Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Campus

Cour suprême contre religieux

Israël se pose la question juive (8 min)

Claude Klein - professeur de droit, Antoine Mercier - Journaliste
  • Le monopole religieux entamé

    La question des conversions libérales (3min)

  • Qui est juif

    Identité nationale et religieuse (2min)

  • L'impact sur les élections

    Un combat idéologique (3min)

Les documents (5)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Claude Klein - professeur de droit

Claude Klein est diplômé d'Etudes supérieures en Droit public et diplômé d'Etudes supérieures en Sciences politiques. Ancien doyen de la faculté de droit de l'Université hébraïque de Jérusalem, Claude Klein a également été Président de l’Israeli Association for Public law de 1995 à 2000. Il a enseigné dans des universités françaises et américaines. Spécialiste du système politique israélien, ses recherches portent sur la théorie constitutionnelle et le droit comparé.

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Claude Klein

Peut-on cesser d'être juif ?, (Grasset Et Fasquelle, 2014)   Acheter

Le Cas Eichmann, (Gallimard, 2012)   Acheter

Essai sur le sionisme : de l'Etat des Juifs à l'Etat d'Israël, (La Découverte, 2005)   Acheter | Emprunter

Israël, un état en quête d'identité, (Casterman., 1999)   Acheter | Emprunter

La Démocratie d'Israël, (Seuil, Coll. Science politique., 1997)   Acheter | Emprunter

Théorie et pratique du pouvoir constituant, (Presses Universitaires de France, 1996)   Acheter

Deux fois vingt ans, Israël, (Félin, 1990)   Acheter | Emprunter

Le Droit israélien, (Presses Universitaires de France, Que sais-je ?, 1990)   Acheter | Emprunter

Le Système politique d'Israël, (Presses Universitaires de France, 1983)   Acheter | Emprunter

Le Caractère juif de l'Etat d'Israël, (Cujas, 1977)   Acheter | Emprunter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Moché Catane

Qui est juif ? Le jugement de Janvier 1970 de la cour suprême d’Israël, (Editions Robert Laffont, 1972)   | Emprunter

Rivon Krygier

Charte des principes du mouvement massorti , (Adat Chalom, 1993)   | Emprunter

Collectif

Judaïsme, peuple juif, qui est Juif?, (Alphascript Publishing, 2010)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Dans la presse
L'organisateur
Commentaires ( 3 )

Cour Suprême démocratie halakha

10 mars 2021, 17h34, Miri

La décision de la Cour Suprême est doublement entachée "d'illégalité" à la fois en matière démocratique et halakhrique : 1) Les lois sont votées par la Knesset seule représentante démocratique du peuple la CS ne peut en aucun cas s'y substituer sauf d'outrepasser ses prérogatives en se considérant comme au dessus de la démocratie en décidant des lois. La CS n'est pas une entité démocratique élue par le peuple. Elle est une institution au service de la démocratie et non l'inverse. C'est un problème récurant pas seulement pour le sujet traité ici au point qu'on a parlé de "gouvernement des juges". Ce problème doit être résolu une fois pour toute par les autorités politiques en redéfinissant précisément les prérogatives de la CS pour que cessent ces usurpations de pouvoir facteur de dissension en instituant notamment qu'en dernier ressort c'est le vote à la Knesset qui prévaut. 2) la question des conversions au judaisme est halakhrique et la CS n'a pas à intervenir sauf de se considérer comme au dessus de la Halakha ou de vouloir dire la Halakha. De quelle études, savoirs, expériences, de quelles autorités halakhiques se réclame - t - elle pour se faire? Qui sont les "sages" qui siègent dans cette entité pour se prévaloir d'une autorité quelconque en matière de Halakha ? On sait ou mène la confusion des prérogatives de chacun : au désordre, au chaos pour finir par l'auto destruction s' il n'y est pas mis fin avec fermeté. La solution au problème des conversions doit être la résultante d'un consensus entre les différents courants du Judaisme en tenant compte du contexte géopolitique interne et externe d'Eretz Israel. L'intérêt général doit toujours prévaloir sur les intérêts partisans l'objectif principal étant la consolidation de la réinstallation d'Am Israel en Eretz Israel.

Qui a le droit de dire qu'on est juif ?

11 mars 2021, 09h03, Denis

Qui a le droit de dire qu'on est juif ? c'est la question. Les rabbins orthodoxes ? mais qui a le droit de dire qu'ils sont rabbins ? Les rabbins Massortis ou Libéraux ? mais qui a le droit de dire qu'ils sont rabbins ? La Knesset ? mais ont ils été élus par des juifs ? (qui a dit qu'ils étaient juifs ? ) Le gouvernement ? la Cour suprème ? Les nazis ? les antisémites ? ou plus certainement les juifs eux mêmes qui choisissent et ont la volonté d'être juifs et veulent vivre en Israël avec la pratique qui leur est propre en relation directe avec Hashem et sans être dépendant d'un gourou qui ne défend que son propre pouvoir. La question posée ici par la cour supème n'est pas religieuse mais identitaire et nationale, elle donne juste le droit d'obtenir le droit à l'utilisation de la loi du retour. De toute façon les congrégations Harédis vivent en cercles fermés et n'accepteront pas les autres juifs dans leurs clans, quel que soit leur provenance. La décision de la cour suprême ne dit pas qui est juif, mais qui a le droit de dire qui est juif au sens de la loi du retour. Cette décision est donc tout à fait logique.

qui a le droit de dire qu'on est juif ? DENIS LE 11 MARS 2021

12 mars 2021, 16h29, suzie

Son commentaire est tout à fait approprié.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *
Cour suprême contre religieux

