Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

Moïse prend congé du peuple - n° 46

Nitsavim: l'alliance éternelle au quotidien (30 min)

Floriane Chinsky - rabbin
  • Circoncision du corps et du coeur

    Une alliance rénouvelée quotidiennement (13min)

  • Peut-on ne plus être juif ?

    Changer en restant soi-même (9min)

  • Des commandements pour la vie

    Les choses dépendent de nous (10min)

Les documents (3)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Floriane Chinsky - rabbin

Titulaire d'un doctorat en droit (sociologie du Droit), Floriane Chinsky a mené, de 1999 à 2004, des études rabbiniques à Jérusalem à l'Institut Schechter où elle a été ordonnée rabbin. Elle a dirigé la communauté Beth Hillel, de 2005 à 2010, et a accompagné deux communautés du mouvement massorti, la communauté Chir Hadach à Bruxelles ainsi que la communauté Neve Shalom à Saint-Germain-en-Laye. Elle est désormais rabbin de la communauté JEM (MJLF) de l'Est Parisien.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 25 juillet 2012
Commentaires ( 3 )

Toda raba Floriane

10 septembre 2012, 06h14, yvan serge Rhy

Merci Floriane pour ce magnifique 'hidouch sur l'Alliance éternelle, la Brit entre Ashem et les hebreux Je l'ai écouté à Bali Indonesie et tes paroles m'ont profondément ému et réjouit Seule une femme rabbin pouvait dire sur les commandement un 'hidouch, une chose aussi belle. Car si la femme a reçu de la Loi du Sinaï dispense d'appliquer la majorité des 613 mitsvots c'est qu'elle n'en a nulle besoin car ses 613 os sont capables de se sourcer dans l'essence de ces Mitsvotes qui est ahavat Hachem,alors que pour l'homme le chemin est plus laborieux. Car il me semble comme l'ont reconnu tous les grands poetes de tous les peuple que la Femme, quand elle réalise son identité, est, sans conteste la Shé'hina elle même qui illumine le Foyer. Ou plus simplement qu'elle est le foyer du Foyer. Mais pour qu'elle puisse réaliser cela, il faut qu'elle, qui est Eau, accepte le mariage avec l'homme qui est Feu. Et dans l'acte d'amour que l'eau en elle s'évapore et rejoigne les Cieux. Et nous revienne sous forme de cette pluie fécondante qui fait of the Rain l'incontestable Reine sur notre merveilleuse Terre Mer. Yvan yvanguez@yahoo.com

L'impossibilité de ne pas être juif.

11 septembre 2012, 12h40, Josué (Frank) Banner

Chalom Madame Floriane Chinsky, je voudrai vous faire part de ma propre expérience. Mon éducation religieuse juive s'est interrompue suite à la disparition de mon Père quand j'ai eu 12 ans. Ma Mère n'a pas jugé bon de poursuivre l'éducation religieuse de ses quatre enfants. Néanmoins des traces sont restées : nous (les enfants, )avons toujours discuté, et bien après être sortis de l'enfance, de ce que nous étions par rapport à la religion : des juifs ou de purs athées dans la bonne tradition républicaine et laïque ? Mon frère et l'une de mes soeurs ont "fleurté" avec les penseurs chrétiens, plus les calvinistes que ceux de l'église réformée protestante ou le catholiscime. Mon autre soeur et moi-même avont plutot choisi un athéisme rationnel MAIS : CHACUN DE NOUS QUATRE a toujours été très sensible à toute attaque antisémite, que ce soit une attaque physique ou une critique religieuse (catholique ou autre) dont il était manifeste qu'elle provenait d'une ignorance de "l'ancien testament", dans le meilleur des cas, ou d'une distortion des textes dans l'intention de nuire aux juifs. Pour confirmer votre propos, je dirai qu'on ne peut pas échapper à sa judéïté. Quand on est tombé enfant dans la "potion magique", on ne peut plus revenir en arrière. Je veux vous raconter une anecdote : j'ai toujours aimé beaucoup lire et dans mes années que maintenant je qualifie de "désert spirituel", à la découverte d'un nouveau livre, et donc d'un nouvel auteur, je me suis parfois dit : ce doit ëtre un juif. JE NE ME SUIS JAMAIS TROMPE dans mon jugement quand j'ai pris la peine de me renseigner sur cet auteur que de découvrai. Je ne peux expliquer cela de façon rationelle, je sentais simplement que cet auteur m'était proche. Depuis quelques années je suis "revenu" à la religion de mon Père. J'étudie beaucoup, et d'autant plus car maintenant je suis à la retraite. Tout me confirme que l'on ne peut échapper à la Torah quand on l'a reçue, même il y a longtemps et avec les yeux et les oreilles d'un enfant. QUAND ON EST JUIF, IL EST IMPOSSIBLE DE NE PLUS L'ËTRE. Chana Tova.

Je suis une convertie

27 août 2013, 10h30, Avraham Yaël (Telavivcat)

Bonjour, je suis née catholique dans une famille où le père était athée et la mère pratiquante. Petite, j'adorais Jésus et son beau visage plein de souffrance et puis comme beaucoup, j'ai eu ma période de doute et quand j'en suis sortie, je sentais qu'il me manquait quelque chose mais je ne savais pas quoi. Les années passent et je découvre l'histoire du peuple juif, les camps de concentration etc. J'en parle autour de moi, à des gens plus âgés qui avaient forcément vu ou entendu quelque chose sur ce sujet. Personne ne savait rien, personne n'avait rien vu ni entendu et très vite mes questions dérangeaient jusqu'à ce que quelqu'un me dise :... "mais les juifs avaient surement fait quelque chose de mal pour qu'ils soient ainsi traités et punis". Et là, j'ai compris que l'histoire pouvait se reproduire à l'infini tout le temps que les gens, témoins d'actes ignobles ne se sentaient pas concernés ni coupables de n'avoir rien dit et/ou d'avoir laissé faire. Très vite, alors que ce que je viens de raconter m'a pris 20 ans de réflexion, j'ai compris que j'avais le choix entre deux attitudes : rester et appartenir au camp des bourreaux (car la responsabilité collective existe) ou venir demander pardon aux victimes. Le 7 mars 1981, je suis venue en Israël, portée par quelque chose d'indéfinissable qui, si je ne me trompais pas, devait me conduire sur le chemin de "mon" destin. J'ai aujourd'hui 75 ans bientôt, je suis juive et israélienne et fière de l'être et le cadeau que j'ai reçu en prime est une paix intérieure que beaucoup m’envieraient. Le destin de chacun est écrit à l'avance dans les grandes lignes mais faut-il encore que la personne concernée fasse ce qu'elle doit pour qu'il devienne réalité. Amicalement. Yaël.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Nitsavim: l'alliance éternelle au quotidien

30 min

Floriane Chinsky - rabbin

Commentaires ( 3 )

Toda raba Floriane

10 septembre 2012, 06h14, yvan serge Rhy

Merci Floriane pour ce magnifique 'hidouch sur l'Alliance éternelle, la Brit entre Ashem et les hebreux Je l'ai écouté à Bali Indonesie et tes paroles m'ont profondément ému et réjouit Seule une femme rabbin pouvait dire sur les commandement un 'hidouch, une chose aussi belle. Car si la femme a reçu de la Loi du Sinaï dispense d'appliquer la majorité des 613 mitsvots c'est qu'elle n'en a nulle besoin car ses 613 os sont capables de se sourcer dans l'essence de ces Mitsvotes qui est ahavat Hachem,alors que pour l'homme le chemin est plus laborieux. Car il me semble comme l'ont reconnu tous les grands poetes de tous les peuple que la Femme, quand elle réalise son identité, est, sans conteste la Shé'hina elle même qui illumine le Foyer. Ou plus simplement qu'elle est le foyer du Foyer. Mais pour qu'elle puisse réaliser cela, il faut qu'elle, qui est Eau, accepte le mariage avec l'homme qui est Feu. Et dans l'acte d'amour que l'eau en elle s'évapore et rejoigne les Cieux. Et nous revienne sous forme de cette pluie fécondante qui fait of the Rain l'incontestable Reine sur notre merveilleuse Terre Mer. Yvan yvanguez@yahoo.com

L'impossibilité de ne pas être juif.

11 septembre 2012, 12h40, Josué (Frank) Banner

Chalom Madame Floriane Chinsky, je voudrai vous faire part de ma propre expérience. Mon éducation religieuse juive s'est interrompue suite à la disparition de mon Père quand j'ai eu 12 ans. Ma Mère n'a pas jugé bon de poursuivre l'éducation religieuse de ses quatre enfants. Néanmoins des traces sont restées : nous (les enfants, )avons toujours discuté, et bien après être sortis de l'enfance, de ce que nous étions par rapport à la religion : des juifs ou de purs athées dans la bonne tradition républicaine et laïque ? Mon frère et l'une de mes soeurs ont "fleurté" avec les penseurs chrétiens, plus les calvinistes que ceux de l'église réformée protestante ou le catholiscime. Mon autre soeur et moi-même avont plutot choisi un athéisme rationnel MAIS : CHACUN DE NOUS QUATRE a toujours été très sensible à toute attaque antisémite, que ce soit une attaque physique ou une critique religieuse (catholique ou autre) dont il était manifeste qu'elle provenait d'une ignorance de "l'ancien testament", dans le meilleur des cas, ou d'une distortion des textes dans l'intention de nuire aux juifs. Pour confirmer votre propos, je dirai qu'on ne peut pas échapper à sa judéïté. Quand on est tombé enfant dans la "potion magique", on ne peut plus revenir en arrière. Je veux vous raconter une anecdote : j'ai toujours aimé beaucoup lire et dans mes années que maintenant je qualifie de "désert spirituel", à la découverte d'un nouveau livre, et donc d'un nouvel auteur, je me suis parfois dit : ce doit ëtre un juif. JE NE ME SUIS JAMAIS TROMPE dans mon jugement quand j'ai pris la peine de me renseigner sur cet auteur que de découvrai. Je ne peux expliquer cela de façon rationelle, je sentais simplement que cet auteur m'était proche. Depuis quelques années je suis "revenu" à la religion de mon Père. J'étudie beaucoup, et d'autant plus car maintenant je suis à la retraite. Tout me confirme que l'on ne peut échapper à la Torah quand on l'a reçue, même il y a longtemps et avec les yeux et les oreilles d'un enfant. QUAND ON EST JUIF, IL EST IMPOSSIBLE DE NE PLUS L'ËTRE. Chana Tova.

Je suis une convertie

27 août 2013, 10h30, Avraham Yaël (Telavivcat)

Bonjour, je suis née catholique dans une famille où le père était athée et la mère pratiquante. Petite, j'adorais Jésus et son beau visage plein de souffrance et puis comme beaucoup, j'ai eu ma période de doute et quand j'en suis sortie, je sentais qu'il me manquait quelque chose mais je ne savais pas quoi. Les années passent et je découvre l'histoire du peuple juif, les camps de concentration etc. J'en parle autour de moi, à des gens plus âgés qui avaient forcément vu ou entendu quelque chose sur ce sujet. Personne ne savait rien, personne n'avait rien vu ni entendu et très vite mes questions dérangeaient jusqu'à ce que quelqu'un me dise :... "mais les juifs avaient surement fait quelque chose de mal pour qu'ils soient ainsi traités et punis". Et là, j'ai compris que l'histoire pouvait se reproduire à l'infini tout le temps que les gens, témoins d'actes ignobles ne se sentaient pas concernés ni coupables de n'avoir rien dit et/ou d'avoir laissé faire. Très vite, alors que ce que je viens de raconter m'a pris 20 ans de réflexion, j'ai compris que j'avais le choix entre deux attitudes : rester et appartenir au camp des bourreaux (car la responsabilité collective existe) ou venir demander pardon aux victimes. Le 7 mars 1981, je suis venue en Israël, portée par quelque chose d'indéfinissable qui, si je ne me trompais pas, devait me conduire sur le chemin de "mon" destin. J'ai aujourd'hui 75 ans bientôt, je suis juive et israélienne et fière de l'être et le cadeau que j'ai reçu en prime est une paix intérieure que beaucoup m’envieraient. Le destin de chacun est écrit à l'avance dans les grandes lignes mais faut-il encore que la personne concernée fasse ce qu'elle doit pour qu'il devienne réalité. Amicalement. Yaël.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Circoncision du corps et du coeur

    Une alliance rénouvelée quotidiennement (13min)

  • Peut-on ne plus être juif ?

    Changer en restant soi-même (9min)

  • Des commandements pour la vie

    Les choses dépendent de nous (10min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 25 juillet 2012
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Floriane Chinsky - rabbin

Titulaire d'un doctorat en droit (sociologie du Droit), Floriane Chinsky a mené, de 1999 à 2004, des études rabbiniques à Jérusalem à l'Institut Schechter où elle a été ordonnée rabbin. Elle a dirigé la communauté Beth Hillel, de 2005 à 2010, et a accompagné deux communautés du mouvement massorti, la communauté Chir Hadach à Bruxelles ainsi que la communauté Neve Shalom à Saint-Germain-en-Laye. Elle est désormais rabbin de la communauté JEM (MJLF) de l'Est Parisien.

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier