COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Histoire

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

De l’Afrique du Nord au Moyen-Orient, l’histoire des juifs en terres arabes a longtemps fait l’objet de lectures idéalisées et superficielles, aujourd’hui recouvertes par l’ombre du conflit israélo-arabe. Le plus souvent antérieures à la conquête arabo-musulmane au VIIe siècle, ces communautés se sont dissoutes, en une génération à peine, dans l’après-guerre (1945-1970). Le statut de dhimmi faisait du juif moins un protégé qu’un inférieur et un soumis, sans pour autant occulter la richesse culturelle (philosophique et religieuse, notamment) de ce monde disparu. Un monde confronté au choc Islam-Chrétienté, puis à la colonisation européenne perçue à la fois comme une intrusion étrangère et la possibilité d’une libération. Le conflit israélo-arabe et le projet sioniste sont-ils les seuls responsables de ce déracinement, comme l’assure l’opinion courante ? En réalité, en particulier par le biais de l’école, la modernité culturelle, appuyée sur un développement économique et social, avait ébranlé dès le XIXe siècle la sujétion traditionnelle des sociétés juives. De surcroît, à partir des années 1930, le développement du foyer juif en Palestine et l’essor d’un nationalisme arabe de plus en plus ethnicisé, et souvent favorable à l’Axe, contribuent à défaire les derniers liens d’une longue cohabitation. Ce processus s’accélère après 1945 et aboutit à un départ qui vire parfois à l’exode (comme en Libye ou en Irak) – ponctué de violences, voire de pogroms – à l’exil et à la spoliation. Près d’un million de juifs des pays arabes ont ainsi quitté leur terre ancestrale. Pour les trois quarts, ils ont gagné Israël. Aujourd’hui, ce judaïsme bimillénaire tente d’écrire une histoire affranchie des mythologies.

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
http://www.mahj.org/fr

Paris - 23/09/2014

Juifs en terres arabes (0)