Suivez-nous Facebook Twitter

Hégémonie idéologique

"En Israël, il faut s'excuser d'être de gauche"  (46 min)

Denis Charbit - professeur de sciences politiques

ORGANISATEUR
 
 

14 commentaires

QUI DEFEND LES VALEURS SOCIALES EN ISRAEL : LA GAUCHE, LA DROITE, NI L'UNE NI L'AUTRE ? ? 12 juillet 13:22, par SHLOMO NOAH

JE NE SUIS PAS SUFFISAMMENT QUALIFIE POUR SAVOIR SI VOTRE THESE SE JUSTIFIE SUR LE PLAN POLITIQUE... ON PEUT TOUTEFOIS REMARQUER QUE LA GAUCHE ISRAELIENNE DE NOS JOURS A QUELQUE PEU OUBLIE SES IDEAUX SOCIAUX ET REPRESENTE PLUS LA BOURGEOISIE TEL AVIVIENNE, LES MILIEUX UNIVERSITAIRES ET ARTISTIQUES QUE LES SALARIES ET LES TRAVAILLEURS...

A propos de paix 11 juillet 10:10, par Léa S.

Bonjour,
Etre pour ‘la paix’, ce serait, me semble t-il, avant toute chose, se positionner pour l’ouverture, la compréhension et la réconciliation à l’intérieur même du peuple juif.
Chaque courant de pensée (droite ou gauche israélienne) a ses propres arguments, légitimes à ses yeux.
Si chacun renonçait un instant à ses propres préjugés, à son amour-propre, à son image, pour écouter l’autre, certes différent mais juif comme lui, issu du même peuple, de la même histoire, ancestrale, millénaire, ce serait déjà un grand pas vers davantage de paix.
L’unité fera la force de la paix !
Alors, peut-être, une paix réelle et durable avec les palestiniens, pourra-t-elle se construire ?
Elle nécessitera des efforts de rapprochement réciproques et sincères, avec des renoncements de part et d’autre et au delà.
rappelons qu’à l’heure actuelle, la plupart des états voisins, n’acceptent toujours pas, sur le plan idéologique, le retour à une souveraineté juive sur la terre d’Israël, qu’elle soit totale (idéal sioniste) ou partielle (hors territoire conquis en 1967)… et dans les faits, Israël reste sur le qui-vive.
Face à cela, les postures ‘pacifistes’ occidentales ou même israéliennes (‘de gauche’), très critiques à l’égard du seul Israël, s’avèrent vaines, inopportunes, … et n’aident pas à une paix réelle, au contraire.
Soutenir davantage les palestiniens désireux de démocratie et de vraie paix, et menacés dans leur existence pour leur courage, serait sans doute plus utile.

Cordial Shalom.

Merci pour votre analyse mais... 10 juillet 15:07, par Miquelevitch

Venant de rencontrer des Israéliens venus comme nous sur les lieux de mémoire juive à Odessa, j'ai compris l'abîme qui nous sépare d'eux désormais...
Ils m'ont traité de "CLIQUE de BEN GOURION" !
Nous n'avons plus rien de commun avec ces gens là, qui ne sont plus que l'hideuse caricature des idéaux sionistes des batisseurs de Sion auxquels nous avons cru.
Nous en tirons une tragique conclusion :
la survie du judaisme passe par le démentèlement de cet Etat croupion croupissant dans ses haines recuites ad nauseam.
Rouvrons le Congrès de Tchernovtsi de 1908 à partir duquel l'option sioniste s'est affirmée et effaçons de nos mémoires longues l'utopie de la construction d'un Etat sioniste, qui comme celui né de l'utopie communiste, a vocation à s'effondrer pour rejoindre le cimetière des espoirs défigurés par la malignité humaine et par la tentation prométhéenne d'une nouvelle cité terrestre.

