Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Dieu contre les sacrifices - n° 24

Tsav: Le droit animal (17 min)

Evelyne Sitruk - directrice de la Bibliothèque juive de Marseille
  • Droits et devoirs envers les animaux

    L'homme reponsable de la Création (8min)

  • "Dieu n'a que faire des sacrifices"

    La prière au lieu de la viande (9min)

Les documents (4)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Evelyne Sitruk - directrice de la Bibliothèque juive de Marseille

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 27 février 2018
Commentaires ( 3 )

Les sacrifices en question

26 mars 2018, 15h44, gerardelie

Merci pour cette étude intéressante à laquelle j’adhére complétement. Et si vous me permettez, Mme Sitruck, je souhaiterais la compléter à partir de mes propres lectures : Pour ce qui concerne l’interprétation de Maimonide : le transfert de l’idolatrie et des sacrifices humains vers les sacrifices animaux, il suffit de rappeler Jeremie 7, 30 : ‘oui, les enfants de juda ont fait ce que je réprouve …ils ont placé leurs idoles immondes dans la maison qui porte mon nom pour la profaner ils ont bati les hauts lieux du tofet dans la vallée de ben hinnom pour bruler leurs fils et leurs filles par le feu …’ OUi il faut le rappeler : les hébreux ont été capables de sacrifier, de bruler leurs propres enfants avec pour exemples les rois tels ‘achaz ‘et manassé’ qui ont pratiqué ce culte barbare. OUi il fallait de toute urgence enrayer ce phénoméne et ces croyances insensées, mais non par la force, ce qui aurait eu des effets pervers et impévisibles, mais par la substitution et la canalisation vers des sacrifices animaux. Et on ne peut que reconnaitre a ce niveau, la sagesse du judaisme qui a su donner un sens profond à ces sacrifices animaux de substitution, en leur injectant des valeurs humaines, éducatives et ethiques, destinées à la reflexion sincere de la personne qui apporte un sacrifice. UNe 2éme source que je voudrais citer est l’étude de Mr LEIBOWITZ dans son livre ‘bréves leçons bibliques’ : à propos de la paracha ‘Tsav’ : il y étudie plus exactement la haftara qui mentionne le prophéte ‘jérémie’. J’invite ceux qui sont intéressés à lire le detail p. 141 à 146 Mais je souhaiterais résumer les grandes lignes en citant quelques passages ‘clé’ : ‘… de tous temps, les sacrifices suscitérent de graves erreurs, en conférant l’importance du culte Divin au fait du sacrifice lui-méme et non à l’intention dont il procéde. ‘ (Remarque pertinente que l’on pourrait appliquer à bien des aspects actuels de la pratique du judaisme) suit une etude détaillée sur les paroles de Jérémie qui justifie le rejet Divin des sacrifices, jérémie 7, 21 : ‘car je n’ai rien dit, rien ordonné en fait d’holocauste et de sacrifice, mais voici l’ordre que je leur ai adressé ‘écoutez ma voix et je serai votre Dieu et vous serez mon peuple …’ Or, ils n'ont point obéi, point prêté l'oreille ; ils ont suivi leurs inspirations, les instincts de leur coeur vicieux, ils ont rétrogradé au lieu d'avancer De quelles fautes s’agit-il ici ? la réponse va se trouver en jérémie 34, 13 la cause essentielle se rapporte à des actes immoraux et une faute impardonnable commise à l’époque du roi Sédécias, à l’origine de la destruction du temple selon Jérémie : le non respect de la prescription de libérer les esclaves la 7ème année - …’ils libérérent les esclaves mais après quoi ils s’en saisirent et en firent à nouveau leurs esclaves …’ jérémie 34, 13 : Ainsi parle l'Eternel, Dieu d'Israël : J'avais fait une alliance avec vos ancêtres, au jour où je les fis sortir du pays d'Egypte, de là maison de servitude, en disant : Au début de la septième année, chacun de vous affranchira son frère hébreu ; quand il t'aura servi six années, tu le renverras libre. Mais vos pères ne m'ont pas obéi, ils n'ont point prêté l'oreille D’ou la conclusion de Mr Leibowitz (p. 145) : ‘Nous apprenons par là que les sacrifices ne sont pas l’essentiel du service Divin, ils ne sont que le symbole du service Divin accompli par un peuple qui respecte son alliance. Cette alliance ne consistait pas en holocaustes ni en sacrifices, mais en la libération des esclaves … place de l’éthique ? Place du rituel ? éternel probleme ….

REPONSE

11 septembre 2018, 16h42, HLOD

C est la volonté de DIEUque l humain mange de la viansde LA BIBLE SHALOM BIS HLOD.

Corps animal, corps pulsion.

29 mars 2020, 10h51, Gérard COLLET

N'en reste pas moins qu'il appartient à l'humain, pour cheminer sur sa propre voie d'être de sacrifier - Sacrifier - cette part d'origine naturelle d'où il se source à sa venue naturelle au monde. Cela peut aussi se dire sacrifier sa jouissance pour accéder au désir. Cela peut aussi se dire sacrifier le monde de la mère pour accéder au monde la loi. A l'image de tels sacrifices, les sacrifice d'animaux parraisent nettement plus acceptables, voire constituer un rappel salutaire. Ils constituent - pardon pour ma violence - un pur rappel de notre condition humaine. Condition à transcender - ce serait alors le sens exact du mot Sacrifice- pour parvenir... à ressembler à notre ressemblance.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Tsav: Le droit animal

17 min

Evelyne Sitruk - directrice de la Bibliothèque juive de Marseille

Commentaires ( 3 )

Les sacrifices en question

26 mars 2018, 15h44, gerardelie

Merci pour cette étude intéressante à laquelle j’adhére complétement. Et si vous me permettez, Mme Sitruck, je souhaiterais la compléter à partir de mes propres lectures : Pour ce qui concerne l’interprétation de Maimonide : le transfert de l’idolatrie et des sacrifices humains vers les sacrifices animaux, il suffit de rappeler Jeremie 7, 30 : ‘oui, les enfants de juda ont fait ce que je réprouve …ils ont placé leurs idoles immondes dans la maison qui porte mon nom pour la profaner ils ont bati les hauts lieux du tofet dans la vallée de ben hinnom pour bruler leurs fils et leurs filles par le feu …’ OUi il faut le rappeler : les hébreux ont été capables de sacrifier, de bruler leurs propres enfants avec pour exemples les rois tels ‘achaz ‘et manassé’ qui ont pratiqué ce culte barbare. OUi il fallait de toute urgence enrayer ce phénoméne et ces croyances insensées, mais non par la force, ce qui aurait eu des effets pervers et impévisibles, mais par la substitution et la canalisation vers des sacrifices animaux. Et on ne peut que reconnaitre a ce niveau, la sagesse du judaisme qui a su donner un sens profond à ces sacrifices animaux de substitution, en leur injectant des valeurs humaines, éducatives et ethiques, destinées à la reflexion sincere de la personne qui apporte un sacrifice. UNe 2éme source que je voudrais citer est l’étude de Mr LEIBOWITZ dans son livre ‘bréves leçons bibliques’ : à propos de la paracha ‘Tsav’ : il y étudie plus exactement la haftara qui mentionne le prophéte ‘jérémie’. J’invite ceux qui sont intéressés à lire le detail p. 141 à 146 Mais je souhaiterais résumer les grandes lignes en citant quelques passages ‘clé’ : ‘… de tous temps, les sacrifices suscitérent de graves erreurs, en conférant l’importance du culte Divin au fait du sacrifice lui-méme et non à l’intention dont il procéde. ‘ (Remarque pertinente que l’on pourrait appliquer à bien des aspects actuels de la pratique du judaisme) suit une etude détaillée sur les paroles de Jérémie qui justifie le rejet Divin des sacrifices, jérémie 7, 21 : ‘car je n’ai rien dit, rien ordonné en fait d’holocauste et de sacrifice, mais voici l’ordre que je leur ai adressé ‘écoutez ma voix et je serai votre Dieu et vous serez mon peuple …’ Or, ils n'ont point obéi, point prêté l'oreille ; ils ont suivi leurs inspirations, les instincts de leur coeur vicieux, ils ont rétrogradé au lieu d'avancer De quelles fautes s’agit-il ici ? la réponse va se trouver en jérémie 34, 13 la cause essentielle se rapporte à des actes immoraux et une faute impardonnable commise à l’époque du roi Sédécias, à l’origine de la destruction du temple selon Jérémie : le non respect de la prescription de libérer les esclaves la 7ème année - …’ils libérérent les esclaves mais après quoi ils s’en saisirent et en firent à nouveau leurs esclaves …’ jérémie 34, 13 : Ainsi parle l'Eternel, Dieu d'Israël : J'avais fait une alliance avec vos ancêtres, au jour où je les fis sortir du pays d'Egypte, de là maison de servitude, en disant : Au début de la septième année, chacun de vous affranchira son frère hébreu ; quand il t'aura servi six années, tu le renverras libre. Mais vos pères ne m'ont pas obéi, ils n'ont point prêté l'oreille D’ou la conclusion de Mr Leibowitz (p. 145) : ‘Nous apprenons par là que les sacrifices ne sont pas l’essentiel du service Divin, ils ne sont que le symbole du service Divin accompli par un peuple qui respecte son alliance. Cette alliance ne consistait pas en holocaustes ni en sacrifices, mais en la libération des esclaves … place de l’éthique ? Place du rituel ? éternel probleme ….

REPONSE

11 septembre 2018, 16h42, HLOD

C est la volonté de DIEUque l humain mange de la viansde LA BIBLE SHALOM BIS HLOD.

Corps animal, corps pulsion.

29 mars 2020, 10h51, Gérard COLLET

N'en reste pas moins qu'il appartient à l'humain, pour cheminer sur sa propre voie d'être de sacrifier - Sacrifier - cette part d'origine naturelle d'où il se source à sa venue naturelle au monde. Cela peut aussi se dire sacrifier sa jouissance pour accéder au désir. Cela peut aussi se dire sacrifier le monde de la mère pour accéder au monde la loi. A l'image de tels sacrifices, les sacrifice d'animaux parraisent nettement plus acceptables, voire constituer un rappel salutaire. Ils constituent - pardon pour ma violence - un pur rappel de notre condition humaine. Condition à transcender - ce serait alors le sens exact du mot Sacrifice- pour parvenir... à ressembler à notre ressemblance.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Droits et devoirs envers les animaux

    L'homme reponsable de la Création (8min)

  • "Dieu n'a que faire des sacrifices"

    La prière au lieu de la viande (9min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 27 février 2018
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Evelyne Sitruk - directrice de la Bibliothèque juive de Marseille

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier