Les juifs et la Gauche, histoire d'un désamour

Depuis l'affaire Dreyfus jusqu'aux années Mitterand, l'équation politique était binaire pour les juifs de France. Les antisémites se trouvaient du côté des partis réactionnaires et la Gauche représentait le camp de l'anti-racisme. Les choses ont commencé à changer, voire à s'inverser, lors de la deuxième intifada, au début des années 2000. Nombre de juifs de France se sont sentis abandonnés, trahis par leurs anciens camarades. La critique systématique et démesurée d'Israël laissait transparaitre un antisémitisme de gauche qui ne disait pas son nom et des affinités que certains qualifient aujourd'hui d'"islamo-gauchistes".

Les juifs et la Gauche, histoire d'un désamour