Vous n'etes pas de gauche ! ! 08 juillet 02:10, par moatty Isaac

La gauche israelienne, s'est coupée pour toujours de sa base ouvrière juive. Durant les 30 premières années de pouvoir de "gauche" cette gauche s'est montrée meprisante vis-vis des sepharades qui étaient la classe des travailleurs juifs en Israel. Ces "gauchistes" israeliens se sont montrés moqueurs envers les juifs pieux sepharadesqui étaient naîfs en arrivant dans la terre promise.
Ces attitudes qui ont perdurées valent qu'aujourdhui à cette gauche israelienne d'être HONNIE VOMIE BANNIE des travailleurs juifs en Israel. Même si elle choisi à sa tête un sépharade comme actuellement (GABBAI) les juifs sepharades ne se feront plus gruger par cette clique de bobos en mal de judaisme.
Ne vous en déplaise, mais c'est le judaisme qui légitime notre présence légitime en Israel. Le SIONISME n'est qu'une mitsvat de la Thora pas sa finalité, et, si la finalité de notre présence en Israel pour la "gauche"est de remplacer la Thora pour devenir enfin "comme les autres" ce n'est pas la peine d'y aller.
Je crois au rassemblement des exilés, à l'arrivée prochaine du Messie liberateur du peuple d'Israel et à la contruction prochaine du 3ème temple à Jerusalem.
Amen
Moatty Isaac.

"Il faut s'excuser d'être de gauche en Israël" 07 juillet 20:37, par Josiane Rouah

La population en Israël comprend déjà un peu plus de 20% de musulmans dont les députés constituent une force non négligeable pour contrecarrer les lois votées à la Knesset, et cela fait du bruit. Ils sont en majorité contre le sionisme en Israël, . Le terrorisme a sévi en Israël même et sévit encore, ce n'est pas une question de territoire mais de non acceptation des juifs sur un territoire foulé par des musulmans et considéré de fait comme terre d'Islam. Israël est donc de fait considérée comme terre d'Islam.
Israël a donné Gaza qui est devenue avec le vote en faveur du Hamas dans les années 2000, dirigé de main de fer par l'Iran, une épine absolument destructrice pour Israël;: les guerres à 2 ans d'intervalle, , le"s tirs de roquettes incessants, les tunnels jusqu'en Israël pour kidnapper des israéliens, civils ou soldats, les "marches du retour depuis le 30 mars, et les incendies incessants qui détruisent les récoltes et les forêts israéliennes. Tout ceci alors qu'ils disposent de millions d'euros et de dollars, chaque année, pour construire leur pays.
La Cisjordanie est composée de 3 parties, la zone C qui appartient aux Israéliens mais qui est contestée quand même, la zone A administrée par l'Autorité Palestinienne et la zone B administrée de façon partagée. Mais en Cisjordanie, comme on l'appelle, les millions d'euros et de dollars sont destinés à payer des terroristes ou des familles de terroristes qui ont tué des israéliens et des américains, et ne pas oublier que Mahmoud Abbas nie la Shoah et que son idée est d'"avaler" Israël. Tout ceci en vertu des accords d'Oslo que les Israéliens respectent, et que les Palestiniens bafouent à longueur d'année, et dont les principes de destruction d'Israël sont inscrits noir sur blanc dans la Charte du Hamas. Les organisations BDS et consorts sont légions à l'intérieur même d'Israël. , comme au niveau international.
L'UNESCO a voté des lois négationnistes en ce qui concerne le patrimoine israélien, Si vous avez le malheur de vouloir visiter le Mont du Temple et de dire que vous êtes juif ou juive, vous devenez suspect et vous passez un très mauvais quart d'heure ; c'est vraiment "lEsplanade des Mosquées" et pour les juifs, c'est "circulez, y a rien à voir", même pour prendre quelques malheureuses photos. Les touristes venus d'Asie ont plus de droits que les juifs qui sont escortés à l'avant et à l'arrière du petit groupe, et il ne s'agit pas de s'attarder à regarder autour de soi.
J'avais visité le Mont du Temple en l'an 2000 ; actuellement il est méconnaissable.
Je ne sais dans quel quartier réside Denis Charbit, mais
Les jeunes couples israéliens ne peuvent habiter en Israél, car l'immobilier atteint des prix sans commune mesure, ils sont obligés de vivre dans la partie C des territoires. Ou alors, ils faudrait interdire toute loi du retour pour les juifs. Ils ne peuvent pas habiter Gaza ni la zone A. IL reste un peu la zone B, mais la Cour Suprême est très souvent saisie par des organisations pro palestiniennes et nombre de yichouvim sont détruits par ses décisions. S'il y a apartheid, ils faut plutôt aller voir du côté musulman qui ne tolère aucune présence juive sur leur sol.
J'ai plutôt envie de dire qu'en Israël, à ce compte là, il faut de plus en plus s'excuser d'être juif. Je suis désolée de le dire.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Denis Charbit - professeur de sciences politiques

