Embed Video

X

DIALOGUER AVEC LE CONFÉRENCIER

X

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

''Tu ne convoiteras pas'' - n° 17

Yitro: la pensée fautive (31 min)

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux
  • Les dix paroles

    Pour les hommes et pour Dieu (8min)

  • L'interdit de convoiter

    Un rempart contre la dépossession (11min)

  • Fauter par la pensée

    L'interprétation d'Ibn Ezra (8min)

  • Résister à la tentation

    Fermer les yeux ou mieux voir ? (4min)

Les documents (3)
Le conférencier
Biographie du conférencier

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Valérie  Stessin est née en 1964 à Paris et a grandi à Périgueux (Dordogne). Elle a fait son Alyah et obtenu une licence de l'Université Hébraïque à Jérusalem. Elle poursuit ses études à l'Institut Schechter pour les Etudes Juives et obtient  un double master en Sciences du Judaïsme. En 1993, elle reçoit son ordination rabbinique (smi'ha) de l'Institut Schechter. Valérie Stessin a travaillé comme éducatrice en ex-U.R.S.S, puis a été directrice de projets pendant quinze ans à la Fondation Educative Tali, ensuite coordinatrice de la communauté Shira Hadasha. Elle est la présidente de Kehilat Maayanot - Communauté Massorati à Jérusalem et active dans l'association Women of the Wall – les Femmes du Mur. Depuis 2011, elle codirige l'association Kashouvot pour le développement du Soutien Spirituel en Israel. Valerie Stessin est aussi est aumônière à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à l'Hôpital Français à Jérusalem et enseigne dans différents cadres.  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autres conférences du conférencier
Pour en savoir plus
L'organisateur
  • Akadem
    Akadem
    Paris - 13 janvier 2015
Commentaires ( 6 )

Transcender toutes choses

2 février 2015, 06h35, Betty

Regarder ce que l'autre possède nous renvoie également a ce que nous avons nous-même. Lorsque ce que nous possédons nous apparaît sans couleurs et sans "saveurs", alors nous nous en désintéressons. Nous en arrivons alors à convoiter ce que l'autre a de mieux et de plus. - Chaque jour doit être renouvelle comme un premier jour, comme "'un pauvre qui n'a qu'un seul habit, qui le porte d'un côté la semaine et le retourne le Chabbat".

Merci

3 février 2015, 06h05, maryse

Les femmes qui se couvrent de ce voile noir pour se proposer à la convoitise des hommes en vociférant par leur accoutrement un interdit sont loin d'avoir trouvé la solution... Ce qui est caché attire bien plus la convoitise ; ; convoiter et être convoitée n'implique pas la même frustration... Aujourd'hui le voile expose la femme au regard du prédateur, Y aurait-il un prédateur en chaque homme ? La mise en garde des dix paroles semble dire que oui. Il faut donc dissocier ce qui m'appartient de ce qui appartient à l'autre. Et ne pas convoiter ce qui appartient à l'autre, ce ui fait sa puissance... Ici le texte qui énonce l'interdit devient inépuisable puisqu'il s'agit de nous mettre à l'abri de la jalousie. La jalousie freine les possibilités de la fraternité... Et votre conclusion souligne ce point avec finesse et discrétion.

La convoitise à ma compréhension par Roger/Belgique

3 février 2015, 12h54, roglombo

Il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que j'ai reçu de Yahweh tous les biens qui constituent mon patrimoine. Par ailleurs, mon regard par rapport au patrimoine d'autrui que je crois malheureusement être mieux que le mien serait reprochable. Ceci me pousse (par convoitise) à porter un jugement d'injustice non pas par rapport à autrui mais par rapport à celui qui est la source de tout bien et de toute bénédiction" Elyireh". En Ps 50. 10 ; 16-21. Chacun doit donc se contenter de ce qu'il a reçu car il n'y a rien de ce que tu possèdes qui soit venu de toi seul. Une telle attitude m'évite de condamner à tort Yahweh.

Paracha

4 février 2015, 05h13, Françoise Michaelis

Merci Valérie pour votre beau et si sensible commentaire !

Merci

5 février 2015, 16h47, Yaararoz

Une tres belle lecon d'humanisme.

Convoitise ou consommation ?

8 février 2015, 15h08, gil

Désirer consommer n'est pas, à mon sens, convoiter et encore moins convoiter le bien de son prochain (ou de l'ami ou du compagnon ce qui traduit mieux le terme hébreu). Les biens de consommations, même apparemment futiles, s'ils sont désirer pour eux même et non parce qu'ils appartiennent à un ami ne constituent pas une transgression de ce dixième commandement. Ce qui à mon avis constitue une transgression c'est de voir en l'autre un être plus favorisé que nous, mieux doté, en un mot supérieur, alors que la loi ne nous enjoint pas d'aimer notre prochain plus que nous-même. Derrière tout ascétisme se cache bien souvent une haine de la vie et en dernier recourt une haine de soi. Le judaïsme s'est toujours plus ou moins méfié de cela. La torah est bien souvent un pur hymne à la vie.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Yitro: la pensée fautive

31 min

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Commentaires ( 6 )

Transcender toutes choses

2 février 2015, 06h35, Betty

Regarder ce que l'autre possède nous renvoie également a ce que nous avons nous-même. Lorsque ce que nous possédons nous apparaît sans couleurs et sans "saveurs", alors nous nous en désintéressons. Nous en arrivons alors à convoiter ce que l'autre a de mieux et de plus. - Chaque jour doit être renouvelle comme un premier jour, comme "'un pauvre qui n'a qu'un seul habit, qui le porte d'un côté la semaine et le retourne le Chabbat".

Merci

3 février 2015, 06h05, maryse

Les femmes qui se couvrent de ce voile noir pour se proposer à la convoitise des hommes en vociférant par leur accoutrement un interdit sont loin d'avoir trouvé la solution... Ce qui est caché attire bien plus la convoitise ; ; convoiter et être convoitée n'implique pas la même frustration... Aujourd'hui le voile expose la femme au regard du prédateur, Y aurait-il un prédateur en chaque homme ? La mise en garde des dix paroles semble dire que oui. Il faut donc dissocier ce qui m'appartient de ce qui appartient à l'autre. Et ne pas convoiter ce qui appartient à l'autre, ce ui fait sa puissance... Ici le texte qui énonce l'interdit devient inépuisable puisqu'il s'agit de nous mettre à l'abri de la jalousie. La jalousie freine les possibilités de la fraternité... Et votre conclusion souligne ce point avec finesse et discrétion.

La convoitise à ma compréhension par Roger/Belgique

3 février 2015, 12h54, roglombo

Il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que j'ai reçu de Yahweh tous les biens qui constituent mon patrimoine. Par ailleurs, mon regard par rapport au patrimoine d'autrui que je crois malheureusement être mieux que le mien serait reprochable. Ceci me pousse (par convoitise) à porter un jugement d'injustice non pas par rapport à autrui mais par rapport à celui qui est la source de tout bien et de toute bénédiction" Elyireh". En Ps 50. 10 ; 16-21. Chacun doit donc se contenter de ce qu'il a reçu car il n'y a rien de ce que tu possèdes qui soit venu de toi seul. Une telle attitude m'évite de condamner à tort Yahweh.

Paracha

4 février 2015, 05h13, Françoise Michaelis

Merci Valérie pour votre beau et si sensible commentaire !

Merci

5 février 2015, 16h47, Yaararoz

Une tres belle lecon d'humanisme.

Convoitise ou consommation ?

8 février 2015, 15h08, gil

Désirer consommer n'est pas, à mon sens, convoiter et encore moins convoiter le bien de son prochain (ou de l'ami ou du compagnon ce qui traduit mieux le terme hébreu). Les biens de consommations, même apparemment futiles, s'ils sont désirer pour eux même et non parce qu'ils appartiennent à un ami ne constituent pas une transgression de ce dixième commandement. Ce qui à mon avis constitue une transgression c'est de voir en l'autre un être plus favorisé que nous, mieux doté, en un mot supérieur, alors que la loi ne nous enjoint pas d'aimer notre prochain plus que nous-même. Derrière tout ascétisme se cache bien souvent une haine de la vie et en dernier recourt une haine de soi. Le judaïsme s'est toujours plus ou moins méfié de cela. La torah est bien souvent un pur hymne à la vie.

écrire un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

  • Votre pseudo *
  • Titre de votre commentaire *
  • Texte de votre commentaire *

Dialoguer avec le conférencier

Vous souhaitez poser une question au conférencier sur le sujet traité, sur ses références bibliographiques, sur un point précis: utilisez le formulaire suivant pour envoyer votre message à Akadem qui - sous réserve d'acceptation - le transmettra au conférencier concerné.
Akadem ne peut évidement s'engager sur les suites que le conférencier décidera de donner à votre question.

  • Votre nom *
  • Votre prénom *
  • Profession
  • E-mail *
  • Téléphone
  • Votre question

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • Les dix paroles

    Pour les hommes et pour Dieu (8min)

  • L'interdit de convoiter

    Un rempart contre la dépossession (11min)

  • Fauter par la pensée

    L'interprétation d'Ibn Ezra (8min)

  • Résister à la tentation

    Fermer les yeux ou mieux voir ? (4min)

L'organisateur

  • Akadem
    Akadem
    Paris - 13 janvier 2015
Le Conférencier
Biographie du conférencier

Valérie Stessin - rabbin et aumônier des hôpitaux

Valérie  Stessin est née en 1964 à Paris et a grandi à Périgueux (Dordogne). Elle a fait son Alyah et obtenu une licence de l'Université Hébraïque à Jérusalem. Elle poursuit ses études à l'Institut Schechter pour les Etudes Juives et obtient  un double master en Sciences du Judaïsme. En 1993, elle reçoit son ordination rabbinique (smi'ha) de l'Institut Schechter. Valérie Stessin a travaillé comme éducatrice en ex-U.R.S.S, puis a été directrice de projets pendant quinze ans à la Fondation Educative Tali, ensuite coordinatrice de la communauté Shira Hadasha. Elle est la présidente de Kehilat Maayanot - Communauté Massorati à Jérusalem et active dans l'association Women of the Wall – les Femmes du Mur. Depuis 2011, elle codirige l'association Kashouvot pour le développement du Soutien Spirituel en Israel. Valerie Stessin est aussi est aumônière à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à l'Hôpital Français à Jérusalem et enseigne dans différents cadres.  

COMMANDER CETTE CONFERENCE

X

Nous avons pris bonne note de votre intérêt pour cette conférence.

Nous allons procéder à sa numérisation et vous tenir informé.

Cette conférence apparaitra à une adresse privée que nous vous communiquerons et il vous sera possible de la visionner autant de fois que vous le souhaiterez.

Elle apparaîtra sous sa forme brute, c'est-à-dire sans aucun apparat critique (titres, documents, séquençages, bibliographies, liens etc.)

Akadem est intégralement financé par des subventions du Fonds Social Juif Unifié et de de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Si nous n'avons pas publié cette conférence, c'est entre autre faute de moyens financiers.

Si cette conférence peut vous être utile... un don à l'ordre de l'Appel unifié juif de France (l'organe de collecte du FSJU), sera très apprécié.

Pour votre information, le coût moyen d'une heure de numérisation et mise à disposition est de l'ordre de 20 €.

Merci de compléter le formulaire suivant.

Autre conférence du conférencier