condamnés des millions d'innocents. S'il y avait eu 400/500 millions de juifs, la Shoah, l'inquisition n'auraient pu se faire.

Ne pas se prendre pour des chefs

15 février 2017, 11h20, Marielle

La propagande touche tout le monde et va bon train et personne ne semble être épargné.

Bravo

16 février 2017, 17h51, Haddad Gerard

Très belle intervention de Madame Horwiller. Elle a dit les choses essentielles.

Déçu

24 février 2017, 06h57, ebe

Effectivement très déçu par cette intervention ; j'aimais bien Mme Horvilleur de par son courage et son identité originale ; alors Mme Horvilleur, vous semblez préférer B. Obama ? Pas moi ; il faut être pragmatique ; Trump sans être un génie politique, veut défendre les identités culturelles auxquelles il est attaché, et qui sont très proches de celle des juifs ; alors vouloir intellectualiser une période historique passagère, conduit des contre-vérités et des analyses erronées. Encore une personne qui fait dans le politiquement correct en s'abritant derrière l'enseignement juif ; elle risque de nous dire très bientôt, comme le CRIF récemment qu'il faut rejeter les extrêmes, et qui invite à son dîner B. Hamon, islamo-gauchiste notaire de l'avis même de ses collègues du PS (Malek Boutih). Déçu oui.

Toujours condamner le "communautaire "-

2 septembre 2017, 12h29, Robert Klein

Merci Mme Horvilleur pour la constance de votre esprit d'ouverture. Lutter contre la toute-puissance d'ou qu'elle vienne, la capacité a supporter l'angoisse de l'incertitude est mise a mal. Je salue votre position, toujours profonde et sincere. J'attend vos prochaines interventions avec constance et impatience...

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Trump, l'anti-chef biblique

13 min

Ruben Honigmann - journaliste, Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Commentaires ( 23 )

Trumperie

1 février 2017, 17h20, Lara Bruhl

Merci de ces paroles qui engagent et soutiennent le chemin de la dimension relationnelle.

Les USA ne sont pas dans la tradition juive

2 février 2017, 10h05, Yoav Yehuda

Chère Rav Horvilleur, Là où je ne suis pas d'accord, c'est que : 1/ les USA ne sont pas dans la tradition juive… Il s'agit d'une nation, non juive, qu'ils aient un mode de fonctionnement non juif est donc normal 2/ Trump représente certes une certaine "virilité" (la figure du "mâle alpha" pour reprendre vos termes) politique, mais peut-être que certaines nations fonctionnent ainsi et ce n'est pas à nous de leur faire la leçon puisque ils sont hors du paradigme juif 3/ la question n'est pas vraiment de savoir si c'est bon pour Israël ou si c'est bon pour les juifs, car il ne s'agit ni du président des juifs ni du président d'Israël, mais bien du président des américains, des USA. Le POTUS. Il s'agit donc de savoir si ce président est bon pour les USA et pour les américains, et si, même s'il ne correspond pas à la vision traditionnelle juive du chef, peut-il être un ami d'Israël (peuple, terre et état), malgré ses différence, et en tant qu'ami, pourrait-il être d'une amitié bénéfique. Sommes nous, nous autres juifs, capables d'accepter la différence ? Les non-juifs n'ont pas à se comporter en juifs, et ça peut cependant être bon pour eux, et l'on peut cependant être leurs amis, ils peuvent cependant être nos alliés, et ces relations peuvent être bénéfiques. 4/ Trump n'est pas raciste ni machiste. Trump à dans son entourage des arabes, des juifs, des femmes, des noirs et des latinos (certes Républicains, généralement, quoi que pas uniquement). Il n'épouse pas des potiches, et il n'hésite pas à placer des femmes à des postes clefs dans ses entreprises (il a même révolutionné le monde de l'immobilier New-Yorkais en étant le premier à placer une femme à la tête d'un géant local). Le prétendu "muslim ban" n'est pas un muslim ban, mais un *ban temporaire* de *nationaux* de certains pays (certes à majorité musulmane), à risques (définis comme tels par l'administration Obama). 7 pour être précis, sur un total de 51 pays à majorité musulmane. Les juifs, chrétiens, athées et autres de ces 7 pays sont aussi *temporairement* privés d'entrée aux USA (sauf s'ils ont un autre passeport). Et les musulmans des autres pays sont toujours acceptés aux USA. Cela n'a rien de choquant… Obama a fait pareil en 2011 avec un certains nombre de pays en guerre à majorité musulmane, une suspension des visas pour *6 mois*. Personne n'a alors rien trouvé à y redire. 16 pays musulmans (parmis lesquels les 7 de la suspension temporaire) interdissent en permanence l'entrée des israéliens (voire des juifs, si c'est un renseignement qu'ils ont) sur leur territoire. Et encore une fois, personne ne trouve à y redire. Mme Horvilleur, je sais que vous êtes, en tant que rabbin femme, MJLF, par nature progressiste. Et rien en cela ne me gène, bien au contraire. Mais, ce n'est pas une raison pour suivre et relayer la propagande médiatique mensongère et quasi-unanime. Trump n'est certainement pas une mauvaise choses ni pour les femmes, ni pour les juifs, ni pour les arabes, ni même pour le monde en général. Il y a des moments ou la force virile, comme vous l'appelez, est nécessaire. Sans Tsahal, Israël ne serait certainement plus là depuis bien longtemps à l'heure qu'il est. D'ailleurs, certaines figures dans la tradition juive, ainsi que dans l'histoire juive contemporaine, sont des figures féminines qui pourraient, selon votre interprétation, être qualifiées de figures féminines "mâles alpha", parce qu'elle ne rejettent pas en bloc l'usage de la décision ni de la force. Il est évident que le monde à besoin d'ordre en ces temps, et il est évident qu'il ne viendra pas en tendant l'autre joue. Jesus (ou ses descendants) a cru que le monde des nations pouvait devenir un monde juif universalisé en réformant certaines parties de la loi juive, et ainsi, que l'on pourrait réfléchir le monde au prisme de la morale juive. Il est évident que cela n'a pas fonctionné et il semble évident que cela ne fonctionne toujours pas. Il est bien sûr nécessaire d'inclure la pensée juive dans notre pensée et dans nos actes en tant que juifs. Mais il est aussi nécessaire d'accepter la nature non juive du reste du monde et de tempérer notre idéalisme sans quoi le résultat pourrait être catastrophique. Je ne soutiens pas Trump sur bien des points mais, le fait est que s'il est là c'est très certainement pour remettre de l'équilibre dans un monde qui s'emballe par manque d'autorité. Il faut ouvrir les yeux et garder la foi, et surtout ne pas céder à la peur panique ni à l'hystérie idéaliste. Et, ne vous y trompez pas, je respecte beaucoup vos pensées et votre parcours, donc ne prenez pas mal mon opposition sur ce point précis. Kol touv YY.

Bravo !

2 février 2017, 10h19, Alain G. Daudier

Bravo pour votre analyse des dangers du communautarisme, de quelque confession qu'il soit.

Fermer un œil.

2 février 2017, 10h23, Laguil

Vous critiquez les propos et les actes de Trump sur l'interdiction aux Musulmans de 7 pays dans lesquels il y a du terrorisme et des attentats de rentrer aux USA pendant les 90 prochains jours (seulement). Mais vous ne critiquez pas le fait qu'une majorité de pays musulmans dont ceux qui sont nommés par le Président Trump refusent l'entrée des Juifs sur leur territoire et pas seulement pendant 90 jours.

Courage

2 février 2017, 10h55, lise

Merci pour votre courage : votre analyse va à l'encontre de certaines analyses, y compris dans la communauté juive. Votre analyse fine rappelle les valeurs du judaïsme. Vous rappellez les " pirkéavots" qui me tiennent particulièrement à cœur. Je partage votre inquiétude. Alors tout simplement merci.

Trump, l'anti-chef biblique

2 février 2017, 12h26, popi soudure

Arrêtez de prendre le juif moyen comme quelqu'un qui ne voit qu'a travers le communautarisme ! C'est faux, la preuve plus de 80 % des juifs US ont voté pour Obama, et Hillary Clinton ! Le militantisme gauchisant de la rabanite fausse ses propos sur sa vision du chef dans le monde juif et dans le monde profane... Dommage car sa position de femme rabbin peut apporter des angles de compréhensions autres que celles plus masculines usuellement employés...

Chef et Sous-Chef

2 février 2017, 15h29, Lucie Sainte-Croix Ferrand

Moi je ne vois pas en quoi Delphine Horvilleur a des problèmes avec Trump ou s'en inquiète. Si Trump interdisait l'entrée des Juifs aux USA (ce qui paraîtrait une aberration) alors là je comprendrais mieux les positions intellectuelles de Madame.

Masculin/féminin

2 février 2017, 16h41, Ruth

C'est curieux d'entendre une femme comme Delphine Horvilleur définir le féminin par "le manque, la faille, l'incomplétude"...

Merci

2 février 2017, 18h13, Monique

Toujours percutant et intelligent !

Merci !

2 février 2017, 19h19, Simone

Merci pour vos propos toujours aussi pertinents, votre analyse juste à mon avis et votre ton ferme. Comme vous je suis très inquiète de voir ce qui se passe aux USA et ne comprends toujours pas comment ce pays peut autant manquer de lucidité. Je souhaiterais entendre d'autres voix s'élever de la communauté catholique à laquelle j'appartiens, allant dans le sens de l'indignation. Peut-être n'ai-je pas encore assez tendu l'oreille...

When are Liberal Jews going to learn : what a mess you have done.

2 février 2017, 23h32, Dr.Cohen

Liberalism is going to kill you. Obummer was by far the worst President ever. I never heard a peep from Akadem about the disgraceful Paris Israel bashing meeting. Jews are leaving France in drove because the atmosphere stinks.

Plaire aux oppresseurs

3 février 2017, 00h55, simha

Dommage qu’une belle intelligence soit limitée par le dogmatisme et le sectarisme. Quel aveuglement sur la réalité et quel conformisme dans l’idée du bien commun qui n’a rien à voir avec l’audace de nos textes traditionnels et celle de nos chefs dans la Tora. Les hommes, comme les femmes bibliques -hébreux ou non- savent être anticonformistes ie « virils » au sens de « vertueux » dans les situations de danger qui sauvent une collectivité. Les chefs ne sont pas « tout- un », ils ont appris à être pasteur d’un troupeau avant d’avoir la direction d’une armée. Ils savent manier la harpe et l’épée. Il faut changer votre logiciel, et voir au-delà des clichés auxquels se prêtent, je vous l’accorde, les apparences de ceux que vous citez, où se trouvent les preuves, pas toujours évidentes, d’une moralité véritable qui dérange nos représentations. Le temps est révolu où sur les fleuves de Babylone, nous pleurions au souvenir de Sion en transportant des tables brisées et où pour plaire aux oppresseurs, nous entonnions en terre étrangère, les mains et la pensée enchaînées, les cantiques de Sion qui les réjouissaient et nous arrachaient des larmes. Le modèle du chef biblique qui entend la parole de D n’est pas nécessairement un homme de gauche !

La virilte pardonee d'obama

3 février 2017, 03h10, elie kling

S'il y a bien un dirigeant americain qui en 8 ans de pouvoir ne se soit jamais remis en question, n'a pas semble avoir les mains lourdes ou la parole begue, a en particulier vis a vis d'israel (mais pas seulement) toujours voulu donner l'impression, de maniere souvent peremptoire et arrogante, de savoir mieux que quiconque comment resoudre notre vieux conflit, qui a donc toujours agit comme un leader anti biblique au sens ou l'entend delphine, c'est barak obama. J'ai donc beaucoup mal a comprendre le rapport entre l'analyse du leader biblique que je partage largement et les consequences politiques de cette analyse qui condamnent volontiers poutine et trump mais pas obama. Connaissant (un peu) dephine horviller, je ne pense pas que ce distingo entre la "virilite" coupable de trump et celle curieusement pardonnee d'obama provienne d'un parti pris politique. Etrange, donc.

Reflexion.

3 février 2017, 06h26, Laurent V

Ce thème est intéressant : L'image d'un leader et les faits. Si l'on regarde bien, Bush représente une Amérique républicaine hyper militariste et guerrière, générant une inquiétude et un refus, de la part, par exemple, des pacifistes. Le photogénique Obama, capable de pousser l'exercice jusqu'à devenir un crooner sexy en nœud papillon, représente la victoire ultime des afro-américains, passant ainsi historiquement d'esclaves à, bien plus tard, 1er chef suprême, de plus, la réputation éternellement bonne des démocrates a un gout de doux nectar. Or si je parle de cela c'est évidement pour défendre la vie, la protéger de chefs de guerres hyper rudes et destructeurs. Or, si l'image est peu révéler des choses, elle peut aussi leurrer. Nous pensons tous que Obama représente bien plus la paix que Bush. Néanmoins, Obama, Prix Nobel de l'épée, a envoyé plus de 26 171 bombes en une année, en 2016 pour être précis, certaines bombes, des gros Tomawak, s'écrasant parfois sur des populations civiles et fait important, c'est beaucoup plus que Bush pendant son mandat. Ainsi, si l'image d'Obama est plus rassurante que celle de Bush, les faits démontrent le contraire, la conclusion étant alors que l'image peut révéler mais aussi berner.

S'inquiéter, oui, mais concrètement, pourquoi ?

3 février 2017, 09h22, Yehuda

Pourquoi tant d'inquiétudes… ? Une barrière renforcée entre le Mexique et les USA ? Bah, ça les regardes… si ça peut limiter l'imigration clandestine péruvienne, urugayenne, guatemalteque et cie… Le Mexique aurait du prendre ses responsabilités depuis bien longtemps déjà en luttant contre ses cartels et leurs filières de traffic humains entre sa frontière sud et sa frontière nord. La limitation du nombre de réfugiés ? Je peux le comprendre. Il y a 3 millions de réfugiés syriens en Turquie, et, jusqu'à preuve du contraire, ils sont en sécurité en Turquie, et ont vocation à rentrer chez eux à la fin du conflit. Pourquoi tenir tant que ça à les encourager à se déraciner pour de bon, avec le risque que cela entraine d'importer des terroristes en occident, et venir encore agraver la fragilité identitaire que traversent les pays de l'Ouest actuellement ? L'invalidation temporaire des visas de 7 pays qui sont, selon l'administration Obama, à risque (qui soit dit en passant, refusent tout israéliens sur leurs terres) ? Huh, ce type de mesure est classique. Rien d'exceptionnel. Même Obama l'a fait en 2011, pour 6 mois… Par ailleurs, en général, les réfugiés ou les clandesting économiques ne demandent pas de visa donc, où est le problème humanitaire ? La relaxation des relations avec la Russie… ? Ouh la la en effet, il y a de quoi s'inquiéter que deux grandes puissances appaisent leurs relations. Traiter les femmes et les hommes d'égal à égal ? Tiens, ben, ça devrait pourtant vous plaire ça mesdames. Un grand entrepreneur qui épouse des femmes intellectuellement brillantes, et qui donne à des femmes des rôles clefs dans ses affaires, qui adule sa fille, ce n'est pas un modèle de mysogine notre bonhomme. Rendre une souveraineté politique économique à l'état americain, face au pouvoir que se sont accaparé de façon indue les magistrats, les grands industriels, et certaines ONG extra-nationales  ? Renégocier certains accords et certains mécanismes qui ancrent le monde dans le passé ou qui le rendent incontrolable ? Chacun sa vision mais il est parfaitement dans son role. Le seul truc qui me chifonne avec Trump c'est qu'il veut relancer les usines à charbon mais, ça reste à faire, et, au final, c'est leur problème. Jusqu'à preuve du contraire, lisez le dernier The Economist, c'est Obama qui a fait reculer la démocratie aux USA, pas Trump. Certains soutiens de la gauche sont vraiment à côté de la plaque, ça fait vraiment peur. Ce n'est plus des œillères qu'ils ont devant les yeux mais un casque de réalité virtuelle.

USA image de l'Europe

3 février 2017, 11h26, Alain Kahen

Madame le Rabbin, Chaque nation, à "l'image" d'Israël, a droit à l'existence. De même que le respect mutuel doit s'imposer entre les humains, il doit s'imposer entre les nations. Alors pourquoi critiquer le choix d'un chef par une nation qui n'est pas la nôtre ? Au moins reconnaissons que la démocratie américaine fonctionne, même si cette nation s'est choisi un chef que l'on peut qualifier d'immature, à "son image". Cela prouve peut-être simplement la jeunesse de cette nation ; l'un de ses précédents chefs ne qualifiait-il pas l'Europe de vieille ? Cette Europe qui connait des problèmes similaires à ceux qui ont conduit les USA à se choisir un chef imprévisible, pourquoi ne pas la regarder en face ? Cessons de détourner notre regard ailleurs et affrontons nos problèmes ! AK.

Un homme et une femme

3 février 2017, 11h40, Lydia Lehr

Féminin se dit NEQUEVAH et NEQUEV signifie TROU Masculin se dit ZACHAR et ZECHER signifie MÉMOIRE Le produit des deux est un TROU DE MEMOIRE.

Chef biblique

8 février 2017, 16h36, gilbert F

Cette dame oublie que ces chefs bibliques ne nous ont pas evité les exils successifs et les exterminations. Faut-il desirer pour l'israel contemporain de tels chefs bibliques qui soient incapables de le sauver des menaces qui ne cessent pas. La peur irrationnelle de Trump qui est la marque des Juifs americains est un danger mortel pour eux.

L'immense erreur des rabbins

9 février 2017, 14h42, Garav.

L'immense erreur des rabbins est de n'avoir pas voulu aider D. à accomplir sa promesse à ce que les descendants d'Isaac soient aussi nombreux que les étoiles du ciel. Cette promesse sous entendait qu'il fallait convertir les païens au judaïsme. Ils n'ont pas voulu le faire et c'est la chrétienté, puis l'Islam ont enfourché cette décision. Le résultat?: c'est plus d'un milliard de chrétiens et encore plus pour l'Islam. Personne ne sait si le judaïsme pourra survivre à leurs antisémitismes passé et futur. Une deuxième Shoah sonnera le glas des juifs du monde entier. Rester minoritaire -pour nous démocrates, qui donnons le pouvoir à la majorité-, nous condamne à continuer à subir. Alors que faire ? Changer toutes les règles qui limitent l'expansion du judaïsme. Faciliter les conversions, si ce n'est déjà trop tard. Dans la nature il y a un stade ou quand on reste trop peu, on disparaît. Il ne s'est pas trouvé un seul rabbin pour remettre en cause l'obligation de rester minoritaire. (Sauf Saül de Tarse : Saint Paul qui a inventé le christianisme). Les sages juifs ont une responsabilité dans les malheurs juifs : Non par leurs actes et faits, mais pour n'avoir pas fait ce qu'il fallait pour modifier ces règles qui ont enfermés et condamnés des millions d'innocents. S'il y avait eu 400/500 millions de juifs, la Shoah, l'inquisition n'auraient pu se faire.

Ne pas se prendre pour des chefs

15 février 2017, 11h20, Marielle

La propagande touche tout le monde et va bon train et personne ne semble être épargné.

Bravo

16 février 2017, 17h51, Haddad Gerard

Très belle intervention de Madame Horwiller. Elle a dit les choses essentielles.

Déçu

24 février 2017, 06h57, ebe

Effectivement très déçu par cette intervention ; j'aimais bien Mme Horvilleur de par son courage et son identité originale ; alors Mme Horvilleur, vous semblez préférer B. Obama ? Pas moi ; il faut être pragmatique ; Trump sans être un génie politique, veut défendre les identités culturelles auxquelles il est attaché, et qui sont très proches de celle des juifs ; alors vouloir intellectualiser une période historique passagère, conduit des contre-vérités et des analyses erronées. Encore une personne qui fait dans le politiquement correct en s'abritant derrière l'enseignement juif ; elle risque de nous dire très bientôt, comme le CRIF récemment qu'il faut rejeter les extrêmes, et qui invite à son dîner B. Hamon, islamo-gauchiste notaire de l'avis même de ses collègues du PS (Malek Boutih). Déçu oui.

Toujours condamner le "communautaire "-

2 septembre 2017, 12h29, Robert Klein

Merci Mme Horvilleur pour la constance de votre esprit d'ouverture. Lutter contre la toute-puissance d'ou qu'elle vienne, la capacité a supporter l'angoisse de l'incertitude est mise a mal. Je salue votre position, toujours profonde et sincere. J'attend vos prochaines interventions avec constance et impatience...

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La virilité biblique

    Accepter son incomplétude (4min)

  • Des voix juives étouffées

    Une particularité française (3min)

  • La peur du vide

    Transporter les Tables brisées (6min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 30 janvier 2017
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est responsable éditorial d'Akadem.

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers