COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Marc Valleur
médecin

Biographie

Marc Valleur est psychiatre et médecin-chef de l’Hôpital Marmottan à Paris, spécialisé dans les conduites addictives. Ayant très tôt travaillé sur les liens entre les dépendances et les prises de risque, il est le premier en France à avoir dès 1998 ouvert ses consultations aux joueurs d’argent et de hasard. Il a écrit de nombreux articles et plusieurs livres sur la question, dont «Le jeu pathologique» (1997), «Les pathologies de l’excès»(2006) et «Le désir malade» (2011). Il a participé en tant qu’expert à l’ouvrage collectif «Problem Gambling in Europe» (2009) et à l’expertise collective Inserm sur le jeu en 2008. Il est membre du Comité Consultatif des Jeux et de l’Observatoire des Jeux et Directeur de publication de la revue Psychotropes. En 2010, il a été décoré de la Légion d’Honneur pour son action de précurseur auprès des joueurs excessifs et pathologiques. Ayant ouvert la consultation de Marmottan à toutes les addictions, il a aussi été amené à s’intéresser aux questions d’«addiction aux jeux vidéo» ou «cyberaddiction», et participé à la création du réseau de réflexion de cliniciens sur ces sujets (« La Guilde »). Adepte d’un discours nuancé et dédramatisant, il soutient que l’addiction peut concerner à peu près tous les objets de consommation, et que l’extension actuelle de cette notion doit ouvrir à de vastes débats sur les questions de consommation, de société, et de culture, qui ne doivent pas rester confinés dans le champ médical.