• Arte

le 25 septembre 2022, de 20:55 à 23:25

Télévision


La chute, de Oliver Hirschbiegel

Les derniers jours d'Adolf Hitler. Entre malaise et réalisme, ce film a suscité de vifs débats, notamment parce qu'il offre un visage humain au dictateur. Avec le bluffant Bruno Ganz, disparu le 16 février dernier.   Berlin, avril 1945. Le IIIe Reich agonise. Hitler s'est réfugié dans son bunker, avec ses généraux, ses plus proches partisans, sa compagne Eva Braun et sa jeune secrétaire Traudl Junge. Tous, malgré les "mauvaises" nouvelles venues de l'extérieur, continuent à croire en la victoire…  

 

Hitler, trop humain? Film pédagogique qui invite à réfléchir sur le mécanisme du fanatisme pour les uns, La chute s'avère dangereux pour les autres, en donnant un visage humain, voire sympathique, au "monstre". Pourtant, c'est sûrement la force du propos : entrer dans la complexité de la personnalité d'Adolf Hitler.

 

Avec Bruno Ganz, époustouflant de véracité et d'ambiguïté, le pari est réussi. En 2005, l'acteur expliquait au Monde comment il avait accepté ce rôle à haut risque : "Ce qui m'a décidé, ce fut la première séance de maquillage. J'étais à Munich, on m'a mis la moustache, la perruque, j'étais très effrayé, mais je me suis dit: c'est bien pour moi, comme acteur."

 

Sa formidable composition hante bien longtemps après le générique de fin.