Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Réflexions sur la question antisémite

Pourquoi les juifs sont insupportables (44 min)

Ruben Honigmann - journaliste, Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a
  • Les silences de mes grands-parents

    L'antisémitisme, une histoire familiale (8min)

  • Le juif, à la fois le même et l'autre

    Le fantasme d'une identité authentique (8min)

  • Le sionisme et le piège du Baal

    La terre promise nous oblige (5min)

  • L'auto-critique des rabbins

    Mais pourquoi ne sont-ils pas prosélytes? (9min)

  • Misogynie et haine des juifs

    La peur de la contamination (8min)

  • Sortir la Tora de la synagogue

    Chercher les juifs là où ils sont (6min)

Les documents (4)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est responsable éditorial d'Akadem.

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Vivre avec nos morts, (Grasset, 2021)   Acheter

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 7 janvier 2019
Commentaires ( 17 )

A propos d'antisémitisme

10 janvier 2019, 08h43, Aaron B

La lien qui relie le Peuple Juif aux Nations est, me semble-t-il, de même nature que celui qui relie le corps à la Néchama (âme). Cette relation est faite de forces bivalentes et contradictoires du type, attraction - répulsion, amour - haine. La seule et unique façon de lutter contre l'antisémitisme consiste à réparer la relation que notre propre corps ou notre matérialité entretient avec notre Etre immatériel. L'antisémitisme n'est pas une manifestation circonstancielle, extérieure au Monde Juif, mais bien au contraire, une réalité intrinsèque à l'identité juive ou hébraïque, à l'image de la confrontation entre Yaakov et "l'ange" de son frère jumeau Essav.

A propos de Timna

10 janvier 2019, 09h10, Aaron B

Le "Ciel" reprochera à Yaakov le fait qu'il ait caché Dina aux yeux de Essav, craignant qu'il ne la prenne de force. Si cela avait eu lieu, alors peut-être aurait il été sauvé de son''antisémitisme". Essav est le grand-père de Amalek...

Amalek

10 janvier 2019, 11h02, Donald Uzzan

La Torah ne s'étend pas sur les motivations "antisémites" d'Amalek, mais place ce récit juste avant le don de la Torah, le message étant, peut-être, que le but d'Amalek était d'empêcher la révélation sinaïtique. Il m'a semblé, que parallèle à la conduite d'Amalek les antisémites nous reprochent notre proximité avec la Torah, mais en même temps, nous reprochent de n'en ête pas assez proches, de la trahir. Qu'en pensez-vous ?

Je respire

10 janvier 2019, 13h12, Bat-Sarah

Hazak Madame.

Sinaï et Sin'a ¨ : le Sinaï et la haine

10 janvier 2019, 16h04, David Banon

Un entretien très intéressant, chère Rabanit et cher Réouven. Il y aurait beaucoup à dire. Je me contenterai de quelques remarques. D'abord il y a eu beaucoup de coupures de sons peut-être dûs à l'éloignement (je réside en Israël), mais je pense avoir entendu l'ensemble. 1. La couverture du livre. Connaissez-vous les tableaux ou les sculptures de Fontana. La faille y est omniprésente sur une surface plane et monochrome. 2. Concernant l'antisémitisme, vous avez rencontré au cours de vos études cette expression de R. Shimon bar Yohaï : "halakha, il est de notoriété publique qu'Esaü hait Jacob" ; autrement dit être juif c'est être objet d'antisémitisme. C'est la réalité morne et plate. Il faut vivre avec tout en espérant qu'il n'y ait plus de passage à l'acte. 3. Pourquoi ? Parce que le Sinaï, dont l'étymologie, d'après les Sages du Talmud (Shabbat 89 a), est proche de sin'a : haine, laquelle est descendue sur la montagne et s'est répandue dans le monde. Car, comme dit George Steiner, par trois fois les Juifs ont lancé un défi à l'humanité : avec la loi, Moïse ; avec l'amour, Jésus et avec la justice, les prophètes et Marx... C'était trop exiger.

Sionisme

11 janvier 2019, 15h44, Alain

En ce qui concerne nationalisme et sionisme et la crainte du piège du Baal que vous exprimée, il me semble que le courant du Rav Kook répond à votre question, les commentaires de Léon Askénazi sont clair à ce sujet.

Avec la Cashrut nous nous séparons des nations

12 janvier 2019, 01h30, Yosef ben Israel

Pourquoi voudrions nous qu'ils nous aime et ne nous déteste pas  ?

Un excellent intervieweur

17 janvier 2019, 09h34, Patrick Sultan

Excellent intervieweur !

TITRE ABSOLUMENT INACCEPTABLE

17 janvier 2019, 11h58, Olivier Muller

Bonjour, malgré tout le respect que je vous dois et l'admiration incontestable pour ce site, je vous DEMANDE de bien vouloir modifier le titre de cet article qui prête à GROSSE AMBIGUÏTÉ s'il est lu par un oeil malveillant. En effet, au delà de l'aspect "accrocheur", ("Pourquoi les juifs sont insupportables") ce titre peut être utilisé par un "anti-nous" pour être colporté dans d'autres milieux antisémites et propager l'idée selon laquelle : "même eux, ils le reconnaissent qu'ils sont insupportables !". C'est se tirer une balle dans le pied. De grâce dépêchez vous de trouver une autre tournure qui serait plus... Lisible sans ambiguïté ! Avec mon cordial Chalom, Olivier Muller Membre des communautés d'Issy les Moulineaux et Boulogne.

L'antisemitisme.

17 janvier 2019, 19h24, Mondo44

Il n'y a pas UN antisemitisme mais plusieurs types d'antisemitismes. L'antisemitisme en France est d'ordre gouvernemental alors que le peuple lui, n'est pas tellement antisemite. Dans d'autres pays c'est l'inverse. Comme aux USA mais pas seulement. Dans cet entretien il est plutôt question du judaïsme et pourquoi on est Juif. Une petite erreur pourtant : le judaïsme vient de Judas.

La tors l'UE le lundi et jeudi

17 janvier 2019, 19h53, Mondo44

On lit la torah le lundi et jeudi parce que on ne veut pas que le peuple juif soit sans torah plus de 2 jours. Les jours de marchés ? C'est bizarre. Comme si les hommes vont au marché le matin a 6 heures.

Changez de titre

18 janvier 2019, 08h30, Carole de Marseille

Entièrement d accord avec Olivier d autre titres peuvent être aussi accrocheur merci Carole Berrebi communautée de Marseille et bravo pour la conférence...

Pour comprendre l'antisémitisme

24 janvier 2019, 10h18, Francis

Pour comprendre la spécificité du judaïsme et la raison d'être d'Israel, le sens de Jérusalem et sa vocation, je signale ce livre très remarquable de Mme Dominique Aubier : "LE CAS JUIF", une superbe étude qui met à nu les fondements de l'antisémitisme et notamment celui des élites telles Heidegger ou Jean-Paul Sartre… Une étude brillante. "Le cas Juif", DOminique Aubier, éd. MLL.

Conseil de lecture

19 février 2019, 22h23, MM

Bonjour, J'ai beaucoup apprécié l'interview et le livre de D. Horvilleur. Merci. Je voudrais conseiller à tous la lecture de deux ouvrages qui se complètent à mon avis. Il s'agit de : "Exclu le juif en nous" de Jean-Luc Nancy (ed. Galilée, 2018) et "Légendes du sang. Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien". Paru en 2015 chez Albin Michel, l'opus magnum, certes un peu complexe, de l'éminente anthropologue polonaise Joanna Tokarska-Bakir démontre magistralement en quoi la haine des Juifs est fonction de la construction imaginaire de l'identité des chrétiens dans leur rapport à l'autre. Cordialement à tous, MM.

A propos de ces sentiments que ressentiraient les

25 août 2019, 08h24, goylamémoirequiflanche

Car il faut un jour se demander...

Le coeur sans pulsion phallique

17 décembre 2019, 14h11, sionelbaz@me.com

"Exclu le juif en nous" de Jean-Luc Nancy (ed. Galilée, 2018) et "Légendes du sang. Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien". Paru en 2015 chez Albin Michel une greffe cardiaque.

Actualité ; comment la comprendre ?

7 janvier 2021, 15h48, Scarla

Quand j'observe que des nuages lourds s'amoncellent dans le ciel, je me dis qu'il est temps de me mettre à l'abri. C'est le bon sens commun et ça signifie qu'il ne faut pas rester dehors au risque de recevoir la foudre sur la tête. Oui ? C'est une mitsva que de prendre soin de soi , de ne pas se mettre en danger. Tout ça est cohérent jusque là ,entre le côté naturel et ce qu'enseigne la Torah . Pendre soin de soi peut s'entendre comme prendre soin de son corps physique et comme de respecter la halakha c'est prendre soin de son corps spirituel. Il existe un autre corps que l'on appelle corps social. Est ce que ce sur ce corps social ne s'appliquent pas les mêmes prescriptions ? En ne prenant pas de précautions vis à vis de ce corps est ce que l'on ne met pas en danger chacun de ses organes et donc par voie de conséquence on ne met pas en péril le corps tout entier ? Je pense qu'il y a là une prise de responsabilité qui engage l'ensemble de sa communauté lorsqu'un seul individu exerce son libre arbitre et prend le risque d'engager l'ensemble . C'est un problème politique ,bien sûr on peut me rétorquer que tout est politique dans la vie mais tout de même. Delphine vous dites et c'est bien analysé ,que la Torah est en quelque sorte tombée sur le peuple juif sans qu'il y consente forcément car d'être peuple élu de D.ieu cela implique beaucoup de devoirs et moins de droits ; pour au moins le temps de la vie terrestre. Est ce que essayer de comprendre la racine du mal de la persécution ça n'est pas moins rechercher dans la généalogie historique les causes probables, que d'agir dans le présent pour ne pas reproduire les "erreurs du passé. Aide toi et le ciel t'aidera. Vouloir faire dire à la Torah ce qu'elle ne dit pas par une première pression à froid, puis une seconde ,puis une cinquantième ,puis une millième etc .. pourrait il conduire à une impasse ? Vouloir que l'utopie /la prophétie se réalise à tel point qu'elle se matérialise est tout à fait un acte pur et un idéalisme respectable . Mais je pense que le Mashiah ne viendra pas quand nous l'aurons décidé mais bien quand lui le voudra . En d'autres termes que j'imagine moins consensuels passé cette longue introduction, je me demande vraiment si accepter une nomination à l'OMS alors que le sujet est actuellement plus un brûlot qu'une patate chaude ,ne risque pas de provoquer des réactions en chaîne ? A la moindre anicroche, le bouc émissaire sera tout désigné et la genèse développée. Les liens avec le laboratoire , avec l'industrie....mis en avant comme autant de preuves . Est ce qu'il n'y a pas là une mystique qui engage toute une communauté vers la révélation et vers la guerre de gog ou magog . Est ce que ça n'est pas prendre un risque de forcer le destin sans certitude sur le résultat généré? Je vais sans aucun doute m'attirer les foudres de quelques uns mais cette question en toile de fond me taraude . Faut-il en quelque sorte forcer le destin et en quelque sorte le violer ou faut il attendre que ce qui doit advenir advienne ? Est ce que tout le monde est prêt à endosser cette responsabilité et les conséquences qui ne vont pas manquer de venir avec ? Essav se renforce ces temps-ci aux USA et partout ailleurs, et pour en finir là où j'ai commencé, Hashem manifeste sa présence et sa bienveillance aux hommes avec l'arc en ciel ,donc une fois que l'orage est passé mais pas pendant l'orage quand il est la rigueur et gare à celui qui ne se protégerait pas . Gare à celui qui n'appose pas le signe sur sa porte . Je ne vous en voudrai pas si vous ne publiez pas mon commentaire mais s'il vous plaît faites le passer à delphine qu'elle puisse au moins le lire . Merci. has vechalom

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Pourquoi les juifs sont insupportables

44 min

Ruben Honigmann - journaliste, Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Commentaires ( 17 )

A propos d'antisémitisme

10 janvier 2019, 08h43, Aaron B

La lien qui relie le Peuple Juif aux Nations est, me semble-t-il, de même nature que celui qui relie le corps à la Néchama (âme). Cette relation est faite de forces bivalentes et contradictoires du type, attraction - répulsion, amour - haine. La seule et unique façon de lutter contre l'antisémitisme consiste à réparer la relation que notre propre corps ou notre matérialité entretient avec notre Etre immatériel. L'antisémitisme n'est pas une manifestation circonstancielle, extérieure au Monde Juif, mais bien au contraire, une réalité intrinsèque à l'identité juive ou hébraïque, à l'image de la confrontation entre Yaakov et "l'ange" de son frère jumeau Essav.

A propos de Timna

10 janvier 2019, 09h10, Aaron B

Le "Ciel" reprochera à Yaakov le fait qu'il ait caché Dina aux yeux de Essav, craignant qu'il ne la prenne de force. Si cela avait eu lieu, alors peut-être aurait il été sauvé de son''antisémitisme". Essav est le grand-père de Amalek...

Amalek

10 janvier 2019, 11h02, Donald Uzzan

La Torah ne s'étend pas sur les motivations "antisémites" d'Amalek, mais place ce récit juste avant le don de la Torah, le message étant, peut-être, que le but d'Amalek était d'empêcher la révélation sinaïtique. Il m'a semblé, que parallèle à la conduite d'Amalek les antisémites nous reprochent notre proximité avec la Torah, mais en même temps, nous reprochent de n'en ête pas assez proches, de la trahir. Qu'en pensez-vous ?

Je respire

10 janvier 2019, 13h12, Bat-Sarah

Hazak Madame.

Sinaï et Sin'a ¨ : le Sinaï et la haine

10 janvier 2019, 16h04, David Banon

Un entretien très intéressant, chère Rabanit et cher Réouven. Il y aurait beaucoup à dire. Je me contenterai de quelques remarques. D'abord il y a eu beaucoup de coupures de sons peut-être dûs à l'éloignement (je réside en Israël), mais je pense avoir entendu l'ensemble. 1. La couverture du livre. Connaissez-vous les tableaux ou les sculptures de Fontana. La faille y est omniprésente sur une surface plane et monochrome. 2. Concernant l'antisémitisme, vous avez rencontré au cours de vos études cette expression de R. Shimon bar Yohaï : "halakha, il est de notoriété publique qu'Esaü hait Jacob" ; autrement dit être juif c'est être objet d'antisémitisme. C'est la réalité morne et plate. Il faut vivre avec tout en espérant qu'il n'y ait plus de passage à l'acte. 3. Pourquoi ? Parce que le Sinaï, dont l'étymologie, d'après les Sages du Talmud (Shabbat 89 a), est proche de sin'a : haine, laquelle est descendue sur la montagne et s'est répandue dans le monde. Car, comme dit George Steiner, par trois fois les Juifs ont lancé un défi à l'humanité : avec la loi, Moïse ; avec l'amour, Jésus et avec la justice, les prophètes et Marx... C'était trop exiger.

Sionisme

11 janvier 2019, 15h44, Alain

En ce qui concerne nationalisme et sionisme et la crainte du piège du Baal que vous exprimée, il me semble que le courant du Rav Kook répond à votre question, les commentaires de Léon Askénazi sont clair à ce sujet.

Avec la Cashrut nous nous séparons des nations

12 janvier 2019, 01h30, Yosef ben Israel

Pourquoi voudrions nous qu'ils nous aime et ne nous déteste pas  ?

Un excellent intervieweur

17 janvier 2019, 09h34, Patrick Sultan

Excellent intervieweur !

TITRE ABSOLUMENT INACCEPTABLE

17 janvier 2019, 11h58, Olivier Muller

Bonjour, malgré tout le respect que je vous dois et l'admiration incontestable pour ce site, je vous DEMANDE de bien vouloir modifier le titre de cet article qui prête à GROSSE AMBIGUÏTÉ s'il est lu par un oeil malveillant. En effet, au delà de l'aspect "accrocheur", ("Pourquoi les juifs sont insupportables") ce titre peut être utilisé par un "anti-nous" pour être colporté dans d'autres milieux antisémites et propager l'idée selon laquelle : "même eux, ils le reconnaissent qu'ils sont insupportables !". C'est se tirer une balle dans le pied. De grâce dépêchez vous de trouver une autre tournure qui serait plus... Lisible sans ambiguïté ! Avec mon cordial Chalom, Olivier Muller Membre des communautés d'Issy les Moulineaux et Boulogne.

L'antisemitisme.

17 janvier 2019, 19h24, Mondo44

Il n'y a pas UN antisemitisme mais plusieurs types d'antisemitismes. L'antisemitisme en France est d'ordre gouvernemental alors que le peuple lui, n'est pas tellement antisemite. Dans d'autres pays c'est l'inverse. Comme aux USA mais pas seulement. Dans cet entretien il est plutôt question du judaïsme et pourquoi on est Juif. Une petite erreur pourtant : le judaïsme vient de Judas.

La tors l'UE le lundi et jeudi

17 janvier 2019, 19h53, Mondo44

On lit la torah le lundi et jeudi parce que on ne veut pas que le peuple juif soit sans torah plus de 2 jours. Les jours de marchés ? C'est bizarre. Comme si les hommes vont au marché le matin a 6 heures.

Changez de titre

18 janvier 2019, 08h30, Carole de Marseille

Entièrement d accord avec Olivier d autre titres peuvent être aussi accrocheur merci Carole Berrebi communautée de Marseille et bravo pour la conférence...

Pour comprendre l'antisémitisme

24 janvier 2019, 10h18, Francis

Pour comprendre la spécificité du judaïsme et la raison d'être d'Israel, le sens de Jérusalem et sa vocation, je signale ce livre très remarquable de Mme Dominique Aubier : "LE CAS JUIF", une superbe étude qui met à nu les fondements de l'antisémitisme et notamment celui des élites telles Heidegger ou Jean-Paul Sartre… Une étude brillante. "Le cas Juif", DOminique Aubier, éd. MLL.

Conseil de lecture

19 février 2019, 22h23, MM

Bonjour, J'ai beaucoup apprécié l'interview et le livre de D. Horvilleur. Merci. Je voudrais conseiller à tous la lecture de deux ouvrages qui se complètent à mon avis. Il s'agit de : "Exclu le juif en nous" de Jean-Luc Nancy (ed. Galilée, 2018) et "Légendes du sang. Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien". Paru en 2015 chez Albin Michel, l'opus magnum, certes un peu complexe, de l'éminente anthropologue polonaise Joanna Tokarska-Bakir démontre magistralement en quoi la haine des Juifs est fonction de la construction imaginaire de l'identité des chrétiens dans leur rapport à l'autre. Cordialement à tous, MM.

A propos de ces sentiments que ressentiraient les

25 août 2019, 08h24, goylamémoirequiflanche

Car il faut un jour se demander...

Le coeur sans pulsion phallique

17 décembre 2019, 14h11, sionelbaz@me.com

"Exclu le juif en nous" de Jean-Luc Nancy (ed. Galilée, 2018) et "Légendes du sang. Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien". Paru en 2015 chez Albin Michel une greffe cardiaque.

Actualité ; comment la comprendre ?

7 janvier 2021, 15h48, Scarla

Quand j'observe que des nuages lourds s'amoncellent dans le ciel, je me dis qu'il est temps de me mettre à l'abri. C'est le bon sens commun et ça signifie qu'il ne faut pas rester dehors au risque de recevoir la foudre sur la tête. Oui ? C'est une mitsva que de prendre soin de soi , de ne pas se mettre en danger. Tout ça est cohérent jusque là ,entre le côté naturel et ce qu'enseigne la Torah . Pendre soin de soi peut s'entendre comme prendre soin de son corps physique et comme de respecter la halakha c'est prendre soin de son corps spirituel. Il existe un autre corps que l'on appelle corps social. Est ce que ce sur ce corps social ne s'appliquent pas les mêmes prescriptions ? En ne prenant pas de précautions vis à vis de ce corps est ce que l'on ne met pas en danger chacun de ses organes et donc par voie de conséquence on ne met pas en péril le corps tout entier ? Je pense qu'il y a là une prise de responsabilité qui engage l'ensemble de sa communauté lorsqu'un seul individu exerce son libre arbitre et prend le risque d'engager l'ensemble . C'est un problème politique ,bien sûr on peut me rétorquer que tout est politique dans la vie mais tout de même. Delphine vous dites et c'est bien analysé ,que la Torah est en quelque sorte tombée sur le peuple juif sans qu'il y consente forcément car d'être peuple élu de D.ieu cela implique beaucoup de devoirs et moins de droits ; pour au moins le temps de la vie terrestre. Est ce que essayer de comprendre la racine du mal de la persécution ça n'est pas moins rechercher dans la généalogie historique les causes probables, que d'agir dans le présent pour ne pas reproduire les "erreurs du passé. Aide toi et le ciel t'aidera. Vouloir faire dire à la Torah ce qu'elle ne dit pas par une première pression à froid, puis une seconde ,puis une cinquantième ,puis une millième etc .. pourrait il conduire à une impasse ? Vouloir que l'utopie /la prophétie se réalise à tel point qu'elle se matérialise est tout à fait un acte pur et un idéalisme respectable . Mais je pense que le Mashiah ne viendra pas quand nous l'aurons décidé mais bien quand lui le voudra . En d'autres termes que j'imagine moins consensuels passé cette longue introduction, je me demande vraiment si accepter une nomination à l'OMS alors que le sujet est actuellement plus un brûlot qu'une patate chaude ,ne risque pas de provoquer des réactions en chaîne ? A la moindre anicroche, le bouc émissaire sera tout désigné et la genèse développée. Les liens avec le laboratoire , avec l'industrie....mis en avant comme autant de preuves . Est ce qu'il n'y a pas là une mystique qui engage toute une communauté vers la révélation et vers la guerre de gog ou magog . Est ce que ça n'est pas prendre un risque de forcer le destin sans certitude sur le résultat généré? Je vais sans aucun doute m'attirer les foudres de quelques uns mais cette question en toile de fond me taraude . Faut-il en quelque sorte forcer le destin et en quelque sorte le violer ou faut il attendre que ce qui doit advenir advienne ? Est ce que tout le monde est prêt à endosser cette responsabilité et les conséquences qui ne vont pas manquer de venir avec ? Essav se renforce ces temps-ci aux USA et partout ailleurs, et pour en finir là où j'ai commencé, Hashem manifeste sa présence et sa bienveillance aux hommes avec l'arc en ciel ,donc une fois que l'orage est passé mais pas pendant l'orage quand il est la rigueur et gare à celui qui ne se protégerait pas . Gare à celui qui n'appose pas le signe sur sa porte . Je ne vous en voudrai pas si vous ne publiez pas mon commentaire mais s'il vous plaît faites le passer à delphine qu'elle puisse au moins le lire . Merci. has vechalom

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Les silences de mes grands-parents

    L'antisémitisme, une histoire familiale (8min)

  • Le juif, à la fois le même et l'autre

    Le fantasme d'une identité authentique (8min)

  • Le sionisme et le piège du Baal

    La terre promise nous oblige (5min)

  • L'auto-critique des rabbins

    Mais pourquoi ne sont-ils pas prosélytes? (9min)

  • Misogynie et haine des juifs

    La peur de la contamination (8min)

  • Sortir la Tora de la synagogue

    Chercher les juifs là où ils sont (6min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 7 janvier 2019
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est responsable éditorial d'Akadem.

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Vivre avec nos morts, (Grasset, 2021)   Acheter

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers