Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

La mort des fils d'Aaron - n° 25

Chemini: l'amour maladroit (22 min)

Noémie Benchimol - philosophe
  • Un silence criant

    La révolte muette d'Aaron (9min)

  • Dieu est-il cruel?

    Nadav et Avihou, amoureux maladroits (13min)

Les documents (2)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Noémie Benchimol - philosophe

Née en 1988, Noémie Issan-Benchimol est diplômée en Philosophie et Etudes Hébraïques de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Elle est également titulaire d’un Master en Histoire de la Philosophie (Paris IV), d’un Master d’Etudes Médiévales (EPHE) et d’un Master 1 d’Hébreu classique et Etudes Juives (Paris IV). Après avoir travaillé sur le concept de résurrection des morts dans la pensée de Gersonide, elle s’oriente vers les questions de droit talmudique, à la croisée de la philosophie du langage, du droit, de la théologie, et de l’éthique. Critique littéraire pendant 4 ans au Jerusalem Post, elle a publié un article sur les théologies juives après la Shoah (ouvrage collectif Les Philosophes face au Nazisme, Vrin, 2015). Elle est doctorante contractuelle à l’EPHE depuis octobre 2016. Elle prépare, sous la direction de Jean-Christophe Attias, une thèse sur "Aveu, serment et vœu en droit talmudique : actes de langages, sacré et judiciaire dans la pensée juive".  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
Commentaires ( 11 )

Zemirourenee@yaho. Fr

16 avril 2017, 11h13, zemirou renée

Peut etre que le silence est très lourd pour lui permettre de supporter sa douleur. Y (aun lien entre la douleur et la haine comme nous explique la psychanalyse. Merci de vos commentaires.

Merci pour ce cours

16 avril 2017, 11h42, Marco

C'est un délice de vous écoutez... Et au combien enrichissant.

Un feu etranger

16 avril 2017, 13h59, France

Bonjour et merci de votre commentaire. N'y aurait il pas à entendre une dimension liée à l'adoration d'un Dieu etranger (polythéisme). Le feu étranger serait en fait un feu destiné à un Dieu etranger au Dieu de Moise et un debut d'idolâtrie ?

Brillant

16 avril 2017, 16h31, Chalom AviNadav

Cette paracha était celle de mon fils, NADAV ! A sa bar mitsva Je suis, depuis, tous les commentaires contemporains. Celui de Noemie Benchimol est tout simplement brillant !

De concert ou pas ?

16 avril 2017, 19h22, B.Vaisbrot

Bonjour, En hébreu biblique, le verbe à la 3ème personne est au singulier même si le sujet se compose de deux personnes : Moshé et Aaron agissant de concert ont leur verbe au singulier. Nadav et Avihou, dans Lév. 10, 1, sont sujet de 4 verbes qui sont tous au pluriel. Cela veut dire qu'ils ne se seraient pas concertés, chacun d'eux aurait eu isolément la même idée, ce qui ne va pas dans le sens d'une modestie. Aucun d'eux n'a fait part de ce projet intempestif ni à Moshé ni à Aaron. Pourquoi imaginer qu'ils se soient concertés ? Navré de vous dire que votre débit oral est trop rapide. Vous brassez beaucoup d'idées, peut-être faut-il élaguer ? Des oxymores comme "silence blasphématoire", "Dieu cruel", passent difficilement. Faites-vous des derashoth sans papier ? Cela vous obligerait à plus de clarté, de simplicité et de cohérence.

Clarté d'un propos brillant

18 avril 2017, 14h24, marc

Quel dommage d'avoir une telle brillance et de ne pas mettre le débit de paroles plus posé à son service Nous sommes obligé de revenir en arrière plusieurs fois pour comprendre le raisonnement développé. Ce travail aurait gagné à être parlé et non lu. Merci pour cet éclairage.

Il faut parler plus doucement

19 avril 2017, 12h43, JMJ

Il faut parler plus doucement mais c'est très intéressant.

Réponse de Noémie

20 avril 2017, 16h23, Noémie Benchimol

Cher tous, je vous remercie de vos commentaires et remarques, ainsi que d'avoir écouté la conférence. Je ferais donc un effort pour le débit de parole, trop rapide selon vous tous, et ma mère, et mes amis, etc. @zemirourenee sur le rapport entre douleur et haine je ne vois pas très bien ce que vous visez. Je peux juste dire qu'il existe à mon avis deux rapports de la haine à la parole. Il y a une haine vociférante et il y a une haine ruminante. C'est, je pense, la pire. @france c'est évidemment une possibilité explorée par de nombreux commentaires. Je n'ai pas choisi de la citer car ma perspective est justement celle d'une idolâtrie monothéiste, ou qui se croit telle, et qui est en fait une idolâtrie de soi @bvaisbrot pourriez vous expliciter votre propos du premier paragraphe ? Celui sur l'interprétation grammaticale Vous dites que le verbe est au pluriel et que cela indique qu'ils ne se sont pas concertés. Cela me parait contre-intuitif. Mais même si cela était juste, ce n'est pas une interprétation contraignante. Pourquoi imaginer qu'ils se soient concertés ? Parce que même s'ils avaient eu la même idée chacun de leur côté, il est bien écrit qu'ils n'ont apporté qu'un seul feu. Il me paraît plus simple (rasoir d'occam) de supposer qu'au lieu de mimes ou de gestes, il se soient parlés. Mais vous avez raison, le texte ne nous relate pas ce dialogue, j'aurais du préciser qu'il s'agissait là d'une supposition. Je ne crois pas "brasser" beaucoup d'idées. Et puis d'abord, les idées ne se brassent pas. C'est le vide que l'on brasse. Les idées, on les embrasse, mal peut-être, trop rapidement très certainement. J'espère toutefois que vous me réécouterez la prochaine fois et que vous verrez un progrès là-dessus. Dieu cruel, un oxymore ? Tout dépend de quel Dieu on parle. Si évidemment vous partez d'une définition scolastique d'un Dieu parfaitement bon juste et puissant, alors effectivement, cela ne fait pas de sens. Je crois, moi, que la question mérite d'être posée. Silence blasphématoire est même un terme technique en droit canon !

Nourrissant et inspirant

22 avril 2017, 08h06, Rachel

J'espérais une nouvelle intervention de votre part et n'ai pas été déçue. Avec intelligence et érudition, vous nous offrez des éclairages qui donnent envie d'aller plus loin. En espérant vous entendre de nouveau bientôt (voire vous lire ?), je vous adresse mes remerciements sincères pour ce travail et ce partage.

Grammaire biblique ou figure de style biblique. Reponse a Vaisbrot

23 avril 2017, 21h05, Hector Sanz

Pour Repondre a Vaisbrot en hebreu biblique quant un verbe est a la 3eme personne du singulier avec deux ou plusieurs sujets cest que parmi les sujets l action sera faite par ordre de preeminence comme par exemple : Az yachiMoche ou bene Israel. Moche chante en premier les bne israel reprenne en Coeur. Il y d autres exeples. Ce n est pas une regle d hebreu bibique mais une figure de style signifiante.

Ralentir le débit de la conferencière ou bien accelere celui- du recepteur

24 avril 2017, 21h42, Hector Sanz

Compte tenu du temps limité de chaque commentaire, il aurait été regrettable de ralentir le débit de parole de la conférencière (par ailleurs parfaitement audible et comprehensible), et ainsi de perdre une bonne partie du commentaire. Si je puis me permettre, il vaudrait mieux accélérer celui de la réception du discours. Ce serait ainsi plus profitable.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Chemini: l'amour maladroit

22 min

Noémie Benchimol - philosophe

Commentaires ( 11 )

Zemirourenee@yaho. Fr

16 avril 2017, 11h13, zemirou renée

Peut etre que le silence est très lourd pour lui permettre de supporter sa douleur. Y (aun lien entre la douleur et la haine comme nous explique la psychanalyse. Merci de vos commentaires.

Merci pour ce cours

16 avril 2017, 11h42, Marco

C'est un délice de vous écoutez... Et au combien enrichissant.

Un feu etranger

16 avril 2017, 13h59, France

Bonjour et merci de votre commentaire. N'y aurait il pas à entendre une dimension liée à l'adoration d'un Dieu etranger (polythéisme). Le feu étranger serait en fait un feu destiné à un Dieu etranger au Dieu de Moise et un debut d'idolâtrie ?

Brillant

16 avril 2017, 16h31, Chalom AviNadav

Cette paracha était celle de mon fils, NADAV ! A sa bar mitsva Je suis, depuis, tous les commentaires contemporains. Celui de Noemie Benchimol est tout simplement brillant !

De concert ou pas ?

16 avril 2017, 19h22, B.Vaisbrot

Bonjour, En hébreu biblique, le verbe à la 3ème personne est au singulier même si le sujet se compose de deux personnes : Moshé et Aaron agissant de concert ont leur verbe au singulier. Nadav et Avihou, dans Lév. 10, 1, sont sujet de 4 verbes qui sont tous au pluriel. Cela veut dire qu'ils ne se seraient pas concertés, chacun d'eux aurait eu isolément la même idée, ce qui ne va pas dans le sens d'une modestie. Aucun d'eux n'a fait part de ce projet intempestif ni à Moshé ni à Aaron. Pourquoi imaginer qu'ils se soient concertés ? Navré de vous dire que votre débit oral est trop rapide. Vous brassez beaucoup d'idées, peut-être faut-il élaguer ? Des oxymores comme "silence blasphématoire", "Dieu cruel", passent difficilement. Faites-vous des derashoth sans papier ? Cela vous obligerait à plus de clarté, de simplicité et de cohérence.

Clarté d'un propos brillant

18 avril 2017, 14h24, marc

Quel dommage d'avoir une telle brillance et de ne pas mettre le débit de paroles plus posé à son service Nous sommes obligé de revenir en arrière plusieurs fois pour comprendre le raisonnement développé. Ce travail aurait gagné à être parlé et non lu. Merci pour cet éclairage.

Il faut parler plus doucement

19 avril 2017, 12h43, JMJ

Il faut parler plus doucement mais c'est très intéressant.

Réponse de Noémie

20 avril 2017, 16h23, Noémie Benchimol

Cher tous, je vous remercie de vos commentaires et remarques, ainsi que d'avoir écouté la conférence. Je ferais donc un effort pour le débit de parole, trop rapide selon vous tous, et ma mère, et mes amis, etc. @zemirourenee sur le rapport entre douleur et haine je ne vois pas très bien ce que vous visez. Je peux juste dire qu'il existe à mon avis deux rapports de la haine à la parole. Il y a une haine vociférante et il y a une haine ruminante. C'est, je pense, la pire. @france c'est évidemment une possibilité explorée par de nombreux commentaires. Je n'ai pas choisi de la citer car ma perspective est justement celle d'une idolâtrie monothéiste, ou qui se croit telle, et qui est en fait une idolâtrie de soi @bvaisbrot pourriez vous expliciter votre propos du premier paragraphe ? Celui sur l'interprétation grammaticale Vous dites que le verbe est au pluriel et que cela indique qu'ils ne se sont pas concertés. Cela me parait contre-intuitif. Mais même si cela était juste, ce n'est pas une interprétation contraignante. Pourquoi imaginer qu'ils se soient concertés ? Parce que même s'ils avaient eu la même idée chacun de leur côté, il est bien écrit qu'ils n'ont apporté qu'un seul feu. Il me paraît plus simple (rasoir d'occam) de supposer qu'au lieu de mimes ou de gestes, il se soient parlés. Mais vous avez raison, le texte ne nous relate pas ce dialogue, j'aurais du préciser qu'il s'agissait là d'une supposition. Je ne crois pas "brasser" beaucoup d'idées. Et puis d'abord, les idées ne se brassent pas. C'est le vide que l'on brasse. Les idées, on les embrasse, mal peut-être, trop rapidement très certainement. J'espère toutefois que vous me réécouterez la prochaine fois et que vous verrez un progrès là-dessus. Dieu cruel, un oxymore ? Tout dépend de quel Dieu on parle. Si évidemment vous partez d'une définition scolastique d'un Dieu parfaitement bon juste et puissant, alors effectivement, cela ne fait pas de sens. Je crois, moi, que la question mérite d'être posée. Silence blasphématoire est même un terme technique en droit canon !

Nourrissant et inspirant

22 avril 2017, 08h06, Rachel

J'espérais une nouvelle intervention de votre part et n'ai pas été déçue. Avec intelligence et érudition, vous nous offrez des éclairages qui donnent envie d'aller plus loin. En espérant vous entendre de nouveau bientôt (voire vous lire ?), je vous adresse mes remerciements sincères pour ce travail et ce partage.

Grammaire biblique ou figure de style biblique. Reponse a Vaisbrot

23 avril 2017, 21h05, Hector Sanz

Pour Repondre a Vaisbrot en hebreu biblique quant un verbe est a la 3eme personne du singulier avec deux ou plusieurs sujets cest que parmi les sujets l action sera faite par ordre de preeminence comme par exemple : Az yachiMoche ou bene Israel. Moche chante en premier les bne israel reprenne en Coeur. Il y d autres exeples. Ce n est pas une regle d hebreu bibique mais une figure de style signifiante.

Ralentir le débit de la conferencière ou bien accelere celui- du recepteur

24 avril 2017, 21h42, Hector Sanz

Compte tenu du temps limité de chaque commentaire, il aurait été regrettable de ralentir le débit de parole de la conférencière (par ailleurs parfaitement audible et comprehensible), et ainsi de perdre une bonne partie du commentaire. Si je puis me permettre, il vaudrait mieux accélérer celui de la réception du discours. Ce serait ainsi plus profitable.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Un silence criant

    La révolte muette d'Aaron (9min)

  • Dieu est-il cruel?

    Nadav et Avihou, amoureux maladroits (13min)

L'organisateur

Le Conférencier
Biographie du conférencier

Noémie Benchimol - philosophe

Née en 1988, Noémie Issan-Benchimol est diplômée en Philosophie et Etudes Hébraïques de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Elle est également titulaire d’un Master en Histoire de la Philosophie (Paris IV), d’un Master d’Etudes Médiévales (EPHE) et d’un Master 1 d’Hébreu classique et Etudes Juives (Paris IV). Après avoir travaillé sur le concept de résurrection des morts dans la pensée de Gersonide, elle s’oriente vers les questions de droit talmudique, à la croisée de la philosophie du langage, du droit, de la théologie, et de l’éthique. Critique littéraire pendant 4 ans au Jerusalem Post, elle a publié un article sur les théologies juives après la Shoah (ouvrage collectif Les Philosophes face au Nazisme, Vrin, 2015). Elle est doctorante contractuelle à l’EPHE depuis octobre 2016. Elle prépare, sous la direction de Jean-Christophe Attias, une thèse sur "Aveu, serment et vœu en droit talmudique : actes de langages, sacré et judiciaire dans la pensée juive".  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier