• La cinetek

du 25 janvier 2021 au 15 mars 2021

VOD


Hommage à Chantal Akerman

Artiste radicale et à vif, la cinéaste disparue en 2015 est mise à l’honneur sur LaCinetek jusqu’au 15 mars, à travers dix films clés.

 

“Je me suis vite rendue compte que la technique cinématographique (...)  n’était pas une fin en soi... Et que pour l’expression je m’en remettais à moi-même et pas à des maîtres, que l’expression, ça ne s’apprenait pas.” Chantal Akerman


De 1968 à 2015, la réalisatrice n’a cessé de se « lever » pour son œuvre, faite de 40 films, d’installations, de livres… Formée sur le vif du New York expérimental de 1970, elle invente un cinéma profondément personnel, qui modernise les genres (le burlesque Saute ma ville, le musical Golden Eighties, le mélodrame proustien La Captive) par l’autofiction et l’expérience sensible du quotidien, de sa durée, de ses gestes simples.

Tenant à équidistance le gai et le glauque, ses portraits de femmes - elle-même dans Je, tu, il, elle ; Delphine Seyrig dans Jeanne Dielman ; Aurore Clément dans Les Rendez-vous d’Anna, éclairent d’un jour nouveau leurs intérieurs et intériorités, sondant les désirs féminins et lesbiens.

 

De huis clos en films nomades (carnets de voyages, documentaires), ses récits intimes enquêtent inlassablement sur l’Histoire, à commencer par celle de sa mère, juive polonaise rescapée des camps (D’Est, No Home Movie), qu’elle suit dans la mort, un an après sa disparition.

Décisive, son œuvre impacte des générations de féministes et d’artistes, de Michael Haneke à Gus Van Sant.