Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Pour commencer: l'élection

Peuple élu, mais pas supérieur (9 min)

David Saada - écrivain
  • Une notion pervertie

    (2min)

  • Elu=supérieur ?

    (3min)

  • Le prix de l'élection

    (4min)

Les documents (4)
Le conférencier
Biographie du conférencier

David Saada - écrivain

David Saada a été  Directeur général du Fond Social Juif Unifié jusqu'en 2010. Depuis cette date il se consacre à l'étude et à l'enseignement ainsi qu'à la rédaction de différents ouvrages d'exégèse biblique. (mise à jour en Janvier 2011)

Bibliographie du conférencier

David Saada

Le point intérieur: Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah, (Albin Michel, 2008)   Acheter

Le pouvoir de bénir: Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah, (Bibliophane - Daniel Radford, 2006)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 8 novembre 2012
Commentaires ( 6 )

Merci

12 juin 2016, 17h56, Marc Z

Brillant et bref. Merci.

ELECTION

31 août 2017, 11h36, Ponchon

Superbe explication... ; merçi...

Bravo

31 août 2017, 21h22, brunok

Bravo ce travail est fondamental.

Le peuple juif n'est pas le peupel élu.

25 mars 2018, 12h37, Olivier Muller

Le peuple juif n’est pas le peuple élu. Je le redis : nous ne sommes pas le peuple élu. Vous partez du constat que le peuple juif a été élu (5 minutes), et ensuite vous posez la question de savoir s’il est supérieur aux autres nations ou pas. J’interviens, mais non pas pour débattre s’il est supérieur aux autres nations ou pas, à savoir la deuxième partie de votre intervention (remarquable en tous points au passage). C’est évident que le peuple juif n’est pas « supérieur » à la base aux autres nations, et vous semblez défendre cette thèse. Nous sommes d’accord dessus. J’interviens bien plus sur l’hypothèse initiale communément admise, à savoir : « sachant que le peuple juif est le peuple élu (c’est là l’hypothèse) … est-il supérieur aux autres nations … ? ». La traduction de « am ségoula » n’est pas « peuple élu ». Vous citez : « Au sinai un engagement réciproque a été pris entre Dieu et Israël » … Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation, et même pas du tout, car il manque de précision : c’est un engagement unilatéral qui a été conçu. Le peuple juif a été « contraint » de s’engager, car il y a été menacé d’extermination, subissant la contrainte de la montagne renversée dessus comme menace… Le problème, c’est que vous partez d’une hypothèse malheureusement très répandue qui n’est pas exacte, et qui attise la haine des nations sur le peuple juif. C’est la validation de l’hypothèse, fausse, initiale qui me gêne : le peuple juif n’a pas été élu, il n’a jamais été élu. Par cette hypothèse fausse, vous entretenez la frustration des nations, et donc leur rancœur. , et donc… et donc… Et je vais vous le prouver. Si ségoula signifie « précieux », « particulier », il ne signifie pas l’élection au sens français du terme. (Mon Dieu, je ne peux pas laisser véhiculer de tels propos !). Election est défini par « Choix, désignation d'une ou plusieurs personnes par un vote ». Il n’ y a pas eu de vote. Le peuple juif a été contraint d’accepter la loi, il ne s’est pas présenté à une élection, car le midrach rappelle que aucun peuple ne voulait la loi divine. C’est comme si D. Ieu avait pris un peuple au hasard, avait retourné la montagne du Sinai sur le peuple et lui avait dit : « Alors, tu l’acceptes ou non cette loi ? … ». Rentrons dans les détails pour préciser. (Section biblique ytro, chapitre 19, verset 17 (traduction mot à mot hébreu français, page 208 et 209, "les éditions Ness") : Verset 17 : "Moïse fit sortir le peuple à la rencontre de Dieu depuis le camp ; ils se tinrent debout dans la montagne". Rachi commente "dans la montagne" : selon le midrach : la montagne fut déracinée de sa place et fut tenue au-dessus d'eux, comme un baquet (Talmud chabbat 88 a). L'édition "La voix de la Thora", (Rabbin Elie Munk), expose en page 209 (Exode) : "L'Eternel retourna la montagne sur les hébreux en attente des 10 commandements comme un baquet (ils étaient placés ainsi sous la montagne") et il leur dit : si vous voulez accepter la Thora (les 10 commandements), c'est bien, sinon ce sera votre tombe ici. Rabbi Aba ben Jacob disait : si les israélites ne respectent pas la Thora, ils trouveront ici une excuse dans le fait qu'elle leur fut imposée. Raba disait : ils l'acceptèrent cependant à nouveau à l'époque d'Assuérus : «les juifs confirmèrent et acceptèrent (livre d'Esther 9, 27), ils confirmèrent cette fois ci de leur plein gré ». On comprend ici que le peuple juif fut contraint et forcé à accepter la parole divine, contre sa volonté. Il n'a pas "consulté" pour savoir s'il était d'accord. C'est un argument très fort contre les antisémites médisant sur la soit disant fierté du peuple juif, pour avoir été soit disant "élu", alors qu'il a été "forcé", "contraint" d'accepter sa mission. Et cela est prouvé encore un après : "Car c'est à moi que les israélites appartiennent comme esclave ; ils sont mes serviteurs » (Lévitique 25, 55). Le peuple juif n’est donc ni élu, ni supérieur : c’est un peuple choisi, spécial pour D. Ieu. Et pourquoi ? Car c’est un peu d’esclaves, de serviteurs. C’est cela le message qu’il faut véhiculer auprès des non-juifs, même si on sait que D. Ieu nous chérit aussi … Le peuple juif n’est pas le peuple élu, nous n’avons pas à nous en vanter, ni même à le dire !

ELECTION = CHARGE

17 mai 2018, 11h21, serge027

De toutes les façons une "élection" est une charge. Un élu du peuple s'il se comporte correctement est au service du peuple et ne doit pas se servir du peuple. Ce n'est donc pas pas sémantiquement parlant un privilège. Et ceux qui prétendent qu'un élu est supérieur aux administrés sont dans l'erreur.

Bravo !

14 février 2019, 11h16, Suzanne

Je rejoins les commentaires précédents : bravo pour cette explication qui dure moins de 10 minutes et qui remet les concepts en place !

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Peuple élu, mais pas supérieur

9 min

David Saada - écrivain

Commentaires ( 6 )

Merci

12 juin 2016, 17h56, Marc Z

Brillant et bref. Merci.

ELECTION

31 août 2017, 11h36, Ponchon

Superbe explication... ; merçi...

Bravo

31 août 2017, 21h22, brunok

Bravo ce travail est fondamental.

Le peuple juif n'est pas le peupel élu.

25 mars 2018, 12h37, Olivier Muller

Le peuple juif n’est pas le peuple élu. Je le redis : nous ne sommes pas le peuple élu. Vous partez du constat que le peuple juif a été élu (5 minutes), et ensuite vous posez la question de savoir s’il est supérieur aux autres nations ou pas. J’interviens, mais non pas pour débattre s’il est supérieur aux autres nations ou pas, à savoir la deuxième partie de votre intervention (remarquable en tous points au passage). C’est évident que le peuple juif n’est pas « supérieur » à la base aux autres nations, et vous semblez défendre cette thèse. Nous sommes d’accord dessus. J’interviens bien plus sur l’hypothèse initiale communément admise, à savoir : « sachant que le peuple juif est le peuple élu (c’est là l’hypothèse) … est-il supérieur aux autres nations … ? ». La traduction de « am ségoula » n’est pas « peuple élu ». Vous citez : « Au sinai un engagement réciproque a été pris entre Dieu et Israël » … Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation, et même pas du tout, car il manque de précision : c’est un engagement unilatéral qui a été conçu. Le peuple juif a été « contraint » de s’engager, car il y a été menacé d’extermination, subissant la contrainte de la montagne renversée dessus comme menace… Le problème, c’est que vous partez d’une hypothèse malheureusement très répandue qui n’est pas exacte, et qui attise la haine des nations sur le peuple juif. C’est la validation de l’hypothèse, fausse, initiale qui me gêne : le peuple juif n’a pas été élu, il n’a jamais été élu. Par cette hypothèse fausse, vous entretenez la frustration des nations, et donc leur rancœur. , et donc… et donc… Et je vais vous le prouver. Si ségoula signifie « précieux », « particulier », il ne signifie pas l’élection au sens français du terme. (Mon Dieu, je ne peux pas laisser véhiculer de tels propos !). Election est défini par « Choix, désignation d'une ou plusieurs personnes par un vote ». Il n’ y a pas eu de vote. Le peuple juif a été contraint d’accepter la loi, il ne s’est pas présenté à une élection, car le midrach rappelle que aucun peuple ne voulait la loi divine. C’est comme si D. Ieu avait pris un peuple au hasard, avait retourné la montagne du Sinai sur le peuple et lui avait dit : « Alors, tu l’acceptes ou non cette loi ? … ». Rentrons dans les détails pour préciser. (Section biblique ytro, chapitre 19, verset 17 (traduction mot à mot hébreu français, page 208 et 209, "les éditions Ness") : Verset 17 : "Moïse fit sortir le peuple à la rencontre de Dieu depuis le camp ; ils se tinrent debout dans la montagne". Rachi commente "dans la montagne" : selon le midrach : la montagne fut déracinée de sa place et fut tenue au-dessus d'eux, comme un baquet (Talmud chabbat 88 a). L'édition "La voix de la Thora", (Rabbin Elie Munk), expose en page 209 (Exode) : "L'Eternel retourna la montagne sur les hébreux en attente des 10 commandements comme un baquet (ils étaient placés ainsi sous la montagne") et il leur dit : si vous voulez accepter la Thora (les 10 commandements), c'est bien, sinon ce sera votre tombe ici. Rabbi Aba ben Jacob disait : si les israélites ne respectent pas la Thora, ils trouveront ici une excuse dans le fait qu'elle leur fut imposée. Raba disait : ils l'acceptèrent cependant à nouveau à l'époque d'Assuérus : «les juifs confirmèrent et acceptèrent (livre d'Esther 9, 27), ils confirmèrent cette fois ci de leur plein gré ». On comprend ici que le peuple juif fut contraint et forcé à accepter la parole divine, contre sa volonté. Il n'a pas "consulté" pour savoir s'il était d'accord. C'est un argument très fort contre les antisémites médisant sur la soit disant fierté du peuple juif, pour avoir été soit disant "élu", alors qu'il a été "forcé", "contraint" d'accepter sa mission. Et cela est prouvé encore un après : "Car c'est à moi que les israélites appartiennent comme esclave ; ils sont mes serviteurs » (Lévitique 25, 55). Le peuple juif n’est donc ni élu, ni supérieur : c’est un peuple choisi, spécial pour D. Ieu. Et pourquoi ? Car c’est un peu d’esclaves, de serviteurs. C’est cela le message qu’il faut véhiculer auprès des non-juifs, même si on sait que D. Ieu nous chérit aussi … Le peuple juif n’est pas le peuple élu, nous n’avons pas à nous en vanter, ni même à le dire !

ELECTION = CHARGE

17 mai 2018, 11h21, serge027

De toutes les façons une "élection" est une charge. Un élu du peuple s'il se comporte correctement est au service du peuple et ne doit pas se servir du peuple. Ce n'est donc pas pas sémantiquement parlant un privilège. Et ceux qui prétendent qu'un élu est supérieur aux administrés sont dans l'erreur.

Bravo !

14 février 2019, 11h16, Suzanne

Je rejoins les commentaires précédents : bravo pour cette explication qui dure moins de 10 minutes et qui remet les concepts en place !

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Une notion pervertie

    (2min)

  • Elu=supérieur ?

    (3min)

  • Le prix de l'élection

    (4min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 8 novembre 2012
Le Conférencier
Biographie du conférencier

David Saada - écrivain

David Saada a été  Directeur général du Fond Social Juif Unifié jusqu'en 2010. Depuis cette date il se consacre à l'étude et à l'enseignement ainsi qu'à la rédaction de différents ouvrages d'exégèse biblique. (mise à jour en Janvier 2011)

Bibliographie du conférencier

David Saada

Le point intérieur: Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah, (Albin Michel, 2008)   Acheter

Le pouvoir de bénir: Méditations sur les lectures hebdomadaires de la Torah, (Bibliophane - Daniel Radford, 2006)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier