Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Terrorisme et Islam

La Gauche et le mépris du religieux (17 min)

Jean Birnbaum - journaliste au Monde, Antoine Mercier - Journaliste
  • Le fantasme de la Gauche francaise

    d'évacuer le religieux (6min)

  • Le mépris du symbolique

    Le religieux "pas sérieux" (7min)

  • Massacres au nom de l'Islam

    Ce qui se fait "au nom de" (4min)

Les documents (3)
Les conférenciers
Biographie des conférenciers

Jean Birnbaum - journaliste au Monde

Jean Birnbaum est journaliste au Monde, et dirige le "Monde des livres".

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Regards sur la crise, (Editions Hermann, 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Jean Birnbaum

La religion des faibles, (Seuil, 2018)   Acheter

Un silence religieux, (Seuil, 2016)   Acheter

Leur jeunesse et la nôtre, (Stock, 2005)   Acheter

Jean Birnbaum, Raphaël Chevènement

La face visible de l’homme en noir, (Stock, 2006)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Pour en savoir plus
Bibliographie sur le sujet

Jean Birnbaum

Un silence religieux, La gauche face au djihadisme, (Seuil, 2016)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 19 janvier 2016
Commentaires ( 7 )

21 janvier 2016, 11h59, Renée

Bonjour, J'ai écouté on intervention sur Akadem. Cela m'a donné envie de lire ton livre. Salut Renée sibon zemirou.

Bien vu

23 janvier 2016, 13h54, Robert.

En effet, on s'évertue à nier que la religion est responsable des actes terribles qu'on a connu en 2015. Et même si les auteurs de ces actes n'étaient que de sombres imbéciles incultes et ignorants, en quoi est-ce que cela exonère les tenants de l'islam qui se répandent chaque jour en prêches assassins à la Mecque ? Si les musulmans de France (d'Europe) veulent sincèrement lutter contre "l'amalgame", ils doivent prendre leur religion en main et la réformer, à commencer par supprimer les versets qui, noir sur blanc, ordonnent de convertir ou de châtier les mécréants. Un islam rêvé reconnaitrait le droit d'exister aux autres croyances, alors qu'aujourd'hui un juif ou un chrétien - qui ne doit aucun compte aux musulmans - est taxé de blasphème s'il ose évoquer Allah ou son prophète avec sa propre lecture, que ce soit verbalement ou à travers un dessin. Faut-il rappeler que le concept de blasphème ne concerne que celui QUI EST dans la religion qu'il critique ? Quelqu'un qui ne travaille pas chez Haribo doit-il être condamné parce qu'il dit que les fraises Tagada sont trop sucrées ? Le respect que l'on doit aux croyants d'une autre religion est un concept différent. En faisant entrer leur religion dans la modernité, ils se couperaient sans doute des extrémistes qui ne se réfèrent à rien d'autre qu'au Coran tel qu'il existe. Sont-ils seulement capables d'imaginer que c'est nécessaire ? Ce que nous perdons le plus ces temps-ci c'est justement la modernité. En 1969, on a marché sur la Lune et en 2016, on veut nous faire croire que la Terre est plate, que la musique est diabolique et nous imposer que les femmes doivent être voilées et les hommes barbus. NON, pas d'accord.

La raison de la Guerre, économie ou religions ?

27 janvier 2016, 14h35, Grégory

Messieurs, En occident la thèse dominante est qu’on fait la guerre pour des raisons économiques. Toutes les guerres ont des raisons matérielles, de pouvoir, etc. Jusqu'au grand singe ce phénomène s'observe. Par contre le discours « guerrier » est toujours déconnecté de ces raisons profondes par lesquelles il est motivé. Il est très souvent lié à une position présentée défensive, morale, voire religieuse. De façon générale, je ne comprends absolument pas votre discours. Sur quelles sources scientifiques ou travaux il se repose ! L’aveuglement de la gauche sur la réalité Djadiste n’a rien à voir avec la réalité des motivations et de l’ampleur de ce mouvement. Bien à vous, .

LE DENI

4 février 2016, 13h02, TARGOOM

LE MÉPRIS DU RELIGIEUX PAR LA GAUCHE N'EST QU'UN ÉLÉMENT D'UN ENSEMBLE QUI EST LE DÉNI DE LA RÉALITÉ CE QUI EST PROPRE MALHEUREUSEMENT À L'ENSEMBLE DU SPECTRE POLITIQUE FRANÇAIS. QUAND REGARDERONS NOUS LA RÉALITÉ EN FACE EN FRANCE ?

Paradoxe de notre époque

29 février 2016, 15h02, Robert

Des gens par milliers se sont constitués en khalifat. Ils recrutent et œuvrent à l'établissement de la charria pour le monde entier. Leur but déclaré est de tuer tous ceux qui s'y opposent et asservir les autres. Même si le clientélisme et la lâcheté de nos politiques ne les aident pas à l'admettre, cela s'appelle en effet une guerre de religions. Ce n'est pas parce que nos démocratie modernes ne répondent pas sur le même mode que ce n'en est pas une. Que nous sachions, en raffalant les terrasses parisiennes ou les spectateurs du Bataclan, les meurtriers s'exclament "Dieu est grand", pas "à mort le capitalisme", ni même "vive l'état islamique". Les djihadistes (combattants de la guerre sainte) veulent nous faire croire que parce que nous avons dépassé le stade du monarque de droit divin, nous serions des mécréants sans spiritualité. Mais nous en avons une, et qui nous vient du siècle des lumières, et dont la première valeur est que nous sommes tous libres et égaux - oui, ce sont des valeurs spirituelles... Évidemment, l'amalgame est néfaste. Tout musulman n'est pas un djihadiste, mais de toute évidence, tous les djihadistes sont des musulmans, quelquefois petits français convertis de la dernière pluie et encore plus fanatiques. C'est donc bien aux musulmans de faire le tri parmi leurs brebis galeuses s'ils veulent éviter les amalgames, et à notre classe politique (surtout la gauche) de sortir de ce déni qui ne nous évite pas la guerre tout en nous assurant la honte.

Etrange silence

4 avril 2016, 23h25, VK

Le propos de Jean Birnbaum est tout à fait éclairant quant à la cécité de la nation par rapport au religieux et mérite d'être pointé du doigt. Toutefois, cette impossibilité d'évacuer le religieux ou de le tenir en mépris, n'est-pas pas quand même la tradition juive qui nous l'apprend ? Si Marx et Derrida sont moins dupes que les autres à ce sujet, n'est-ce pas quand même un peu du fait de leur judéité ? Le silence de Jean Birnbaum à ce sujet est surprenant, d'autant plus dans les studios d'Akadem... Les intellectuels juifs ne devraient-ils pas également sortir de leur déni ?

La republique et le religieux

6 septembre 2017, 15h45, lMarie Rose

J'ai toujours été intriguée par : "la république ne RECONNAIT, ni ne salarie aucun culte... " elle ne veut rien savoir du religieux... C'est pas déjà le déni, ou la volonté de la voir disparaitre à la longue ? Elle a commencé à y croire (société sécularisée) mais voilà qu'elle revient avec force ! La laïcité, au contraire s'est développée pour permettre à certains cultes d'exister en dehors du catholicisme en France (la liberté de conscience) ! Il faut au contraire légiférer pour harmoniser le religieux et le politique, , savoir ou sont les limites et pour cela bien connaitre le fait religieux... Pour que la vie sociale soit possible.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

La Gauche et le mépris du religieux

17 min

Jean Birnbaum - journaliste au Monde, Antoine Mercier - Journaliste

Commentaires ( 7 )

21 janvier 2016, 11h59, Renée

Bonjour, J'ai écouté on intervention sur Akadem. Cela m'a donné envie de lire ton livre. Salut Renée sibon zemirou.

Bien vu

23 janvier 2016, 13h54, Robert.

En effet, on s'évertue à nier que la religion est responsable des actes terribles qu'on a connu en 2015. Et même si les auteurs de ces actes n'étaient que de sombres imbéciles incultes et ignorants, en quoi est-ce que cela exonère les tenants de l'islam qui se répandent chaque jour en prêches assassins à la Mecque ? Si les musulmans de France (d'Europe) veulent sincèrement lutter contre "l'amalgame", ils doivent prendre leur religion en main et la réformer, à commencer par supprimer les versets qui, noir sur blanc, ordonnent de convertir ou de châtier les mécréants. Un islam rêvé reconnaitrait le droit d'exister aux autres croyances, alors qu'aujourd'hui un juif ou un chrétien - qui ne doit aucun compte aux musulmans - est taxé de blasphème s'il ose évoquer Allah ou son prophète avec sa propre lecture, que ce soit verbalement ou à travers un dessin. Faut-il rappeler que le concept de blasphème ne concerne que celui QUI EST dans la religion qu'il critique ? Quelqu'un qui ne travaille pas chez Haribo doit-il être condamné parce qu'il dit que les fraises Tagada sont trop sucrées ? Le respect que l'on doit aux croyants d'une autre religion est un concept différent. En faisant entrer leur religion dans la modernité, ils se couperaient sans doute des extrémistes qui ne se réfèrent à rien d'autre qu'au Coran tel qu'il existe. Sont-ils seulement capables d'imaginer que c'est nécessaire ? Ce que nous perdons le plus ces temps-ci c'est justement la modernité. En 1969, on a marché sur la Lune et en 2016, on veut nous faire croire que la Terre est plate, que la musique est diabolique et nous imposer que les femmes doivent être voilées et les hommes barbus. NON, pas d'accord.

La raison de la Guerre, économie ou religions ?

27 janvier 2016, 14h35, Grégory

Messieurs, En occident la thèse dominante est qu’on fait la guerre pour des raisons économiques. Toutes les guerres ont des raisons matérielles, de pouvoir, etc. Jusqu'au grand singe ce phénomène s'observe. Par contre le discours « guerrier » est toujours déconnecté de ces raisons profondes par lesquelles il est motivé. Il est très souvent lié à une position présentée défensive, morale, voire religieuse. De façon générale, je ne comprends absolument pas votre discours. Sur quelles sources scientifiques ou travaux il se repose ! L’aveuglement de la gauche sur la réalité Djadiste n’a rien à voir avec la réalité des motivations et de l’ampleur de ce mouvement. Bien à vous, .

LE DENI

4 février 2016, 13h02, TARGOOM

LE MÉPRIS DU RELIGIEUX PAR LA GAUCHE N'EST QU'UN ÉLÉMENT D'UN ENSEMBLE QUI EST LE DÉNI DE LA RÉALITÉ CE QUI EST PROPRE MALHEUREUSEMENT À L'ENSEMBLE DU SPECTRE POLITIQUE FRANÇAIS. QUAND REGARDERONS NOUS LA RÉALITÉ EN FACE EN FRANCE ?

Paradoxe de notre époque

29 février 2016, 15h02, Robert

Des gens par milliers se sont constitués en khalifat. Ils recrutent et œuvrent à l'établissement de la charria pour le monde entier. Leur but déclaré est de tuer tous ceux qui s'y opposent et asservir les autres. Même si le clientélisme et la lâcheté de nos politiques ne les aident pas à l'admettre, cela s'appelle en effet une guerre de religions. Ce n'est pas parce que nos démocratie modernes ne répondent pas sur le même mode que ce n'en est pas une. Que nous sachions, en raffalant les terrasses parisiennes ou les spectateurs du Bataclan, les meurtriers s'exclament "Dieu est grand", pas "à mort le capitalisme", ni même "vive l'état islamique". Les djihadistes (combattants de la guerre sainte) veulent nous faire croire que parce que nous avons dépassé le stade du monarque de droit divin, nous serions des mécréants sans spiritualité. Mais nous en avons une, et qui nous vient du siècle des lumières, et dont la première valeur est que nous sommes tous libres et égaux - oui, ce sont des valeurs spirituelles... Évidemment, l'amalgame est néfaste. Tout musulman n'est pas un djihadiste, mais de toute évidence, tous les djihadistes sont des musulmans, quelquefois petits français convertis de la dernière pluie et encore plus fanatiques. C'est donc bien aux musulmans de faire le tri parmi leurs brebis galeuses s'ils veulent éviter les amalgames, et à notre classe politique (surtout la gauche) de sortir de ce déni qui ne nous évite pas la guerre tout en nous assurant la honte.

Etrange silence

4 avril 2016, 23h25, VK

Le propos de Jean Birnbaum est tout à fait éclairant quant à la cécité de la nation par rapport au religieux et mérite d'être pointé du doigt. Toutefois, cette impossibilité d'évacuer le religieux ou de le tenir en mépris, n'est-pas pas quand même la tradition juive qui nous l'apprend ? Si Marx et Derrida sont moins dupes que les autres à ce sujet, n'est-ce pas quand même un peu du fait de leur judéité ? Le silence de Jean Birnbaum à ce sujet est surprenant, d'autant plus dans les studios d'Akadem... Les intellectuels juifs ne devraient-ils pas également sortir de leur déni ?

La republique et le religieux

6 septembre 2017, 15h45, lMarie Rose

J'ai toujours été intriguée par : "la république ne RECONNAIT, ni ne salarie aucun culte... " elle ne veut rien savoir du religieux... C'est pas déjà le déni, ou la volonté de la voir disparaitre à la longue ? Elle a commencé à y croire (société sécularisée) mais voilà qu'elle revient avec force ! La laïcité, au contraire s'est développée pour permettre à certains cultes d'exister en dehors du catholicisme en France (la liberté de conscience) ! Il faut au contraire légiférer pour harmoniser le religieux et le politique, , savoir ou sont les limites et pour cela bien connaitre le fait religieux... Pour que la vie sociale soit possible.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Le fantasme de la Gauche francaise

    d'évacuer le religieux (6min)

  • Le mépris du symbolique

    Le religieux "pas sérieux" (7min)

  • Massacres au nom de l'Islam

    Ce qui se fait "au nom de" (4min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 19 janvier 2016
Les Conférenciers
Biographie des conférenciers

Jean Birnbaum - journaliste au Monde

Jean Birnbaum est journaliste au Monde, et dirige le "Monde des livres".

Antoine Mercier - Journaliste

Antoine Mercier, ancien journaliste à la rédaction de France Culture et présentateur du journal de 12h30, mène régulièrement des séries d'entretiens autour de la crise et de l'actualité avec des intellectuels.

Bibliographies des conférenciers

Antoine Mercier

Un train parmi tant d'autres: 17 juillet 1942, , (Le Cherche Midi , 0)   Acheter

Regards sur la crise, , (Editions Hermann, 0)   Acheter

Antoine Mercier, Vincent de Gaulejac

Manifeste pour sortir du mal-être au travail, , (Desclée de Brouwer, 0)   Acheter

Jean Birnbaum

La religion des faibles, Ce que le djihadisme dit de nous, (Seuil, 2018)   Acheter

Un silence religieux, La gauche face au djihadisme, (Seuil, 2016)   Acheter

Leur jeunesse et la nôtre, L'espérance révolutionnaire au fil des générations, (Stock, 2005)   Acheter

Jean Birnbaum, Raphaël Chevènement

La face visible de l’homme en noir, , (Stock, 2006)   Acheter

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences des conférenciers
Bibliographie sur le sujet

Jean Birnbaum

Un silence religieux, La gauche face au djihadisme, (Seuil, 2016)   Acheter

Autres conférences sur le sujet
Sur la toile