Denis Charbit est spécialiste du sionisme, professeur de sciences politiques à la Faculté des Sciences humaines de l'Open University d’Israël (Raanana). Il est également titulaire d’un doctorat de l’Université de Tel Aviv. Ses champs de recherches recouvrent l'histoire intellectuelle de la France au XXème siècle ainsi que l'histoire des idées et l'histoire politique d'Israël, l'étude de la société et de la littérature israélienne. Il est l'auteur, entre autres, de l’anthologie Sionismes, textes fondamentaux (Albin Michel, 1998) , Qu’est-ce que le sionisme ? (Albin Michel, 2007) ou encore dernièrement:Israël ; idées reçues (Le Cavalier bleu, 2015). Proche des idées du mouvement “La paix maintenant”, il intervient régulièrement dans les médias français sur la situation au Proche-Orient.

Bibliographie du conférencier

Denis Charbit - professeur de sciences politiques
  • Les Intellectuels français et Israël (1948-2008), (L'Eclat, 2009)
    Acheter | Emprunter
  • Les Sionismes au 20e siècle, in Proche-Orient : foyers, frontières et fractures, Vingtième siècle, n° 103, juillet-septembre, (Les Presses de Sciences Po, 2009)
    Acheter
  • Qu'est-ce que le sionisme ?, (Albin Michel, 2007)
    Acheter | Emprunter
  • Enjeux d'histoire, jeux de mémoire: Les usages du passé juif, (collectif), (Maisonneuve et Larose : Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, 2006)
    Acheter | Emprunter
  • Avraham-B. Yehoshua, Israël, un examen moral, traduction et postface, (Calmann-Lévy, Petite bibliothèque des idées, 2005)
    Acheter | Emprunter
  • Les cultures des Juifs : une nouvelle histoire, sous la direction de David Biale, (L’Eclat, 2005)
    Acheter
  • Mouvements: Le sionisme est-il mort ?, contribution in Mouvements, n°33-34, (La Découverte, 2004)
    Acheter | Emprunter
  • Retour à Altneuland : la traversée des utopies sionistes, in Theodor Herzl, Nouveau pays ancien : Altneuland , (L’Eclat, 2004)
    Acheter | Emprunter
  • Le Sionisme expliqué à nos potes, avec Alexandre Adler, Elie Barnavi, Paul Bernard, Patrick Klugman, Bernard-Henri Lévy, Jacques Tarnero, Adil Jazouli, (La Martinière, 2003)
    Acheter | Emprunter
  • Histoire universelle des juifs, avec Elie Barnavi, (Hachette Littérature, 2002)
    Acheter
  • Ecrivains d'Israël. La nouvelle génération, (collectif), (Revue Europe, 1998)
    Acheter | Emprunter
  • Sionismes : textes fondamentaux, réunis et présentés par , (Albin Michel, 1998)
    Acheter | Emprunter
  • Permanences et mutations dans la société israélienne, (collectif), (Centre de recherches et d'études juives et hébraïques de Montpellier, 1996)
    Acheter | Emprunter
  • Identités israéliennes : modernité et mémoire d'une nation, collectif, revue Pardès, n° 18, (Le Cerf, 1993)
    Acheter | Emprunter
  • Israël et ses paradoxes, Idées reçues sur un pays qui attise les passions, (Le Cavalier Bleu, 2012)
    Acheter
  • Israël ; idées reçues, Israël et des paradoxes, idées reçues sur un pays qui attise les passions , (Le Cavalier bleu, 2015)
    Acheter
 

Bibliographie générale

Sélection d'une liste d'ouvrages sur le sujet
  • Critique du post-sionisme : Réponses aux nouveaux historiens israéliens, Tuvia Freiling, Fabienne Bergmann, (Editions in press, 2004)
    Amazon
  • Le sionisme face à ses détracteurs, Collectif, Shmuel Trigano, (Editions Raphael, 2003)
    Amazon
  • Israël et ses paradoxes : Idées reçues sur un pays qui attise les passions, Denis Charbit, (Le cavalier bleu, 2018)
    Amazon
  • Qu'est-ce que le sionisme ?, Denis Charbit, (Albin Michel, 2007)
    Amazon
  • À l'heure d'Israël: Introduction et notes de Denis Charbit, Leon Ashkénazi, André Chouraqui, (Albin Michel, 2018)
    Amazon
 

Editeur

Editeur de la conférence

Le travail de séquençage, de titrage, les documents et les annexes de cette conférence ont été réalisés par Ruben Benhamou et par la coordination éditoriale d'Akadem.

Adressez vos remarques, suggestions, conseils bibliographiques, liens... pour nous permettre de compléter notre travail à coordination éditoriale Akadem

Sur la toile

 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier

  • Fragmentation et vitalité du judaïsme aujourd'hui ?
    Présence juive en France : les enjeux  (221 min)
    J. Allouche-Benayoun - P. Boukara - D. Charbit - G. Jikeli - J.M. Salanskis Paris, mai 2013
  • Autour de l'œuvre d'Alain Finkielkraut
    Finkielkraut le mécontemporain  (159 min)
    M. Abitbol - D. Charbit - D. Epstein - S. Epstein - A. Finkielkraut - R. Wistrich - E. Yakira Tel-Aviv, mars 2007
  • Les mots et la chose (2/6)
    Fondamentalisme et intégrisme  (23 min)
    Denis Charbit, politologue. Université - Tel-Aviv, mai 2007
  • France-Israël 1948-2008 (2/5)
    1967-1981: le désamour  (66 min)
    E. Barnavi - A. Ben-Natan - D. Charbit - M. Rosenne Tel-Aviv, mai 2008
  • La démocratie et ses nouveaux défis (5/8)
    Pouvoirs et contre-pouvoirs  (152 min)
    Y. Abecassis - P. Assouline - P. Bruckner - D. Charbit - S. Freiss - E. Keret - R. Matalon - G. Pinto - F. Samuelson - K. Schory - K. Yedaya. Centre Suzanne Dellal - Tel-Aviv, mai 2010
  • Entre admiration et réprobation (1/16)
    Une histoire qui reste à écrire  (28 min)
    Denis Charbit, politologue. Université - Tel-Aviv, mai 2008
  • La volte-face d'une intellectuelle (7/16)
    Annie Kriegel, du parti communiste au parti d’Israël  (27 min)
    Denis Charbit, politologue. Université - Tel-Aviv, mai 2008
  • Les juifs et la modernité (2/6)
    Communisme, bundisme, sionisme  (154 min)
    D. Charbit - H. Minczeles - M. Samoun - J.C. Szurek. Ecole normale supérieure - Paris, avril 2010
  • Livres des mondes juifs-2009 (5/5)
    Sionismes pluriels  (108 min)
    E. Barnavi - D. Charbit - I. Greilsammer - I. Rosenman. Hotel Lutétia - Paris, janvier 2009
  • L'Afrique du Nord pendant la 2e Guerre (3/4)
    Le traumatisme algérien dans l'œuvre de Derrida et Stora  (36 min)
    Denis Charbit, politologue. Yad-Vashem - Jérusalem, avril 2008