Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Campus

Enquête : nouvelles formes d'antisémitisme en France

Cacher sa judéité pour se protéger (73 min)

Simone Rodan-Benzaquen - militante
  • Plus d'agressions physiques

    Des enfants élevés à cacher leur judéité (12min)

  • Le Juif "puissant et riche"

    Des clichés ancrés dans certains milieux (12min)

  • Questions du public

    Relativiser l'enquête, double identité (49min)

Les documents (5)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Simone Rodan-Benzaquen - militante

Simone Rodan Benzaquen est une militante associative française. Elle a été Vice-Présidente de SOS Darfour et membre du Conseil d’administration du Collectif urgence Darfour ainsi que Secrétaire Générale de l'association Medbridge. Elle est l'actuelle représentante de l'AJC en France. Simone Rodan Benzaquen a été nommée la représentante de l’American Jewish Committee en France en avril 2010.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Fabrice Dhume-Sonzogni

Racisme, antisémitisme et "communautarisme" ?, L'école à l'épreuve des faits , (L'harmattan , 2007)   Acheter

Henri Deleersnijder

Le nouvel antisémitisme ; avatars d'une haine ancestrale, (Renaissance du Livre, 2015)   Acheter

Leon Poliakov

De l'antisionisme à l'antisémitisme , (Calmann-levy , 2016)   Acheter

Dominique Reynié

L'antisémitisme dans l'opinion publique française : Nouveaux éclairages, (Fondapol, 2017)   Acheter

Sergio Della Pergola

Perceptions juives de l'antisémitisme dans l'Union européenne, 2018 :, Un nouveau regard structurel, (De Gruyter, 2019)   Acheter

Raphaël Jerusalmy

Manuel bleu contre l'antisémitisme et la désinformation, (Valensin, 2020)   Acheter

Marc Knobel

Cyberhaine : propagande et antisémitisme sur Internet, (Hermann , 2021)   Acheter

Pierre-André Taguieff

Sortir de l'antisémitisme ?, (Odile Jacob, 2022)   Acheter

Antoine Mercier, Raphaël Sadin

L'antisémitisme ou le dragon à quatre têtes, (Les éditions du Cerf, 2022)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile
L'organisateur
Commentaire ( 1 )

Combattre sa propre peur

29 octobre 2022, 21h54, Emmanuel

Chère Simone, c'était passionnant. Merci d'avoir précisé que vous étiez originaire d'Allemagne, votre témoignage et votre travail sont d'autant plus intéressants. Je croyais que vous étiez originaire des Etats-Unis, parce que de temps en temps ressort un petit accent et comme vous parlez remarquablement l'anglais avec justement l'accent américain... Dans tout ce que vous avez dit et énoncé, ce qui me paraît le plus préoccupant, c'est le très peu que vous avez indiqué sur l'Espagne. Ca m'a profondément affligé. Moi qui ai vécu 40 ans en Bretagne - pour répondre à votre interwiever - , qui me suis investi corps et âmes dans ce pays et cette langue, je me sens profondément breton, mais aussi français, Européen. Et presque automatiquement israélien. Juif. Et chrétien sans doute aussi. J'aime beaucoup la phrase de l'académicien français Amin MAALOUF qui dit que : "L'identité est faite de plusieurs appartenances !" Je suis issu d'une famille mixte, de la très haute bourgeoisie juive du XIX° siècle, je dois lutter pied à pied, régulièrement contre certains des miens qui oublient qu'ils descendent des familles ashkénazes, liés à certaines familles séfarades. il s'agit d'un antisémitisme que je qualifierais d'ancestral, presque de salon. Mais qui m'est insupportable. Peut-être le pire. Mais il y a celui qu'on m'a sorti il y a quelques jours en voiture au retour d'une formation professionnelle, où la discussion portait sur le ménage et les chambres d'hôtels qu'une de mes jeunes collègues pratiquait pour se faire plus que les 1250 Euros /mois que nous gagnons actuellement et le troisième compère d'évoquer la saleté après le passage de juifs dans une chambre. J'étais hors de moi ! - Ben t'as pas vu après le Ramadan !, elle a fait. J'étais perdu entre l'envie de l'embrasser et le rejet total de ce genre de propos. Car on aurait mis de bon blancs, bien roses de chez nous, chrétiens et tout et tout, ils auraient laissé la piaule tout autant dégueulasse. Ce n'est ni une question de races ou de religions. C'est juste de la bêtise, même pas de l'antisémitisme, du racisme de bas étage. C'est Charlélie COUTURE qui, dans une de ses chansons - Les pianistes d'ambiance", je crois - dit : "Les étrangers qu'on préfère ce sont les étrangers de couleurs parce qu'on les repère de loin...". J'ai pensé à mettre une mezouza, dans mon immeuble hlm de travailleurs pauvres, mais non je ne l'ai pas fait. La peur. Evidemment. Et pas de kipa en public, non plus. L'avant dernière fois où je suis monté à Paris, c'était pour aller au Mémorial de la Shoah. Je m'y rendais pour la première fois. Je voulais y aller depuis des années, mais je n'avais pas trouvé ni le temps, ni l'argent. Je m'étais garé à Neuilly/Seine que je connais bien puisque j'y ai travaillé, dans une librairie, du temps de ma jeunesse où j'ai rencontré la mère de mes enfants. Et au retour dans le métro pour récupérer ma voiture avant de foncer au cimetière de Bagneux où j'ai enfin pu retrouver, grâce à mon enquêtrice du Yad Vashem, la tombe d'un des Justes qui a sauvé mon arrière grand-mère pendant la guerre, il y a un jeune homme qui s'est assis à côté de moi. Il portait la kipa. Je l'aurais presque embrassé. D'avoir ce courage que je n'ai pas. Que je n'ai plus. Je ne prends pas de risques. Et maintenant que je deviens un vieux bonhomme encore moins. Et pourtant, c'est paradoxal, je revendique ma judéité plus que jamais. Merci encore pour votre travail exceptionnel.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *
Enquête : nouvelles formes d'antisémitisme en France

Cacher sa judéité pour se protéger

15 septembre 2022
(73 min)
  • 1/3
    Plus d'agressions physiques
    (12min)

    Des enfants élevés à cacher leur judéité

  • 2/3
    Le Juif "puissant et riche"
    (12min)

    Des clichés ancrés dans certains milieux

  • 3/3
    Questions du public
    (49min)

    Relativiser l'enquête, double identité

Dialoguer

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question
Les documents
n°1 - Focus
Nouvel antisémitisme
La vague antisémite des années 2000
A partir de 2000, on constate une forte progression des actes à caractère antisémite. Des structures d’analyse et d’observation de ces phénomènes, notamment le CRIF et la ... Lire la suite
n°2 - Focus
Antisémitisme d’extrême droite
La profanation du cimetière juif de Carpentras
Dès le 10 mai 1990, la macabre profanation de tombes juives à Carpentras réunit l’ensemble de la classe politique contre le Front National. Soupçonné d’être à l’origin... Lire la suite
n°3 - Citation
Antisionisme ou antisémitisme
L’extrême gauche et Israël
Tous les courants d’extrême gauche s’accordent à voir dans Israël l’agent local de l’impérialisme américain qu’ils poursuivent de leur haine. L’anti-impérialisme ... Lire la suite
n°4 - Focus
Institutions communautaires
Les organisations juives de lutte contre l’antisémitisme
Dès l’entre-deux-guerres, autour du Consistoire et des notables israélites français, un certain nombre d’organisations juives d’assistance et de vigilance contre l’anti... Lire la suite
n°5 - Focus
Etude de l'AJC édition 2022
Radiographie de l'antisémitisme en France
Le Conférencier
S
Simone Rodan-Benzaquen - militante

Simone Rodan Benzaquen est une militante associative française. Elle a été . . . Voir la bio complète

Bibliographie sur le sujet
Fabrice Dhume-Sonzogni
Racisme, antisémitisme et "communautarisme" ?, L'école à l'épreuve des faits , (L'harmattan , 2007)   Acheter
Henri Deleersnijder
Le nouvel antisémitisme ; avatars d'une haine ancestrale, (Renaissance du Livre, 2015)   Acheter

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

1 Commentaires
Combattre sa propre peur
le 29/10/2022, 21:54
Chère Simone, c'était passionnant. Merci d'avoir précisé que vous étiez originaire d'Allemagne, votre témoignage et votre travail sont d'autant plus intéressants. Je croyais que vous étiez originaire des Etats-Unis, parce que de temps en temps ressort un petit accent et comme vous parlez remarquablement l'anglais avec justement l'accent américain... Dans tout ce que vous avez dit et énoncé, ce qui me paraît le plus préoccupant, c'est le très peu que vous avez indiqué sur l'Espagne. Ca m'a profondément affligé. Moi qui ai vécu 40 ans en Bretagne - pour répondre à votre interwiever - , qui me suis investi corps et âmes dans ce pays et cette langue, je me sens profondément breton, mais aussi français, Européen. Et presque automatiquement israélien. Juif. Et chrétien sans doute aussi. J'aime beaucoup la phrase de l'académicien français Amin MAALOUF qui dit que : "L'identité est faite de plusieurs appartenances !" Je suis issu d'une famille mixte, de la très haute bourgeoisie juive du XIX° siècle, je dois lutter pied à pied, régulièrement contre certains des miens qui oublient qu'ils descendent des familles ashkénazes, liés à certaines familles séfarades. il s'agit d'un antisémitisme que je qualifierais d'ancestral, presque de salon. Mais qui m'est insupportable. Peut-être le pire. Mais il y a celui qu'on m'a sorti il y a quelques jours en voiture au retour d'une formation professionnelle, où la discussion portait sur le ménage et les chambres d'hôtels qu'une de mes jeunes collègues pratiquait pour se faire plus que les 1250 Euros /mois que nous gagnons actuellement et le troisième compère d'évoquer la saleté après le passage de juifs dans une chambre. J'étais hors de moi ! - Ben t'as pas vu après le Ramadan !, elle a fait. J'étais perdu entre l'envie de l'embrasser et le rejet total de ce genre de propos. Car on aurait mis de bon blancs, bien roses de chez nous, chrétiens et tout et tout, ils auraient laissé la piaule tout autant dégueulasse. Ce n'est ni une question de races ou de religions. C'est juste de la bêtise, même pas de l'antisémitisme, du racisme de bas étage. C'est Charlélie COUTURE qui, dans une de ses chansons - Les pianistes d'ambiance", je crois - dit : "Les étrangers qu'on préfère ce sont les étrangers de couleurs parce qu'on les repère de loin...". J'ai pensé à mettre une mezouza, dans mon immeuble hlm de travailleurs pauvres, mais non je ne l'ai pas fait. La peur. Evidemment. Et pas de kipa en public, non plus. L'avant dernière fois où je suis monté à Paris, c'était pour aller au Mémorial de la Shoah. Je m'y rendais pour la première fois. Je voulais y aller depuis des années, mais je n'avais pas trouvé ni le temps, ni l'argent. Je m'étais garé à Neuilly/Seine que je connais bien puisque j'y ai travaillé, dans une librairie, du temps de ma jeunesse où j'ai rencontré la mère de mes enfants. Et au retour dans le métro pour récupérer ma voiture avant de foncer au cimetière de Bagneux où j'ai enfin pu retrouver, grâce à mon enquêtrice du Yad Vashem, la tombe d'un des Justes qui a sauvé mon arrière grand-mère pendant la guerre, il y a un jeune homme qui s'est assis à côté de moi. Il portait la kipa. Je l'aurais presque embrassé. D'avoir ce courage que je n'ai pas. Que je n'ai plus. Je ne prends pas de risques. Et maintenant que je deviens un vieux bonhomme encore moins. Et pourtant, c'est paradoxal, je revendique ma judéité plus que jamais. Merci encore pour votre travail exceptionnel.