Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Islamisme et séparatisme

Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école (16 min)

Steve Nadjar - journaliste, enseignant, Jean-Pierre Obin - inspecteur général de l'Éducation nationale
  • Fin de l'omerta dans l'enseignement

    Signalements des atteintes à la laïcité (6min)

  • Un antisémitisme persistant

    Les élèves juifs quittent l'école publique (4min)

  • Salafistes et frères musulmans

    Se séparer ou pervertir la République (3min)

  • Séparatisme, un terme hypocrite

    pour parler d'islamisme (3min)

Les documents (3)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Steve Nadjar - journaliste, enseignant

Steve Nadjar est enseignant en relations internationales à l’institut franco-américain IFE (Internships for Francophone Europe) à Paris. Ses études d’histoire menées à l’université Panthéon-Sorbonne puis à Sciences Po Paris l’ont conduit à travailler sur les rapports de la France avec certains Etats du Moyen-Orient. Il contribue à plusieurs revues et sites Internet (Le Monde des religions, Spring, Grazia.fr, Nonfiction.fr) et a présenté entre 2007 et 2009 une chronique internationale hebdomadaire sur l’antenne de Radio J.

Jean-Pierre Obin - inspecteur général de l'Éducation nationale

Jean-Pierre Obin est enseignant, formateur et inspecteur général de l'Éducation nationale. Il est l'auteur de plusieurs rapports officiels sur le système éducatif français.

Bibliographies des conférenciers

Jean-Pierre Obin

20 situations réelles de vie scolaire, (Hachette éducation, 2013)   Acheter

Etre enseignant aujourd'hui, (Hachette éducation, 2011)   Acheter

Immigration et intégration, (Hachette éducation, 2000)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

René Nouailhat

La laïcité a-t-elle perdu la raison ? L'enseignement sur les religions à l'école, (Parole et Silence, 2001)   | Emprunter

René Nouailhat

La laïcité a-t-elle perdu la raison ? L'enseignement sur les religions à l'école, (Parole et Silence, 2001)   | Emprunter

Fabrice Dhume-Sonzogni

Racisme, antisémitisme et "communautarisme" ? ; l'école à l'épreuve des faits, (L'harmattan, 2007)   Acheter

Mohamed Sifaoui

Pourquoi l'Islamisme séduit-il ? , (Armand Colin , 2015)   Acheter

Sebastien Urbanski

Enseigner le fait religieux ; école, république, laïcité, (PUF, 2016)   Acheter

Collectif

Laïcité, intégration : l'école de la République en question ?, (Le manucrit, 2017)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 16 septembre 2020
Commentaires ( 7 )

Les religions

5 octobre 2020, 11h07, Anwen

« Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » Reflexion totalement partiale, car on pourrait, selon le point de vue duquel on se place, se poser la question suivante : « Comment le judaïsme s’est imposé dans notre pays et ses institutions ? ». Ou même accuser « Le catholicisme d’être l’histoire du diable ». La plupart de ceux qui critiquent les religions en connaissent finalement peu de chose, comme, d’ailleurs, la grande majorité de leurs pratiquants, qui n’ont généralement qu’une approche toute exotérique plus ou moins grossière, et en ignorent le véritable sens qui en fait le fond. l’Islam, c’est l’histoire de toutes les doctrines religieuses (doctrine vient du mot « docere », instruire, enseigner) qui ont été altérées et falsifiées, et dont les hommes firent des dogmes (de « dokein », sembler). C’est l’ignorance qui créée toutes les divisions, et la connaissance qui créée l’Union. Le temps est aujourd’hui, plus que jamais, au rassemblement. Pax in terra hominibus bonae voluntatis L’Islam, une première approche. Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/islamismeismaeliensarabesettouareg.html

Précision Quartier/phénomènes sociaux et sociétaux

13 octobre 2020, 03h20, Dana

D'abord @ Anwen, Le sujet n'est pas de confronter deux religions. Les monothéismes, ont une émergence commune et le judaïsme a énormément souffert en Europe pendant des siècles, surtout à l'Est. Ce qui n'est pas compréhensible, c'est d'évoquer "des quartiers sensibles" et opposer "la propagation d'un fléau". C'est antinomique, on aurait eu par exemple un groupuscule qui formate à la section d'un doigt de pied ou d'une oreille pour être conforme à un ensemble, ce serait pareil. On est donc confronté à un phénomène de secte. Je pense aussi que c'est une juxtaposition de systèmes liés à l'ancien empire ou les lois pour les uns ne sont pas celles des autres ^puisqu'ils font en permanence l'objet d'une "administration autre". C'est le PS, en l'occurrence quil a largement participé de ce fléau, reléguant ces personnes à des associations, de mémoires "les grands frères", ceux là mêmes qui endoctrinaient. C'est exactement ce qui s'est passé dans les pays dits "musulmans" ou le social et éducatif ont été relégués aux imams radicaux, chichement arrosés par l'Arabie Saoudite et le Qatar. De mémoire, n'est ce pas l'administration laissée par l'Empire Ottoman puis européen ? Il faut donc remonter plus loin que les salafistes égyptiens et ou wahhabites ds années 80. Depuis les années 90, on ne cesse de répéter qu'il faut absolument imploser ces zones, éclater les familles. La religiosité c'est autre chose, il n'est écrit nulle part qu'un musulman ne peut pénétrer dans une église ou une synagogue. En revanche vous parlez très peu de l'antisémitisme franco français et croyez qu'en milieux pro, c'est de plus en plus sordide.

Difficiles distinctions

21 octobre 2020, 17h47, Benoît

Merci à monsieur Obin et à Akadem pour cet excellent contenu. Un trouble — un vertige parfois — demeure quant à la distinction entre islam et islamisme. Ce dernier terme fut ici défini comme la dimension politique qui anime une part des sociétés musulmanes dans sa relation à l'Occident. Selon Pierre Obin, cette dimension politique n'appartiendrait pas à l'islam mais constituerait un projet autonome. Cependant, l'islam en tant que religion englobante peut-elle s'absoudre d'une dimension proprement politique et, ce, de manière univoque ? Et si cette religion est universaliste, son rapport à l'Occident, maintenant qu'elle y est fortement implantée, peut-il être encore considéré comme un simple accident de l'histoire, accident auquel ne correspondrait toujours aucune dimension politique particulière? Bref, est-il réellement possible que l'islamisme soit extérieur à l'islam ? Il est d'autre part très surprenant que les musulmans aient eux-mêmes proposé le mot "islamisme" pour désigner cette mauvaise part (ceci, peut-être, depuis la guerre civile en Algérie). Pourquoi avoir choisi le mot correctement formé en français pour la désignation des religions, c'est-à-dire le mot doté du suffixe ‘-ism', alors même que les habitudes langagières nous ramènent inconsciemment toujours à la forme suffixée comme à la désignation correcte ? Pourquoi, avec le nom "islam" au lieu du mot "islamisme", demander à ce que ce soit créé un régime d'exception dans la langue? Cela ne témoigne-t-il pas d'une grande difficulté du monde musulman à séparer les deux aspects? Cette étrangeté sémantique ne signale-t-elle pas le trouble ou le vertige qui nous préoccupe, comme le ferait une sorte de lapsus, désormais institutionnalisé?

MERCI a Islamisme de France

22 octobre 2020, 09h47, Emmanuel ELALOUF de Jerusalem

il est evident que la situation des juifs a change avec la montee de l'islam. La France n'est plus la terre "promise" comme le pensait les juifs d'Afrique du Nord des annees 50-70 pour ttes les raisons bien connues. 1. Il est temps que nous comprenons que la seule terre promise pour un juif ou qu'il soit est la terre d'Israel. 2. Je crois que le judaisme a gagne des milliers de jeunes juif qui au lieu de s'assimilier ds les ecoles publiques seront sauves ds les ecoles juives. Peut-etre qu'il faut remercier l'Islamisme Francais qui sauve le Judaisme Francais

Terminologie

22 octobre 2020, 13h28, David

Sur l'utilisation du mot "Séparatisme" - dans son discours du 2 octobre, le Président nomme clairement l'ennemi après 4'10'' : "[...] il y a, dans cet islamisme radical, puisque c'est le coeur du sujet, abordons le et nommons le, une volonté [...]"

à Anwen

22 octobre 2020, 14h44, Robert

Qu'est ce que c'est que ce commentaire abscons et intellectuellement embrouillé ? Et si l'islam était l'histoire de toutes les "doctrines religieuses" (?), ça se saurait… Tout cela est aussi confus et trouble que le lien poubelle que vous y ajoutez.

Merci

22 octobre 2020, 14h55, Esther

Il y a quelques jours j'ai terminé la lecture du livre de M. Obin dont il est question dans cet entretien. Il faut remercier l'auteur pour son analyse ferme, sans complaisance mais sans animosité. Les exemples sont hélas parlants ! Cet ouvrage est encore plus nécessaire après l'effroyable attentat islamiste perpétré à Conflans St. Honorine.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école

16 min

Steve Nadjar - journaliste, enseignant, Jean-Pierre Obin - inspecteur général de l'Éducation nationale

Commentaires ( 7 )

Les religions

5 octobre 2020, 11h07, Anwen

« Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » Reflexion totalement partiale, car on pourrait, selon le point de vue duquel on se place, se poser la question suivante : « Comment le judaïsme s’est imposé dans notre pays et ses institutions ? ». Ou même accuser « Le catholicisme d’être l’histoire du diable ». La plupart de ceux qui critiquent les religions en connaissent finalement peu de chose, comme, d’ailleurs, la grande majorité de leurs pratiquants, qui n’ont généralement qu’une approche toute exotérique plus ou moins grossière, et en ignorent le véritable sens qui en fait le fond. l’Islam, c’est l’histoire de toutes les doctrines religieuses (doctrine vient du mot « docere », instruire, enseigner) qui ont été altérées et falsifiées, et dont les hommes firent des dogmes (de « dokein », sembler). C’est l’ignorance qui créée toutes les divisions, et la connaissance qui créée l’Union. Le temps est aujourd’hui, plus que jamais, au rassemblement. Pax in terra hominibus bonae voluntatis L’Islam, une première approche. Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/islamismeismaeliensarabesettouareg.html

Précision Quartier/phénomènes sociaux et sociétaux

13 octobre 2020, 03h20, Dana

D'abord @ Anwen, Le sujet n'est pas de confronter deux religions. Les monothéismes, ont une émergence commune et le judaïsme a énormément souffert en Europe pendant des siècles, surtout à l'Est. Ce qui n'est pas compréhensible, c'est d'évoquer "des quartiers sensibles" et opposer "la propagation d'un fléau". C'est antinomique, on aurait eu par exemple un groupuscule qui formate à la section d'un doigt de pied ou d'une oreille pour être conforme à un ensemble, ce serait pareil. On est donc confronté à un phénomène de secte. Je pense aussi que c'est une juxtaposition de systèmes liés à l'ancien empire ou les lois pour les uns ne sont pas celles des autres ^puisqu'ils font en permanence l'objet d'une "administration autre". C'est le PS, en l'occurrence quil a largement participé de ce fléau, reléguant ces personnes à des associations, de mémoires "les grands frères", ceux là mêmes qui endoctrinaient. C'est exactement ce qui s'est passé dans les pays dits "musulmans" ou le social et éducatif ont été relégués aux imams radicaux, chichement arrosés par l'Arabie Saoudite et le Qatar. De mémoire, n'est ce pas l'administration laissée par l'Empire Ottoman puis européen ? Il faut donc remonter plus loin que les salafistes égyptiens et ou wahhabites ds années 80. Depuis les années 90, on ne cesse de répéter qu'il faut absolument imploser ces zones, éclater les familles. La religiosité c'est autre chose, il n'est écrit nulle part qu'un musulman ne peut pénétrer dans une église ou une synagogue. En revanche vous parlez très peu de l'antisémitisme franco français et croyez qu'en milieux pro, c'est de plus en plus sordide.

Difficiles distinctions

21 octobre 2020, 17h47, Benoît

Merci à monsieur Obin et à Akadem pour cet excellent contenu. Un trouble — un vertige parfois — demeure quant à la distinction entre islam et islamisme. Ce dernier terme fut ici défini comme la dimension politique qui anime une part des sociétés musulmanes dans sa relation à l'Occident. Selon Pierre Obin, cette dimension politique n'appartiendrait pas à l'islam mais constituerait un projet autonome. Cependant, l'islam en tant que religion englobante peut-elle s'absoudre d'une dimension proprement politique et, ce, de manière univoque ? Et si cette religion est universaliste, son rapport à l'Occident, maintenant qu'elle y est fortement implantée, peut-il être encore considéré comme un simple accident de l'histoire, accident auquel ne correspondrait toujours aucune dimension politique particulière? Bref, est-il réellement possible que l'islamisme soit extérieur à l'islam ? Il est d'autre part très surprenant que les musulmans aient eux-mêmes proposé le mot "islamisme" pour désigner cette mauvaise part (ceci, peut-être, depuis la guerre civile en Algérie). Pourquoi avoir choisi le mot correctement formé en français pour la désignation des religions, c'est-à-dire le mot doté du suffixe ‘-ism', alors même que les habitudes langagières nous ramènent inconsciemment toujours à la forme suffixée comme à la désignation correcte ? Pourquoi, avec le nom "islam" au lieu du mot "islamisme", demander à ce que ce soit créé un régime d'exception dans la langue? Cela ne témoigne-t-il pas d'une grande difficulté du monde musulman à séparer les deux aspects? Cette étrangeté sémantique ne signale-t-elle pas le trouble ou le vertige qui nous préoccupe, comme le ferait une sorte de lapsus, désormais institutionnalisé?

MERCI a Islamisme de France

22 octobre 2020, 09h47, Emmanuel ELALOUF de Jerusalem

il est evident que la situation des juifs a change avec la montee de l'islam. La France n'est plus la terre "promise" comme le pensait les juifs d'Afrique du Nord des annees 50-70 pour ttes les raisons bien connues. 1. Il est temps que nous comprenons que la seule terre promise pour un juif ou qu'il soit est la terre d'Israel. 2. Je crois que le judaisme a gagne des milliers de jeunes juif qui au lieu de s'assimilier ds les ecoles publiques seront sauves ds les ecoles juives. Peut-etre qu'il faut remercier l'Islamisme Francais qui sauve le Judaisme Francais

Terminologie

22 octobre 2020, 13h28, David

Sur l'utilisation du mot "Séparatisme" - dans son discours du 2 octobre, le Président nomme clairement l'ennemi après 4'10'' : "[...] il y a, dans cet islamisme radical, puisque c'est le coeur du sujet, abordons le et nommons le, une volonté [...]"

à Anwen

22 octobre 2020, 14h44, Robert

Qu'est ce que c'est que ce commentaire abscons et intellectuellement embrouillé ? Et si l'islam était l'histoire de toutes les "doctrines religieuses" (?), ça se saurait… Tout cela est aussi confus et trouble que le lien poubelle que vous y ajoutez.

Merci

22 octobre 2020, 14h55, Esther

Il y a quelques jours j'ai terminé la lecture du livre de M. Obin dont il est question dans cet entretien. Il faut remercier l'auteur pour son analyse ferme, sans complaisance mais sans animosité. Les exemples sont hélas parlants ! Cet ouvrage est encore plus nécessaire après l'effroyable attentat islamiste perpétré à Conflans St. Honorine.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Fin de l'omerta dans l'enseignement

    Signalements des atteintes à la laïcité (6min)

  • Un antisémitisme persistant

    Les élèves juifs quittent l'école publique (4min)

  • Salafistes et frères musulmans

    Se séparer ou pervertir la République (3min)

  • Séparatisme, un terme hypocrite

    pour parler d'islamisme (3min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 16 septembre 2020
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Steve Nadjar - journaliste, enseignant

Steve Nadjar est enseignant en relations internationales à l’institut franco-américain IFE (Internships for Francophone Europe) à Paris. Ses études d’histoire menées à l’université Panthéon-Sorbonne puis à Sciences Po Paris l’ont conduit à travailler sur les rapports de la France avec certains Etats du Moyen-Orient. Il contribue à plusieurs revues et sites Internet (Le Monde des religions, Spring, Grazia.fr, Nonfiction.fr) et a présenté entre 2007 et 2009 une chronique internationale hebdomadaire sur l’antenne de Radio J.

Jean-Pierre Obin - inspecteur général de l'Éducation nationale

Jean-Pierre Obin est enseignant, formateur et inspecteur général de l'Éducation nationale. Il est l'auteur de plusieurs rapports officiels sur le système éducatif français.

Bibliographies des conférenciers

Jean-Pierre Obin

20 situations réelles de vie scolaire, (Hachette éducation, 2013)   Acheter

Etre enseignant aujourd'hui, (Hachette éducation, 2011)   Acheter

Immigration et intégration, (Hachette éducation, 2000)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Bibliographie sur le sujet

René Nouailhat

La laïcité a-t-elle perdu la raison ? L'enseignement sur les religions à l'école, (Parole et Silence, 2001)   | Emprunter

René Nouailhat

La laïcité a-t-elle perdu la raison ? L'enseignement sur les religions à l'école, (Parole et Silence, 2001)   | Emprunter

Fabrice Dhume-Sonzogni

Racisme, antisémitisme et "communautarisme" ? ; l'école à l'épreuve des faits, (L'harmattan, 2007)   Acheter

Mohamed Sifaoui

Pourquoi l'Islamisme séduit-il ? , (Armand Colin , 2015)   Acheter

Sebastien Urbanski

Enseigner le fait religieux ; école, république, laïcité, (PUF, 2016)   Acheter

Collectif

Laïcité, intégration : l'école de la République en question ?, (Le manucrit, 2017)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile