COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Stéphane Belmondo
musicien

Biographie

Stéphane Belmondo est un trompettiste, bugliste et batteur de jazz français né le 8 juillet 1967 à Hyères (Var). En 1987, il rejoint le big band Lumière de Laurent Cugny, qui a convaincu l’arrangeur Gil Evans, sa principale source d’inspiration, de venir en France contribuer au répertoire de son orchestre. Il en résulte deux disques, une tournée européenne et de nombreux souvenirs attachés à la silhouette frêle de cet exceptionnel orchestrateur admiré par Miles Davis. La collaboration avec Boussaguet débouche sur un disque qui permet à Stéphane d’enregistrer en compagnie de l’une de ses idoles : le trompettiste américain Tom Harrell. Après une parenthèse jazz fusion dans le groupe Abus, emmené par Pierrejean Gaucher jusqu’au Chili en 1990, Stéphane Belmondo devient l’un des solistes préférés de Michel Legrand, qui l’engage dans son big band et le fait participer régulièrement à des nombreuses séances de studios. Les frères Belmondo ont reçule prix Django Reinhardt de l’Académie du jazz, qui récompense le musicien français de l’annéen, signe que son aura excède désormais la seule sphère du jazz. Stéphane Belmondo est sollicité par Alain Bashung pour participer au disque Chatterton que signe alors le chanteur. En 2004, pour le premier disque qu'il signe de son seul nom, à 36 ans, l'idée d'interpréter un répertoires de chansons de Stevie Wonder s'impose avec évidence. Wonderland est un album mûri, élaboré sans précipitation, autour de chansons qui font le pont entre l’univers du Little Genius devenu un géant de la chanson américaine et le monde du jazz qui lui va comme un gant .