Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

D’où vient le christianisme? (1/8)

Le Talmud et l'exclusion du judéo-christianisme (90 min)

Dan Jaffé - docteur en histoire des religions
  • Le judéo-christianisme

    Arrestation de Rabbi Eliézer (7min)

  • Une "halakha" de Jésus

    Rabbi Eliezer acquiesce (5min)

  • Du culte public au culte privé

    Le temps de la radicalisation (5min)

  • Processus d'exclusion des judéo-chrétiens

    Sauver les Évangiles des flammes ? (8min)

  • Allusions aux Évangiles dans le Talmud

    Connaissance parcellaire des sages d'Israël (3min)

  • Questions du public

    St-Matthieu-Rabbi Eliézer (13min)

Les documents (5)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Dan Jaffé - docteur en histoire des religions

Dan Jaffé est né en 1970. Il est docteur en histoire des religions, maître de conférences en histoire juive à l’université Bar-Ilan, rattaché au centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ses recherches portent principalement sur la société juive aux premiers siècles de l'ère chrétienne et la naissance du christianisme. (Mise à jour: novembre 2012)

Bibliographie du conférencier

Dan Jaffé

Essais sur l'interprétation et la culture talmudiques, (cerf, 2013)   Acheter

Studies in rabbinic Judaism and early Christianity : text and context , (Brill, 2010)   Emprunter

Jésus sous la plume des historiens juifs du XXe siècle, (Cerf, 2009)   Acheter

Le Talmud et les origines juives du christianisme: Jésus, Paul et les judéo-chrétiens dans la littérature talmudique, (Cerf, 2007)   Acheter

Le judaïsme et l'avènement du christianisme: Orthodoxie et hétérodoxie dans la littérature talmudique Ier-IIe siècles, (Cerf, 2005)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Johann von Döllinger

Paganisme et judaïsme: ou introduction à l'histoire du christianisme, (Bruxelles, H. Goemaere, 1858)   | Emprunter

Gustav Kruger

Une église judéo-chrétienne en Bessarabie, (G. Bridel, 1885)   | Emprunter

Joseph Bonsirven

Juifs et chrétiens, (Flammarion, 1936)   | Emprunter

G. Dupont et J. Langevin

Les Premiers chrétiens, (Le Cerf, 1983)   Acheter

Marie Vidal

Un juif nommé Jésus: Une lecture de l'Evangile à la lumière de la Torah, (Albin Michel, 1996)   Acheter

Geneviève Comeau

Juifs et chrétiens, vers un nouveau dialogue, (L'Atelier, 2001)   Acheter

Gerd Theissen

La Religion des premiers chrétiens, (Le Cerf, 2002)   Acheter

Jean Dujardin

L'Eglise catholique et le peuple juif: un autre regard, (Calmann-Lévy, 2003)   Acheter | Emprunter

Autres conférences sur le sujet
Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

La courtisane

Sur la toile
L'organisateur
Commentaires ( 3 )

Les chrétiens auraient-ils pu n'être pas rejetés ?

20 avril 2012, 21h32, Joseph

En fait c'eût été impossible de ne pas le faire car Yeshuah (alias Jésus, alias Jésus-Christ, alias Jésus-le-Massiah) dit textuellement : "Nul ne va au Père (aka YHWH) s'il ne passe par Moi ! " et un peu plus loin Il parle de l'Amour du Fils au Père et du Père au Fils que les chrétiens nommeront Esprit-Saint formant la 3e personne de la Trinité de/en DIEU. Un juif qui plus est talmudique entandant çà ne pouvait qu'exclure du fait : 1) du principe d'unicité de DIEU 2) du fait d'être obligé de passer par Yeshuah pour atteindre Yahweh ! Mais les chrétiens ont à cela une remarque qui posera un sérieux problème... Pour ne pas dire un problème insoluble ! En effet, ils posent comme les juifs (j'entends les judéens, car on peut être né juif au sens social ou démographique et être chrétien au sens religieux et/ou philosophique) que DIEU est unique ! Et en même temps ils disent l'un comme l'autre que DIEU est infini ! Or mathématiquement on peut poser l'équation 3 x 8 = 8 si 8 est vu comme le 8 couché que je ne peux reproduire au clavier... En effet, trois (3) fois l'infini = l'infini ! Ainsi DIEU peut être trinité tout en restant unique. Partant les juifs ET les chrétiens ont conjointement 100% raison alors même qu'humainement la résolution semble impossible. Je crois que l'on peut trouver là l'explication simple et direct de l'immense Malheur qui a déchiré la Communauté qui s'est scindée en deux : - d'une part des juifs qui ont su devenir chrétiens... En comprenant que plus qu'un Temple de pierre il leur fallait devenir LE temple de chair où l'âme de Yeshuah s'incorporerait mystiquement par l'Hostie préfigurée par la Manne au Désert du Sinaï après la fuite d'Egypte avec Moïse. - d'autre part d'autres juifs qui ne l'ont pas su par volonté farouche de rester eux-même ne voyant pas qu'ils pouvaient l'être en acceptant d'augmenter leur connaissance de DIEU... Car en allant plus loin on trouve même bénéfique l'imprécation du sang sur nous si on la transpose avec le sang de l'agneau sans tâche sur le linteau à Pessah... D'où le fait que le Massiah dit en étant crucifié : "Père, pardonne-leur parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font ! ". Alors si les chrétiens n'avaient pas été rejetés mais assumés, il est probable que la face de la Terre eût été totalement différente ! Et peut-être même que la Parousie serait une réalité existentielle au lieu d'être un peu comme "l'année prochaine à Yerushalaïm ! ". Avec toute mon Amitié spirituelle !

3 x infini = infini...

11 juillet 2012, 12h53, Hervé

Joseph a écrit le 20 avril 21 : 32 : "En effet, trois (3) fois l'infini = l'infini ! Ainsi DIEU peut être trinité tout en restant unique. " 3 x infini = infini... D'accord. Dans ce cas pourquoi s'arrêter à 3... ? 8 x infini = infini ou 100000000 x infini = infini. Ca marche aussi. Nous retombons dans une forme (déguisée) de polythéisme. Certe Dieu se manifeste ou peut se manifester en 3 personnes ou principes, mais le principe qui prime, qui est originel et "indépassable" (y compris pour les Chrétiens) dans la bible est celui de l'unicité de Dieu. S'en écarter conduit vers des terrains glissant... La preuve. La médiation par Jésus participe du principe fondant l'idolâtrie elle-même : l'incapacité à aller au divin sans passer par les catégories de la représentation, de l'identification et de la ressemblance. Dieu demande à Israël de l'aimer et de le servir de toute son âme et de tout son être, sans pour autant le représenter. C'est-à-dire que Dieu demande de venir à sa rencontre dans ce lieu de l'être, ce "moment" qui précède toute représentativité et tout langage, toute imagination. L'homme "vient au monde", le comprend en s'identifiant ou en se différenciant de ce qui l'entoure. Dieu précède ce mouvement. Cordialement.

Le nombre 8 et le symbole de l'infini

11 février 2014, 18h08, Akhsah Caleb

Juste une remarque sur le commentaire de Joseph : Le signe de l’infini ∞, qu’il voit comme un 8 couché, n’a été introduit en mathématique, par John Wallis (1616 – 1703) qu’au XVIIe siècle. Quant au graphisme du nombre lui-même, issu d’une numération d’origine indienne, récupérée par les Arabes, il ne date que du Moyen-âge.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Le Talmud et l'exclusion du judéo-christianisme

90 min

Dan Jaffé - docteur en histoire des religions

Commentaires ( 3 )

Les chrétiens auraient-ils pu n'être pas rejetés ?

20 avril 2012, 21h32, Joseph

En fait c'eût été impossible de ne pas le faire car Yeshuah (alias Jésus, alias Jésus-Christ, alias Jésus-le-Massiah) dit textuellement : "Nul ne va au Père (aka YHWH) s'il ne passe par Moi ! " et un peu plus loin Il parle de l'Amour du Fils au Père et du Père au Fils que les chrétiens nommeront Esprit-Saint formant la 3e personne de la Trinité de/en DIEU. Un juif qui plus est talmudique entandant çà ne pouvait qu'exclure du fait : 1) du principe d'unicité de DIEU 2) du fait d'être obligé de passer par Yeshuah pour atteindre Yahweh ! Mais les chrétiens ont à cela une remarque qui posera un sérieux problème... Pour ne pas dire un problème insoluble ! En effet, ils posent comme les juifs (j'entends les judéens, car on peut être né juif au sens social ou démographique et être chrétien au sens religieux et/ou philosophique) que DIEU est unique ! Et en même temps ils disent l'un comme l'autre que DIEU est infini ! Or mathématiquement on peut poser l'équation 3 x 8 = 8 si 8 est vu comme le 8 couché que je ne peux reproduire au clavier... En effet, trois (3) fois l'infini = l'infini ! Ainsi DIEU peut être trinité tout en restant unique. Partant les juifs ET les chrétiens ont conjointement 100% raison alors même qu'humainement la résolution semble impossible. Je crois que l'on peut trouver là l'explication simple et direct de l'immense Malheur qui a déchiré la Communauté qui s'est scindée en deux : - d'une part des juifs qui ont su devenir chrétiens... En comprenant que plus qu'un Temple de pierre il leur fallait devenir LE temple de chair où l'âme de Yeshuah s'incorporerait mystiquement par l'Hostie préfigurée par la Manne au Désert du Sinaï après la fuite d'Egypte avec Moïse. - d'autre part d'autres juifs qui ne l'ont pas su par volonté farouche de rester eux-même ne voyant pas qu'ils pouvaient l'être en acceptant d'augmenter leur connaissance de DIEU... Car en allant plus loin on trouve même bénéfique l'imprécation du sang sur nous si on la transpose avec le sang de l'agneau sans tâche sur le linteau à Pessah... D'où le fait que le Massiah dit en étant crucifié : "Père, pardonne-leur parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font ! ". Alors si les chrétiens n'avaient pas été rejetés mais assumés, il est probable que la face de la Terre eût été totalement différente ! Et peut-être même que la Parousie serait une réalité existentielle au lieu d'être un peu comme "l'année prochaine à Yerushalaïm ! ". Avec toute mon Amitié spirituelle !

3 x infini = infini...

11 juillet 2012, 12h53, Hervé

Joseph a écrit le 20 avril 21 : 32 : "En effet, trois (3) fois l'infini = l'infini ! Ainsi DIEU peut être trinité tout en restant unique. " 3 x infini = infini... D'accord. Dans ce cas pourquoi s'arrêter à 3... ? 8 x infini = infini ou 100000000 x infini = infini. Ca marche aussi. Nous retombons dans une forme (déguisée) de polythéisme. Certe Dieu se manifeste ou peut se manifester en 3 personnes ou principes, mais le principe qui prime, qui est originel et "indépassable" (y compris pour les Chrétiens) dans la bible est celui de l'unicité de Dieu. S'en écarter conduit vers des terrains glissant... La preuve. La médiation par Jésus participe du principe fondant l'idolâtrie elle-même : l'incapacité à aller au divin sans passer par les catégories de la représentation, de l'identification et de la ressemblance. Dieu demande à Israël de l'aimer et de le servir de toute son âme et de tout son être, sans pour autant le représenter. C'est-à-dire que Dieu demande de venir à sa rencontre dans ce lieu de l'être, ce "moment" qui précède toute représentativité et tout langage, toute imagination. L'homme "vient au monde", le comprend en s'identifiant ou en se différenciant de ce qui l'entoure. Dieu précède ce mouvement. Cordialement.

Le nombre 8 et le symbole de l'infini

11 février 2014, 18h08, Akhsah Caleb

Juste une remarque sur le commentaire de Joseph : Le signe de l’infini ∞, qu’il voit comme un 8 couché, n’a été introduit en mathématique, par John Wallis (1616 – 1703) qu’au XVIIe siècle. Quant au graphisme du nombre lui-même, issu d’une numération d’origine indienne, récupérée par les Arabes, il ne date que du Moyen-âge.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Le judéo-christianisme

    Arrestation de Rabbi Eliézer (7min)

  • Une "halakha" de Jésus

    Rabbi Eliezer acquiesce (5min)

  • Du culte public au culte privé

    Le temps de la radicalisation (5min)

  • Processus d'exclusion des judéo-chrétiens

    Sauver les Évangiles des flammes ? (8min)

  • Allusions aux Évangiles dans le Talmud

    Connaissance parcellaire des sages d'Israël (3min)

  • Questions du public

    St-Matthieu-Rabbi Eliézer (13min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Dan Jaffé - docteur en histoire des religions

Dan Jaffé est né en 1970. Il est docteur en histoire des religions, maître de conférences en histoire juive à l’université Bar-Ilan, rattaché au centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ses recherches portent principalement sur la société juive aux premiers siècles de l'ère chrétienne et la naissance du christianisme. (Mise à jour: novembre 2012)

Bibliographie du conférencier

Dan Jaffé

Essais sur l'interprétation et la culture talmudiques, (cerf, 2013)   Acheter

Studies in rabbinic Judaism and early Christianity : text and context , (Brill, 2010)   Emprunter

Jésus sous la plume des historiens juifs du XXe siècle, (Cerf, 2009)   Acheter

Le Talmud et les origines juives du christianisme: Jésus, Paul et les judéo-chrétiens dans la littérature talmudique, (Cerf, 2007)   Acheter

Le judaïsme et l'avènement du christianisme: Orthodoxie et hétérodoxie dans la littérature talmudique Ier-IIe siècles, (Cerf, 2005)   Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier
Bibliographie sur le sujet

Johann von Döllinger

Paganisme et judaïsme: ou introduction à l'histoire du christianisme, (Bruxelles, H. Goemaere, 1858)   | Emprunter

Gustav Kruger

Une église judéo-chrétienne en Bessarabie, (G. Bridel, 1885)   | Emprunter

Joseph Bonsirven

Juifs et chrétiens, (Flammarion, 1936)   | Emprunter

G. Dupont et J. Langevin

Les Premiers chrétiens, (Le Cerf, 1983)   Acheter

Marie Vidal

Un juif nommé Jésus: Une lecture de l'Evangile à la lumière de la Torah, (Albin Michel, 1996)   Acheter

Geneviève Comeau

Juifs et chrétiens, vers un nouveau dialogue, (L'Atelier, 2001)   Acheter

Gerd Theissen

La Religion des premiers chrétiens, (Le Cerf, 2002)   Acheter

Jean Dujardin

L'Eglise catholique et le peuple juif: un autre regard, (Calmann-Lévy, 2003)   Acheter | Emprunter

Autres conférences sur le sujet
Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

La courtisane

Sur la toile