Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Justice et antisémitisme

Sarah Halimi: l'incompréhensible déni de justice (15 min)

Jean-Alexandre Buchinger - Avocat, Ruben Honigmann - journaliste
  • Un déni de justice

    Le refus de la reconstitution (7min)

  • La passivité de la police

    et le silence d'Abdeslam (4min)

  • Céline, Maurras et après...

    La haine anti-juive banalisée (4min)

Les documents (1)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Jean-Alexandre Buchinger - Avocat

Maître Jean-Alexandre Buchinger est l'avocat des enfants de Sarah Halimi.

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est directeur éditorial d'Akadem.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 7 février 2018
Commentaires ( 5 )

Affaire Halimi

8 février 2018, 09h14, Cristal 84

J espère que les recours invoqués par maître Buchinger répondrons à notre attente de justice et que la reconstitution du meurtre aura lieu que la juge sera dessaisi et que le caractère évident de meurtre à caractère antisemite sera reconnu.

Affaire sarah halimi

22 février 2018, 17h18, docteur marcel sacuto

Ecoeurant l antisemitisme perdure aupres de tous les goyim surtout islam bien sur et l extreme g et dr les autres s en fichent.

La mémoire s'étiole, l'histoire défaille

1 mars 2018, 15h34, J. Vanschelde

"Jamais plus" que peut signifier cette expression ? Il conviendrait de corriger, quelque peu, cette dernière. Il conviendrait de la modifier par " Toujours plus" L'histoire est une "science" politique. C'est un instrument qui permet souvent la manipulation les esprits : des plus faibles, mais encore des plus forts. Le Shoah apparaîtra, je le crains, comme un phénomène ancien, au même niveau que la Guerre de trente ans qui a conduit à la mort de la moitié de la population de l'Europe essentiellement germanique. Robespierre et ses collègues du Comité Central, dont Carnot ont donné l'ordre "d'exterminer" la population de l'oust de la France : hommes, femmes enfants, même pas encore nés. Les chimistes sollicités à l'époque ne savaient pas encore comment pratiquer leur sinistre besogne pour expédier cette population à la mort. Alors Alors... !

Affaire Sarah Halimi, une nouvelle affaire Dreyfus.

26 décembre 2019, 18h04, Raphaël ben Ari

Ce refus obstiné de la justice de faire un procès public dans cet assassinat, et pour commencer d'opérer une reconstitution propre à éclairer les zones d'ombres de cette affaire Halimi soulève une question : que veut-on cacher ? Cela nous ramène tout droit à L'affaire Dreyfus, où la vérité a été si longtemps et obstinément cachée, en particulier par des procès militaires à huis clos. Il nous faut un nouvel Emile ZOLA pour défendre l'honneur de la République.

De la rue des Rosiers à Sarah Stéphanie Samuel et tant d'autres...

27 mai 2021, 10h21, toonby

Si la Haute Cour était encore opérationnelle, Yves Bonnet (DG de la Sécurité intérieure en 1982) devrait y être traduit. Oh ! Non pas pour les négociations qu'il aurait conduites derechef avec ces terroristes de la rue des Rosiers. Il fait longtemps que je ne suis plus ni naïf ni inconséquent. Il est évident que les gouvernements démocratiques sont amenés à « négocier » des arrangements avec des êtres ou structures pas du tout « convenables ». Mais d'ici à autoriser (!) l'impunité sur le territoire, voire, permettre des mesures de faveur exceptionnelle après un attentat ayant fait six morts et vingt-deux blessés en 1982, non, décidément non ! Et en plus de paraître satisfait de « ses » décisions près de quarante ans plus tard après les vagues successives d'attentats que nous avons connues sur le territoire national sont d'une inconséquence gravissime pour notre pays. Ces propos sont de nature à éclairer l'assassinat de Ilan HALIMI et bien d'autres crimes et délits sur des personnes âgées et autres méfaits1 depuis la fin des années soixante-dix ! Non c'est intolérable cette suffisante autosatisfaction. Que le président de la République de l'époque soit, ou non, informé est anachronique voire insignifiant, il n'est plus là pour en répondre et donc le cas échéant en être blâmé comme il convient. Ceci dit qui peut imaginer que cela se fasse sans son accord ? Que ce petit monsieur, « haut » fonctionnaire ou pas, soit déclaré indigne, déchu de ses droits civiques et administratifs, oui ! Mille fois oui. Le contraire signifierait que des arrangements le protégeraient ! Encore et toujours pour des actes indignes de la République française. La patrie des Lumières et des Droits Humains serait devenue bien sombre ! Quant au déni de justice que constitue la décision relative à l'assassinat de Madame Halimi, non, mille fois non il n'y a pas lieu à changement de la Loi ! Ce n'est qu'un pis allé ! Il faut un procès et pour cela recourir si nécessaire au Président du Conseil d'État (en l'occurence le Président de la République qui doit faire appel à cette instance qui est en position, et en devoir, d'évaluer les actes des administrations, la Justice en fait partie. Bien à vous

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Sarah Halimi: l'incompréhensible déni de justice

15 min

Jean-Alexandre Buchinger - Avocat, Ruben Honigmann - journaliste

Commentaires ( 5 )

Affaire Halimi

8 février 2018, 09h14, Cristal 84

J espère que les recours invoqués par maître Buchinger répondrons à notre attente de justice et que la reconstitution du meurtre aura lieu que la juge sera dessaisi et que le caractère évident de meurtre à caractère antisemite sera reconnu.

Affaire sarah halimi

22 février 2018, 17h18, docteur marcel sacuto

Ecoeurant l antisemitisme perdure aupres de tous les goyim surtout islam bien sur et l extreme g et dr les autres s en fichent.

La mémoire s'étiole, l'histoire défaille

1 mars 2018, 15h34, J. Vanschelde

"Jamais plus" que peut signifier cette expression ? Il conviendrait de corriger, quelque peu, cette dernière. Il conviendrait de la modifier par " Toujours plus" L'histoire est une "science" politique. C'est un instrument qui permet souvent la manipulation les esprits : des plus faibles, mais encore des plus forts. Le Shoah apparaîtra, je le crains, comme un phénomène ancien, au même niveau que la Guerre de trente ans qui a conduit à la mort de la moitié de la population de l'Europe essentiellement germanique. Robespierre et ses collègues du Comité Central, dont Carnot ont donné l'ordre "d'exterminer" la population de l'oust de la France : hommes, femmes enfants, même pas encore nés. Les chimistes sollicités à l'époque ne savaient pas encore comment pratiquer leur sinistre besogne pour expédier cette population à la mort. Alors Alors... !

Affaire Sarah Halimi, une nouvelle affaire Dreyfus.

26 décembre 2019, 18h04, Raphaël ben Ari

Ce refus obstiné de la justice de faire un procès public dans cet assassinat, et pour commencer d'opérer une reconstitution propre à éclairer les zones d'ombres de cette affaire Halimi soulève une question : que veut-on cacher ? Cela nous ramène tout droit à L'affaire Dreyfus, où la vérité a été si longtemps et obstinément cachée, en particulier par des procès militaires à huis clos. Il nous faut un nouvel Emile ZOLA pour défendre l'honneur de la République.

De la rue des Rosiers à Sarah Stéphanie Samuel et tant d'autres...

27 mai 2021, 10h21, toonby

Si la Haute Cour était encore opérationnelle, Yves Bonnet (DG de la Sécurité intérieure en 1982) devrait y être traduit. Oh ! Non pas pour les négociations qu'il aurait conduites derechef avec ces terroristes de la rue des Rosiers. Il fait longtemps que je ne suis plus ni naïf ni inconséquent. Il est évident que les gouvernements démocratiques sont amenés à « négocier » des arrangements avec des êtres ou structures pas du tout « convenables ». Mais d'ici à autoriser (!) l'impunité sur le territoire, voire, permettre des mesures de faveur exceptionnelle après un attentat ayant fait six morts et vingt-deux blessés en 1982, non, décidément non ! Et en plus de paraître satisfait de « ses » décisions près de quarante ans plus tard après les vagues successives d'attentats que nous avons connues sur le territoire national sont d'une inconséquence gravissime pour notre pays. Ces propos sont de nature à éclairer l'assassinat de Ilan HALIMI et bien d'autres crimes et délits sur des personnes âgées et autres méfaits1 depuis la fin des années soixante-dix ! Non c'est intolérable cette suffisante autosatisfaction. Que le président de la République de l'époque soit, ou non, informé est anachronique voire insignifiant, il n'est plus là pour en répondre et donc le cas échéant en être blâmé comme il convient. Ceci dit qui peut imaginer que cela se fasse sans son accord ? Que ce petit monsieur, « haut » fonctionnaire ou pas, soit déclaré indigne, déchu de ses droits civiques et administratifs, oui ! Mille fois oui. Le contraire signifierait que des arrangements le protégeraient ! Encore et toujours pour des actes indignes de la République française. La patrie des Lumières et des Droits Humains serait devenue bien sombre ! Quant au déni de justice que constitue la décision relative à l'assassinat de Madame Halimi, non, mille fois non il n'y a pas lieu à changement de la Loi ! Ce n'est qu'un pis allé ! Il faut un procès et pour cela recourir si nécessaire au Président du Conseil d'État (en l'occurence le Président de la République qui doit faire appel à cette instance qui est en position, et en devoir, d'évaluer les actes des administrations, la Justice en fait partie. Bien à vous

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Un déni de justice

    Le refus de la reconstitution (7min)

  • La passivité de la police

    et le silence d'Abdeslam (4min)

  • Céline, Maurras et après...

    La haine anti-juive banalisée (4min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 7 février 2018
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Jean-Alexandre Buchinger - Avocat

Maître Jean-Alexandre Buchinger est l'avocat des enfants de Sarah Halimi.

Ruben Honigmann - journaliste

Ruben Honigmann est directeur éditorial d'Akadem.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.