COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Limoud

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme

Bernard Maruani

Le nazir (l’abstinent), dont Samson est l’une des figures bibliques, est un sujet ordinaire, homme ou femme, qui a fait le vœu de nazirat. Il s'agit d'un statut qui, spécifie la Bible (Nombres 6), se traduit par trois interdictions –se couper les cheveux, consommer de la vigne et toucher un cadavre. Des interdictions qui, selon le Talmud, le rendent égal au Grand-Prêtre, lui l’étranger à la lignée des prêtres. Nul n’a demandé au nazir de le devenir. Certainement pas la Loi, le Talmud allant jusqu’à qualifier le nazir de 'hoté (pécheur). Mais il l’est pour avoir été submergé, possédé jusqu’à l’ivresse, d’un désir de sainteté aussi puissant que le désir sexuel. Ce désir de cesser d’être ordinaire, la Loi en prend acte et lui confère un statut mais n’a de cesse de le canaliser, et ne lui cède que ces trois interdictions.

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme

UNIPOPU - Université en ligne du Judaïsme
http://universitedujudaisme.akadem.org/

Paris - 28/09/2016
Studio Akadem

MICHNA: Le Nazir ou la tentation de l’aut (0)