COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Limoud

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme

Liliane Vana

La Tora fait deux injonctions majeures : l’interdiction se livrer à un culte idolâtre d’une part et, d’autre part, l’obligation de détruire les images, briser les statues, déraciner, voire brûler, les arbres vénérés (la ’achéra), etc. afin d’éradiquer l’idolâtrie, d’en désacraliser les objets de culte et de les faire disparaître. Or à l’époque de la Michna, les sages tentent d’empêcher les Juifs de détruire les idoles en élaborant de nouvelles règles selon lesquelles seul l’idolâtre peut (hala'hiquement) désacraliser une idole. Dorénavant, cet acte est nul et non avenu s’il est accompli par un juif. En outre, la littérature talmudique fait état de la détention d’images et de statues par de grandes figures rabbiniques. Comment expliquer ces évolutions ? Plus tard les règles relatives à l’idolâtrie (‘avoda zara) serviront de cadre de réflexion hala'hique pour l’analyse des nouvelles religions monothéistes. Qu’en est-il de nos jours ? Comment expliquer la détention des images (dessins et photographies) des grands maîtres du passé et du présent et par les grands maîtres du présent. Nul doute que indépendamment de la question de l’idolâtrie -le rapport des Juifs à l’image, la statue et les formes figuratives a changé depuis l’époque de la Michna.

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme
http://universitedujudaisme.akadem.org/

Paris - 17/09/2018
Akadem

HALA'HA: Image, statue, idole: La halakhah hier et aujourd'hui (0)