Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Le veau d'or ou la jouissance du désespoir - n° 21

Ki Tissa: la splendeur perdue (36 min)

Ivan Segré - philosophe et talmudiste
  • Le Chabat, un anti-veau d'or

    Betsalel ou la mise en forme du monde (11min)

  • La jouissance des prêtres

    Les uns prient, les autres mangent (8min)

  • Les lueurs de la nuit

    L'âne, le chien et le nourrisson (6min)

  • Transformer le désir

    Le converti qui voulait être Grand-prêtre (11min)

Les documents (4)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Ivan Segré - philosophe et talmudiste

Ivan Segré est né en 1973. Il a suivi des études de Philosophie et de Littérature à l’université Paris 10, puis à l’université Paris 8. Titulaire d’un doctorat en philosophie (Thèse de doctorat : La réaction philosémite à l’épreuve de l’histoire juive, sous la direction de Daniel Bensaïd) il vit aujourd’hui entre la France et Israël et  poursuit ses recherches talmudiques et philosophiques.

Bibliographie du conférencier

Ivan Segré

Les pingouins de l'universel, (Lignes, 2017)   Acheter

L'intellectuel compulsif, (Lignes, 2015)   Acheter

Le manteau de Spinoza, (La Fabrique, 2014)   Acheter

Judaïsme et révolution, (La Fabrique, 2014)   Acheter

La Réaction philosémite, (Lignes, 2009)   Acheter

Ivan Segré (préface d'Alain Badiou)

Qu'appelle-t-on penser Auschwitz?, (Lignes, 2009)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 30 janvier 2019
Commentaires ( 4 )

Merci et que HACHEM vous protège

17 février 2019, 17h52, Gershon Aronsohn

Une profondeur et une intelligence vertigineuse... Pourquoi ne pas entreprendre un DAF YOMI ? Ce serait une telle MITSVAH !

Papa ! Maman !

17 février 2019, 21h29, Steve

Selon le Texte, les hébreux viennent de quitter une culture polythéiste dans laquelle les dieux sont souvent flanqués d'une parèdre féminine. Maath est souvent représentée par une vache. Pharaon arbore une queue de taureau. Arrivés au Sinaï, les hébreux y entendent, par des voix de tonnerre qu'ils voient, qu'il n'y a qu'un Dieu qui les a sortis par la force d'une maison d'esclavage. L'envoyé représentant du Dieu céleste, équivalent de Râ là où ils en sont de leur évolution, leur annonce qu'il n'y a plus de maman, plus de déesse et là, ils ne comprennent plus et le disent à Moshe : nous ne pouvons plus entendre ces paroles sans mourir ! Toi tu nous expliquera. Et Moshe disparaît du monde matériel (40 jours) Une idole est faite à l'image de ce que l'on est : les hébreux, peuple dans l'enfance à ce stade, se font donc l'image d'un petit de la vache : fils d'Egypte. Ils disent qu'ils ont peur sans leur maman et qu'ils veulent retourner à la maison puisque Papa a disparu. Voilà pourquoi le veau d'or est fait avec les bijoux des femmes, l'or dont les aristocrates égyptiennes se faisaient des miroirs. Le veau d'or, c'est la peur qu'éprouve tout enfant lorsqu'il prend conscience qu'il doit quitter le lieu de son enfantement. Shalom.

Prononciation

20 février 2019, 15h39, Constance

Depuis quand dit-on "parashaT" ? C'est déjà assez délicat de le dire au pluriel, n'en rajoutons pas ;).

La reponse a parashaT

21 février 2019, 16h59, Dan

Concernant la raison pour laquelle ont dit parashat hashavoua par exemple s'appelle la smih'out en hebreu. Le T represente la liaison entre les deux mots. Au lieu de dire parasha shel hashavoua (parasha de la semaine) on dit parashat Hashavoua.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Ki Tissa: la splendeur perdue

36 min

Ivan Segré - philosophe et talmudiste

Commentaires ( 4 )

Merci et que HACHEM vous protège

17 février 2019, 17h52, Gershon Aronsohn

Une profondeur et une intelligence vertigineuse... Pourquoi ne pas entreprendre un DAF YOMI ? Ce serait une telle MITSVAH !

Papa ! Maman !

17 février 2019, 21h29, Steve

Selon le Texte, les hébreux viennent de quitter une culture polythéiste dans laquelle les dieux sont souvent flanqués d'une parèdre féminine. Maath est souvent représentée par une vache. Pharaon arbore une queue de taureau. Arrivés au Sinaï, les hébreux y entendent, par des voix de tonnerre qu'ils voient, qu'il n'y a qu'un Dieu qui les a sortis par la force d'une maison d'esclavage. L'envoyé représentant du Dieu céleste, équivalent de Râ là où ils en sont de leur évolution, leur annonce qu'il n'y a plus de maman, plus de déesse et là, ils ne comprennent plus et le disent à Moshe : nous ne pouvons plus entendre ces paroles sans mourir ! Toi tu nous expliquera. Et Moshe disparaît du monde matériel (40 jours) Une idole est faite à l'image de ce que l'on est : les hébreux, peuple dans l'enfance à ce stade, se font donc l'image d'un petit de la vache : fils d'Egypte. Ils disent qu'ils ont peur sans leur maman et qu'ils veulent retourner à la maison puisque Papa a disparu. Voilà pourquoi le veau d'or est fait avec les bijoux des femmes, l'or dont les aristocrates égyptiennes se faisaient des miroirs. Le veau d'or, c'est la peur qu'éprouve tout enfant lorsqu'il prend conscience qu'il doit quitter le lieu de son enfantement. Shalom.

Prononciation

20 février 2019, 15h39, Constance

Depuis quand dit-on "parashaT" ? C'est déjà assez délicat de le dire au pluriel, n'en rajoutons pas ;).

La reponse a parashaT

21 février 2019, 16h59, Dan

Concernant la raison pour laquelle ont dit parashat hashavoua par exemple s'appelle la smih'out en hebreu. Le T represente la liaison entre les deux mots. Au lieu de dire parasha shel hashavoua (parasha de la semaine) on dit parashat Hashavoua.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Le Chabat, un anti-veau d'or

    Betsalel ou la mise en forme du monde (11min)

  • La jouissance des prêtres

    Les uns prient, les autres mangent (8min)

  • Les lueurs de la nuit

    L'âne, le chien et le nourrisson (6min)

  • Transformer le désir

    Le converti qui voulait être Grand-prêtre (11min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 30 janvier 2019
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Ivan Segré - philosophe et talmudiste

Ivan Segré est né en 1973. Il a suivi des études de Philosophie et de Littérature à l’université Paris 10, puis à l’université Paris 8. Titulaire d’un doctorat en philosophie (Thèse de doctorat : La réaction philosémite à l’épreuve de l’histoire juive, sous la direction de Daniel Bensaïd) il vit aujourd’hui entre la France et Israël et  poursuit ses recherches talmudiques et philosophiques.

Bibliographie du conférencier

Ivan Segré

Les pingouins de l'universel, (Lignes, 2017)   Acheter

L'intellectuel compulsif, (Lignes, 2015)   Acheter

Le manteau de Spinoza, (La Fabrique, 2014)   Acheter

Judaïsme et révolution, (La Fabrique, 2014)   Acheter

La Réaction philosémite, (Lignes, 2009)   Acheter

Ivan Segré (préface d'Alain Badiou)

Qu'appelle-t-on penser Auschwitz?, (Lignes, 2009)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier