Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

3000 ans de pensée juive - Cours N°13/13

Aujourd'hui et demain: nouveaux courants (39 min)

Emmanuel Bloch - spécialiste de philosophie juive
  • Penser après la Shoah

    Un chatiment divin ? (8min)

  • La critique biblique

    Tora divine ou humaine ? (12min)

  • Le féminisme juif

    L'étude pour les femmes (9min)

  • Le judaïsme post-moderne

    La vérité est relative (10min)

Les documents (2)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Emmanuel Bloch - spécialiste de philosophie juive

Originaire de Colmar en Alsace, Emmanuel Bloch est titulaire de deux Masters, en finance et en droit. Arrivé en tête au brevet d’avocat du canton de Genève, il a travaillé par la suite, dans cette même ville, en tant qu’avocat spécialisé dans la fiscalité internationale. Il a étudié à la yechiva Ohr Somayach, aux Etats-Unis, puis au kollel de Genève. Il intervient sur le site de questions/réponses Cheela (www.cheela.org), et contribue régulièrement au blog Modern Orthodox (www.modernorthodox.fr), site de référence sur les questions de confrontation entre Torah et modernité. Il est également l’initiateur du forum de la conversion (http://guiyour.xooit.com/index.php). Il habite aujourd'hui, à New York, où il termine un programme de Masters en philosophie juive (Machshevet Israel) à l'Université Hébraïque de Jérusalem, avant de poursuivre par un doctorat en philosophie de la Halakha.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Emil Fackenheim

La Présence de Dieu dans l'histoire, Affirmations juives et réflexions philosophiques après Auschwitz, (Verdier, 0)   Acheter

Umberto Cassuto

The documentary hypothesis and the composition of the Pentateuch : eight lectures., (Magnes Press, 1961)   Emprunter

Umberto Cassuto

A commentary on the Book of Genesis, (Magnes Press, 1972)   Emprunter

Sous la direction de Janine Elkouby et Sonia Sarah Lipsyc

Quand les femmes lisent la Bible , (In Press, 2007)   Acheter

Sonia-Sarah Lipsyc

Femmes et Judaïsme aujourd'hui, Actes du colloque au Musée d'art et d'histoire du judaïsme en mars 2004, (In Press., 2008)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile

Autres liens utiles

Le site Modern Orthodox

L'organisateur
Commentaires ( 8 )

Différends post shoah entre sionistes et orthodoxes d'europe de l'est

12 septembre 2013, 18h52, Amelie Jacquet

Bonjour Je relis tout juste (à l'occasion de la sortie du film) le livre d'Hannah Arendt sur le procès Eichmann et l'une de vos premières phrases m'interpelle, concernant les reproches faits par les sionistes aux responsables orthodoxes d'Europe de l'Est comme ayant "aidé passivement (ou non empêché)" la Shoah en décourageant le sionisme. Le livre d'Arendt va plus loin en mettant en cause une "participation directe ou active" de certains dirigeants (je pense aux Judenraat) au processus de la Shoah tout en rappelant qu'il s'agissait presque exclusivement non d'idée de protection personnelle et égoïste mais dans l'immense majorité d'une incrédulité première puis secondairement de la volonté de sauver le plus de personnes possibles (avec la difficulté de "sélection" ainsi imposée) face à l'évidence qu'un grand nombre ne pourraient être sauvés : j'aurais souhaité connaitre la position d'Emil Fackenheim dans la controverse qui s'ensuivit. Enfin si H Arendt souligne la banalité du mal dans le personnage Eichmann, elle place Hitler à part : cette notion de mal et de mal absolu est-elle comparable à celle de E. Fakenheim ? Vous remerciant d'avance, Cordialement Amélie jacquet.

Réponse

16 septembre 2013, 00h33, Emmanuel Bloch

Bonsoir Amélie, Je ne connais pas la position de Fackenheim, si tant est qu’il en avait une, sur la controverse provoquée par la position de Hannah Arendt. S’agissant de votre deuxième question, il me semble que vous avez raison et qu’il s’agit bien de la même idée. Merci de votre écoute, et Gmar Hatima Tova !

Bravo

9 novembre 2013, 07h02, Aaron

Je viens de finir votre cycle, énorme travail, ouverture vers des milliers d heures d appronfondissement ! De réelles découvertes tout au Long des écoutes. J aurais aime un cours plus développé autour de Gordin, Neher, H Jonas, Levinas, Benny Lévy, Manitou... Et de leur apport dans la pensée juive post Shoah. Deux questions : 1 : comment placez vous la réflexion autour du tikoun olam (réparation du monde), dans l'engagement juif contemporain ? 2 : on constate un renouveau du judaïsme avec deux branches, que je vois assez contradictoire, et schématiquement : l'une vers l'étude, l autre vers la seule pratique autour de rabbins donneurs de conseils plus qu enseignants. Comment situez vous ce phénomène ? Merci.

Merci Aaron !

10 novembre 2013, 23h46, Emmanuel Bloch

Bonjour Aaron, Je suis heureux de savoir que ce cycle de conférences vous ait plu et que vous l’ayez trouvé instructif. Merci de votre écoute et de vos commentaires ! Au cours de l’élaboration de cette série, j’ai été amené à faire certains choix parfois difficiles, car il n’était pas possible de traiter de tout. En particulier, je n’ai effectivement pas parlé des penseurs sur lesquels vous m’interrogez, et qui ont tous été des auteurs francophones actifs au cours de l’après-guerre (vous auriez encore pu rajouter Emmanuel Levinas à cette petite liste). Il me semblait que pour la plupart d’entre eux, leur pensée est actuellement relativement accessible pour les juifs francophones, à l’inverse de la plupart des auteurs et courants que j’ai choisi de présenter dans cette ultime intervention. Mais je serais heureux de pouvoir signaler l’une ou l’autre référence si vous le souhaitiez. Pour répondre ensuite à vos deux questions : 1. Le concept de Tikoun Olam est perçu de trois manières différentes, à ce qu’il me semble. Il y a la compréhension des halakhistes, qui s’en servent dans la même acception que celle de son apparition dans la Michna (mais trop peu souvent, peut-être) : celle de créer une société fonctionnelle, d’éviter les injustices crasses, etc. Il y a la compréhension des kabbalistes, dont nous avons parlé dans la conférence 10 (rectifier le monde de manière mystique). Et il y a finalement la réinterprétation du mouvement reformé, qui y voit un slogan en faveur de l’action sociale. 2. Je pense que vous pourriez citer ici d’autres voies de développement du Judaïsme contemporain. Mais effectivement, l’étude reste un point fondamental de notre religion (heureusement !). Et vous avez aussi raison de souligner qu’un rabbin est un « donneur de conseils » de nos jours. En partie, cela reflète un changement de conception à propos la fonction rabbinique ; un rabbin est plus proche de nos jours d’un travailleur social que d’un enseignant ou d’un juge (les fonctions traditionnelles) : il visite les malades et les personnes âgées, organise des activités pour rapprocher les jeunes et leur permettre de se fréquenter dans un but matrimonial, etc. En partie aussi, cela reflète la fonction accrue que les rabbins assument de nos jours : conseillers personnels, conseillers matrimoniaux, etc. L’idée étant que la Torah, qui est un guide de vie, doit forcément préparer les rabbins à assumer ces fonctions, pourtant fraichement apparues dans nos sociétés modernes. Sur Cheela, on nous interroge constamment sur ce genre de thèmes. Et ici, il me semble que l’honnêteté et la modestie réclament que le rabbin sache déclarer lorsque ses connaissances et sa formation sont insuffisantes, et qu’il choisisse de travailler la main dans la main avec les professionnels spécialement formés à cet effet. Mais c’est ici une autre discussion.

Merci x2

15 novembre 2013, 23h14, Aaron

Merci pour votre retour. Je partage bien évidemment sur Levinas, et surtout sur le rôle des rabbins. Une vrai évolution qui mérite vigilance et formation. Shabbat Shalom m.

Passionnant

2 décembre 2013, 23h55, Elisa

Merci pour votre objectivité tout au long de ces conférences et pour tout ce que vous m'avez appris. Je suis partagée entre approfondir tous ces courants et reflechir a la pensée de demain... L'un n'allant de toute facon pas sans l'autre. Ce qui est certain c'est que dans quelques siecles, la pensée juive risque de produire de facon exponentielle car un nouveau public peut a present s'exprimer : les femmes Qui sait, le Emmanuel Bloch du 22e siecle citera peut etre quelques references feminines : -). En tout cas, l'avenir risque d'etre encore plus passionnant Merci encore et bonnes fetes de Hanouka.

Remerciements

12 février 2016, 00h50, Daniel T.

Merci énormément pour ce cycle de conférences très intéressant, pour la grande ouverture d'esprit, la grande culture et la grande compétence du conférencier, qui semble pourtant si jeune ! Je découvre avec émerveillement la richesse et la diversité impressionnantes de la pensée juive. Merci à vous M. Bloch, et continuez à nous nourrir de vos lumières ! Au plaisir de vous suivre dans d'autres conférences.

Pensée moderne et post-modernisme

31 octobre 2019, 18h02, Bernard Nouhet.

