Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Sexe, transmission et identité

Comment les rabbins font les enfants, par Delphine Horvilleur (80 min)

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a, Marion Ruggieri - Journaliste
  • Enjeux de la circoncision

    Être conscient de son incomplétude (20min)

  • Les défis de la mixité

    Les enfants construisent les parents (16min)

  • Le Kamasutra juif

    Réiterer la création du monde (14min)

  • Envisager l'ailleurs

    La matrilinéarité par défaut (11min)

  • Condamnée au mutisme

    La souffrance maternelle, germe de la violence (19min)

Les documents (5)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Marion Ruggieri - Journaliste

Marion Ruggiéri est journaliste. Elle présente depuis 2011 l'émission Il n'y en a pas deux comme Elle sur Europe 1.

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

traduit par Charles Mopsik

Lettre sur la sainteté ou la relation de l'homme avec sa femme , (Verdier, 1993)   Acheter

Charles Mopsik

Le sexe des âmes. Les aléas de la différence sexuelle dans la cabale, (Editions de l'éclat, 2003)   Acheter

Delphine Horvilleur

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
L'organisateur
Commentaires ( 8 )

"Apikorsout modele"

23 octobre 2015, 05h00, traditionaliste

Je n'ai jamais entendu une presentation aussi fumeuse du judaisme que celle-ci.

Au delà d'une certaine facilité

5 novembre 2015, 09h08, Josiane BLANC

J'apprécie beaucoup cette façon de relire les textes et la Tradition, mais je peux comprendre que ce soit difficile pour certains. Accepter de s'interroger sur soi-même plutôt que remettre en cause l'autre n'est pas dans nos habitudes. Pourtant quelle richesse lorsque la vie nous place dans cette obligation !

Un dialogue amorcé

12 décembre 2015, 17h00, Phil S

D. H. Toujours brillante et riche dans cette approche renouvelée du Texte. Je forme le voeu qu'avec ce questionnement novateur et l'écoute d'un rabbinat renouvelé, les lignes bougent. La route est encore longue mais les femmes, comme les hommes, ont tout à y gagner.

Judaisme bradé a bas prix

10 janvier 2016, 21h10, Yaacov Garson

Mme Delphine, votre rabbinat autoproclamé annonçait les delires et autres hallucinations auxquelles vous vous adonez ici. Désolé, mais - vous le dites vous meme - le judaisme ou plutot la judaité pass effectivement par la mere. Relisez la Michna vous verrez - ou pas mais peut importe - la difference avec la transmission de la Kehouna. Et vouloir soi disant detruire un mythe et en faire un scoop, c'est non seulement raté, mais malhonnête vis a vis de gens mal informé qui sont, avouons le nous - votre public cible favori (voir unique ?). S'appuyer sur les couples de la bible, précédant donc Matane Thora, assaisoné du Midrach (dont vous vous servez a tort et a travers) pour parler du mariage mixte, est au mieux un contre sens, au pire - une perversion. Vous ne saviez pas que Rout était une convertie - en bonne et due forme ? Sur ce coup la, le Midrach peut vous etre utile. Quand au peuple de Moab "spécifiquement bannie par la THora" comme vous dites, la encore, vous faites abstraction de la Thora Orale selon laquelle les femmes de ce peuples ne sont pas concernés par cette interdiction. Voila une belle victoire pour le feminisme non ? La Brit Mila n'a jamais été voué a detacher l'enfant de la mere, le fait que l'on eloigne le bébé de la mère lors de la ceremonie n'est que pure accident, si vous connaissiez un peu mieux les sources regissant cette mitsva, vous le suariez. On peut sans probleme faire la Brit Mila a un enfant dans les bras de sa mère. On a jamais appuyé sur la tete des enfants pour les benir, on pose simplement la main sur sa tete en signe d'affection ; je vous laisse juger par vous meme de la valeur de l'explication que vous avez bati sur ce mythe (vraiment mythique celui la). En bref et pour conclure, au lieu de vous poser en casseuses d'idoles, vous feriez mieux de retourner a vos classe et revoir de quoi sont faites les idoles que vous vous acharnez a casser pour vous faire une place. Rendez service a l’humanité et au peuples juif et laissez le judaisme a ceux qui l'aime pour ce qu'il est et non pour ce qu'on aurait aimé qu'il soit.

Mensonges

10 janvier 2016, 21h21, Yaacov Garson

Renseignez vous (mais est-ce que ça servira a quelque chose ?) et vous apprendrez qu'un femme qui dit devant un bet din que son mari n’éjacule pas avec suffisamment de force pour la féconder peut extorquer le divorce par ce motif - de par le fait que la stérilité du couple est de la faute du mari dans ce cas la. Votre croisade ne pourra pas se faire avec autant d'ignorance.

Enfin un discours eclairé

16 février 2016, 15h37, Abraham el fassi

Bravo à D Horvilleur Enfin une pensée qui rompt avec la nouvelle doxa ultra orthodoxe.

Pourquoi pas plus de commentaires ? ?

2 octobre 2016, 16h31, it)-il port dans la fixation définitive?

Et pourquoi pas de commentaires au-delà de ceux exposés ici ? Parce que les "croyants" sont obtus et les incroyants irrécupérables donc pas besoin de discuter et débattre ? Le Talmud sera.

Un souci avec la rigueur en psychologie

23 mai 2017, 21h00, bernaerts

Vous dites dans votre livre que le "nous" est premier dans le développement de l'enfant or ce qui est premier est le "non" différenciation minimale indispensable à pouvoir dire "je", si ce non n’apparaît pas chez l'enfant il signe un trouble sérieux du développement. Le nous est bien plus tardif et vous pouvez aisément remarquer que nombre d'adultes s'expriment en "on". Vous citez également Cyrulnik pour dire que l'appartenance est première, or c'est erroné, car l'enfant est d'emblée pris dans une famille et la question de l'appartenance ne se pose en principe pas, et que face aux pairs à l'adolescence, ce qui est flagrant : on voit l'ado chercher à imiter, ressembler, etc. Cette appartenance au seins du groupe de pairs, prépare à l'appartenance sociale en tant qu'adulte. De nombreuses erreurs de ce type apparaissent et rendent la lecture difficile, de même votre pensée précipitée, ne me donne pas l'impression d'un réel travail de la pensée.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Comment les rabbins font les enfants, par Delphine Horvilleur

80 min

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a, Marion Ruggieri - Journaliste

Commentaires ( 8 )

"Apikorsout modele"

23 octobre 2015, 05h00, traditionaliste

Je n'ai jamais entendu une presentation aussi fumeuse du judaisme que celle-ci.

Au delà d'une certaine facilité

5 novembre 2015, 09h08, Josiane BLANC

J'apprécie beaucoup cette façon de relire les textes et la Tradition, mais je peux comprendre que ce soit difficile pour certains. Accepter de s'interroger sur soi-même plutôt que remettre en cause l'autre n'est pas dans nos habitudes. Pourtant quelle richesse lorsque la vie nous place dans cette obligation !

Un dialogue amorcé

12 décembre 2015, 17h00, Phil S

D. H. Toujours brillante et riche dans cette approche renouvelée du Texte. Je forme le voeu qu'avec ce questionnement novateur et l'écoute d'un rabbinat renouvelé, les lignes bougent. La route est encore longue mais les femmes, comme les hommes, ont tout à y gagner.

Judaisme bradé a bas prix

10 janvier 2016, 21h10, Yaacov Garson

Mme Delphine, votre rabbinat autoproclamé annonçait les delires et autres hallucinations auxquelles vous vous adonez ici. Désolé, mais - vous le dites vous meme - le judaisme ou plutot la judaité pass effectivement par la mere. Relisez la Michna vous verrez - ou pas mais peut importe - la difference avec la transmission de la Kehouna. Et vouloir soi disant detruire un mythe et en faire un scoop, c'est non seulement raté, mais malhonnête vis a vis de gens mal informé qui sont, avouons le nous - votre public cible favori (voir unique ?). S'appuyer sur les couples de la bible, précédant donc Matane Thora, assaisoné du Midrach (dont vous vous servez a tort et a travers) pour parler du mariage mixte, est au mieux un contre sens, au pire - une perversion. Vous ne saviez pas que Rout était une convertie - en bonne et due forme ? Sur ce coup la, le Midrach peut vous etre utile. Quand au peuple de Moab "spécifiquement bannie par la THora" comme vous dites, la encore, vous faites abstraction de la Thora Orale selon laquelle les femmes de ce peuples ne sont pas concernés par cette interdiction. Voila une belle victoire pour le feminisme non ? La Brit Mila n'a jamais été voué a detacher l'enfant de la mere, le fait que l'on eloigne le bébé de la mère lors de la ceremonie n'est que pure accident, si vous connaissiez un peu mieux les sources regissant cette mitsva, vous le suariez. On peut sans probleme faire la Brit Mila a un enfant dans les bras de sa mère. On a jamais appuyé sur la tete des enfants pour les benir, on pose simplement la main sur sa tete en signe d'affection ; je vous laisse juger par vous meme de la valeur de l'explication que vous avez bati sur ce mythe (vraiment mythique celui la). En bref et pour conclure, au lieu de vous poser en casseuses d'idoles, vous feriez mieux de retourner a vos classe et revoir de quoi sont faites les idoles que vous vous acharnez a casser pour vous faire une place. Rendez service a l’humanité et au peuples juif et laissez le judaisme a ceux qui l'aime pour ce qu'il est et non pour ce qu'on aurait aimé qu'il soit.

Mensonges

10 janvier 2016, 21h21, Yaacov Garson

Renseignez vous (mais est-ce que ça servira a quelque chose ?) et vous apprendrez qu'un femme qui dit devant un bet din que son mari n’éjacule pas avec suffisamment de force pour la féconder peut extorquer le divorce par ce motif - de par le fait que la stérilité du couple est de la faute du mari dans ce cas la. Votre croisade ne pourra pas se faire avec autant d'ignorance.

Enfin un discours eclairé

16 février 2016, 15h37, Abraham el fassi

Bravo à D Horvilleur Enfin une pensée qui rompt avec la nouvelle doxa ultra orthodoxe.

Pourquoi pas plus de commentaires ? ?

2 octobre 2016, 16h31, it)-il port dans la fixation définitive?

Et pourquoi pas de commentaires au-delà de ceux exposés ici ? Parce que les "croyants" sont obtus et les incroyants irrécupérables donc pas besoin de discuter et débattre ? Le Talmud sera.

Un souci avec la rigueur en psychologie

23 mai 2017, 21h00, bernaerts

Vous dites dans votre livre que le "nous" est premier dans le développement de l'enfant or ce qui est premier est le "non" différenciation minimale indispensable à pouvoir dire "je", si ce non n’apparaît pas chez l'enfant il signe un trouble sérieux du développement. Le nous est bien plus tardif et vous pouvez aisément remarquer que nombre d'adultes s'expriment en "on". Vous citez également Cyrulnik pour dire que l'appartenance est première, or c'est erroné, car l'enfant est d'emblée pris dans une famille et la question de l'appartenance ne se pose en principe pas, et que face aux pairs à l'adolescence, ce qui est flagrant : on voit l'ado chercher à imiter, ressembler, etc. Cette appartenance au seins du groupe de pairs, prépare à l'appartenance sociale en tant qu'adulte. De nombreuses erreurs de ce type apparaissent et rendent la lecture difficile, de même votre pensée précipitée, ne me donne pas l'impression d'un réel travail de la pensée.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Enjeux de la circoncision

    Être conscient de son incomplétude (20min)

  • Les défis de la mixité

    Les enfants construisent les parents (16min)

  • Le Kamasutra juif

    Réiterer la création du monde (14min)

  • Envisager l'ailleurs

    La matrilinéarité par défaut (11min)

  • Condamnée au mutisme

    La souffrance maternelle, germe de la violence (19min)

L'organisateur

Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Delphine Horvilleur - rabbin de la communauté MJLF et directrice de la rédaction de Tenou'a

Delphine Horvilleur est née en 1974 à Nancy. Elle suit d'abord des études de sciences médicales avant d'entamer une formation à l'école de journalisme du CELSA, à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de Jérusalem.  Elle étudie ensuite au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York, où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008. Titulaire d'un double master d'éducation juive et de littérature hébraïque, elle enseigne depuis quelques années la pensée juive et le midrash (littérature rabbinique) en France et aux Etats-Unis.  Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF et plus particulièrement du centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.  

Marion Ruggieri - Journaliste

Marion Ruggiéri est journaliste. Elle présente depuis 2011 l'émission Il n'y en a pas deux comme Elle sur Europe 1.

Bibliographies des conférenciers

Delphine Horvilleur

Réflexions sur la question antisémite, (Grasset, 2019)   Acheter

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

En tenue d'Eve, (Grasset Et Fasquelle, 2013)   Acheter

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine

Des mille et une façons d'être juif ou musulman ; dialogue, (Seuil, 2017)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Bibliographie sur le sujet

traduit par Charles Mopsik

Lettre sur la sainteté ou la relation de l'homme avec sa femme , (Verdier, 1993)   Acheter

Charles Mopsik

Le sexe des âmes. Les aléas de la différence sexuelle dans la cabale, (Editions de l'éclat, 2003)   Acheter

Delphine Horvilleur

Comment les rabbins font les enfants. Sexe, transmission et identité dans le judaïsme, (Grasset, 2015)   Acheter

Autres conférences sur le sujet