Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Images et caricatures

Les trois monothéismes face au blasphème (17 min)

Julien Darmon - éditeur, Antoine Mercier - Journaliste
  • "N'ayons pas la mémoire courte"

    Quand l'Eglise brûlait les blasphémateurs (6min)

  • L'Uberisation du djihad

    Des terroristes qui agissent seuls (5min)

  • Les risques d'une laïcité liberticide

    Que dirait-on si la circoncision était interdite (6min)

Les documents (3)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Julien Darmon - éditeur

Julien Darmon est éditeur aux Editions Albin Michel. Il a été chargé de séminaire au Centre d’études juives de l’EHESS et à l'INALCO. Il enseigne le Talmud et la pensée juive, notamment à la Yéchiva des étudiants de Paris et au Centre Fleg. Spécialiste des littératures rabbiniques et de religions comparées, il a publié de nombreux ouvrages. Il a notamment traduit le commentaire du Malbim sur le Cantique des cantiques.

Page personnelle

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Jonathan Sacks

Dieu n'a jamais voulu ça, (Albin Michel, 2018)   Acheter

Julien Darmon

La langue divine, (Albin Michel, 2021)   Acheter

La Loi du secret. La kabbale comme source de halakha, (Honoré Champion, 2017)   Acheter

L'Esprit de la kabbale, (Albin Michel, 2017)   Acheter

Les méthodes et raisonnements de la science talmudique, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Meïr Leibusch Malbim; Cantiques de l'âme: Chirei ha-néfech, (Editions Verdier, 2009)   Acheter

Brève histoire du Zohar, (Cerf, 2009)   Acheter

La lumière dans la Kabbale médiévale d'après le Shiour Qoma de rabbi Moshé Cordovero, (Association des amis du Centre médiéval européen de Chartres, 2004)   Acheter

Julien Darmon, Edith Bruder (dir.)

Juifs d'ailleurs : Diasporas oubliées, identités singulières, (Albin Michel, 2020)   Acheter

Julien Darmon, Jean Baumgarten

Aux origines du judaïsme, (Les liens qui libèrent, 2012)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 3 novembre 2020
Commentaires ( 7 )

laicite

4 novembre 2020, 19h09, miri

suite A propos du raisonnement par l'absurde ( laicité liberticide ????) : extrapoler une interdiction de chabbat aujourd'hui en France nous entraine dans un faux argumentaire. Le débat porte sur la laicité ici et maintenant en tenant compte des régles de société actuelles et pratiques actuelles. La France est un pays qui s'est construit sur le judéo christianisme. L'Islam y est arrivé trés tardivement il n'y a pas de raison qu'il béneficie de passes droits que les deux autres religions monothéistes n'ont pas eu. La laicité est non seulement inscrite dans notre constitution mais aussi gravée dans le coeur des citoyens français ceux qui se définissent comme tels avant de manifester ou non une adhésion à une religion adhésion qui doit se cantonner au domaine privé et se faire discrète dans le domaine public sauf de vouloir par le port de signes ostentatoires comme le foulard par exemple marquer son territoire ce qui peut s'apparenter à du prosélytisme voire pire une attitude conquérante. Quand on vient s'installer dans un pays la loi du pays fait loi et cela ne pose aucun problème pour le judaïsme. Pourquoi cela semble en poser un avec l'Islam? Pourquoi les Françaises qui ont lutté pour pouvoir sortir sans fichu sur la tête devraient t elles recevoir en pleine face cet accoutrement signe pour elles d'une ancienne servitude? Quand on vient s'installer dans un pays on tient compte et on respecte aussi son histoire inclus ses luttes sociétales. Sinon on est en droit de penser que ceux qui arrivent sont là pour conquérir et non pour s'assimiler. Ce n'est pas au pays d'accueil, Etat Nation, de s'adapter mais aux nouveaux arrivants de le faire. Ce n'est pas négociable. Quand on fait un comparatif entre religions sur la laicité on le fait par rapport à ce qui se passe actuellement. Quelle est la position du Judaisme sur la laicité? Quelle est celle du Christianisme ? Quelle est celle de l'Islam ? Pour n'évoquer que les 3 religions monothéistes. Pour conclure l'évocation d'une laicité "liberticide" fait le jeu de ses pires ennemis. Nous mettrons cela sur le compte de la volonté d'un débat ouvert... La situation (comme disent les Israéliens) nous permet t elle d'offrir aux ennemis de la laicité les armes pour la décapiter?

Argument

5 novembre 2020, 15h47, Bbh

L argument de fin sur ce qui pourrait choquer les catholiques est une blague. Tuer le 4 eme enfant et limiter le nombre d enfant a 3 ne choquerait pas QUE les catholiques mais tout autant les juifs et les musulmans. Cest plutot l interdiction de croire en Jesus ou de supprimer de toutes les bibles le nouveau testament qui serait fortement contesté et pas que par les catholiques mais aussi les protestants. En debut de partie cest bien beau de donner des exemples de punitions ignobles qu a pratiqué le catholicisme en periode moyenâgeuse ainsi que ce que fait l islam en ces temps modernes mais comme l intervenant aime comparer les religions pourquoi n a t il rien du judaisme ? Comme si le judaisme navait jamais tuer quiconque de son histoire au nom du blaspheme...bref l intervention manque clairement d objectivité

à côté de la plaque

5 novembre 2020, 21h30, red

ces analyses qui veulent faire croire que certains musulmans manipulés sont révoltés par le blasphème sont complètement erronées , on assiste en algérie et surement dans d'autres pays à des insultes contre la religion tous les jours , personne n'a été tué pour ça . Ce qui choque les musulmans et beaucoup de non musulmans dans les caricatures , ce n'est pas tellement le fait de porter atteinte à la sacralité du prophète , mais c'est le fait de se moquer d'une personne élevée au rang de symbole pour les musulmans , les musulmans en tant que communauté sont provoqués et se considèrent comme insulté à travers les moqueries ciblant le prophète et en fin de compte c'est ça le but des caricatures; provoquer les musulmans en insultant un symbole qui les représentent et les pousser à la violence . on parle beaucoup du terrorisme comme la conséquence et l'expression d'une idéologie politique dirigée contre l'occident , mais on se refuse de voir que ceux qui provoquent et insultent sont eux aussi porteurs d'une idéologie malsaine et qui pousse au crime .

très intéressant

6 novembre 2020, 20h18, pinh

Je trouve le point de vue de Julien Darmon passionnant. Une analyse pertinente et profonde qui ne se satisfait pas d'un constat superficiel sur l'apparent lien entre l'islamisme terroriste et l'islam. Mais bon j'imagine que pour certains il est plus confortable d'essentialiser le Mal, de lui imputer tous les maux de notre société, au lieu de réfléchir précisément aux conditions qui permettent son émergence. Il faut absolument réfuter les gnostiques et les manichéens. Relire Hannah Arendt ferait du bien à beaucoup de gens. C'est super de voir du contenu un petit peu plus hérétique que ce qu'on entend inlassablement sur les médias traditionnels, d'autant plus quand il s'agit d'un talmudiste!

Parole et langage.

12 novembre 2020, 20h29, Au delà des mots

Tout le problème vient de la plurivocité des mots du langage humain. Ainsi de ce conflit des mots découle la confusion entre blasphème et sacrilège. Le Blasphème concerne le fait pour l'homme, de prononcer le nom de DIEU à tort. Ceci est le 3ème Impératif catégorique de la LOI sur laquelle reposent une bonne partie des lois et valeurs de la civilisation occidentale (Décalogue : Exode 20,1-17 et Deutéronome: 5-6,21) depuis 20 siècles. Le Christianisme étant intégralement fondé sur la Loi et les Prophètes de la Torah juive. cf : Evangiles Mc12,28-34 /Mt 22, 34-40 / Lc10, 25-28 - Le blasphème est donc pour les Juifs et les Chrétiens l'injure adressée à Dieu. Le sacrilège est la profanation des symboles que les différentes religions ont proposés à leurs adeptes pour les relier entre eux et à leur divinité (atteinte des lieux de culte, des ornements ou pour les trois religions monothéistes : la Torah pour les Juifs, le Christ en croix pour les chrétiens, le Prophète Mahomet pour les Musulmans. Le sacrilège ne peut -être compensé que par la purification des lieux, l'ascèse et la prière. Jamais par l'assassinat d'un homme. "Tu ne tueras pas!"(6ème commandement) Dieu n'est figuré dans aucun de ces symboles. Il est seulement présent dans la foi des fidèles, il n'est ni dans le livre, ni dans la croix, ni dans la personne du prophète, il est dans leur message. Si pas de foi, pas de Dieu. En résumé :Tuer un homme dans une Synagogue, une Eglise, une mosquée en prononçant le nom de Dieu constitue non seulement un double sacrilège mais une abomination impardonnable -un Blasphème- Et là...!?

Beaucoup de points dans cette intervention m'ont posé problème.

6 décembre 2020, 10h47, Mia

Cela me paraît hasardeux de mettre en parallèle les bûchers chrétiens du Moyen Age dans des pays catholiques avec les barbaries actuelles, au XXIe siècle, émanant de Musulmans radicalisés, notamment dans des pays non musulmans. Les caricatures et le blasphème visent aujourd'hui en France les trois religions dans les mêmes proportions. Une seule tue en réponse, pas les autres. Alors une comparaison à 600 ans d'écart pourquoi pas, mais la différence de réactions face à une même situation, à une même époque illustre la spécificité du regard de l'Islam sur des libertés qui ne sont pas les siennes dans un pays qui n'a pas son histoire. La partie sur la laïcité n'était pas convaincante non plus. Pourquoi prendre des exemples farfelus qui n'existent pas ? La France n'interdit pas le foulard dans la rue, mais à l'école et au lycée. Pourquoi évoquer une interdiction qui n'est pas en vigueur ? Comme l'interdiction du Shabbat, de la nourriture, du 4e enfant... ça n'a pas de sens. De même cette question de savoir si les lois de la République jettent les Musulmans dans les bras de l'extrémisme. Combien de populations immigrées pratiquant diverses religions ont accepté ces lois en gardant leur identité, sans mettre le pays à feu et à sang ? Pourquoi les Musulmans seraient les seuls à ne pouvoir pratiquer leur religion dans un cadre républicain ? Julien Darbon laisse entendre que la France ignore le droit de l'Islam et que les Musulmans sont poussés dans leurs retranchements. Or les Musulmans ont la liberté de culte comme tout le monde en France, leurs lieux de culte, leurs écoles confessionnelles, leur identité. Ils ne sont pas persécutés parce que Musulmans, ni tués parce que Musulmans. Il n'y a pas de quartier où les pressions sont telles que leurs enfants ne peuvent y être scolarisés... A vouloir défendre à tout prix l'espace des religions - que la France ne menace pas - Julien Darmon semble légitimer les positions extrémistes d'une population qui se radicalise dans un pays qui n'est pas historiquement musulman, qui n'a donc ni son histoire ni ses valeurs, mais auxquelles elle devrait s'adapter et certainement pas vouloir détruire. Pour finir, utiliser un même mot pour définir des assassins barbares et des défenseurs de la laïcité avec l'expression "les extrémistes de la laïcité", c'est choquant. Je n'ai pas vu d' "extrémistes de la laïcité" décapiter, égorger, écraser, mitrailler ou faire exploser les citoyens ? Bref, beaucoup de points de désaccord.

religions et laïcité

24 décembre 2020, 12h44, Patrick Geay

Merci à J. Darmon pour cette mise au point équilibrée!

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Les trois monothéismes face au blasphème

17 min

Julien Darmon - éditeur, Antoine Mercier - Journaliste

Commentaires ( 7 )

laicite

4 novembre 2020, 19h09, miri

suite A propos du raisonnement par l'absurde ( laicité liberticide ????) : extrapoler une interdiction de chabbat aujourd'hui en France nous entraine dans un faux argumentaire. Le débat porte sur la laicité ici et maintenant en tenant compte des régles de société actuelles et pratiques actuelles. La France est un pays qui s'est construit sur le judéo christianisme. L'Islam y est arrivé trés tardivement il n'y a pas de raison qu'il béneficie de passes droits que les deux autres religions monothéistes n'ont pas eu. La laicité est non seulement inscrite dans notre constitution mais aussi gravée dans le coeur des citoyens français ceux qui se définissent comme tels avant de manifester ou non une adhésion à une religion adhésion qui doit se cantonner au domaine privé et se faire discrète dans le domaine public sauf de vouloir par le port de signes ostentatoires comme le foulard par exemple marquer son territoire ce qui peut s'apparenter à du prosélytisme voire pire une attitude conquérante. Quand on vient s'installer dans un pays la loi du pays fait loi et cela ne pose aucun problème pour le judaïsme. Pourquoi cela semble en poser un avec l'Islam? Pourquoi les Françaises qui ont lutté pour pouvoir sortir sans fichu sur la tête devraient t elles recevoir en pleine face cet accoutrement signe pour elles d'une ancienne servitude? Quand on vient s'installer dans un pays on tient compte et on respecte aussi son histoire inclus ses luttes sociétales. Sinon on est en droit de penser que ceux qui arrivent sont là pour conquérir et non pour s'assimiler. Ce n'est pas au pays d'accueil, Etat Nation, de s'adapter mais aux nouveaux arrivants de le faire. Ce n'est pas négociable. Quand on fait un comparatif entre religions sur la laicité on le fait par rapport à ce qui se passe actuellement. Quelle est la position du Judaisme sur la laicité? Quelle est celle du Christianisme ? Quelle est celle de l'Islam ? Pour n'évoquer que les 3 religions monothéistes. Pour conclure l'évocation d'une laicité "liberticide" fait le jeu de ses pires ennemis. Nous mettrons cela sur le compte de la volonté d'un débat ouvert... La situation (comme disent les Israéliens) nous permet t elle d'offrir aux ennemis de la laicité les armes pour la décapiter?

Argument

5 novembre 2020, 15h47, Bbh

L argument de fin sur ce qui pourrait choquer les catholiques est une blague. Tuer le 4 eme enfant et limiter le nombre d enfant a 3 ne choquerait pas QUE les catholiques mais tout autant les juifs et les musulmans. Cest plutot l interdiction de croire en Jesus ou de supprimer de toutes les bibles le nouveau testament qui serait fortement contesté et pas que par les catholiques mais aussi les protestants. En debut de partie cest bien beau de donner des exemples de punitions ignobles qu a pratiqué le catholicisme en periode moyenâgeuse ainsi que ce que fait l islam en ces temps modernes mais comme l intervenant aime comparer les religions pourquoi n a t il rien du judaisme ? Comme si le judaisme navait jamais tuer quiconque de son histoire au nom du blaspheme...bref l intervention manque clairement d objectivité

à côté de la plaque

5 novembre 2020, 21h30, red

ces analyses qui veulent faire croire que certains musulmans manipulés sont révoltés par le blasphème sont complètement erronées , on assiste en algérie et surement dans d'autres pays à des insultes contre la religion tous les jours , personne n'a été tué pour ça . Ce qui choque les musulmans et beaucoup de non musulmans dans les caricatures , ce n'est pas tellement le fait de porter atteinte à la sacralité du prophète , mais c'est le fait de se moquer d'une personne élevée au rang de symbole pour les musulmans , les musulmans en tant que communauté sont provoqués et se considèrent comme insulté à travers les moqueries ciblant le prophète et en fin de compte c'est ça le but des caricatures; provoquer les musulmans en insultant un symbole qui les représentent et les pousser à la violence . on parle beaucoup du terrorisme comme la conséquence et l'expression d'une idéologie politique dirigée contre l'occident , mais on se refuse de voir que ceux qui provoquent et insultent sont eux aussi porteurs d'une idéologie malsaine et qui pousse au crime .

très intéressant

6 novembre 2020, 20h18, pinh

Je trouve le point de vue de Julien Darmon passionnant. Une analyse pertinente et profonde qui ne se satisfait pas d'un constat superficiel sur l'apparent lien entre l'islamisme terroriste et l'islam. Mais bon j'imagine que pour certains il est plus confortable d'essentialiser le Mal, de lui imputer tous les maux de notre société, au lieu de réfléchir précisément aux conditions qui permettent son émergence. Il faut absolument réfuter les gnostiques et les manichéens. Relire Hannah Arendt ferait du bien à beaucoup de gens. C'est super de voir du contenu un petit peu plus hérétique que ce qu'on entend inlassablement sur les médias traditionnels, d'autant plus quand il s'agit d'un talmudiste!

Parole et langage.

12 novembre 2020, 20h29, Au delà des mots

Tout le problème vient de la plurivocité des mots du langage humain. Ainsi de ce conflit des mots découle la confusion entre blasphème et sacrilège. Le Blasphème concerne le fait pour l'homme, de prononcer le nom de DIEU à tort. Ceci est le 3ème Impératif catégorique de la LOI sur laquelle reposent une bonne partie des lois et valeurs de la civilisation occidentale (Décalogue : Exode 20,1-17 et Deutéronome: 5-6,21) depuis 20 siècles. Le Christianisme étant intégralement fondé sur la Loi et les Prophètes de la Torah juive. cf : Evangiles Mc12,28-34 /Mt 22, 34-40 / Lc10, 25-28 - Le blasphème est donc pour les Juifs et les Chrétiens l'injure adressée à Dieu. Le sacrilège est la profanation des symboles que les différentes religions ont proposés à leurs adeptes pour les relier entre eux et à leur divinité (atteinte des lieux de culte, des ornements ou pour les trois religions monothéistes : la Torah pour les Juifs, le Christ en croix pour les chrétiens, le Prophète Mahomet pour les Musulmans. Le sacrilège ne peut -être compensé que par la purification des lieux, l'ascèse et la prière. Jamais par l'assassinat d'un homme. "Tu ne tueras pas!"(6ème commandement) Dieu n'est figuré dans aucun de ces symboles. Il est seulement présent dans la foi des fidèles, il n'est ni dans le livre, ni dans la croix, ni dans la personne du prophète, il est dans leur message. Si pas de foi, pas de Dieu. En résumé :Tuer un homme dans une Synagogue, une Eglise, une mosquée en prononçant le nom de Dieu constitue non seulement un double sacrilège mais une abomination impardonnable -un Blasphème- Et là...!?

Beaucoup de points dans cette intervention m'ont posé problème.

6 décembre 2020, 10h47, Mia

Cela me paraît hasardeux de mettre en parallèle les bûchers chrétiens du Moyen Age dans des pays catholiques avec les barbaries actuelles, au XXIe siècle, émanant de Musulmans radicalisés, notamment dans des pays non musulmans. Les caricatures et le blasphème visent aujourd'hui en France les trois religions dans les mêmes proportions. Une seule tue en réponse, pas les autres. Alors une comparaison à 600 ans d'écart pourquoi pas, mais la différence de réactions face à une même situation, à une même époque illustre la spécificité du regard de l'Islam sur des libertés qui ne sont pas les siennes dans un pays qui n'a pas son histoire. La partie sur la laïcité n'était pas convaincante non plus. Pourquoi prendre des exemples farfelus qui n'existent pas ? La France n'interdit pas le foulard dans la rue, mais à l'école et au lycée. Pourquoi évoquer une interdiction qui n'est pas en vigueur ? Comme l'interdiction du Shabbat, de la nourriture, du 4e enfant... ça n'a pas de sens. De même cette question de savoir si les lois de la République jettent les Musulmans dans les bras de l'extrémisme. Combien de populations immigrées pratiquant diverses religions ont accepté ces lois en gardant leur identité, sans mettre le pays à feu et à sang ? Pourquoi les Musulmans seraient les seuls à ne pouvoir pratiquer leur religion dans un cadre républicain ? Julien Darbon laisse entendre que la France ignore le droit de l'Islam et que les Musulmans sont poussés dans leurs retranchements. Or les Musulmans ont la liberté de culte comme tout le monde en France, leurs lieux de culte, leurs écoles confessionnelles, leur identité. Ils ne sont pas persécutés parce que Musulmans, ni tués parce que Musulmans. Il n'y a pas de quartier où les pressions sont telles que leurs enfants ne peuvent y être scolarisés... A vouloir défendre à tout prix l'espace des religions - que la France ne menace pas - Julien Darmon semble légitimer les positions extrémistes d'une population qui se radicalise dans un pays qui n'est pas historiquement musulman, qui n'a donc ni son histoire ni ses valeurs, mais auxquelles elle devrait s'adapter et certainement pas vouloir détruire. Pour finir, utiliser un même mot pour définir des assassins barbares et des défenseurs de la laïcité avec l'expression "les extrémistes de la laïcité", c'est choquant. Je n'ai pas vu d' "extrémistes de la laïcité" décapiter, égorger, écraser, mitrailler ou faire exploser les citoyens ? Bref, beaucoup de points de désaccord.

religions et laïcité

24 décembre 2020, 12h44, Patrick Geay

Merci à J. Darmon pour cette mise au point équilibrée!

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • "N'ayons pas la mémoire courte"

    Quand l'Eglise brûlait les blasphémateurs (6min)

  • L'Uberisation du djihad

    Des terroristes qui agissent seuls (5min)

  • Les risques d'une laïcité liberticide

    Que dirait-on si la circoncision était interdite (6min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 3 novembre 2020
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Julien Darmon - éditeur

Julien Darmon est éditeur aux Editions Albin Michel. Il a été chargé de séminaire au Centre d’études juives de l’EHESS et à l'INALCO. Il enseigne le Talmud et la pensée juive, notamment à la Yéchiva des étudiants de Paris et au Centre Fleg. Spécialiste des littératures rabbiniques et de religions comparées, il a publié de nombreux ouvrages. Il a notamment traduit le commentaire du Malbim sur le Cantique des cantiques.

Page personnelle

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, , (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Regards sur la crise, , (Editions Hermann, 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, , (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Jonathan Sacks

Dieu n'a jamais voulu ça, Traduit par Julien Darmon, (Albin Michel, 2018)   Acheter

Julien Darmon

La langue divine, , (Albin Michel, 2021)   Acheter

La Loi du secret. La kabbale comme source de halakha, , (Honoré Champion, 2017)   Acheter

L'Esprit de la kabbale, , (Albin Michel, 2017)   Acheter

Les méthodes et raisonnements de la science talmudique, in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, tome 2, (Albin Michel, 2011)   Acheter

Meïr Leibusch Malbim; Cantiques de l'âme: Chirei ha-néfech, traduction, (Editions Verdier, 2009)   Acheter

Brève histoire du Zohar, in Frédéric Möri, Guy Bedouelle et Charles Méla (dir.), Orient-Occident. Les racines spirituelles de l'Europe , (Cerf, 2009)   Acheter

La lumière dans la Kabbale médiévale d'après le Shiour Qoma de rabbi Moshé Cordovero, in Le Symbolisme de la Lumière au Moyen-Age : de la Spéculation à la Réalité. Actes du Colloque Européen des 5 et 6 juillet 2003 , (Association des amis du Centre médiéval européen de Chartres, 2004)   Acheter

Julien Darmon, Edith Bruder (dir.)

Juifs d'ailleurs : Diasporas oubliées, identités singulières, , (Albin Michel, 2020)   Acheter

Julien Darmon, Jean Baumgarten

Aux origines du judaïsme, , (Les liens qui libèrent, 2012)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers