• Arte

le 25 janvier 2023, de 23:45 à 02:25

Télévision

Fiction en 2 parties
L'Orchestre rouge, de Carl-Ludwig Rettinger Lorenz Findeisen

1.- En juin 1938, Léopold Trepper, agent des services secrets extérieurs de l’URSS, s’installe à Bruxelles pour y créer un réseau d’espionnage en Europe de l’Ouest. Renouant avec Leo Grossvogel, un ami avec lequel il avait gagné la Palestine dans les années 1920 afin d’y créer un État juif, il ouvre une société spécialisée dans la vente d’imperméables, qui lui servira de couverture. Le mentor de Trepper à Moscou ayant été liquidé lors des purges staliniennes, Anatoli Gourevitch, alias Kent, est envoyé à Bruxelles pour surveiller l’espion sur son terrain. En août 1939, la signature d’un pacte de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS rebat les cartes: Staline stoppe les activités d’espionnage contre Berlin. Rappelé en URSS, Trepper refuse d’obéir et reste en Belgique.

 

L’occupation de la France l’année suivante le décide à fonder à Paris, toujours avec Leo Grossvogel, la Simex, une société-écran d'import-export. Approvisionnant l'occupant en marchandises de toutes sortes, son groupe commence à recueillir des informations. À Berlin, Harro Schulze-Boysen, un jeune officier au ministère de l’Aviation, est pour sa part entré en résistance avec un groupe d’amis, notamment Arvid Harnack, employé au ministère de l’Économie, et sa femme Mildred. Clandestinement, ils distribuent des tracts antinazis et viennent en aide aux juifs persécutés et aux déserteurs. Bientôt, ils coopèrent avec les Russes et leur livrent des informations secrètes....

 

2.- Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux réseaux de résistance aux nazis, l’un implanté à Bruxelles puis à Paris, et l’autre à Berlin, ont livré des informations aux Soviétiques. Seconde partie : le contre-espionnage allemand et la Gestapo ont engagé une traque contre les résistants des deux réseaux. Sans se concerter, ils leur ont donné le même nom, l’Orchestre rouge.

 

À la fin de l’année 1941, les nazis localisent le poste de transmission bruxellois du réseau dirigé par Trepper et Gourevitch. Ces derniers parviennent à leur échapper et décident de passer en France pour poursuivre leurs activités. À Bruxelles, les agents de Trepper se sont réorganisés. Ils changent maintenant régulièrement de lieux d’émissions et le contre-espionnage allemand peine à les localiser. La Gestapo a intercepté nombre de leurs messages émis et reçus, mais sans clé pour les déchiffrer, elle ne peut remonter les filières.

 

Arrêté en Belgique en septembre 1942, Johann Wenzel, l’un des opérateurs radio allemands du réseau bruxellois, finit par révéler sous la torture le fameux code. Le déchiffrage d’un message envoyé par Moscou à Bruxelles donne l’adresse de Harro Schulze-Boysen…