• Ciné + Club

le 4 août 2022, de 07:10 à 08:30

Télévision


Mon histoire n'est pas encore écrite, avec Jacqueline Gozland

Tandis que ma mère et moi fuyons Constantine déchirée, pour une terre inconnue et hostile ,devenant des pieds noirs , la Cinémathèque algérienne voulue par Mahieddine Moussaoui,figure politique de l'indépendance de l'Algérie et instigateur de la politique culturelle algérienne , dirigé par Ahmed Hocine et animé par Jean Michel Arnold , fils spirituel d'henri Langlois ,voit le jour en 1965 .   Alger toute entière se précipite pour voir des films et rencontrer Von Sternberg ,Visconti, Godard , Losey, Chahine, Sembène Ousmane , Claude Chabrol ,Nicholas Ray , Med Hondo.   Jean Michel Arnold quitte Alger en 1970, après le festival Panafricain. Boudjemaa Kareche , poursuivra jusqu'en 2004 , ce travail de transmission , ouvrant la porte de la Cinémathèque aux cinéastes arabes et africains .

 

La cinémathèque d'Alger a célébré son 50e anniversaire en 2015.   "Après tant d'années d'absence, Alger me prend dans ses bras . Ce bonheur, cette joie à peine perceptible ,semble avoir effacé ces longues années d'attente . mes parents m'ont donné comme second prénom Messaouda. Messaouda cette autre part de moi même, cette lumière manquante."