Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

''Celui qui va vers elle ne revient pas''

Quitter le monde 'hassidique (12 min)

Shulem Deen - Ecrivain, Michel Zlotowski - interprète, journaliste
  • La secte 'hassidique des Skver

    et le "monde du dehors" (4min)

  • Les mémoires d'un hérétique

    L'exclusion de Shulem Deen (5min)

  • L'association Footsteps

    Aider ceux qui sortent (3min)

Les documents (4)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Shulem Deen - Ecrivain

Shulem Deen est un ancien hassid de la communauté des Skver, et l'auteur de «All Who Go Do not Return» ("Celui qui va vers elle revient pas"), un mémoire sur la vie dans le monde hassidique juif et son départ. Son œuvre est apparue dans la Nouvelle République, Salon, Haaretz, Tablet, et ailleurs. Il est membre du conseil d'administration de Footsteps, une organisation basée à New York qui offre une aide et un soutien à ceux qui ont quitté la communauté juive ultra-orthodoxe. Il habite à Brooklyn.   En novembre 2017, il remporte le prix Medicis dans la catégorie essai pour son livre "Celui qui va vers elle ne revient pas".   C'est aussi un blogger et un journaliste: http://forward.com/author/shulem-deen/  

Page personnelle

Michel Zlotowski - interprète, journaliste

Michel Zlotowski est interprète, conférencier et a été enseignant à l'Institut Français de Presse (Paris II) et l'Ecole Supérieur de Journalisme.

Bibliographies des conférenciers

Shulem Deen

Celui qui va vers elle ne revient pas, (Globe, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaires ( 6 )

L'exclusion de Shulem Deen

10 mars 2017, 16h09, Soliloque

J'ai trouvé cet interview extrêmement émouvant, en pensant à la souffrance ressentie par ce jeune homme, par son exclusion subie de la part de la communauté qu'il aimait et qui l'avait adopté, adolescent qu'il était. Et puis de par son exclusion, il se trouve peut-être qu'il ne peut plus voir et approcher ses propres enfants qui lui manquent certainement ainsi que son épouse, et à qui il doit aussi manquer : une partie de sa vie avec laquelle il a dû trancher radicalement, cruellement et de façon drastique. Ce qu'il fait) l'égard des autres qui veulent advenir à un monde simplement plus critique à l'égard de nos enseignements premiers -parentaux -, est extrêmement généreux. Bravo et qu'il soit béni !

L'exclusion de Shulem Deen

11 mars 2017, 14h55, Françoise, Genève

C'est vraiment très bien d'aider ceux qui veulent s'affranchir de ces sectes de haredim. Cela dit la Torah n'est pas un livre d'histoire, c'est un mode d'emploi de la Création et de notre vie sur terre. Par conséquent, sortir d'une secte n'a rien à voir avec la vie spirituelle, ni avec l'étude du Talmud, ni avec la foi.

Secte ! Vous avez dit secte...

16 mars 2017, 14h58, DB

Il y a vraiment quelque chose que je ne comprends pas... Cet homme a intégré ce mouvement Hassidique de son propre gré et non forcé. En quoi ce mouvement pourrait être qualifié de secte, car dans ce cas l'ensemble de la communauté Haredi / orthodoxe doit être qualifié de secte et donc le judaïsme dans sa globalité. Ce reportage n'est qu'un ramassis de haine des Hiloni (anti religieux) envers le monde religieux. Tout le fond de ce reportage calomnieux est clair. Le monde haredi est en réalité beaucoup plus ouvert que l'on veut nous le faire croire et nous le montrer. On voit dans ce reportage justement la fermeture du monde hiloni. Ces orthodoxes n'ont rien demandé à personne, ils veulent vivre leur vie et leur foi comme bon leur semble et en réalité c'est cela qui dérange ceux qui n'ont pas les mêmes idées et les mêmes croyances. Si le peuple juif existe (et qu’il continuera à exister) après les massacres, les pogroms, la Shoa et cela depuis 2000 ans, c’est parce qu’il y a toujours eu un petit enfant avec une Kippa et des Péots qui a continué à d’étudier la tradition de ces pères. Pour une fois rendons leur hommage….

Sûr de votre traduction ?

27 mars 2017, 13h44, Robert

All who go do not return : Je lis naturellement : "Tous ceux qui partent (qui quittent la communauté Haredi) ne reviennent pas" et non le contraire "Tous ceux qui vont vers elles…" Une erreur ou une subtilité liée au contenu du récit ?

Livre absolument passionnant ! Je l'ai lu ! !

5 mai 2017, 00h29, Avraham

J'ai lu ce livre et il est absolument passionnant ! Je le conseille à tous ceux qui s'intéressent au destin du peuple juif. Il fait découvrir un monde trop souvent perçu à travers le folklore ou à travers des clichés nostalgiques et bienveillants. En lisant ce livre, on découvre une société absolument terrible. Par exemple il y a une pression sociale énorme pour empêcher les gens de choisir leur vie (si vous souhaitez quitter la religion, ou même devenir un orthodoxe moderne, vous devenez un ennemi de la collectivité - l'auteur décrit même sa convocation devant une sorte de conseil qui le menace physiquement !). Il y a une pression énorme pour empêcher les gens d'accéder à la connaissance (les livres sont interdits ! Pensons à cela : tous les totalitarismes s'en prennent aux livres et à la liberté créatrice). Il y a un tabou énorme pour empêcher les gens de se poser des questions : la télévision est interdite, la radio est interdite, internet est interdit ! Il n'y a qu'un mode de vie possible et quiconque le remet en question devient un pestiféré... Bref, la personnalité des gens est totalement étouffée. L'état d'ignorance est par ailleurs terrible : arrivé au mariage, les gens ne savent pas ce que sont des relations sexuelles, et de là dérive énormément de souffrance... En fin de compte, tout doit servir à la religion, l'être humain est complètement dévalorisé, il ne compte pas car il ne doit servir qu'à perpétuer la pratique religieuse la plus obscurantiste. Je vous conseille un autre témoignage passionnant si vous lisez l'anglais : UNORTHODOX, de Deborah Feldman (elle aussi a fui l'ultra-orthodoxie, mais cette fois la communauté est celle de Satmar à Brooklyn, une communauté anti-sioniste d'ailleurs). L'histoire juive est une grande aventure, et ces communautés qui répriment l'être humain sont dangereuses pour tout le peuple juif, car elles menacent par exemple le sionisme en ramenant Israël au ghetto et au tiers monde, en tuant la liberté, la démocratie, et en tuant le savoir (le vrai). Livre superbe !

Remarques

17 février 2020, 10h23, Schlomo

Parler de secte concernant une mouvance hassidique introduit une connotation négative et un parti pris quoi qu. On puisse penser de la sincérité probable de l. Auteur de ce livre. L. Impression que laisse cette interview c’est que la pratique religieuse ne peut être que totalitaire ce qui est à mon avis une aberration et une déviation. Pourquoi rejeter tout en bloc lorsqu’on a fait une expérience douloureuse et extrême ? Il existe tellement d. Autres façons d. Aborder le judaisme.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Quitter le monde 'hassidique

12 min

Shulem Deen - Ecrivain, Michel Zlotowski - interprète, journaliste

Commentaires ( 6 )

L'exclusion de Shulem Deen

10 mars 2017, 16h09, Soliloque

J'ai trouvé cet interview extrêmement émouvant, en pensant à la souffrance ressentie par ce jeune homme, par son exclusion subie de la part de la communauté qu'il aimait et qui l'avait adopté, adolescent qu'il était. Et puis de par son exclusion, il se trouve peut-être qu'il ne peut plus voir et approcher ses propres enfants qui lui manquent certainement ainsi que son épouse, et à qui il doit aussi manquer : une partie de sa vie avec laquelle il a dû trancher radicalement, cruellement et de façon drastique. Ce qu'il fait) l'égard des autres qui veulent advenir à un monde simplement plus critique à l'égard de nos enseignements premiers -parentaux -, est extrêmement généreux. Bravo et qu'il soit béni !

L'exclusion de Shulem Deen

11 mars 2017, 14h55, Françoise, Genève

C'est vraiment très bien d'aider ceux qui veulent s'affranchir de ces sectes de haredim. Cela dit la Torah n'est pas un livre d'histoire, c'est un mode d'emploi de la Création et de notre vie sur terre. Par conséquent, sortir d'une secte n'a rien à voir avec la vie spirituelle, ni avec l'étude du Talmud, ni avec la foi.

Secte ! Vous avez dit secte...

16 mars 2017, 14h58, DB

Il y a vraiment quelque chose que je ne comprends pas... Cet homme a intégré ce mouvement Hassidique de son propre gré et non forcé. En quoi ce mouvement pourrait être qualifié de secte, car dans ce cas l'ensemble de la communauté Haredi / orthodoxe doit être qualifié de secte et donc le judaïsme dans sa globalité. Ce reportage n'est qu'un ramassis de haine des Hiloni (anti religieux) envers le monde religieux. Tout le fond de ce reportage calomnieux est clair. Le monde haredi est en réalité beaucoup plus ouvert que l'on veut nous le faire croire et nous le montrer. On voit dans ce reportage justement la fermeture du monde hiloni. Ces orthodoxes n'ont rien demandé à personne, ils veulent vivre leur vie et leur foi comme bon leur semble et en réalité c'est cela qui dérange ceux qui n'ont pas les mêmes idées et les mêmes croyances. Si le peuple juif existe (et qu’il continuera à exister) après les massacres, les pogroms, la Shoa et cela depuis 2000 ans, c’est parce qu’il y a toujours eu un petit enfant avec une Kippa et des Péots qui a continué à d’étudier la tradition de ces pères. Pour une fois rendons leur hommage….

Sûr de votre traduction ?

27 mars 2017, 13h44, Robert

All who go do not return : Je lis naturellement : "Tous ceux qui partent (qui quittent la communauté Haredi) ne reviennent pas" et non le contraire "Tous ceux qui vont vers elles…" Une erreur ou une subtilité liée au contenu du récit ?

Livre absolument passionnant ! Je l'ai lu ! !

5 mai 2017, 00h29, Avraham

J'ai lu ce livre et il est absolument passionnant ! Je le conseille à tous ceux qui s'intéressent au destin du peuple juif. Il fait découvrir un monde trop souvent perçu à travers le folklore ou à travers des clichés nostalgiques et bienveillants. En lisant ce livre, on découvre une société absolument terrible. Par exemple il y a une pression sociale énorme pour empêcher les gens de choisir leur vie (si vous souhaitez quitter la religion, ou même devenir un orthodoxe moderne, vous devenez un ennemi de la collectivité - l'auteur décrit même sa convocation devant une sorte de conseil qui le menace physiquement !). Il y a une pression énorme pour empêcher les gens d'accéder à la connaissance (les livres sont interdits ! Pensons à cela : tous les totalitarismes s'en prennent aux livres et à la liberté créatrice). Il y a un tabou énorme pour empêcher les gens de se poser des questions : la télévision est interdite, la radio est interdite, internet est interdit ! Il n'y a qu'un mode de vie possible et quiconque le remet en question devient un pestiféré... Bref, la personnalité des gens est totalement étouffée. L'état d'ignorance est par ailleurs terrible : arrivé au mariage, les gens ne savent pas ce que sont des relations sexuelles, et de là dérive énormément de souffrance... En fin de compte, tout doit servir à la religion, l'être humain est complètement dévalorisé, il ne compte pas car il ne doit servir qu'à perpétuer la pratique religieuse la plus obscurantiste. Je vous conseille un autre témoignage passionnant si vous lisez l'anglais : UNORTHODOX, de Deborah Feldman (elle aussi a fui l'ultra-orthodoxie, mais cette fois la communauté est celle de Satmar à Brooklyn, une communauté anti-sioniste d'ailleurs). L'histoire juive est une grande aventure, et ces communautés qui répriment l'être humain sont dangereuses pour tout le peuple juif, car elles menacent par exemple le sionisme en ramenant Israël au ghetto et au tiers monde, en tuant la liberté, la démocratie, et en tuant le savoir (le vrai). Livre superbe !

Remarques

17 février 2020, 10h23, Schlomo

Parler de secte concernant une mouvance hassidique introduit une connotation négative et un parti pris quoi qu. On puisse penser de la sincérité probable de l. Auteur de ce livre. L. Impression que laisse cette interview c’est que la pratique religieuse ne peut être que totalitaire ce qui est à mon avis une aberration et une déviation. Pourquoi rejeter tout en bloc lorsqu’on a fait une expérience douloureuse et extrême ? Il existe tellement d. Autres façons d. Aborder le judaisme.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • La secte 'hassidique des Skver

    et le "monde du dehors" (4min)

  • Les mémoires d'un hérétique

    L'exclusion de Shulem Deen (5min)

  • L'association Footsteps

    Aider ceux qui sortent (3min)

L'organisateur

Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Shulem Deen - Ecrivain

Shulem Deen est un ancien hassid de la communauté des Skver, et l'auteur de «All Who Go Do not Return» ("Celui qui va vers elle revient pas"), un mémoire sur la vie dans le monde hassidique juif et son départ. Son œuvre est apparue dans la Nouvelle République, Salon, Haaretz, Tablet, et ailleurs. Il est membre du conseil d'administration de Footsteps, une organisation basée à New York qui offre une aide et un soutien à ceux qui ont quitté la communauté juive ultra-orthodoxe. Il habite à Brooklyn.   En novembre 2017, il remporte le prix Medicis dans la catégorie essai pour son livre "Celui qui va vers elle ne revient pas".   C'est aussi un blogger et un journaliste: http://forward.com/author/shulem-deen/  

Page personnelle

Michel Zlotowski - interprète, journaliste

Michel Zlotowski est interprète, conférencier et a été enseignant à l'Institut Français de Presse (Paris II) et l'Ecole Supérieur de Journalisme.

Bibliographies des conférenciers

Shulem Deen

Celui qui va vers elle ne revient pas, (Globe, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers