Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Lettre ouverte

A ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell (6 min)

Nicolas Weill - journaliste
  • Lettre ouverte

    A ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell (6min)

Les documents (1)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Nicolas Weill - journaliste

Nicolas Weill est journaliste au Monde, essayiste et traducteur. Il a collaboré au Monde de la Révolution française de 1988 à 1990 et à Courrier International de 1991 à 1995. Journaliste au Monde depuis 1995, il collabore régulièrement au Monde des livres et à Critique. Il est aussi l'auteur d'essais historiques sur l'antisémitisme en France.

Bibliographie du conférencier

Nicolas Weill

Existe-t-il une Europe philosophique ? 16e Forum Le Monde, Le Mans, du 22 au 24 octobre 2004, (PU Rennes, 2005)   Acheter

La République et les antisémites, (Grasset & Fasquelle, 2004)   Acheter

Que reste-t-il de nos tabous ?, (PU Rennes, 2004)   Acheter

Une histoire personnelle de l'antisémitisme, (Laffont, 2003)   Acheter | Emprunter

L'Expédition d'Egypte : le rêve oriental de Bonaparte, (Gallimard, 1998)   Acheter

Emmanuel Sivan, Mythes politiques arabes, (Fayard, 1995)   Acheter

Nicolas Weill, Samuel Didier

Les dessous du triple A - Agences de notation: récit de l'intérieur, (Omniscience/Collection: La manufacture des idées, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
L'organisateur
Commentaires ( 9 )

Attitudes malsaines

25 juin 2020, 12h13, Alex E. MÉRALI alexmerali@gmail.com

Dans n'importe quel débat à propos d'Israël, voire n'importe quelle discussion, , le personnage de votre conférence était la référence suprême des tous les ennemis de notre pays. Son passé, que vous mettez en évidence avec complaisance, ne peut en aucun cas justifier ou excuser la nocivité de cet individu dans les 20 ou 30 dernières années de sa vie.

Bravo !

25 juin 2020, 13h26, Jean Hatzfeld

Bravo, Nicolas Weill, en vous écoutant on entend tout ce qu'on aimerait trouver à répondre à ceux qui ne pouvaient comprendre Zeev Sternhell. Donc, merci aussi. JH.

Je fais partie de ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell

25 juin 2020, 15h35, Disraeli

Lequel, précision oblige, n'était qu'un petit sous-lieutenant et pas vraiment un officier de Tsahal quoi qu'il ait prétendu. Cisjordanie, terre conquise ? Mais si la ligne d'armistice de 48/49 avait englobé plus de territoires de Judée et et Samarie, la terre conquise de Palestine aurait eu d'autres limites, non ? Et pourquoi Israël serait une terre d'asile pour les juifs si on ne veut pas rattacher cet espace à l'histoire ? L'Ouganda aurait aussi alors pu être choisi et certains y avaient pensé. Enfin, reconnaître des qualités à un auteur qui demande aux blindés israéliens de détruire des localités comme Ofra en Judée Samarie ou, pire encore au moment de l'Intifada de 2000, conseiller aux Palestiniens de concentrer les attentats sur les résidents des implantations et non les innocents gauchistes de la rue Shenkin à Tel-Aviv... Faut l'écrire. Et bien entendu cela mérite des encensements d'une certaine gauche israélienne, juive française et internationale. A lire, le chapitre du livre collectif sur lui écrit par Taguieff. Nicolas Weill se fera un plaisir de nous présenter cet ouvrage le plus objectivement possible.

La vérité, entre blanc et noir ?

25 juin 2020, 16h53, H.G.

Sa disparition donne l'occasion de se pencher sur le parcours, quoique singulier, de l'une de ces personnalités engagées. Sa vie renvoie à la complexité et aux multiples ramifications de l'histoire de cette terre, d'un peuple, d'un pays et, qui sait, de son avenir apaisé. Merci de cet hommage sobrement et brillamment rendu.

Merci Zeev Sternhell

26 juin 2020, 13h00, Rachel Las.Fel

Merci Nicolas Weill et surtout merci Zeev Sternhell d'avoir été une des voix qui donne sa dignité à Israël. Parce que ne pas avoir peur de se regarder dans le miroir, de dénoncer les défauts, les déviances, les laideurs, est le seul acte d'amour et de respect envers ce pays. Ce n'est ni être un traître, ni un ennemi, au contraire, n'en déplaisent aux détracteurs de la gauche israélienne qui préfèrent délégitimer plutôt que de se regarder eux-mêmes dans le miroir. Ils oublient qu'Israël n'est pas une tribu, un clan, une mafia mais un Etat de Droit. Merci Zeev Sternhell de nous le rappeler sans discontinuité. Israël a perdu un défendeur de premier rang en vous perdant.

Paradoxal

4 juillet 2020, 12h19, Azoulay maryse

Merci... Je comprend ce mieux le combat de cet homme... Dont la ce posture a ce été récupérée par une certaine forme d’anti judaïsme... En ravivant un nouvel antisemitisme... Je comprend ce mieux pourquoi il était convaincu mais défendre l’éthique du judaïsme au sein d’un état restera un enjeu fondamental ! Pour les générations à venir... Sa réflexion sur le nazisme était bien trop fine pour être livrée en pâture à la ce plèbe... Ceux qui s’en sont emparé sont insupportables antisémites et mauvais... J.

Eclairage intéressant sur Sternhell

11 juillet 2020, 15h16, DT

Commentaire intéressant qui éclaire une personnalité que je connaissais peu, sinon de nom. On y comprend combien Sternhell était finalement totalement incohérent et d'un autre âge : celui des Juifs de gauche agnostiques, si ce n'est athées, et qui ne voyaient en Israël qu'une terre de refuge pour des pourchassés, ceux qui n'avaient pu totalement s'assimiler aux peuples occidentaux, malgré leurs désirs profonds de se fondre dans l'Europe des "Lumières", en d'autres termes n'avaient fondé Israël que pour sauver leur peau, mais pas leur identité juive. Mais le temps de la poursuite et de l'extermination en Europe est fini, à quelques exceptions assez anecdotiques près (il est principalement alimenté par le conflit Israélo-Palestinien d'ailleurs). Personne n'empêche un Juif Européen de totalement s'assimiler et de se fondre dans la masse. Et c'est d'ailleurs ce qui se passe pour un nombre significatif de Juifs, dont la judéité religieuse s'éteint totalement en à peine une ou deux générations. Dans ce cadre-là, nul besoin d'une terre d'Israël ! Mais être réellement et pleinement juif, c'est se rattacher à une tradition nécessairement croyante et religieuse, une éthique pratiquée, pensée, analysée depuis au moins 2500 ans, qu'on le veuille ou non, et penser qu'une terre est promise à ce peuple pour être pleinement souverain et pouvoir exercer pleinement cette éthique. C'est donc être sioniste, de la Méditerranée au Jourdain. Sinon, ce n'est jamais que se rattacher de façon pittoresque et anecdotique à une "secte" jugée d'un autre temps, aux valeurs caduques. Si c'est pour vivre et penser comme un Européen, un Français, alors inutile de soutenir Israël, autant vivre en France, en Europe et assumer pleinement son assimilation, tout en gardant son héritage "juif" comme une simple particularité généalogique. J'ai une amie française, née Lévy, avec une croix sur la poitrine qui le fait très bien et m'a même demandé un jour si je connaissais un de ces ancêtres, un certain "Rachi" ! Quant à ceux qui critique la droite Israélienne de vouloir récupérer la Judée et la Samarie, qu'ils prennent un jour une mappemonde et observent objectivement la taille occupée par le "Grand Israël" au regard des territoires actuellement occupés par les Arabes, qui s'étendent bien au-delà de la simple "Arabie", et ne font visiblement pas l'unanimité chez les Berbères et autres Kabyles par exemple. Il y a ici un "deux poids deux mesures" dont on comprend rapidement qu'il sert d'autres considérations (haine de l'Amérique, du capitalisme, culpabilité post-coloniale, stratégies électoralistes, économiques, etc. ). Si les Arabes en Israël et en Judée-Samarie quittaient tranquillement les terres qu'ils occupent et rejoignaient les vastes territoires arabes qui ne manquent pas de richesses, le problème serait immédiatement résolu. Les Européens pourraient d'ailleurs aidé en versant quelques compensations financières.

Je n’aime toujours pas Sternhell,

12 juillet 2020, 00h41, Raphaël

Malgré la présentation élogieuse de Weill... Ce personnage reste le dépositaire d’une idéologie gauchiste extrême dont les accords d'Oslo représentent l’écueil absolu pour Israël !

Un monsieur qui dépasse la compréhension des pensées minimalistes

17 juillet 2020, 14h39, Mylène

Jamais je n'ai mieux saisi le contexte qui amena le fascisme en Europe qu'en lisant Zeeve Sternell. Étayer la chronologie des évènements de l'entre deux guerres, relier les choses entre elles, un travail titanesque pour revenir sur un passé qui n'a jamais fait l'objet d'une étude sérieuse. C'est un renouveau de la pensée pour sortir des récits officiels qui manquent souvent de profondeur, le débat d'idées peut émoustiller quelques réfractaires. Sans doute l'intellectuel européen n'existe plus, elle s'est déplacée et il se peut que ce déclin soit logique dans un monde en perpétuel mouvement. Je remercie M Sternell de m'avoir éclairée sur bien des points, et je comprends le tumulte qu'il a provoqué. Il n'invite pas au tumulte mais au débat, c'est en tous cas ma perception de ses écrits, et c'est un point très important qu'on ne peut ignorer. On ne peut raisonnablement discuter des conséquences en faisant fi des causes. Je me penche surtout sur l'Europe parce que j'y vis et que mon éternelle question est "pourquoi" ? RIP M Sternell... Ce travail est arrivé à nous et il importe qu'on le connaisse.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

A ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell

6 min

Nicolas Weill - journaliste

Commentaires ( 9 )

Attitudes malsaines

25 juin 2020, 12h13, Alex E. MÉRALI alexmerali@gmail.com

Dans n'importe quel débat à propos d'Israël, voire n'importe quelle discussion, , le personnage de votre conférence était la référence suprême des tous les ennemis de notre pays. Son passé, que vous mettez en évidence avec complaisance, ne peut en aucun cas justifier ou excuser la nocivité de cet individu dans les 20 ou 30 dernières années de sa vie.

Bravo !

25 juin 2020, 13h26, Jean Hatzfeld

Bravo, Nicolas Weill, en vous écoutant on entend tout ce qu'on aimerait trouver à répondre à ceux qui ne pouvaient comprendre Zeev Sternhell. Donc, merci aussi. JH.

Je fais partie de ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell

25 juin 2020, 15h35, Disraeli

Lequel, précision oblige, n'était qu'un petit sous-lieutenant et pas vraiment un officier de Tsahal quoi qu'il ait prétendu. Cisjordanie, terre conquise ? Mais si la ligne d'armistice de 48/49 avait englobé plus de territoires de Judée et et Samarie, la terre conquise de Palestine aurait eu d'autres limites, non ? Et pourquoi Israël serait une terre d'asile pour les juifs si on ne veut pas rattacher cet espace à l'histoire ? L'Ouganda aurait aussi alors pu être choisi et certains y avaient pensé. Enfin, reconnaître des qualités à un auteur qui demande aux blindés israéliens de détruire des localités comme Ofra en Judée Samarie ou, pire encore au moment de l'Intifada de 2000, conseiller aux Palestiniens de concentrer les attentats sur les résidents des implantations et non les innocents gauchistes de la rue Shenkin à Tel-Aviv... Faut l'écrire. Et bien entendu cela mérite des encensements d'une certaine gauche israélienne, juive française et internationale. A lire, le chapitre du livre collectif sur lui écrit par Taguieff. Nicolas Weill se fera un plaisir de nous présenter cet ouvrage le plus objectivement possible.

La vérité, entre blanc et noir ?

25 juin 2020, 16h53, H.G.

Sa disparition donne l'occasion de se pencher sur le parcours, quoique singulier, de l'une de ces personnalités engagées. Sa vie renvoie à la complexité et aux multiples ramifications de l'histoire de cette terre, d'un peuple, d'un pays et, qui sait, de son avenir apaisé. Merci de cet hommage sobrement et brillamment rendu.

Merci Zeev Sternhell

26 juin 2020, 13h00, Rachel Las.Fel

Merci Nicolas Weill et surtout merci Zeev Sternhell d'avoir été une des voix qui donne sa dignité à Israël. Parce que ne pas avoir peur de se regarder dans le miroir, de dénoncer les défauts, les déviances, les laideurs, est le seul acte d'amour et de respect envers ce pays. Ce n'est ni être un traître, ni un ennemi, au contraire, n'en déplaisent aux détracteurs de la gauche israélienne qui préfèrent délégitimer plutôt que de se regarder eux-mêmes dans le miroir. Ils oublient qu'Israël n'est pas une tribu, un clan, une mafia mais un Etat de Droit. Merci Zeev Sternhell de nous le rappeler sans discontinuité. Israël a perdu un défendeur de premier rang en vous perdant.

Paradoxal

4 juillet 2020, 12h19, Azoulay maryse

Merci... Je comprend ce mieux le combat de cet homme... Dont la ce posture a ce été récupérée par une certaine forme d’anti judaïsme... En ravivant un nouvel antisemitisme... Je comprend ce mieux pourquoi il était convaincu mais défendre l’éthique du judaïsme au sein d’un état restera un enjeu fondamental ! Pour les générations à venir... Sa réflexion sur le nazisme était bien trop fine pour être livrée en pâture à la ce plèbe... Ceux qui s’en sont emparé sont insupportables antisémites et mauvais... J.

Eclairage intéressant sur Sternhell

11 juillet 2020, 15h16, DT

Commentaire intéressant qui éclaire une personnalité que je connaissais peu, sinon de nom. On y comprend combien Sternhell était finalement totalement incohérent et d'un autre âge : celui des Juifs de gauche agnostiques, si ce n'est athées, et qui ne voyaient en Israël qu'une terre de refuge pour des pourchassés, ceux qui n'avaient pu totalement s'assimiler aux peuples occidentaux, malgré leurs désirs profonds de se fondre dans l'Europe des "Lumières", en d'autres termes n'avaient fondé Israël que pour sauver leur peau, mais pas leur identité juive. Mais le temps de la poursuite et de l'extermination en Europe est fini, à quelques exceptions assez anecdotiques près (il est principalement alimenté par le conflit Israélo-Palestinien d'ailleurs). Personne n'empêche un Juif Européen de totalement s'assimiler et de se fondre dans la masse. Et c'est d'ailleurs ce qui se passe pour un nombre significatif de Juifs, dont la judéité religieuse s'éteint totalement en à peine une ou deux générations. Dans ce cadre-là, nul besoin d'une terre d'Israël ! Mais être réellement et pleinement juif, c'est se rattacher à une tradition nécessairement croyante et religieuse, une éthique pratiquée, pensée, analysée depuis au moins 2500 ans, qu'on le veuille ou non, et penser qu'une terre est promise à ce peuple pour être pleinement souverain et pouvoir exercer pleinement cette éthique. C'est donc être sioniste, de la Méditerranée au Jourdain. Sinon, ce n'est jamais que se rattacher de façon pittoresque et anecdotique à une "secte" jugée d'un autre temps, aux valeurs caduques. Si c'est pour vivre et penser comme un Européen, un Français, alors inutile de soutenir Israël, autant vivre en France, en Europe et assumer pleinement son assimilation, tout en gardant son héritage "juif" comme une simple particularité généalogique. J'ai une amie française, née Lévy, avec une croix sur la poitrine qui le fait très bien et m'a même demandé un jour si je connaissais un de ces ancêtres, un certain "Rachi" ! Quant à ceux qui critique la droite Israélienne de vouloir récupérer la Judée et la Samarie, qu'ils prennent un jour une mappemonde et observent objectivement la taille occupée par le "Grand Israël" au regard des territoires actuellement occupés par les Arabes, qui s'étendent bien au-delà de la simple "Arabie", et ne font visiblement pas l'unanimité chez les Berbères et autres Kabyles par exemple. Il y a ici un "deux poids deux mesures" dont on comprend rapidement qu'il sert d'autres considérations (haine de l'Amérique, du capitalisme, culpabilité post-coloniale, stratégies électoralistes, économiques, etc. ). Si les Arabes en Israël et en Judée-Samarie quittaient tranquillement les terres qu'ils occupent et rejoignaient les vastes territoires arabes qui ne manquent pas de richesses, le problème serait immédiatement résolu. Les Européens pourraient d'ailleurs aidé en versant quelques compensations financières.

Je n’aime toujours pas Sternhell,

12 juillet 2020, 00h41, Raphaël

Malgré la présentation élogieuse de Weill... Ce personnage reste le dépositaire d’une idéologie gauchiste extrême dont les accords d'Oslo représentent l’écueil absolu pour Israël !

Un monsieur qui dépasse la compréhension des pensées minimalistes

17 juillet 2020, 14h39, Mylène

Jamais je n'ai mieux saisi le contexte qui amena le fascisme en Europe qu'en lisant Zeeve Sternell. Étayer la chronologie des évènements de l'entre deux guerres, relier les choses entre elles, un travail titanesque pour revenir sur un passé qui n'a jamais fait l'objet d'une étude sérieuse. C'est un renouveau de la pensée pour sortir des récits officiels qui manquent souvent de profondeur, le débat d'idées peut émoustiller quelques réfractaires. Sans doute l'intellectuel européen n'existe plus, elle s'est déplacée et il se peut que ce déclin soit logique dans un monde en perpétuel mouvement. Je remercie M Sternell de m'avoir éclairée sur bien des points, et je comprends le tumulte qu'il a provoqué. Il n'invite pas au tumulte mais au débat, c'est en tous cas ma perception de ses écrits, et c'est un point très important qu'on ne peut ignorer. On ne peut raisonnablement discuter des conséquences en faisant fi des causes. Je me penche surtout sur l'Europe parce que j'y vis et que mon éternelle question est "pourquoi" ? RIP M Sternell... Ce travail est arrivé à nous et il importe qu'on le connaisse.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Lettre ouverte

    A ceux qui n'aimaient pas Zeev Sternhell (6min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Nicolas Weill - journaliste

Nicolas Weill est journaliste au Monde, essayiste et traducteur. Il a collaboré au Monde de la Révolution française de 1988 à 1990 et à Courrier International de 1991 à 1995. Journaliste au Monde depuis 1995, il collabore régulièrement au Monde des livres et à Critique. Il est aussi l'auteur d'essais historiques sur l'antisémitisme en France.

Bibliographie du conférencier

Nicolas Weill

Existe-t-il une Europe philosophique ? 16e Forum Le Monde, Le Mans, du 22 au 24 octobre 2004, (PU Rennes, 2005)   Acheter

La République et les antisémites, (Grasset & Fasquelle, 2004)   Acheter

Que reste-t-il de nos tabous ?, (PU Rennes, 2004)   Acheter

Une histoire personnelle de l'antisémitisme, (Laffont, 2003)   Acheter | Emprunter

L'Expédition d'Egypte : le rêve oriental de Bonaparte, (Gallimard, 1998)   Acheter

Emmanuel Sivan, Mythes politiques arabes, (Fayard, 1995)   Acheter

Nicolas Weill, Samuel Didier

Les dessous du triple A - Agences de notation: récit de l'intérieur, (Omniscience/Collection: La manufacture des idées, 0)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier