Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Extrême-droite, extrême gauche, musulmans

L’addition des antisémitismes (12 min)

Antoine Mercier - Journaliste, Stéphane Wahnich - politologue
  • La France d’en bas

    en quête d'existence sociale (3min)

  • L’agression d’Alain Finkielkraut

    Un cocktail antisémite inédit (2min)

  • L’insulte "antisioniste"

    Un antisémitisme nouvelle formule (4min)

  • La crise vue de Tel Aviv

    Une désillusion française (3min)

Les documents (2)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Stéphane Wahnich - politologue

Stéphane Wahnich est professeur de communication politique et publique associé à l’Université Paris-Est-Créteil et membre du laboratoire ADARR (Analyse du discours, argumentation & rhétorique) à l'université de Tel Aviv. Il dirige également l'institut de sondage et d'études SCP communication. 

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Cécile Alduy, Stéphane Wahnich

Marine Le Pen prise aux mots, (Seuil, 2015)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 21 février 2019
Commentaires ( 5 )

Et si on lisait les textes ?

28 février 2019, 09h51, Dominique Vidal

J'ai écouté avec intérêt cette interview. Mais elle comporte une erreur importante. Dans le texte de la "définition" de l'antisémitisme de l'IHRA comme dans les "exemples" qui l'"illustrent", l'antisionisme n'est ABSOLUMENT PAS cité. Pourquoi dire le contraire ? Et comment la France combattrait-elle l'antisionisme en "appliquant" cette définition ? Merci de votre réponse.

Un peu de bon sens ?

28 février 2019, 12h11, Sophiophile

Et si, quittant votre obsession millénaire projective en miroir, vous commenciez à vous soucier des causes psychosociales des mouvements que vous commentez, plus qu'analysez - comme avec K. Marx, B. Lazare, S. Weil, L. Guyénot, Y. Hindi, etc. - ? Voilà qui serait vraiment “Akadem-ique”, et donc digne de notre civilisation, la faisant ainsi progresser dans le bon sens...

En réponse à Dominique Vidal

28 février 2019, 21h26, Antoine Mercier

Cher Dominique Vidal, Vous avez raison, l'antisionisme n'est pas cité dans la définition de l'antisémitisme de l'IHRA qui est la suivante : «L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte. » En revanche dans les exemples, "destinés à guider le travail de l’IHRA", et "illustrant cette définition" on trouve au début : "L’antisémitisme peut se manifester par des attaques à l’encontre de l’État d’Israël lorsqu’il est perçu comme une collectivité juive. " Cela me semble tout de même assez proche d'une forme d'antisionisme virulent dont parle Stéphane Wahnich. A chacun d'interpréter... Cordialement Antoine Mercier.

Attention à l'auto antisémitisme

2 mars 2019, 11h18, sitruk.philippe@wanadoo.fr

Je trouve dangereux d'assimiler anti capitalisme et antisémitisme. On peut désapprouver l'anticapitalisme pour des raisons économiques, mais on ne peut pas considérer l'anticapitalisme comme étant automatiquement de l'antisémitisme. Cela voudrait alors dire que tous les juifs seraient des capitalistes, comme si les juifs ouvriers n'existaient pas, comme si les juifs pauvres n'existaient pas, comme s'il n'y avait pas aussi dans juifs dans la " France den bas ". Les juifs ouvriers sont aussi exploités, licenciés et délocalisés que les autres. Les ouvriers qui se mettent en grève contre la délocalisation de leur usine ne sont pas spécialement antisémites, et il peut très bien y avoir des juifs parmi eux. Certains arguments contre l'antisémitisme peuvent voir des effets pervers, en favorisant involontairement l'antisémitisme. C'est le cas quand on assimile automatiquement anti capitalisme et antisémitisme. Encore une fois je ne défends pas les anti capitalistes, on peut les désapprouver, mais pour des raisons purement économiques, mais ce n'est pas l'anti capitalisme ne soi qui entraine automatiquement l'antisémitisme.

Il faut des actes

7 mars 2019, 10h17, A quoi bon

Salut Assez d'accord avec sophiophile Et aussi d'après moi les gens qui commentent l'antisémitisme ne connaissent rien aux jeunes d'aujourd'hui. Il faut un autre dialogue, celui qui est montré par le gouvernement ou phylosophes sont juste bon pour les juifs. Les antisémites ne sont pas touché par tous ça, ce ne sont pas des gentil... A quand une propagande juive comme celle de Russie des usa afin d'équilibrer tous ça ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

L’addition des antisémitismes

12 min

Antoine Mercier - Journaliste, Stéphane Wahnich - politologue

Commentaires ( 5 )

Et si on lisait les textes ?

28 février 2019, 09h51, Dominique Vidal

J'ai écouté avec intérêt cette interview. Mais elle comporte une erreur importante. Dans le texte de la "définition" de l'antisémitisme de l'IHRA comme dans les "exemples" qui l'"illustrent", l'antisionisme n'est ABSOLUMENT PAS cité. Pourquoi dire le contraire ? Et comment la France combattrait-elle l'antisionisme en "appliquant" cette définition ? Merci de votre réponse.

Un peu de bon sens ?

28 février 2019, 12h11, Sophiophile

Et si, quittant votre obsession millénaire projective en miroir, vous commenciez à vous soucier des causes psychosociales des mouvements que vous commentez, plus qu'analysez - comme avec K. Marx, B. Lazare, S. Weil, L. Guyénot, Y. Hindi, etc. - ? Voilà qui serait vraiment “Akadem-ique”, et donc digne de notre civilisation, la faisant ainsi progresser dans le bon sens...

En réponse à Dominique Vidal

28 février 2019, 21h26, Antoine Mercier

Cher Dominique Vidal, Vous avez raison, l'antisionisme n'est pas cité dans la définition de l'antisémitisme de l'IHRA qui est la suivante : «L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte. » En revanche dans les exemples, "destinés à guider le travail de l’IHRA", et "illustrant cette définition" on trouve au début : "L’antisémitisme peut se manifester par des attaques à l’encontre de l’État d’Israël lorsqu’il est perçu comme une collectivité juive. " Cela me semble tout de même assez proche d'une forme d'antisionisme virulent dont parle Stéphane Wahnich. A chacun d'interpréter... Cordialement Antoine Mercier.

Attention à l'auto antisémitisme

2 mars 2019, 11h18, sitruk.philippe@wanadoo.fr

Je trouve dangereux d'assimiler anti capitalisme et antisémitisme. On peut désapprouver l'anticapitalisme pour des raisons économiques, mais on ne peut pas considérer l'anticapitalisme comme étant automatiquement de l'antisémitisme. Cela voudrait alors dire que tous les juifs seraient des capitalistes, comme si les juifs ouvriers n'existaient pas, comme si les juifs pauvres n'existaient pas, comme s'il n'y avait pas aussi dans juifs dans la " France den bas ". Les juifs ouvriers sont aussi exploités, licenciés et délocalisés que les autres. Les ouvriers qui se mettent en grève contre la délocalisation de leur usine ne sont pas spécialement antisémites, et il peut très bien y avoir des juifs parmi eux. Certains arguments contre l'antisémitisme peuvent voir des effets pervers, en favorisant involontairement l'antisémitisme. C'est le cas quand on assimile automatiquement anti capitalisme et antisémitisme. Encore une fois je ne défends pas les anti capitalistes, on peut les désapprouver, mais pour des raisons purement économiques, mais ce n'est pas l'anti capitalisme ne soi qui entraine automatiquement l'antisémitisme.

Il faut des actes

7 mars 2019, 10h17, A quoi bon

Salut Assez d'accord avec sophiophile Et aussi d'après moi les gens qui commentent l'antisémitisme ne connaissent rien aux jeunes d'aujourd'hui. Il faut un autre dialogue, celui qui est montré par le gouvernement ou phylosophes sont juste bon pour les juifs. Les antisémites ne sont pas touché par tous ça, ce ne sont pas des gentil... A quand une propagande juive comme celle de Russie des usa afin d'équilibrer tous ça ?

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La France d’en bas

    en quête d'existence sociale (3min)

  • L’agression d’Alain Finkielkraut

    Un cocktail antisémite inédit (2min)

  • L’insulte "antisioniste"

    Un antisémitisme nouvelle formule (4min)

  • La crise vue de Tel Aviv

    Une désillusion française (3min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 21 février 2019
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Stéphane Wahnich - politologue

Stéphane Wahnich est professeur de communication politique et publique associé à l’Université Paris-Est-Créteil et membre du laboratoire ADARR (Analyse du discours, argumentation & rhétorique) à l'université de Tel Aviv. Il dirige également l'institut de sondage et d'études SCP communication. 

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Cécile Alduy, Stéphane Wahnich

Marine Le Pen prise aux mots, (Seuil, 2015)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers