Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Affaire S. Halimi

La justice a parlé (27 min)

- , François Sergent - journaliste, Emmanuel Tordjman - avocat, Maud Touitou - avocat
  • La folie et ce qu'en dit le droit

    Irresponsabilité pénale de Kobili Traoré (11min)

  • Audience des experts

    Les absents ont toujours tort (9min)

  • Le malaise de la communauté juive

    Faire confiance aux juges (7min)

Les documents (2)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

-

François Sergent - journaliste

François Sergent est un journaliste. Depuis 2007, il est éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction de Libération de 1981 à 2016. Il y a été successivement correspondant à Londres, puis à Washington et chef du service Etranger. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de http://www.justiceinfo.net/fr .Ce site qui s’intéresse aux questions de justice, de paix et de réconciliation donne des sources fiables et des informations rigoureusement vérifiées. 

Emmanuel Tordjman - avocat

Emmanuel Tordjman est avocat au barreau de Paris et spécialiste du droit de la presse. Il est l'un des associés du cabinet Seattle, spécialisé dans le droit pénal.

Maud Touitou - avocat

Maud Touitou est avocate pénaliste au barreau de Paris. Elle est associée au cabinet Seattle spécialisé dans le droit pénal.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 10 janvier 2020
Commentaires ( 8 )

Peut t-on encore parler de justice dans l’affaire Halimi ?

16 janvier 2020, 23h53, Jonas

Mme Touitou et son collègue Mr Tordjman n’abordent en aucune façon le fond de cette affaire en prétendant que les familles des victimes n’étaient’ pas présentes avant la dernière délibération finale de la chambre de l’instruction. En effet, maître Goldnadel avocat d’une proche de la victime n’a jamais pu s’entretenir avec le juge d’instruction qui l’a ignoré superbement sans lui fournir aucune explication ! Sommes-nous dans une justice qui se préoccupe davantage les droits du criminel que ceux de la victime ? On peut valablement se poser la question à l’énoncé du jugement du 19 Décembre !

FAUT IL AVOIR PEUR D'UNE JUSTICE FORTE ET DURE ?

18 janvier 2020, 09h55, TARGOOM

OUI SI CE N'EST PAS UNE BONNE JUSTICE. LES DEUX INTERVENANTS, ONT DÉMONTRÉ AVEC PERTINENCE ET COMPÉTENCE QUE LE DROIT À BIEN ÉTÉ APPLIQUÉ, IL FAUT NÉANMOINS ESPÉRER QUE LA COUR DE CASSATION TROUVE DES FAILLES POUR CASSER L'ARRÊT DE LA COUR D'APPEL. Me TOUITOU ET Me TORDJMAN ONT RÉVÉLÉ QU'IL EST POSSIBLE QUE LES PARTIES CIVILES N'AIENT PAS ÉPUISÉ TOUTES LES VOIES DE DROIT, POURQUOI ENEFFET N'AVOIR PAS CONTESTÉ LES DÉCISIONS DES COLLÈGES D'EXPERTS ? IL N'ÉTAIT CEPENDANT PAS NÉCESSAIRE D'OPPOSER AU JUDAÏSME LIBÉRAL LE JUDAÏSME CONSISTORIAL DANS CES TEPMPS TROUBLES D'ANTISEMITISME. L'ÉMOTION DEVANT CE CRIME COMMIS PAR UN REBUT DE L'HUMANITÉ NE PEUT ÊTRE OCCULTÉE MAIS NE PEUT EN AUCUN CAS SE SUBSTITUER AU DROIT.

Abolition du discernement ? Mais le discernement de qui ici ? ?

19 janvier 2020, 16h38, Camilla

J'ai toujours porté le Droit aux nues car pour moi, il est le garant de notre Démocratie mais justement, là, il y a plus qu'un malaise... Un sentiment fort que Justice n'a pas été rendue et ça, c'est très grave... Mais tout de même j'ai pris le temps d'écouter vos intervenants qui ne semblent pas ni l'un ni l'autre relever l'incohérence totale qui existe entre le fait de reconnaître ce crime comme étant antisémite et en même temps, de considérer qu'il y a une abolition du discernement ! ça ne fait aucun sens ! D'autant qu'il semblerait que l'assassin/tortionnaire ait récité des sourates du Coran avant de commettre son crime (dixit son frère décrivant le crime lors de la manifestation !). ça donne plus l'impression d'un crime presque rituel ! Alors comment peut-on retenir l'abolition du discernement... ça reste un mystère total et oui... Il est normal de contester cette décision de justice... Quant au fait qu'il relève maintenant de la décision du Préfet ? Rien de rassurant là-dedans... D'autres criminels antisémites de son acabit ont été libérés prématurément récemment ! Croyez-moi dans une démocratie, il faut de temps en temps, qu'à défaut de Justice, nous reconnaissions de la Justesse dans les conclusions... Ce n'est pas le cas ici !

Perplexité

20 janvier 2020, 18h27, Malka

Etrange tentative de ses deux avocats, refusant de s'interroger sur l'utilisation de la"fragilité psychique" voir plus, pour nombre d'agresseur islamistes par les pouvoirs publics, notamment par la justice. Se dire bouleversé par les réactions d'une "communauté juive" manipulée, désinformée... Par qui ?

Les deux malades mentaux de mon quartier fument des joints...

20 janvier 2020, 18h32, Manuel

Dans mon quartier, 15 joints par jour c'est la moyenne... Et je n'exagère pas. Il y a au moins deux types, flirtant avec la délinquance comme la majorité des habitants de son âge, mais ils se distinguent par une fragilité psychologique, au point que je peux l'affirmer sans avoir eu à leur parler ; ils parlent tout seuls, ils sont à l'écart etc. Enfin, typiquement des gens qui pourraient avoir des bouffées délirantes et me tuer moi, ou ma fille, ou mon fils sans peut-être avoir à en être responsable... Ce que j'essaye de dire c'est que les paroles du grand rabbin ne sont pas dénuées de réalisme. Ces malades mentaux (pas dans un sens péjoratif) seraient-ils responsables d'une violence contre moi ou ma famille ?

Merci

23 janvier 2020, 11h38, Arielle

Merci à Maitre Touitou et Maître Tordjman de revenir à la raison et t’appeler que les fondements du Droit Français ont été respectés. Et de differencier les registres, émotionnels, communautaires et juridiques. Je me posais la question de la reconstitution : pourquoi à t elle été refusée ? Et de ce policier derrière la porte qu on évoque. Avez vous des précisions ?

Affaire Halimi

23 janvier 2020, 16h33, Shoah

Tout de même drôle de justice, il y a plus qu à puisque c est gratuit !

Et si...

30 janvier 2020, 09h40, Tibor

Et si la victime avait été une non juive, l'ignoble assassin aurait il pu bénéficier de la bouffée délirante ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

La justice a parlé

27 min

- , François Sergent - journaliste, Emmanuel Tordjman - avocat, Maud Touitou - avocat

Commentaires ( 8 )

Peut t-on encore parler de justice dans l’affaire Halimi ?

16 janvier 2020, 23h53, Jonas

Mme Touitou et son collègue Mr Tordjman n’abordent en aucune façon le fond de cette affaire en prétendant que les familles des victimes n’étaient’ pas présentes avant la dernière délibération finale de la chambre de l’instruction. En effet, maître Goldnadel avocat d’une proche de la victime n’a jamais pu s’entretenir avec le juge d’instruction qui l’a ignoré superbement sans lui fournir aucune explication ! Sommes-nous dans une justice qui se préoccupe davantage les droits du criminel que ceux de la victime ? On peut valablement se poser la question à l’énoncé du jugement du 19 Décembre !

FAUT IL AVOIR PEUR D'UNE JUSTICE FORTE ET DURE ?

18 janvier 2020, 09h55, TARGOOM

OUI SI CE N'EST PAS UNE BONNE JUSTICE. LES DEUX INTERVENANTS, ONT DÉMONTRÉ AVEC PERTINENCE ET COMPÉTENCE QUE LE DROIT À BIEN ÉTÉ APPLIQUÉ, IL FAUT NÉANMOINS ESPÉRER QUE LA COUR DE CASSATION TROUVE DES FAILLES POUR CASSER L'ARRÊT DE LA COUR D'APPEL. Me TOUITOU ET Me TORDJMAN ONT RÉVÉLÉ QU'IL EST POSSIBLE QUE LES PARTIES CIVILES N'AIENT PAS ÉPUISÉ TOUTES LES VOIES DE DROIT, POURQUOI ENEFFET N'AVOIR PAS CONTESTÉ LES DÉCISIONS DES COLLÈGES D'EXPERTS ? IL N'ÉTAIT CEPENDANT PAS NÉCESSAIRE D'OPPOSER AU JUDAÏSME LIBÉRAL LE JUDAÏSME CONSISTORIAL DANS CES TEPMPS TROUBLES D'ANTISEMITISME. L'ÉMOTION DEVANT CE CRIME COMMIS PAR UN REBUT DE L'HUMANITÉ NE PEUT ÊTRE OCCULTÉE MAIS NE PEUT EN AUCUN CAS SE SUBSTITUER AU DROIT.

Abolition du discernement ? Mais le discernement de qui ici ? ?

19 janvier 2020, 16h38, Camilla

J'ai toujours porté le Droit aux nues car pour moi, il est le garant de notre Démocratie mais justement, là, il y a plus qu'un malaise... Un sentiment fort que Justice n'a pas été rendue et ça, c'est très grave... Mais tout de même j'ai pris le temps d'écouter vos intervenants qui ne semblent pas ni l'un ni l'autre relever l'incohérence totale qui existe entre le fait de reconnaître ce crime comme étant antisémite et en même temps, de considérer qu'il y a une abolition du discernement ! ça ne fait aucun sens ! D'autant qu'il semblerait que l'assassin/tortionnaire ait récité des sourates du Coran avant de commettre son crime (dixit son frère décrivant le crime lors de la manifestation !). ça donne plus l'impression d'un crime presque rituel ! Alors comment peut-on retenir l'abolition du discernement... ça reste un mystère total et oui... Il est normal de contester cette décision de justice... Quant au fait qu'il relève maintenant de la décision du Préfet ? Rien de rassurant là-dedans... D'autres criminels antisémites de son acabit ont été libérés prématurément récemment ! Croyez-moi dans une démocratie, il faut de temps en temps, qu'à défaut de Justice, nous reconnaissions de la Justesse dans les conclusions... Ce n'est pas le cas ici !

Perplexité

20 janvier 2020, 18h27, Malka

Etrange tentative de ses deux avocats, refusant de s'interroger sur l'utilisation de la"fragilité psychique" voir plus, pour nombre d'agresseur islamistes par les pouvoirs publics, notamment par la justice. Se dire bouleversé par les réactions d'une "communauté juive" manipulée, désinformée... Par qui ?

Les deux malades mentaux de mon quartier fument des joints...

20 janvier 2020, 18h32, Manuel

Dans mon quartier, 15 joints par jour c'est la moyenne... Et je n'exagère pas. Il y a au moins deux types, flirtant avec la délinquance comme la majorité des habitants de son âge, mais ils se distinguent par une fragilité psychologique, au point que je peux l'affirmer sans avoir eu à leur parler ; ils parlent tout seuls, ils sont à l'écart etc. Enfin, typiquement des gens qui pourraient avoir des bouffées délirantes et me tuer moi, ou ma fille, ou mon fils sans peut-être avoir à en être responsable... Ce que j'essaye de dire c'est que les paroles du grand rabbin ne sont pas dénuées de réalisme. Ces malades mentaux (pas dans un sens péjoratif) seraient-ils responsables d'une violence contre moi ou ma famille ?

Merci

23 janvier 2020, 11h38, Arielle

Merci à Maitre Touitou et Maître Tordjman de revenir à la raison et t’appeler que les fondements du Droit Français ont été respectés. Et de differencier les registres, émotionnels, communautaires et juridiques. Je me posais la question de la reconstitution : pourquoi à t elle été refusée ? Et de ce policier derrière la porte qu on évoque. Avez vous des précisions ?

Affaire Halimi

23 janvier 2020, 16h33, Shoah

Tout de même drôle de justice, il y a plus qu à puisque c est gratuit !

Et si...

30 janvier 2020, 09h40, Tibor

Et si la victime avait été une non juive, l'ignoble assassin aurait il pu bénéficier de la bouffée délirante ?

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La folie et ce qu'en dit le droit

    Irresponsabilité pénale de Kobili Traoré (11min)

  • Audience des experts

    Les absents ont toujours tort (9min)

  • Le malaise de la communauté juive

    Faire confiance aux juges (7min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 10 janvier 2020
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

-

François Sergent - journaliste

François Sergent est un journaliste. Depuis 2007, il est éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction de Libération de 1981 à 2016. Il y a été successivement correspondant à Londres, puis à Washington et chef du service Etranger. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de http://www.justiceinfo.net/fr .Ce site qui s’intéresse aux questions de justice, de paix et de réconciliation donne des sources fiables et des informations rigoureusement vérifiées. 

Emmanuel Tordjman - avocat

Emmanuel Tordjman est avocat au barreau de Paris et spécialiste du droit de la presse. Il est l'un des associés du cabinet Seattle, spécialisé dans le droit pénal.

Maud Touitou - avocat

Maud Touitou est avocate pénaliste au barreau de Paris. Elle est associée au cabinet Seattle spécialisé dans le droit pénal.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers