COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Henri Borlant
témoin, rescapé de la Shoah

Biographie

Henri
Henri Borlant est né en 1927 à Paris dans une famille d'immigrés juifs russes de neuf enfants. Henri Borlant a 12 ans en 1939. Le 15 juillet 1942, veille des rafles du Vel d'Hiv à Paris, des Allemands arrêtent une partie de la famille. Emprisonnés au Grand Séminaire d'Angers, Henri, son père, son frère Bernard et sa sœur Denise sont déportés le 20 juillet d'Angers vers Birkenau (Auschwitz II). Ils y mourront tous les trois. Les grands-parents maternels de Henri Borlant, Hersch et Sarah, ainsi que sa tante Fanny, périssent eux aussi à Auschwitz. Ses grands parents paternels et ses oncles et tantes établis près d’Odessa disparaissent, probablement victimes de la Shoah par balles.Henri Bornant, victime très tôt du typhus et de la dysenterie, passe 28 mois à Birkenau et Auschwitz puis 8 jours environ à Sachsenhausen et la même période à Oranienburg. Il échappe de justesse aux sélections pour la chambre à gaz au camp de Birkenau, où exerçait notamment le docteur Mengele.Après-guerre, atteint par la tuberculose, Henri se lance dans des études secondaires puis de médecine à Paris. Il épouse une Allemande, anti-nazie, qui avait quitté son pays à 17 ans en apprenant la réalité de la Shoah. Henri Borlant est aujourd’hui médecin retraité.Ce n’est qu’en 1992 qu’il a pour la première fois la possibilité de témoigner. Il s'engage alors dans l'association Témoignage pour mémoire, pour laquelle il recueille des témoignages sur support vidéo. Henri Borlant est également membre de la” Commission nationale des déportés et internés politiques” au ministère de la Défense, de la Commission “Pédagogie et transmission” au Mémorial de la Shoah, des commissions “Mémoire et transmission” et “Lecture” de de la Fondation Mémoire de la Shoah. Il est administrateur de la Fondation pour la mémoire de la déportation. (Mise à jour: mai 2009)