Israël se pose la question juive

4 mars 2021
(8 min)
Claude Klein - professeur de droit
Antoine Mercier - Journaliste
  • 1/3
    Le monopole religieux entamé
    (3min)

    La question des conversions libérales

  • 2/3
    Qui est juif
    (2min)

    Identité nationale et religieuse

  • 3/3
    L'impact sur les élections
    (3min)

    Un combat idéologique

Dialoguer

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question
L'organisateur
Les documents
n°1 - Focus
La Cour suprême israélienne
La Cour suprême israélienne
Instance civile, pénale et administrative, la Cour suprême représente la pointe de la pyramide du système judiciaire en Israël. Présidée par le Juge Aharon Barak, la Cour s... Lire la suite
n°2 - Focus
A la recherche d’un "juste milieu"
Le mouvement massorti
Né à Breslau au XIXe siècle, le mouvement massorti ouvre le judaïsme à la modernité. Ce qui passe par des responsabilités accrues consenties aux femmes dans les fonctions re... Lire la suite
n°3 - Citation
Un droit inhérent à tout Juif
La Loi du Retour
Décrétée en 1950, La "Loi du Retour"octroie automatiquement à tout individu juif la nationalité israélienne lors de sa demande d'immigration. Elle est l'expression juridique ... Lire la suite
n°4 - Focus
Les "Craignants Dieu" de la société israélienne
Les Haredim
On distingue dans la société israélienne les juifs laïques, les traditionalistes (pratique religieuse partielle), les orthodoxes (pratique religieuse stricte, mais immersion da... Lire la suite
n°5 - Focus
Le pouvoir législatif en Israël
La Knesset
La Knesset est le parlement israélien. Le terme Knesset signifie "assemblée", comme dans Beth Haknesset (Synagogue, maison de rassemblement.) La Knesset est située à Jérusalem... Lire la suite
Les Conférenciers
Claude Klein - professeur de droit
Claude Klein est diplômé d'Etudes supérieures en Droit public et diplômé d'Etudes . . . Voir la bio complète
Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et . . . Voir la bio complète

Bibliographie sur le sujet
Moché Catane
Qui est juif ? Le jugement de Janvier 1970 de la cour suprême d’Israël, (Editions Robert Laffont, 1972)   | Emprunter
Rivon Krygier
Charte des principes du mouvement massorti , (Adat Chalom, 1993)   | Emprunter

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

3 Commentaires
Cour Suprême démocratie halakha
le 10/03/2021, 17:34
La décision de la Cour Suprême est doublement entachée "d'illégalité" à la fois en matière démocratique et halakhrique : 1) Les lois sont votées par la Knesset seule représentante démocratique du peuple la CS ne peut en aucun cas s'y substituer sauf d'outrepasser ses prérogatives en se considérant comme au dessus de la démocratie en décidant des lois. La CS n'est pas une entité démocratique élue par le peuple. Elle est une institution au service de la démocratie et non l'inverse. C'est un problème récurant pas seulement pour le sujet traité ici au point qu'on a parlé de "gouvernement des juges". Ce problème doit être résolu une fois pour toute par les autorités politiques en redéfinissant précisément les prérogatives de la CS pour que cessent ces usurpations de pouvoir facteur de dissension en instituant notamment qu'en dernier ressort c'est le vote à la Knesset qui prévaut. 2) la question des conversions au judaisme est halakhrique et la CS n'a pas à intervenir sauf de se considérer comme au dessus de la Halakha ou de vouloir dire la Halakha. De quelle études, savoirs, expériences, de quelles autorités halakhiques se réclame - t - elle pour se faire? Qui sont les "sages" qui siègent dans cette entité pour se prévaloir d'une autorité quelconque en matière de Halakha ? On sait ou mène la confusion des prérogatives de chacun : au désordre, au chaos pour finir par l'auto destruction s' il n'y est pas mis fin avec fermeté. La solution au problème des conversions doit être la résultante d'un consensus entre les différents courants du Judaisme en tenant compte du contexte géopolitique interne et externe d'Eretz Israel. L'intérêt général doit toujours prévaloir sur les intérêts partisans l'objectif principal étant la consolidation de la réinstallation d'Am Israel en Eretz Israel.
Qui a le droit de dire qu'on est juif ?
le 11/03/2021, 09:03
Qui a le droit de dire qu'on est juif ? c'est la question. Les rabbins orthodoxes ? mais qui a le droit de dire qu'ils sont rabbins ? Les rabbins Massortis ou Libéraux ? mais qui a le droit de dire qu'ils sont rabbins ? La Knesset ? mais ont ils été élus par des juifs ? (qui a dit qu'ils étaient juifs ? ) Le gouvernement ? la Cour suprème ? Les nazis ? les antisémites ? ou plus certainement les juifs eux mêmes qui choisissent et ont la volonté d'être juifs et veulent vivre en Israël avec la pratique qui leur est propre en relation directe avec Hashem et sans être dépendant d'un gourou qui ne défend que son propre pouvoir. La question posée ici par la cour supème n'est pas religieuse mais identitaire et nationale, elle donne juste le droit d'obtenir le droit à l'utilisation de la loi du retour. De toute façon les congrégations Harédis vivent en cercles fermés et n'accepteront pas les autres juifs dans leurs clans, quel que soit leur provenance. La décision de la cour suprême ne dit pas qui est juif, mais qui a le droit de dire qui est juif au sens de la loi du retour. Cette décision est donc tout à fait logique.