Merci énormément pour ce travail. D'autant plus que ce post-modernisme balaie la tendance moderne à penser en "problème-solution". Autrement dit, la solution qui tue le problème. Or justement l'approche non-objective et universelle permet à chacun de grandir et de mûrir par l'évolution de sa compréhension de la situation. De tout cœur.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Aujourd'hui et demain: nouveaux courants

39 min

Emmanuel Bloch - spécialiste de philosophie juive

Commentaires ( 8 )

Différends post shoah entre sionistes et orthodoxes d'europe de l'est

12 septembre 2013, 18h52, Amelie Jacquet

Bonjour Je relis tout juste (à l'occasion de la sortie du film) le livre d'Hannah Arendt sur le procès Eichmann et l'une de vos premières phrases m'interpelle, concernant les reproches faits par les sionistes aux responsables orthodoxes d'Europe de l'Est comme ayant "aidé passivement (ou non empêché)" la Shoah en décourageant le sionisme. Le livre d'Arendt va plus loin en mettant en cause une "participation directe ou active" de certains dirigeants (je pense aux Judenraat) au processus de la Shoah tout en rappelant qu'il s'agissait presque exclusivement non d'idée de protection personnelle et égoïste mais dans l'immense majorité d'une incrédulité première puis secondairement de la volonté de sauver le plus de personnes possibles (avec la difficulté de "sélection" ainsi imposée) face à l'évidence qu'un grand nombre ne pourraient être sauvés : j'aurais souhaité connaitre la position d'Emil Fackenheim dans la controverse qui s'ensuivit. Enfin si H Arendt souligne la banalité du mal dans le personnage Eichmann, elle place Hitler à part : cette notion de mal et de mal absolu est-elle comparable à celle de E. Fakenheim ? Vous remerciant d'avance, Cordialement Amélie jacquet.

Réponse

16 septembre 2013, 00h33, Emmanuel Bloch

Bonsoir Amélie, Je ne connais pas la position de Fackenheim, si tant est qu’il en avait une, sur la controverse provoquée par la position de Hannah Arendt. S’agissant de votre deuxième question, il me semble que vous avez raison et qu’il s’agit bien de la même idée. Merci de votre écoute, et Gmar Hatima Tova !

Bravo

9 novembre 2013, 07h02, Aaron

Je viens de finir votre cycle, énorme travail, ouverture vers des milliers d heures d appronfondissement ! De réelles découvertes tout au Long des écoutes. J aurais aime un cours plus développé autour de Gordin, Neher, H Jonas, Levinas, Benny Lévy, Manitou... Et de leur apport dans la pensée juive post Shoah. Deux questions : 1 : comment placez vous la réflexion autour du tikoun olam (réparation du monde), dans l'engagement juif contemporain ? 2 : on constate un renouveau du judaïsme avec deux branches, que je vois assez contradictoire, et schématiquement : l'une vers l'étude, l autre vers la seule pratique autour de rabbins donneurs de conseils plus qu enseignants. Comment situez vous ce phénomène ? Merci.

Merci Aaron !

10 novembre 2013, 23h46, Emmanuel Bloch

Bonjour Aaron, Je suis heureux de savoir que ce cycle de conférences vous ait plu et que vous l’ayez trouvé instructif. Merci de votre écoute et de vos commentaires ! Au cours de l’élaboration de cette série, j’ai été amené à faire certains choix parfois difficiles, car il n’était pas possible de traiter de tout. En particulier, je n’ai effectivement pas parlé des penseurs sur lesquels vous m’interrogez, et qui ont tous été des auteurs francophones actifs au cours de l’après-guerre (vous auriez encore pu rajouter Emmanuel Levinas à cette petite liste). Il me semblait que pour la plupart d’entre eux, leur pensée est actuellement relativement accessible pour les juifs francophones, à l’inverse de la plupart des auteurs et courants que j’ai choisi de présenter dans cette ultime intervention. Mais je serais heureux de pouvoir signaler l’une ou l’autre référence si vous le souhaitiez. Pour répondre ensuite à vos deux questions : 1. Le concept de Tikoun Olam est perçu de trois manières différentes, à ce qu’il me semble. Il y a la compréhension des halakhistes, qui s’en servent dans la même acception que celle de son apparition dans la Michna (mais trop peu souvent, peut-être) : celle de créer une société fonctionnelle, d’éviter les injustices crasses, etc. Il y a la compréhension des kabbalistes, dont nous avons parlé dans la conférence 10 (rectifier le monde de manière mystique). Et il y a finalement la réinterprétation du mouvement reformé, qui y voit un slogan en faveur de l’action sociale. 2. Je pense que vous pourriez citer ici d’autres voies de développement du Judaïsme contemporain. Mais effectivement, l’étude reste un point fondamental de notre religion (heureusement !). Et vous avez aussi raison de souligner qu’un rabbin est un « donneur de conseils » de nos jours. En partie, cela reflète un changement de conception à propos la fonction rabbinique ; un rabbin est plus proche de nos jours d’un travailleur social que d’un enseignant ou d’un juge (les fonctions traditionnelles) : il visite les malades et les personnes âgées, organise des activités pour rapprocher les jeunes et leur permettre de se fréquenter dans un but matrimonial, etc. En partie aussi, cela reflète la fonction accrue que les rabbins assument de nos jours : conseillers personnels, conseillers matrimoniaux, etc. L’idée étant que la Torah, qui est un guide de vie, doit forcément préparer les rabbins à assumer ces fonctions, pourtant fraichement apparues dans nos sociétés modernes. Sur Cheela, on nous interroge constamment sur ce genre de thèmes. Et ici, il me semble que l’honnêteté et la modestie réclament que le rabbin sache déclarer lorsque ses connaissances et sa formation sont insuffisantes, et qu’il choisisse de travailler la main dans la main avec les professionnels spécialement formés à cet effet. Mais c’est ici une autre discussion.

Merci x2

15 novembre 2013, 23h14, Aaron

Merci pour votre retour. Je partage bien évidemment sur Levinas, et surtout sur le rôle des rabbins. Une vrai évolution qui mérite vigilance et formation. Shabbat Shalom m.

Passionnant

2 décembre 2013, 23h55, Elisa

Merci pour votre objectivité tout au long de ces conférences et pour tout ce que vous m'avez appris. Je suis partagée entre approfondir tous ces courants et reflechir a la pensée de demain... L'un n'allant de toute facon pas sans l'autre. Ce qui est certain c'est que dans quelques siecles, la pensée juive risque de produire de facon exponentielle car un nouveau public peut a present s'exprimer : les femmes Qui sait, le Emmanuel Bloch du 22e siecle citera peut etre quelques references feminines : -). En tout cas, l'avenir risque d'etre encore plus passionnant Merci encore et bonnes fetes de Hanouka.

Remerciements

12 février 2016, 00h50, Daniel T.

Merci énormément pour ce cycle de conférences très intéressant, pour la grande ouverture d'esprit, la grande culture et la grande compétence du conférencier, qui semble pourtant si jeune ! Je découvre avec émerveillement la richesse et la diversité impressionnantes de la pensée juive. Merci à vous M. Bloch, et continuez à nous nourrir de vos lumières ! Au plaisir de vous suivre dans d'autres conférences.

Pensée moderne et post-modernisme

31 octobre 2019, 18h02, Bernard Nouhet.

Merci énormément pour ce travail. D'autant plus que ce post-modernisme balaie la tendance moderne à penser en "problème-solution". Autrement dit, la solution qui tue le problème. Or justement l'approche non-objective et universelle permet à chacun de grandir et de mûrir par l'évolution de sa compréhension de la situation. De tout cœur.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Penser après la Shoah

    Un chatiment divin ? (8min)

  • La critique biblique

    Tora divine ou humaine ? (12min)

  • Le féminisme juif

    L'étude pour les femmes (9min)

  • Le judaïsme post-moderne

    La vérité est relative (10min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Emmanuel Bloch - spécialiste de philosophie juive

Originaire de Colmar en Alsace, Emmanuel Bloch est titulaire de deux Masters, en finance et en droit. Arrivé en tête au brevet d’avocat du canton de Genève, il a travaillé par la suite, dans cette même ville, en tant qu’avocat spécialisé dans la fiscalité internationale. Il a étudié à la yechiva Ohr Somayach, aux Etats-Unis, puis au kollel de Genève. Il intervient sur le site de questions/réponses Cheela (www.cheela.org), et contribue régulièrement au blog Modern Orthodox (www.modernorthodox.fr), site de référence sur les questions de confrontation entre Torah et modernité. Il est également l’initiateur du forum de la conversion (http://guiyour.xooit.com/index.php). Il habite aujourd'hui, à New York, où il termine un programme de Masters en philosophie juive (Machshevet Israel) à l'Université Hébraïque de Jérusalem, avant de poursuivre par un doctorat en philosophie de la Halakha.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Bibliographie sur le sujet

Emil Fackenheim

La Présence de Dieu dans l'histoire, Affirmations juives et réflexions philosophiques après Auschwitz, (Verdier, 0)   Acheter

Umberto Cassuto

The documentary hypothesis and the composition of the Pentateuch : eight lectures., (Magnes Press, 1961)   Emprunter

Umberto Cassuto

A commentary on the Book of Genesis, (Magnes Press, 1972)   Emprunter

Sous la direction de Janine Elkouby et Sonia Sarah Lipsyc

Quand les femmes lisent la Bible , (In Press, 2007)   Acheter

Sonia-Sarah Lipsyc

Femmes et Judaïsme aujourd'hui, Actes du colloque au Musée d'art et d'histoire du judaïsme en mars 2004, (In Press., 2008)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile

Autres liens utiles

Le site Modern Orthodox